Pennti Éditions

  • Toute oeuvre, fulminât-elle l'anathème contre les jours futurs, qui atteste quelque grandeur et quelque noblesse, uniquement parce qu'elle existe, détruit, quand on les confronte avec elle, les médiocres mensonges par où subsiste l'autorité des gouverneme

  • C'est honorer bien peu, il semble, les plus belles productions de l'esprit humain que de les considérer sous l'aspect purement commercial. Loin de se plaindre, si l'on admire Musset, que les éditions de ses oeuvres vont se multipliant, ne devrait-on pas s'en réjouir ? Appartenir à tous, devenir le pain quotidien de tous, n'est-ce point le rêve de tous les écrivains dignes de ce nom ?

  • Un certain succès obtenu par les Réflexions sur l'Anarchie et les traductions qui en furent faites en anglais et en tchèque me décident à publier une nouvelle édition remaniée de cet opuscule. J'y ai joint une série de propositions touchant la doctrine libertaire et quelques documents pris sur le vif de l'état social actuel.


    Ces réflexions s'adressent surtout à ceux qui détermineront l'âme de demain, car les littérateurs d'aujourd'hui sont, pour la plupart, beaucoup trop prudents -- ou même beaucoup trop serviles pour témoigner qu'ils les goûtent. -- Etre un de ces malfaiteurs qui conçoivent un idéal de beauté, par delà les hideurs du temps présent, dire crûement ce qui existe, sans souci de ménagements à l'égard des opinions domestiquées, cela vaut aux esprits libres la rancune et l'animosité des Officiels, des Satisfaits et des Empiriques.


    Qu'importe ? Le devoir est de se manifester tout entier, selon soi-même. Nous vivons à une époque de désagrégation universelle : partout l'homme commence à secouer la vermine de dogmes et de lois qui le dévore. Sous le vernis dont le badigeonnent infatigablement nos maîtres, l'édifice malpropre dans lequel nous sommes incarcérés s'effrite et se lézarde. Concourir à sa démolition, ouvrir des jours vers le grand soleil futur, dût-on en souffrir, dût-on en mourir, telle est la préoccupation qu'il sied d'avoir.

    Voici donc encore un coup de pioche.

empty