Editions P.J Varet

  • « Arrêt sur collage » est une série de textes consacrés à divers artistes collagistes et à leurs oeuvres.
    Ce titre commun d'Arrêt sur collage est au final assez fidèle à la réalité - puisque ces textes n'apportent en l'occurrence qu'un éclairage personnel - et donc tout à fait subjectif - soit sur l'oeuvre, soit sur la démarche artistique de l'artiste, soit sur le souvenir d'une rencontre.
    Le point commun entre ces artistes, en dehors du fait que je les ai tous rencontrés, et que tous ont une oeuvre présente au musée de l'art du collage (musée Artcolle), est que j'apprécie leur travail.
    Le premier texte est un bref extrait d'une biographie de Sylvia Netcheva que j'avais publié pour la première fois, en 2004 - les autres textes ont pour la plupart été publiés dans l'E-Magazine Artcolle entre 2014 et 2016.
    Une grande partie de ces textes a été imprimée et plastifiée, et mit à la disposition du public du musée Artcolle durant l'été 2016 - cela dans le cadre d'une expérience intitulée : Un musée à lire. Chaque texte était placé à proximité de l'oeuvre ou de l'auteur concerné.
    Et cette première expérience s'est avérée très positive - si les visiteurs passent et s'attardent devant certaines toiles - comportement logique dans un musée ou une salle d'exposition - dès qu'ils s'aperçoivent de l'existence de ces fiches mise à leurs dispositions, ils retournent devant l'oeuvre - fiche en main - afin d'en réaliser une seconde lecture.
    C'est d'ailleurs pour moi-même une étrange sensation que de regarder les spectateurs décrypter à nouveau l'oeuvre à travers ma propre vision plumitive - ou d'essayer d'en déceler l'angle affûté à travers les lignes : comme une appropriation de certaines oeuvres à travers mes mots, transformant l'oeuvre du pré-texte en prétexte de lecture.
    Le succès de ce « musée à lire » fut considérable auprès des visiteurs.
    Et à présent, à la question tant de fois formulée : Où trouver ces textes ? cet ebook en est la réponse.

  • Résultant de trente années de professionnalisme voici quatorze recommandations à méditer, si ce n'est à travailler, pour progresser dans la pratique de l'art du collage.
    Le texte initial est extrait de l'ouvrage Les techniques de l'art du collage (deuxième volume) paru en 2016, le texte Les passionnés du septième jour est extrait des Petits collages en prose, paru en 2014, et le troisième texte Lettre à un jeune collagiste est extrait de L'art du collage dans tous ses états, paru en 2009.
    Ces trois textes ont un point commun : celui de s'adresser aux nouveaux praticiens de l'art du collage, ou à ceux qui tournent en rond... et de faire l'inventaire de ce qu'est vraiment l'art du collage et sa pratique, bien au-delà de trois bouts de papier découpés et collés.
    Ainsi il faudra utiliser une bonne colle, utiliser de bons supports, respecter les règles de la propriété intellectuelle, avoir du style, connaître les principes de la composition, apprendre l'harmonie des couleurs, choisir son format en rapport avec le sujet, apprendre à créer plutôt qu'à décorer, savoir découper, avoir pour principe que l'envers ne doit pas être le revers, s'intéresser à l'histoire de son art, s'intéresser aux travaux de ses pairs, établir un titre qui ne soit ni un rébus ni un roman, et éviter le ridicule pompeux ...
    C'est dire que la tâche est grande !


  • Imaginez une forme de quintessence collagistique : des centaines d'esprits - illustres, connus, moins connus, inconnus - réfléchissant à l'art du collage, que cela soit en définition, en démarche ou souvenir personnel, en appréciation générale ou particulière, en dix phrases ou en deux mots, etc.


    Imaginez que toutes ces pensées seraient notées et classées par thématique.




    Imaginez que le tout serait réuni en un livre : un livre qui de par sa structure n'a jamais été réalisé concernant l'art du collage.




    En ces trois souhaits vous avez là tous les ingrédients qui font que j'avais forcément envie de réaliser cela - suivant mon principe concernant l'art du collage que tout ce qui n'a jamais été fait est en soit la meilleure raison de le faire - et que par conséquent, j'ai oeuvré une année dans mon athanor a réaliser ce nouveau projet.




    Voilà donc le " Dictionnaire thématique des citations relatives à l'art du collage ": plus de 300 citations de plus de 150 auteurs - vous même peut être ! - plus de 260 thématiques et plus de 80 références bibliographiques...


  • Art Collage Magazine numéro 10.
    Trimestriel, octobre 2016.
    Au sommaire : Arrêt sur collage, En miroir, Sur la toile, Rétro-Collage, sociétal, Chronique du musée Artcolle, Art postal, Poésie, Extra Extrait, La joie des séries, Dans l'atelier de..., Expositions, Souvenirs d'un proto-bulage, etc.
    Editorial :
    Un, deux, trois, soleil !
    Avions-nous l'habitude de crier dans les cours de récréation des écoles de notre enfance.
    Quatre, cinq, six, cimetière !
    Pourrions nous ajouter quelques soixante années plus tard.
    Mais bon pour ne pas ajouter du noir au noir - je rajouterais aussitôt :
    Sept, huit, neuf, Artcolle magazine N° 10 !
    Voici venu le Artcolle magazine dixième du nom en ce joli mois d'octobre, signe de la Balance, et donc d'êtres absolument merveilleux : Lucile, Bertrand et moi-même ... sans parler des autres que je ne citerai pas pour ne pas justement balancer les collagistes nés sous le signe de la Balance !
    Voici donc le dixième numéro d'Artcolle magazine - le premier à deux chiffres - qui rendra hommage à une amie très chère, et explorera la loi des séries d'Hilda..
    Nous irons sur la toile rencontrer Michel Goudet, nous sourirons quelque peu - du moins j'espère - à la lecture des dernières miscellanées collagistiques etc.
    Bref, dix numéros valent bien un petit verre - de Rakia, il va s'en dire - et à défaut de trinquer directement illico presto avec vous actuellement, j'espère vous rencontrer lors de l'exposition de novembre à Paris.
    Ou mieux encore oserais-je dire : au musée de l'art du collage, puisque ce musée unique au monde a été fait pour cela : vous rencontrer, se rencontrer, entre amoureux de l'art du collage.
    L'amour, l'amour toujours.
    Sur son cercueil en carton - pour la crémation - Lucile avait préparé deux petites pancartes, écrites au feutre et collées de chaque côté : l'une disait : " Je t'aime " , et l'autre " Merci la vie ".
    Je t'aime, merci la vie.

  • Les liaisons mijotées entre l'art du collage et la gastronomie.
    par Pierre Jean Varet (fondateur du musée Artcolle)
    L'appel de la colle et de la casserole ...
    Existerait-il un lien, même infime, entre la pratique de l'art du collage et celle de la cuisine, voire un état d'esprit commun entre le collagiste et le faiseur de cuisine ?
    Cette interrogation, libre et hors de tous préjugés et d'académisme, a commencé à me lécher les babines lorsque je travaillais à l'écriture d'une enquête sur les ateliers des collagistes, enquête qui m'a aiguisé le regard sur les détails de l'athanor des collagistes, croyant y apercevoir parfois des points de colle commun entre les découpeurs de matières et les mijotonneurs de saveurs.
    Etablir une liaison entre pratique de l'art du collage et celle de la cuisine me parut jouable : j'en appelais à moi les indices amarrés dans ma connaissance de l'histoire de cet art, comme des pièces de puzzle dont on changerait l'agencement afin d'en obtenir une autre vision - de Dufresny, l'inventeur de l'art du collage, et de recette culinaire - au collage de marbrelade, de Dereux et ses épluchures de légumes au restaurateur éditeur de roman collage.
    D'autre part cela fait plus de vingt ans que je commence mes stages sur les techniques de l'art du collage par cette déclamation - et ce tout autant pour détendre mes stagiaires que par conviction inconsciente : Les techniques de l'art du collage sont plus proches de l'esprit de cuisine que de celui de l'académisme.
    Alors, chiche ! Essayons d'établir une liste de correspondances entre cuisine et collage - accumulons des indices, et laissons le soin à un procureur de l'art de rendre la sentence concernant cette affiliation supposée - et d'en fixer éventuellement, pour l'une comme pour l'autre partie, le montant de la pension... alimentaire.

  • Pourquoi un dictionnaire des techniques utilisées dans l'art du collage ?
    Tout simplement parce que cela n'a jamais été fait, et que la seule chose qui m'anime depuis plus de trente années consacrées à l'art du collage est justement de créer ce qui n'a jamais été créé. On objectera que Jiri Kolar a publié dans les années 1990 un Dictionnaire des méthodes (je le sais particulièrement puisque j'en fus, à travers Artcolle, et le salon international de l'art du collage contemporain, l'un des diffuseurs) mais ce dictionnaire des méthodes de Jiri ne concernait que les méthodes de Jiri, et que, d'autre part, il définissait beaucoup plus ses états d'âme à la création de chaque méthode, que les méthodes elles-mêmes. Ce petit Dictionnaire des techniques utilisées dans l'art du collage propose donc un inventaire non exhaustif de toutes les techniques et procédés utilisés dans l'art du collage, et ce, quel que soit l'artiste, le pays, ou l'époque. Cela en est la première raison de son existence. La seconde en étant que ce dictionnaire m'apparaît comme un élément manquant, tout comme l'était le Dictionnaire des citations relatives à l'art du collage publié l'année dernière, et de certains autres ouvrages, parmi la trentaine publiée à ce jour, que j'ai consacrés à mon art.

  • Pierre Jean Varet, collagiste professionnel depuis 1992, fondateur du musée Artcolle, l'unique musée consacré à l'art du collage, est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur cet art, l'organisateur de stage et cours sur les techniques collagistiques, et de plus de 300 expositions relatives à l'art du collage.

  • A l'aube de ce XXIe siècle, le collage doit à son tour se mettre au défi. Si l'acte fondamental du collagiste est de peindre sans peinture avec les matériaux mis au rebut par son époque dont il devient par conséquent le témoin privilégié, il ne doit pas se contenter de ce rôle qui deviendrait une manière, voire un maniérisme de l'art. Le collagiste n'est pas qu'un ferrailleur recycleur qui donnerait aux matériaux un autre sens que leur usage social ; il n'est pas seulement un magicien qui redonnerait vie aux images qui n'en ont plus, il est avant tout un acteur et même un cré-acteur.

    C'est à ce titre qu'il fige sur la toile ces fragments de concepts, ces confrontations harmonieuses de réalités éloignées et ces symboles collectifs qui construisent assemblages et collages.


    Lorsque vous regardez les collages du peintre Schwitters ou les collages du poète Kolar, les collages du plasticien-musicien Coaquette ou ceux du collagiste-affichiste Villeglé, un seul mot vient à l'esprit, une seule sensation vous envahit : ce n'est ni peinture, ni collage, ni assemblage, mais poétique de l'oeuvre, poésie de l'artiste.


    L'art - et non pas l'art pour l'art - quand il est matières et signes, quand il est parole et communication, quand il est un fragment du "Nous-Vous" en un autre "Je", quand il fait parler les sens et communique d'âme à âme, quand il crée l'étincelle de la vie qui est ailleurs, cet art là peut renouer avec les valeurs originelles de la poésie de la matière et des signes.


    L'art du collage est avant tout poésie, il est la licence poétique du peintre comme la poésie est la licence du littérateur.

  • L'art du collage dans tous ses états



    Edition intégrale au format ebook de l'ouvrage « L'art du collage dans tous ses états » parut en 2009 (version papier : format 21x28 cm, 136 pages dont 80 reproductions couleurs de 80 artistes différents)
    Présentation :
    Dans cet ouvrage, le troisième d'une série consacrée à l'art et à la pratique du collage, Pierre Jean Varet, spécialiste en la matière, nous laisse entrevoir ce que peut être le quotidien du collagiste. Pratique par essence déstructurée et art de l'indiscipline par excellence, le collage s'accorde mal en effet avec une vie sociale structurée : coller n'importe quoi, n'importe où et dans n'importe quelles conditions est tout un art, certes, mais pas forcément une partie de plaisir.
    Comment en vient-on à consacrer son temps à une activité aussi régressive que de recoller ce que l'on vient de découper ou de déchirer ? Dans quelle organisation du temps et de l'espace intégrer cette pratique qui ne se satisfait que de la marge ?
    Englué dans sa pratique chronophage, envahi de déchets de toutes sortes, le collagiste dispose en effet rarement d'un SMIC garanti (Salaire Minimum Indispensable au Collagiste), d'un espace d'archivage et encore moins d'un atelier (en l'occurrence, la planche à découper de la cuisine fera effectivement office de... planche à découper).
    Bref, la vie de collagiste est un ensemble de contingences matérielles, faite de contraintes d'approvisionnement, de gestion des stocks et de recyclages des matériaux...Préoccupations très modernes finalement, à l'ère du développement durable, et contraintes drastiques certes, mais dont le dépassement constitue précisément tout l'enjeu artistique d'une pratique encore en panne de reconnaissance.
    Cette incursion dans le « quotidien collagiste » est donc un témoignage de l'originalité des expériences individuelles, aussi diverses et riches que la matière première qui compose les oeuvres présentées en annexe.
    Bertrand Athouel

  • La liberté est un collage - Hommage à Jiri Kolar
    Edition intégrale au format ebook de l'ouvrage « La liberté est un collage - Hommage à Jiri Kolar »parut en 2012 (version papier : format 21x28 cm, 96 pages dont 60 reproductions couleurs de 60 artistes différents)

    Présentation

    Entreprendre une biographie de Jiri Kolar c'est déjà rassembler les fragments d'un gigantesque découpage, tant sa vie semble constituée de rencontres improbables et de trajectoires croisées (chiasmage). C'est également questionner les divers Fragments, selon la méthode préconisée par Jiri Kolar lui-même : découper ce n'est pas détruire, disait-il en substance, mais interroger. C'est encore saisir toute l'ironie d'une telle entreprise : peut-on raisonnablement rapporter en un livre l'essentiel de la vie d'un artiste qui l'a justement consacrée à découper des milliers d'ouvrages ? C'est enfin méditer sur les traces et détours du langage lui-même, dont on ne dira jamais assez l'importance qu'ils revêtent pour les collagistes : l'enfer, disait-il encore, consisterait à remettre en ordre tous les morceaux des livres que j'ai découpés. Le poète qu'il était ne pouvait pas ignorer que "l'enfer" est aussi le terme désignant cette partie d'une bibliothèque nationale où sont rangés les ouvrages à ne pas mettre entre toutes les mains...surtout pas celles des collagistes, même de celles et de ceux qui lui rendent hommage à travers cet ouvrage...

    Bertrand Athouel

empty