Société des écrivains

  • Soléna d'hier et d'aujourd'hui À travers le regard et les souvenirs de famille d'une jeune fille d'aujourd'hui, l'auteur nous retrace l'histoire et le destin de Soléna, esclave sous les Tropiques en l'an 1800. Restituant ainsi, dans un contexte historique, les espoirs et le combat d'hommes et de femmes résolument déterminés à conquérir leur liberté et celle de leur descendance, il nous mène sur les traces d'une période sombre de notre histoire... En voyageant entre les Antilles et la Métropole, la nouvelle génération envisage positivement l'avenir, gardant en mémoire le courage de ses ancêtres. "Le jour se lève à nouveau" Léna a disparu... à la suite de son enterrement. ­Qu'est-il advenu de son corps ? Le Capitaine Frantz Karmon, le Commandant CD et son équipe se mobilisent pour élucider cette étrange et sordide affaire.

  • « Tous les habitants du quartier le connaissent, et la plupart d'entre eux, du moins ceux qui font partie de sa génération et qui sont encore vivants, reconnaissent volontiers l'ardeur dont il a toujours fait preuve au travail. Il était considéré, autant par ses amis que par ses ennemis, comme un travailleur pugnace, acharné, obstiné ; qui ne s'arrêtait que quand il avait atteint l'objectif qu'il s'était fixé. Chaque matin, on le voyait passer de bonne heure en sifflant ; l'oeil vif et la démarche alerte, il allait d'un bon pas cultiver son champ. » Après une dure vie de labeur, N.F. a été frappé de cécité à 70 ans. Plongé dans une obscurité angoissante, et sentant sa santé se détériorer au fil du temps, il retrouve, à 93 ans, un peu de réconfort et de compagnie pendant les neuf années de visites régulières de son filleul, revenu au pays, lui apportant détente et évasion. Ensemble, ils discutent de nombreux sujets et échangent leurs impressions communes sur la société et ses dysfonctionnements, à commencer par la destruction progressive et régulière du lien social. Ils évoquent et partagent des souvenirs, souvent empreints d'une douce nostalgie, d'une Martinique d'antan que regrette le vieil homme. Plus qu'un bel et poignant hommage à son parrain, le narrateur pousse un véritable cri du coeur. Il nous entraîne dans une profonde réflexion quant à notre rôle d'être humain : faisons-nous suffisamment preuve de patience, d'empathie et de générosité à l'égard des personnes âgées et/ou handicapées pour tenter d'apaiser leur souffrance, les délivrer de leur isolement, rendre moins cruel et plus supportable leur quotidien ?

  • « Il y a des choses qui reviennent souvent dans ma tête et que je préfère oublier. Ces choses qui reviennent à la mémoire et qui dérangent. Je n'étais qu'une enfant restavek parmi tant d'autres, un pantin comme les milliers de pantins qui vivotent dans ce pays. [...] Être accueilli et transformé en petit esclave n'est qu'une des fatalités. Le pays a surtout besoin d'un peu plus d'âmes charitables. » Ce récit bouleversant retrace la vie d'Ève Édouard, jeune fille qui voit son destin basculer lorsqu'elle tente d'échapper à une existence misérable à La Savane. Trompée et vendue en tant que domestique, la difficulté de ce nouveau départ n'a d'équivalent que dans le traitement qui lui est réservé par la maîtresse de maison. À travers cette chronique sans concession, l'auteur dévoile une page sombre de l'histoire d'Haïti, dénonçant avec justesse et sensibilité la condition de centaines de milliers d'enfants. À la fois reflet de cette jeunesse abandonnée et symbole d'espoir, le parcours d'Ève s'impose comme une véritable leçon de persévérance.

  • « Comment parler des Antillais, de façon objective et impartiale, si ce n'est en les interrogeant eux-mêmes ? Comment si ce n'est en cherchant à cerner, à décrypter, à travers leurs propos, leurs critiques, leurs confidences, quelles sont leurs préoccupations, leurs aspirations, le sens profond de leurs luttes et de leurs renoncements, leur degré effectif de motivation, d'investissement, dans les objectifs qu'ils se fixent et les défis qu'ils sont prêts à relever pour réussir leurs projets de vie ? »

  • Le baron noir

    Sergio Noré

    « En cours de route du côté de Ravine-Tourterelle, le grand colon l'air sombre dit encore à son Nègre : - La nuit sera chaude et l'orage gronde déjà... - Oui, bwana... pour le p'tit Nègre sans vergogne... Oui, le temps est à l'orage. - Faudra préparer la corde et déjà choisir la branche. - Oui, maître... La corde et la branche... oui, maître, ce sera fait. - C'est pour cette nuit. L'affaire sera bouclée cette nuit, l'Africain. - Oui, missié Gontran... Cette nuit, le préjudice sera réparé... Mais, le négro appartient à missié Sosthène. Comment allez-vous faire ? Belfond, excédé, fit entendre un raclement de gorge : - Je l'achèterai d'abord... pour mieux le pendre ensuite... Voilà la solution finale, l'Africain. » Une dramatique histoire d'amour interracial sur fond de racisme au temps de l'esclavage ; l'assassinat gratuit d'un gamin antillais par un jeune psychopathe protégé par l'appareil d'État ; décembre sanglant à Fort-de-France en 1959 sur fond d'émeutes et de violence urbaines... Sergio Noré nous brosse ici avec maîtrise une fresque impressionnante d'ombres et de lumières de la nature humaine en action aux Antilles. L'auteur met en scène des personnages cyniques, violents et sournois, mais aussi des gens généreux, serviables et sensibles évoluant dans la mosaïque étourdissante du carnaval des dieux et des héros. Avec ce triptyque aussi fascinant que percutant, le nouvelliste confirme ici son talent exceptionnel d'investigateur des recoins les plus sombres de la conscience humaine. Remarquable conteur, Sergio Noré revisite l'histoire - la petite et la grande - de la Martinique, diamant bleu des tropiques, avec l'élégance innée et l'érudition éclairée d'un écrivain visionnaire, comme s'il était doté d'une vue d'ensemble du temps.

  • "Lorsque j'ai fait mon stage de programmation neurolinguistique à Royan en 1994, on m'a donné les outils pour redresser la barre même par gros temps. On m'a appris à adapter mon objectif final nécessaire à mon élan de vie en fonction des imprévus. On m'a appris à réagir devant une barrière infranchissable par sa hauteur et qu'il ne fallait pas hésiter à la contourner, pour continuer à avancer. Je vais essayer de mettre cette leçon en application car la vie ne s'arrête pas aujourd'hui, elle va continuer encore un peu et je suis persuadé qu'elle sera encore merveilleuse." À travers cet ouvrage, Patrick Mainard se confie au lecteur en lui partageant son journal de bord. Il y raconte sa passion pour la mer qui lui a été transmise très jeune, les sacrifices qu'il a faits pour celle-ci, son retour mouvementé aux Antilles, mais aussi une période au goût amer où la souffrance a su le secouer plus violemment que ne l'auraient fait des vagues en colère. L'auteur démontre ainsi que malgré les difficultés rencontrées au fil du temps, de manière générale, il faut toujours garder le cap car la vie n'a de limites que celles qu'on lui donne.

  • Haïti, 2004. L'année tant attendue n'est pas la bienvenue. Jadis une perle, aujourd'hui devenue l'hérésie de la pire espèce, un pays complètement nu, dévêtu de sens. Il n'est pas question de morale, ni d'éthique, voire de décence. Larmes incessantes sur cette terre en colère, autant déçue et embaumée de sang qu'assoiffée de paix et d'amour... Autour du chaos politique haïtien, entre le coup d'État et l'exil forcé d'Aristide en février 2004, le journaliste Isidor Wadner dresse le bilan d'un pays aujourd'hui encore plongé en plein cauchemar. Évacuant toute artificialité, son écriture va droit au but et touche au plus près les maux d'une nation malmenée.

  • Que se passe-t-il lorsque les toubabs rencontrent les Sénégalais pendant leurs vacances ? Et de même à Cuba ? Un certain choc des cultures amadoué par une curiosité réciproque parfois piqué de respect, plus souvent balayé par un certain mépris. L'auteur dépeint par petites touches et une verve parfois cynique un Sénégal et un Cuba inconnus et les facettes singulières des anciens colonisateurs qui malgré tout s'attachent à une terre pauvre en y retournant. Ces carnets de voyage rythmés à l'instar des tam-tams, aux phrases endiablées invitent aux découvertes. Dépaysement garanti !

empty