Éditions de la Sorbonne

  • Grandeur et misere de l office Nouv.

    Appréhendant l'univers des officiers de l'administration des finances des xviie et xviiie siècles en Nouvelle-Espagne comme un espace social, cette étude reconstitue les pratiques, autant collectives qu'individuelles, d'un groupe de l'élite coloniale. La démarche suivie associe l'étude des parcours socioprofessionnels à celle de l'insertion familiale, sociale et économique de ces officiers. Au-delà, la reconstitution de leurs comportements débouche sur une réflexion relative aux modes de fonctionnement de l'appareil d'État dans une société coloniale de l'époque moderne. L'originalité de l'approche permet de défricher de nouvelles interprétations concernant les enjeux, les objets et les moyens mis en oeuvre par le pouvoir métropolitain pour imposer son autorité à l'une de ses principales colonies. Simultanément, l'étude s'oriente vers une anthropologie de la pratique du pouvoir parmi les élites coloniales. La mise en évidence de l'étroitesse des relations nouées par les officiers royaux avec le milieu local souligne la place centrale des stratégies familiales et l'influence décisive des pratiques clientélistes. Débouchant sur de vastes réseaux relationnels, ces dernières constituaient l'une des principales forces d'animation et de structuration de la société coloniale. Leur reconstitution éclaire sous un jour nouveau la place des groupes familiaux au sein de l'appareil d'État impérial et renouvelle notre perception de l'exercice du pouvoir dans la Nouvelle-Espagne du xviiie siècle.

  • Histoire d'une presse en Révolution, histoire militaire aux multiples facettes, histoire du Consulat et de l'Empire sont autant de thèmes chers à Jean-Paul Bertaud, tant dans ses activités d'inlassable chercheur que par son constant souci d'intégrer ses découvertes à son enseignement, qui a passionné des générations successives d'étudiants. D'un livre à l'autre, ses travaux nous ont donné à voir les réalités contrastées de l'entreprise de presse, les portraits de ceux qui prenaient la plume, intégrant les recherches en cours, en histoire politique comme en histoire culturelle, en histoire sociale comme en histoire militaire. Cette dernière, en profond renouvellement depuis trente ans, a vu Jean-Paul Bertaud engagé sur tous les fronts, du récit classique des batailles aux dimensions anthropologiques du combat et des combattants. Ce temps est certes celui de la Révolution française, mais peut-être surtout celui du Consulat et de l'Empire, dont Jean-Paul Bertaud est devenu l'un des spécialistes reconnus. Jeunes historiens s'inscrivant dans son sillage, auteurs plus chevronnés qui ont souvent été ses compagnons de recherche, chercheurs étrangers qui témoignent du rayonnement international de ses travaux, tous, avec le présent ouvrage, ont voulu rendre hommage au chercheur, à l'enseignant, à l'homme enfin. Les nombreuses contributions ici rassemblées apportent de multiples éclairages sur la presse de la fin de l'Ancien Régime au premières décennies du xixe siècle, sur les diverses manières d'aborder l'histoire militaire, sur les acteurs historiques et les espaces européens à l'époque du Consulat et de l'Empire.

empty