• De 800 à 1100, les Vikings, venus du Nord, sèment la terreur dans de nombreuses villes européennes. Ils pillent, s'emparent des trésors des églises et des monastères, enlèvent des habitants qu'ils rançonnent ou vendent comme esclaves.
    Mais on ignore souvent que ces marchands exceptionnels ont ouvert de nouvelles voies commerciales entre le Nord, Bagdad et Byzance. Ils se sont installés en Russie, dans les îles Britanniques, en Irlande, en Islande et au Groenland. Ils ont développé une poésie raffinée, vantant les prouesses des guerriers et les aventures des dieux. Les Vikings ne constituaient pourtant pas un peuple. Il n'était pas nécessaire qu'un sang scandinave coulât dans les veines du guerrier pour qu'il soit reconnu comme Viking.
    L'auteur utilise les plus récentes découvertes archéologiques et les récits des ambassadeurs arabes pour raconter le quotidien des paysans comme des seigneurs de guerre - un monde où règnent magie et fantômes. Loin des barbares sanguinaires souvent décrits, les Vikings ont ainsi été des acteurs économiques de premier plan de la nouvelle Europe, avant de disparaître avec l'évangélisation de la Scandinavie et la création des royaumes de Norvège, de Suède et du Danemark.

  • Édition officielle de la Conférence des évêques de France"La joie de l'Évangile remplit le coeur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Je désire m'adresser aux fidèles chrétiens, pour les inviter à une nouvelle étape évangélisatrice marquée par cette joie et indiquer des voies pour la marche de l'Église dans les prochaines années" : dès les premières lignes de l'exhortation apostolique Evangelii gaudium (la joie de l'Évangile), le pape François entend donner le ton à un texte auquel il reconnaît lui-même "une signification programmatique".Ce texte empli de tout l'élan missionnaire du pape François invite chaque chrétien à "entrer dans ce fleuve de joie" et à laisser cette joie déborder largement sur le monde.

  • Le dogme est immuable, mais l'Église ne cesse de se réinventer. Contre l'illusion de la fixité, ce livre montre que la Tradition a toujours été créatrice et la réforme continue. C'est aux hommes réels dans leur temps que, de siècle en siècle, s'adresse l'Évangile. Une démonstration révolutionnaire.
    Réformer ? Parce qu'on associe ce mot à la
    restructuration, au
    réaménagement, au
    dégraissage, le mot fait peur, évidemment. Voilà pourquoi il importe aujourd'hui de préciser la finalité et les fondements d'une véritable réforme de l'Église. C'est le but de cet ouvrage écrit par Joseph Famerée et Gilles Routhier.
    Songeant aux siècles à venir, comme à ceux qui se sont écoulés, les deux professeurs d'ecclésiologie démontrent que la fin de toute réforme serait de rendre l'Église plus apte à annoncer l'Évangile, et d'une manière authentique et crédible -; non seulement en discours et par le témoignage de ses membres, mais par son être même, jusque dans ses dimensions pratiques, juridiques et institutionnelles.
    On comprendra donc, en lisant ce livre plein d'espérance, que toute réforme ecclésiale ne pourra se réduire à une simple réorganisation en vue d'une plus grande efficacité. Ce qu'il faudrait, et qu'annoncent les auteurs, est une véritable " conversion pastorale ", ce qui indique tout du caractère spirituel et évangélique de la réforme, sans en taire les exigences institutionnelles.
    N'ayons pas peur de nous réformer !

  • La première encyclique du pape François.Écrite à quatre mains avec le pape Benoît XVI, cette encyclique vient compléter la réflexion entreprise sur les vertus théologales à travers les encycliques sur l'amour et l'espérance. Revenant au coeur de la foi catholique, cette réflexion invite à une profonde méditation sur les liens qui unissent la foi à la vérité et à la raison et proclame une foi en l'amour dont la vérité est d'abord "la vérité d'un amour". Ancrée dans la fraternité et l'ouverture, la foi annoncée se partage largement et Lumen Fidei appelle les chrétiens au partage, non seulement pour partager leur foi, mais pour se mettre "au service concret de la justice, du droit et de la paix."
    Moins de quatre mois après son élection, le pape François signe en étroite collaboration avec son prédécesseur une réflexion profonde, construite et ouverte qui rayonne d'une lumière appelée à se transmettre.Traduction française officielle.

  • Benoît XVI partage son histoire pour la première fois depuis sa renonciation. Joseph Ratzinger est largement reconnu comme l'un des plus brillants théologien et dirigeant spirituel de notre époque. Il est né en Allemagne en 1929 et la montée du nazisme et de la guerre ont profondément marqué sa vie. Ratzinger a été élu pape en 2005, prenant le nom de Benoît XVI. Il a ouvert un chemin de purification pour l'Église catholique romaine à un moment où elle a été secouée par des scandales financiers et des scandales de violences sexuelles. Il a répété à plusieurs reprises que l'Europe devait retrouver ses racines chrétiennes et construire un nouvel humanisme pour le XXIe siècle. Benoît XVI a été mal compris par beaucoup et, en 2013, il a étonné le monde en démissionnant de la papauté. Beaucoup ont vu dans ce geste comme un signe du déclin du catholicisme, mais c'était le contraire : c'était une graine nécessaire pour ouvrir l'Église à une dimension vraiment universelle et au renouvellement entrepris par son successeur.
    Ce livre est préfacé par le pape François et contient le premier entretien de Benoît XVI depuis la fin de son pontificat.

  • L'Europe de la paix peut-elle être un lieu vide de toute spiritualité ? Loin de la fausse querelle sur ses " racines chrétiennes ", l'un des grands théologiens d'aujourd'hui montre comment le Vieux Continent a besoin d'un christianisme réinventé pour trouver une nouvelle jeunesse. Dans ses discours devant le Parlement européen et le Conseil de l'Europe, le pape François n'a pas hésité à esquisser l'image d'une Europe blessée, qui traverse une profonde crise de confiance et d'espérance. Le christianisme est, lui aussi, concerné par cette crise : sa force d'inspiration semble être affaiblie.
    Comme l'Europe, il se trouve devant l'alternative : dissolution ou réforme. Christoph Theobald relève ce défi, le prenant pour point de départ d'une traduction contemporaine du croire, espérer et aimer, offert par la tradition biblique et chrétienne. Il se laisse guider par la question : comment témoigner aujourd'hui d'une espérance commune et comment laisser advenir une confiance mutuelle ? Ses réflexions le conduisent à comprendre l'être chrétien comme une manière de vivre selon une sainte hospitalité, susceptible de produire de la confiance, d'engendrer de l'espérance et d'offrir à une Europe blessée une nouvelle force de vie.

  • "Que votre livre de prière et de méditation habituel soit les Actes des Apôtres. Allez là pour trouver l'inspiration. Et le protagoniste de ce livre, c'est l'Esprit Saint"Répondant à l'invitation du pape François, qui inaugure par ces mots le mois missionnaire extraordinaire d'octobre 2019 pour célébrer le centenaire de l'exhortation apostolique sur la mission Maximum illud, Mgr Dubost livre dans cet ouvrage original et enthousiasmant un double commentaire, littéral et pastoral, des Actes des Apôtres.Comprendre comment l'Esprit Saint a animé le cercle des premiers disciples pour les envoyer annoncer jusqu'aux confins du monde l'Évangile du Christ, c'est en effet comprendre que, encore aujourd'hui, la mission est au coeur de la vocation chrétienne. Tout chrétien est invité à s'engager sur des chemins d'annonce innovants. Par-delà une actualité ecclésiale spécifique, cet ouvrage constitue ainsi une précieuse ressource pour tous ceux qui, seuls ou en groupes, souhaiteraient s'engager davantage, concrètement, dans cette aventure - en n'oubliant jamais, grâce à des prières ponctuant chaque chapitre, la place essentielle qu'y tient l'Esprit Saint.


  • Un curé pas comme les autres.

    À Marseille, en haut de la Canebière, l'église des Réformés devait être détruite. L'évêque tente une dernière chance et en confie la charge au père Zanotti-Sorkine. Sept ans plus tard, dans ce quartier où les catholiques sont minoritaires, chaque dimanche matin, l'église est archipleine. Cent soixante-deux baptêmes d'adultes ont été célébrés à Pâques. Un miracle ? Non, mais une exception en France qui tient à quelques raisons. L'église est ouverte douze heures par jour, la messe est dite quotidiennement dans la nef. Le culte est célébré dans la grande tradition : processions solennelles, enfants de choeur, encens, grandes orgues, chants, célèbres sermons du nouveau curé, chapelets dits en commun, confessionnal ouvert deux fois dans la journée.
    Le prêtre reçoit sans rendez-vous tous les soirs à partir de vingt heures. Ce qu'il prêche : les grands préceptes de l'Église catholique, le don de soi, l'amour des autres, la confiance en Dieu, la pratique religieuse. Tous les paroissiens le disent : " Je viens ici parce que j'y découvre ce que je n'ai pas trouvé ailleurs. "

  • Sortons d'une foi fatiguée et ennuyeuse ! Un ouvrage juste, lumineux, percutant et nécessaire pour remédier à la fatigue de croire, qui s'appuie sur la conviction de Pierre que tout le monde cherche le Christ "Tout le monde te cherche" (Mc 1, 37). Une réflexion profonde sur les sacrements qui nourrissent la foi chrétienne. Une parole adressée à tous les catholiques dans un style très facile et très agréable.
    Préface de Monseigneur Le Saux.

  • Écrites au IVe siècle, ces biographies ont été composées pour célébrer la mémoire d'évêques d'Asie Mineure, l'un connu par son épitaphe, l'autre par le récit de son martyre. Elles les présentent avec des traits hagiographiques, mettant en relief leurs vertus, la qualité et l'orthodoxie de leur enseignement, le succès de leur activité d'évangélisation et leurs pouvoirs de thaumaturge. Elles tracent le portrait idéal de l'évêque du IVe siècle, enseignant et garant de la vraie doctrine contre les déviations hérétiques, protecteur et bienfaiteur de sa cité. Elles témoignent aussi de la manière dont deux chrétientés asiates repensent leur passé païen et chrétien ou font remonter au IIe siècle les pratiques et les problèmes de leur époque.
    Si l'épitaphe d'Abercius et le récit du martyre de Polycarpe ont fait l'objet de très nombreuses études, ces deux biographies n'ont jamais été traduites en français. Elles sont restées peu connues, mais constituent un précieux témoignage sur la situation et les problèmes du christianisme en Asie Mineure au IVe siècle.
    Pierre Maraval est professeur émérite à l'Université de Paris-Sorbonne. Spécialiste de l'Antiquité tardive, il a publié dans « La roue à livres » l'Histoire secrète de Procope et les Histoires d'Agathias, les Lettres et discours de Constantin, et édité plusieurs textes aux Sources Chrétiennes. Il est également l'auteur de biographies de Constantin, Théodose et de Justinien.

  • Au lendemain de la crise iconoclaste, alors que les moines apparaissent comme les héros de l'orthodoxie restaurée, le patronage aristocratique et impérial des fondations monastiques permet l'émergence de grands monastères dans l'Empire byzantin. Le présent ouvrage s'intéresse aux relations des moines avec l'empereur, relations personnelles, spirituelles et institutionnelles qui sous-tendent ce patronage a priori paradoxal ; entre le ixe et le xiiie siècle, les monastères bénéficiaient de privilèges importants alors même que les empereurs cherchaient à limiter l'emprise des puissants sur les terres, principalement pour des raisons fiscales. L'amitié des empereurs pour les moines s'inscrit dans le contexte plus général de l'affirmation des valeurs monastiques dans l'Église et dans la société byzantines ; intercesseurs privilégiés des hommes auprès de Dieu, les moines deviennent les guides spirituels privilégiés des membres de l'aristocratie. Sur le plan institutionnel, les sources indiquent que le souverain exigeait des services militaires et politiques en contrepartie de sa générosité, et détenait dans certaines de ces fondations des droits de patronage contraignants. L'amitié des empereurs pour les moines devient également un topos littéraire qui témoigne d'un élément nouveau dans le discours sur le pouvoir impérial, l'attrait des empereurs pour le mode de vie monastique ; les sources narratives contribuent ainsi à l'élaboration d'un nouveau modèle de royauté qui domine les différentes formes d'expression du pouvoir impérial byzantin à partir du ixe siècle, celui d'une royauté monastique.

  • Parmi les multiples répercussions de la Découverte des Indes Occidentales pour le monde, nous nous intéresserons surtout ici à la manière dont elle s'est traduite en termes de responsabilité pour l'Espagne. En un temps où l'on ignore encore tout de l'étendue réelle des terres entrevues par Colomb, les Bulles Alexandrines assignent en effet aux Rois Catholiques une mission spirituelle envers les peuples qui s'y trouvent, tout en déléguant à cette fin aux souverains le gouvernement temporel de ce qui ne tardera pas être perçu comme un Nouveau Monde. Les formes que cette domination prend sur le terrain, en provoquant en particulier la rapide diminution de la population des Antilles, suscitent des interrogations sur les indiens et sur le droit de la Couronne à les asservir. Le débat sur la nature des Indiens et sur leur aptitude à la raison prend son sens dans ce contexte : il s'agit de justifier la domination étrangère par la barbarie attribuée aux vaincus, ou, à l'inverse, de la remettre en question par une défense des droits des indigènes. La contestation sur la conquête ne porte d'ailleurs jamais sur le fond - la tutelle espagnole est unanimement jugée souhaitable à des degrés divers - mais sur la manière de procéder des conquistadores et des enco-menderos que l'on sait désormais brutale et dangereuse. Aux dénonciations, émanant essentiellement du clergé missionnaire, s'ajouteront bientôt divers plans de réforme, appelés à retentir diversement sur la législation.


  • "Perdants" de l'Histoire, et, à ce titre, longtemps maltraités dans l'historiographie française, les dévots sont généralement ravalés à des clichés : catholiques fanatiques pendant les guerres de Religion, suppôts de l'Espagne sous le règne d'Henri IV, comploteurs invétérés sous celui de Louis XIII... Ils sortent enfin de l'ombre avec ce livre, fruit de rencontres organisées à l'Université Paul-Valéry Montpellier III par le Pr Serge Brunet. Les treize contributions retenues couvrent la majeure partie de la période moderne, de la fin du XVI

    e

    siècle au temps des Lumières. Elles reconstituent, tout d'abord, les affinités et les modes d'association des dévots, dans l'orbite de l'Oratoire, de Saint-Sulpice et de la Compagnie de Jésus. Elles approfondissent, ensuite, la question de leur engagement politique, à travers leur implication dans la querelle janséniste, leurs activités dans les provinces françaises, leurs liens avec l'Espagne, leur positionnement à l'égard de la monarchie absolue... Elles restituent, pour finir, leurs oeuvres spirituelles et charitables, en s'attachant à refléter la diversité de ces dernières : dons de reliques, missions rurales, assistance aux pauvres, évangélisation de la Chine.

  • Del paganismo a la santidad (1532-1750) rescata del olvido la larga lucha de los indígenaspara ser reconocidos como cristianos y permite superar la idea de que resistieron a ladominación aferrándose a la inmovilidad. El poder colonial se justificaba por su misión evangelizadora que sólo podía convertir entarea permanente negando los cambios. Hizo del nombre indio una categoría jurídica quele garantizaba tributo, mano de obra y la ilusión de una comunidad recluida en un compartimento estanco. Desde hace cuarenta años, un sector de las ciencias sociales, buscando rescatar el papel de la población nativa como agente histórico, ha hecho paradójicamente suyas las polarizaciones de la ideología colonial. Como una invitación urgente a cuestionar esos esencialismos y a repensar los orígenes delas identidades en el Perú de hoy, he aquí algunas de las múltiples propuestas y ejemplos desafiantes que este libro le ofrece al lector: la influencia de los catecismos sobre el Taki onqoy y el mito de Inkarrí predicado en quechua por un extirpador de idolatrías, un dios antiguo que se encarna en figuras de corte renacentista y la destrucción de imágenes cristianas por visitadores eclesiásticos, Cristo coronado con la mascapaycha por los jesuítas y una mulata que libra al inca del infierno bautizándolo, la creación colonial de las categorías cosmológicas andinas y españoles ofreciendo sacrificios a las huacas, la voluntad indígena por reproducir la liturgia católica y la frustrada canonización de un santo indio. Conocer la complejidad, el dinamismo y las contradicciones de los procesos culturales de laformación del Perú moderno, impedirá que se siga hablando de una sociedad escindida sin comunicación entre sus partes, de sincretismos que ocultarían creencias inalteradas o de mestizajes homogenizadores

  • Cette étude consacrée au soft power sud-coréen, autrement qualifié de « puissance douce », permet de mieux comprendre un aspect méconnu du développement des échanges entre la Corée du Sud et les pays du sud-est asiatique. Il s'agit ici d'appréhender, en particulier, les liens qui se sont tissés entre la démarche prosélyte d'une Église pentecôtiste et l'expansion de la présence sud-coréenne au sein de la région. Les actions menées par l'Église du Plein Évangile doivent être comprises en relation avec les efforts entrepris ces dernières années par le gouvernement et les grandes entreprises sud-coréennes afin de véhiculer une « bonne image » de la Corée du Sud et de faciliter les échanges avec les différents pays d'Asie du Sud-Est. Cette politique s'inscrit dans une démarche de long-terme fondée sur des sphères d'influences partagées issues des univers politiques, économiques et culturels. C'est en effet dans cette optique que l'on peut s'interroger sur la mise en place de « stratégies d'influences sud-coréennes ». L'analyse précise de l'organisation et des activités de cette institution religieuse permet ainsi de mieux saisir l'articulation entre ces réseaux d'influences multiples, souvent analysés séparément, et de souligner le rôle de cette Église dans la mise en scène d'une représentation « fantasmatique » de la réussite du modèle de développement sud-coréen.

  • Notre monde contemporain, de plus en plus déchristianisé, nous pousse à dépoussiérer notre vision de la mission et de l'évangélisation. Quand la mission rime encore avec l'idée de partir au loin dans un esprit de conquête, elle est dépassée et critiquable ; quand l'évangélisation cherche prioritairement à faire changer de confession d'autres chrétiens, elle est souvent stérile et conflictuelle. Il importe dès lors de revisiter les textes bibliques pour y discerner le Dieu missionnaire, et son approche radicale, mais pleine de grâce ; un Dieu dont la mission est de réconcilier le monde avec lui. L'engagement des femmes et des hommes de la Bible, comme cela peut l'être pour celles et ceux d'aujourd'hui, n'est finalement qu'une participation à la mission de Dieu.
    Ce livre, qui propose un parcours à partir des textes-clés de la mission dans la Bible et de ses figures missionnaires, est un encouragement à considérer à frais nouveaux notre situation de témoins. Non seulement le témoignage est prioritairement de l'ordre de la relation avec notre prochain, mais plus encore, il ne peut qu'être le fruit d'une relation privilégiée avec Dieu.

  • En sentido contrario

    Collectif

    La globalización, en sus formas contemporáneas, tiene un impacto sin precedentes en el desplazamiento de prácticas religiosas que antes estuvieron profundamente ancladas en tradiciones, territorios y grupos sociales específicos, sobre todo etnonacionales. Esla obra examina los procesos de transnacionalización de diferentes religiones que recorren en sentido contrario las rutas y los intercambios entre África, Europa y América. Las etnografías contenidas en este volumen describen tradiciones religiosas que viajan en el equipaje de los migrantes para refundar comunidades diaspóricas; religiones afroamericanas que debido a su fama internacional ampliaron y transnacionalizaron su red de parentesco ritual dando paso a la iniciación de nuevos adeptos; misiones cristianas que emprenden la reconquista del viejo continente; circulación de ritos y símbolos en circuitos mercantiles globales que ofrecen segmentos de las tradiciones religiosas reconvertidas en mercancías artísticas, terapéuticas, mágicas y turísticas; y finalmente, fronteras que atravesaron y con ellas transnacionalizaron prácticas religiosas étnicas y nacionales. Todas estas dinámicas de movilización transnacional son objeto de estudios a partir de los cuales analizamos nuevas formas de crear redes, circuitos y liderazgos; pero también nuevos impulsos para fundar naciones imaginadas que atraviesan y trascienden los Estados-nación modernos.

  • En octobre 2018, après 2 ans de préparation à tous les niveaux de l'Église, s'est tenu à Rome le Synode sur "les jeunes, la foi et le discernement vocationnel".À la fin de ce mois de travail et de partage qui a réuni autour du pape François une assemblée d'évêques, d'experts et de jeunes, les Pères du Synode ont remis au Saint-Père ce document final.Riche et dense, ce texte est une invitation à vivre, à notre tour, un travail communautaire autour de la question de la pastorale des jeunes. La présente édition est accompagnée par des propositions de mise en oeuvre travaillées par le Service National pour l'Évangélisation des Jeunes et pour les Vocations : un itinéraire en 12 étapes pour une conversion pastorale avec des indications précises pour le travail ensemble et le discernement pastoral.Cet ouvrage s'adresse donc tout particulièrement à ceux qui souhaitent, à la lumière du Synode, renouveler leur approche pour annoncer aux jeunes générations l'Évangile de la joie.Présentation par Monseigneur Laurent Percerou. Président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes au sein de la Conférence des évêques de France.

  • Un texte historique de l'Église catholiqueDépassant l'appel traditionnel à la mission lointaine, ce texte invite l'Église tout entière, là où elle est, à évangéliser, c'est-à-dire à annoncer à tous les peuples, à tous les pays, à toutes les cultures, le bonheur que Dieu promet à l'homme et qu'il lui assure en Jésus-Christ.Retrouvez aussi les 16 textes du Concile Vatican II rassemblés dans un seul livre numérique : Tous les textes de Vatican II.

  • Luc, tel que l'imagine l'auteur, est un non-Juif du premier siècle qui brûle de joie parce qu'il a découvert Jésus. Et, il voudrait que d'autres, et en particulier son ami Théophile, puissent vivre la même expérience enthousiasmante.
    Luc se met en tête d'écrire pour convaincre d'autres d'adopter comme lui la nouvelle religion qui se répand dans le bassin méditerranéen. Étape par étape, son projet se met en place, et, un jour, son livre est publié.
    L'évangile selon Luc est ensuite présenté simplement, section par section, avec ses particularités d'écriture, de manière à inciter chacun à lire ce petit livre antique toujours pertinent au vingt-et-unième siècle.

  • El libro de Susana Andrade constituye un trabajo serio que interroga las razones de la conversión al protestantismo de la población indígena de la provincia de Chimborazo. El análisis de varios sistemas religiosos presentes en la provincia demuestra cómo éstos son una estrategia de adaptación a un mundo de intensos cambios económicos, sociales y políticos. Las antiguas creencias y dioses ya no son considerados efectivos. El análisis del evangelismo protestante indaga la transformación de las mentalidades indígenas, en particular del ethos económico. La autora, además, aborda la dimensión transnacional del grupo pues su investigación incluyó no solamente a los campesinos de Colta (Chimborazo) sino también a los emigrantes de la zona, actualmente residentes en Venezuela. Esto permite el acceso a información valiosa sobre las relaciones entre conversión, migración y actividad económica. El objetivo del análisis del pentecostalismo, es mostrar cómo éste se "quichuaniza" con una reinyección de temáticas provenientes de la religiosidad indígena como la oración, la interpretación de sueños, los bautismos en lagunas, las cuales han sido objetos de una devoción específica en las culturas precolombinas. El libro se apoya en una recolección considerable de información realizada en el largo plazo (más de 10 años) y revela un conocimiento profundo del medio. Estas páginas permiten una verdadera sumersión en el universo protestante quichua.

  • El padre Manuel Marzal, S.J., fue un eminente investigador de la religión andina y sus transformaciones a través del tiempo, así como de las manifestaciones culturales y religiosas de los sectores populares del Perú, la historia intelectual y la actividad evangelizadora de la Orden de los Jesuitas en América Latina. Sus profundos y vastos conocimientos de estas temáticas se plasmaron en una serie de obras maestras y en una intensa labor pedagógica, antropológica y pastoral de profundo sentido humano, desarrollada por más de tres décadas en la Pontificia Universidad Católica del Perú y concluida en la Universidad Antonio Ruiz de Montoya, perteneciente a la Compañía de Jesús. Por la calidad de sus contribuciones, este libro es un digno homenaje a la figura del maestro y un tributo a su labor científica, como antropólogo y etnohistoriador. Los ensayos reunidos en este volumen, obra de destacados estudiosos de diferentes países de América y Europa, enfrentan y desarrollan varios de los temas trabajados por el padre Marzal, mostrando cuán relevante y fecunda ha sido su obra. Los textos, que en su mayoría se enmarcan en el vasto campo de las intersecciones entre antropología e historia, constituyen relevantes aportes en el estudio de la historia y la cultura de la sociedades indígenas, el trabajo misionero de los Jesuitas en América desde la Colonia y la cultura religiosa popular contemporánea. Por ello, el valor de este libro radica en sus valiosas contribuciones al campo de conocimientos que el mismo P. Marzal contribuyera a forjar.

  • De solides bases pour penser l'évangélisation sur le Web

    À l'été 2016, la Société Internationale de Théologie Pratique (SITP) a tenu à Ottawa son 10e congrès sur le thème « Découvrir, vivre et an­­noncer l'Évangile dans un monde transformé par les nouveaux médias numériques ».
    L'événement fut l'occasion de réfléchir sur les significations théologi­ques et pastorales des nouvelles pratiques liées de près ou de loin à un environnement numérique en perpétuelle mutation. Il permit également de mieux comprendre en quoi une prise en compte intégrée des nouvelles modalités numériques par l'Église peut servir sa mission d'une manière novatrice qui suscite l'espérance.
    Le présent ouvrage rassemble des contributions de ce congrès. Des penseurs, des théologiens, des théologiennes, des pasteurs et des spécialistes des médias du Québec, de France, de Belgique, de Suisse, du Liban et d'Afrique témoignent donc, chacun à leur façon, qu'une partie de l'avenir de la mission ecclésiale tient à la qualité du discernement et à l'audace des chrétiens et des chrétiennes qui osent s'aventurer sur le nouveau continent numérique.

  • Comment Jésus formait-il ses disciples ? Les évangiles témoignent que le Christ intervenait souvent auprès de ceux-ci, afin qu'ils deviennent eux aussi, à leur façon, de véritables leaders pour l'Église naissante. Il est donc possible, en scrutant les attitudes de Jésus et en les liant à ce que l'on sait aujourd'hui sur le développement du leadership, de bien s'outiller pour devenir un vrai leader chrétien et en former d'autres par la suite.

empty