• Six fois et demie la valeur de la production mondiale : voilà ce que représentent aujourd'hui les marchés des swaps. Formidables outils de gestion du risque pour certains, instruments de spéculation éminemment suspects pour d'autres, ces produits dérivés lucratifs ont connu un succès fulgurant depuis leur invention au début des années 1980. Placés au rang des coupables lors de la crise de 2007-2008, ils sont emblématiques de la financiarisation de l'économie mondiale. Aux côtés des banquiers, des acteurs plus discrets ont oeuvré pour permettre à ces contrats de flux financiers de prospérer en marge des grandes réglementations : les juristes. Par leur travail de construction d'un langage juridique propre aux swaps, de standardisation des contrats d'échange, d'interprétation des lois et d'argumentation devant les tribunaux, les éminents cabinets d'avocats américains et internationaux ont instauré les normes de ces nouveaux marchés. Leurs techniques essaimées dans le monde entier ont prodigué à l'industrie financière une autonomie considérable. Ils ont révolutionné la culture juridique du monde des affaires. Un voile est ici levé sur la dimension juridique, aussi déterminante que méconnue, de la globalisation financière.


  • Les années 1990 ont permis à Francis Fukuyama d'annoncer la fin de l'histoire. Les années 2000 ont montré combien il était illusoire d'imaginer un monde pacifié, sans conflits, sans forces obscures dont on ne mesure jamais, avant qu'elles n'appara


  • Une enquête unique et terrifiante dans le monde de la finance, véritable bombe à retardement au coeur de notre société.

    Pour comprendre le krach financier de 2008 qui a mené l'économie mondiale au bord de l'effondrement, Joris Luyendijk, journaliste d'investigation et anthropologue, s'est immergé plusieurs mois au coeur de la City de Londres.
    Il y a rencontré plus de deux cents acteurs de la finance, qui, sous couvert d'anonymat, révèlent les dysfonctionnements aberrants du secteur : opacité technologique et mathématique, toxicité des conditions d'embauche et de licenciement, obsession du court-terme... Certains avouent même avoir stocké des réserves de nourriture, acheté de l'or et s'être préparés à évacuer leurs enfants à la campagne lors de l'effondrement de Lehman Brothers ! Pourtant, depuis cette panique, rien n'a changé.
    Faisant voler en éclats bien des clichés, Joris Luyendijk nous dévoile un monde beaucoup plus dangereux que ce que l'on peut imaginer, et nous explique pourquoi une nouvelle catastrophe semble inéluctable.

  • La réussite de la Chine est aussi fulgurante qu'inédite. Au rythme actuel, elle pourrait même devenir la première puissance économique mondiale dès 2022. Pourtant, les stigmates d'une croissance à marche forcée s'accumulent : des villes fantômes, des faillites en cascade, des révoltes de plus en plus fréquentes, des dérives issues de la politique de l'enfant unique, des scandales alimentaires à répétition, des aéroports paralysés par la pollution...

    À travers une analyse percutante, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier montrent que ces déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux pourraient déboucher sur une crise majeure dans les années à venir. C'est toute l'économie mondiale qui serait alors entraînée dans le sillage du géant asiatique.

    Pour saisir la menace, les auteurs décrivent la spécificité du modèle de développement chinois, avec ses contradictions et ses zones d'ombre : un "socialisme de marché" qui mêle parti unique, capitalisme débridé, corruption, contrôle des prix, plan quinquennal, concurrence féroce... Reste à savoir si la crise de ce système sera simplement transitoire, ou mènera à son effondrement.

  • En este libro se propone una estrategia innovadora para lograr el Estado de bienestar en el siglo XXI: reorientar las actividades económicas hacia la construcción y reconstrucción de ciudades sustentables. En una economía mundial que enfrenta crisis económicas y políticas, Roberto Kozulj plantea que si las actividades vinculadas al desarrollo urbano se reorientaran hacia la obra pública, se tendería a resolver en gran parte el problema del desempleo estructural. A partir de un crecimiento económico basado en la activación del empleo de baja cualificación, el mantenimiento y transformación de ciudades permitirían que la sustentabilidad despliegue sus beneficios. Por una parte las generaciones futuras podrían disponer de recursos naturales y un medioambiente no degradado y, por otra, ejercer sus oportunidades de ser insertadas en el mercado laboral.

  • Roberto Kozulj proposes a bold and vital idea in a global context marked by economic and political crises: how to achieve the welfare state in the 21st century. If new ideas and approaches do not emerge, the most likely is that there will be a proliferation of analyzes, opinions and controversies that, in general, repeat old recipes. In this work the author proposes that if the activities linked to urban development are reoriented towards the construction and reconstruction of sustainable cities, it would tend to solve a large part of the problem of structural unemployment. Urban maintenance and the transformation of cities, which require low-skilled labor, would allow sustainability to deploy the set of dimensions that it entails. These range from the right of future generations to have natural resources and a non-degraded environment, to their opportunity to be inserted into the labor market.

empty