• Dans ce dialogue empli de sagesse, Caton est désigné comme l'avocat de la vieillesse contre quatre chefs d'accusation : elle empêcherait de briller dans la vie publique, affaiblirait le corps, interdirait les plaisirs et ferait sentir l'approche de la mort. Pour Caton au contraire, la vieillesse est l'âge le plus propice aux oeuvres accomplies de l'esprit, le corps étant délivré de la servitude des sens. Elle prépare l'âme à la libération totale procurée par la mort. Caton suggère une attitude exemplaire et loue l'expérience. Celui qui n'attend que de lui-même n'a rien à craindre des lois de la nature : "La faiblesse convient à l'enfance ; la fierté à la jeunesse ; la gravité à l'âge mûr ; la maturité à la vieillesse : ce sont autant de fruits naturels qu'il faut cueillir avec le temps."

    Né en 106 av. J.-C., mort en l'an 43, Cicéron put très jeune démontrer ses talents d'orateur, devenir grand avocat de Rome et connaître la gloire, lors du procès qui conduisit à la condamnation de Caius Verrès, gouverneur concussionnaire de la Sicile. Consul, il écrivit des oeuvres de philosphie politique (De oratore, De re publica et De legibus) et un Brutus. Défenseur d'un idéal de formation universelle, il est souvent placé à l'origine de l'humanisme tel que conçu à la Renaissance.

  • Âge d'or de la civilisation minoenne, la période néopalatiale (1600-1425 avant notre ère) révéla un paysage architectural foisonnant et complexe. Bien que cette architecture fut largement étudiée et commentée, à ce jour, elle reste l'objet de bon nombre d'interrogations et souffre de l'absence d'approches réellement systématiques et exhaustives. En se basant sur les principes de la théorie de la syntaxe spatiale et en les étoffant de méthodologies auxiliaires, cet ouvrage se propose d'analyser le bâti néopalatial sous ses formes les plus diverses. Ce faisant, il vise également à une meilleure compréhension du fonctionnement de la société minoenne au début de l'âge du Bronze Récent. Ce livre s'adresse à toute personne ayant un intérêt pour la civilisation minoenne, et en particulier son âge d'or et sa production architecturale. De manière plus générale, il sera également utile aux lecteurs s'intéressant aux rapports complexes entre la société et son espace bâti, ainsi qu'à l'application de l'analyse de la syntaxe spatiale dans le cadre de la recherche en archéologie.

  • Vous pouvez sortir les mappemondes, les cherche-étoiles, les GPS, vous ne trouverez pas le village franco-ontarien de Villery, car il n'existe que dans l'imaginaire de l'auteure Michèle Matteau. Mais si vous souhaitez quand même vous y rendre, suivez la ligne de vie de son personnage principal, Léandre Arcand. Instituteur retraité, Léandre est, à 73 ans, un héros du 3e âge, pas celui des chaises berçantes et des Peppermints roses, mais celui de la curiosité et de l'accueil aux différences, qu'elles soient de générations, de style de vie ou de race.
    Mû par son altruisme, il cherche des solutions aux maux de sa communauté et aux êtres qui l'entourent, comme autant de soleils qui éclatent et réchauffent. Impossible à son âge d'éviter les questions sur le sens de la vie et de la mort, la peur qui tenaille face au déclin du corps et de l'esprit. Heureusement des rencontres le réjouissent. Qu'il s'agisse de l'amour avec la belle Florence Santerre, animatrice à Radio-Canada ou de l'amitié avec le vieux docteur Ladislas Vermes qui entretient sont étrange cimetière de violettes africaines, Léandre écoute réfléchit, discute, apprend, en amoureux de la connaissance qu'elle réconforte ou déstabilise...

empty