Sciences humaines & sociales

  • Claude Georges Picard apporte ici le témoignage d'un soldat « appelé », chasseur alpin, envoyé, en 1961, lors des «événements d'Algérie» sur un piton de Kabylie, dans un poste militaire isolé au coeur de la zone rebelle, à 1200 m d'altitude dans la neige hivernale et sous le soleil accablant de l'été, remplissant à la fois son devoir de soldat et celui d'instituteur-infirmier-écrivain public improvisé dans un village kabyle entièrement acquis à la rebellion. « Encore un accrochage dans le village avec les fells. Leur pouvoir d'évanouissement est magique. Ne dit-on pas disparaître par enchantement. A la première rafale ils se fondent dans la nuit, se volatilisent et nous restons comme des cons, seuls et désemparés sur le terrain. Ils doivent bien rire, planqués dans la forêt, enterrés dans leurs caches invisibles... Les lendemains d'accrochage, toujours beaucoup d'appréhension en descendant dans le village. Entre le soldat de nuit, qui n'hésiterait pas à tirer et le gentil soldat qui soigne, apprend à lire et compter, je m'y perds. Lequel est le vrai ? » Un témoignage unique, sans la moindre concession sur les faits et une interrogation profonde sur le drame de conscience qui fut celui de la jeunesse de l'époque. Témoignage qui a fait l'objet en avril 1984 , de cinq émissions à France-inter : « Le Passé singulier », de Michel Winock et en 1992 d'une lecture de certains passage par Richard Berry sur France 2 dans « Envoyé Spécial ». « Ce manuscrit édité par les EDITIONS DU NET est unique en son genre. J'ai déja publié trois de ses prédécésseurs au CNRS. À ma connaissance il est un des rares à dire ce qu'il tente de faire pour saisir sa hiérarchie contre l'abus des tortures et autres exactions. » Jean-Charles Jauffret

  • Si nous ne parvenons pas à changer l'enchaînement des événements, la France s'enfoncera dans le chaos de la détestation du monde comme d'elle-même.
    Jamais je ne m'y résignerai : il nous faut résister. Résister, c'est espérer.
    Je prends la mesure du défi qui nous attend et m'attend. J'en connais d'avance la charge et les périls. Mais j'y suis prête.
    Cet engagement, je le dois à cette France périphérique d'où je viens. Celle des jeunes exclus. Celle des femmes encore discriminées. Celle des entrepreneurs - agriculteurs, artisans, créateurs de start-up. Celle des territoires malmenés, des quartiers populaires aux espaces ruraux en passant par les outre-mer.
    À l'instant de basculer, c'est le moment de renouer avec le génie français à travers les principes qui l'ont fondé.
    Il ne s'agit plus d'être frondeur : il s'agit d'être fondateur.

  • Face aux multiples crises qui bouleversent notre pays comme le chômage, l'insécurité, la dette, la pauvreté ou les injustices, deux jeunes citoyens ont décidé de proposer des solutions nouvelles aux problèmes majeurs des Français. Durant plus d'un an, les auteurs ont mené une expérience démocratique unique : près d'un millier de Français ont librement partagé leurs idées et ont pu construire un projet collaboratif et novateur axé autour de 12 innovations majeures. Pour la première fois, le peuple dépasse sa condition de simple spectateur et devient un acteur de la démocratie du futur.

    « Ce livre est plein de bon sens et de dynamisme » (Laurent)
    « La France a besoin d'un projet comme le vôtre » (Anne)
    « Prêt à suivre des idées neuves avec un souffle nouveau » (Gaëtan)
    « Votre programme m'emballe et je pense qu'il est essentiel de donner plus de poids aux citoyens en France » (Alizée)
    « Bravo les jeunes, relever la France est un très beau défi. Il est temps de changer les choses » (Gilbert)
    « Une bouffée d'oxygène, bravo ! Nous vous souhaitons un grand courage et du soutien » (Emma)
    « Excellente initiative ! J'attends ceci depuis le début de l'année. Merci pour ce cadeau ! » (Michael)

  • LE politique, c'est ce qui permet aux hommes et aux femmes d'être ensembles, par conséquent de composer une société. LA politique désigne les fonctions autour du pouvoir et de sa représentation. Comment passer du triplet Peur, Prévention, Preuve au triplet Pulsion, Plaisir, Puissance ? Tout cela en évitant la corruption et l'hypocrisie, tel est le thème développé dans cet essai à travers des exemples précis et des références à des auteurs politiques.

  • Et pourquoi pas moi !
    Et pourquoi pas toi !
    Et pourquoi pas lui !
    On peut tous saisir sa chance.

    « Scrutin Secret », c'est l'histoire d'un jeune candidat novice aux élections sénatoriales de 2017 à Mayotte. A 36 ans, c'était le plus jeune des candidats sur la liste. Il a voulu saisir sa chance de se transformer en élu de la République, en imaginant devoir faire mieux que les autres et maîtriser à merveille, il se lance.
    Ce secret est dévoilé. Et ce grand secret est une découverte : les vraies problématiques qui déstabilisent le développement de l'île au parfum.
    Je dirais plus qu'il faut valoriser le droit à l'échec car celui qui échoue, c'est celui qui ose. C'était une expérience rarissime.

    L'idée de cet ouvrage, c'est de vous montrer mes observations, mes organisations, faire passer mes idées, partager mes pensées, vous livrer mes témoignages et bien-sur défendre ses système frauduleux irresponsables dans la société Mahoraise (Mayotte).
    Cet engagement nécessite un combat de chaque instant pour rompre avec l'individualisme, le conformisme et le prêt à penser de nos sociétés.
    Chaque chapitre s'articule autour d'un domaine de vie ou d'une manière de mettre en pratique la loi de l'attraction, et se termine par les idées essentielles pour les mettre en oeuvre dans la vie. J'ai, pour ma part, été assez convaincue par l'idée qu'un processus de pensée positive pouvait produire des effets positifs.

  • Cet ouvrage explore l'invisible, ce qui nous gouverne sans que nous le sachions. Le Chinchilla est contraint dans sa liberté, par une adaptation de son espace de vie à des fins mercantiles. L'homme est contraint sans le savoir, il est formaté, guidé, avec la conséquence d'une « liberté » relative dont il n'a pas conscience.
    C'est aussi une analyse approfondie du besoin de s'assembler des groupes humains, à commencer par celui des deux sexes dans leurs différences, d'où le « rêve au féminin », qui en est l'une des composantes, et pas la moindre.

  • Pendant son règne Sarkozy a tout fait pour piéger la gauche et faire en sorte que la gauche se retrouve au pouvoir en 2012. Le PS, résigné a compris qu'il ne pouvait que gagner alors que le pays est foncièrement de droite. Pour que cela ne se reproduise plus il a alors décidé de perdre la guerre des idées en appliquant une politique libérale pour mieux disparaitre comme son grand frère : le parti social-démocrate allemand.

  • La déchéance de nationalité vantée comme si c'était la seule solution possible contre la radicalisation des jeunes dans le djihadisme et le terrorisme n'est autre que la déchéance de l'État républicain lui-même. En effet, le principe fondateur de la République réside dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 qui prône l'égalité devant la loi, que celle-ci vise à protéger ou à punir. La loi doit être entendue ici comme tout type de loi, y compris, et surtout la loi fondamentale qu'est la Constitution. Ainsi, mettre deux catégories de Français dans le cadre de la Constitution, c'est détruire le principe fondateur de l'État au détriment des valeurs du vivre-ensemble car la nationalité, avant d'être rattachée à la personne à qui elle est délivrée, et c'est quel que soit le mode d'acquisition, est d'abord rattachée à l'État. De ce point de vue-là, déchoir un individu de sa nationalité, c'est arracher un membre du corps de l'État, comme on aurait arraché une dent de sa bouche juste parce qu'elle a mordu sa langue ou tout autre membre de son corps dès lors qu'il a fait mal au reste du corps. Ainsi, l'État n'est plus un État solide, mais un État liquide, voire gazeux. Malheureusement cette décision d'insérer la déchéance de nationalité dans la loi fondamentale de l'État n'a fait l'objet d'aucun débat sérieux si ce n'est qu'on a assisté à quelques surenchères médiatiques dont la teneur est largement rapportée ici. Cette absence de débat sur la question a donné logiquement lieu à un déficit de réflexion jusque dans l'avis favorable et très contestable du Conseil d'État relatif à ce projet de loi constitutionnelle qui, au départ, n'avait jamais pour objectif de constitutionnaliser la déchéance de nationalité, loin s'en faut, il suffit d'écouter avec un peu d'attention le discours de François Hollande du 16 novembre 2015 devant le Congrès de Versailles pour s'en convaincre. Il est difficile de ne pas remarquer que le président de la République a choisi de mettre en jeu le fondement de l'État au détriment d'une réponse pourtant attendue face au malaise qui frappe une catégorie de jeunes Français qui sont désoeuvrés. Et cela, paraît-il, pour satisfaire non tant l'opposition et les opinions extrêmes qui réclamèrent depuis longtemps la déchéance de nationalité que pour mettre sur pied sa propr

  • Franklin Nyamsi Wa Kamerun publie ici un essai consacré à la dénonciation d'une très scandaleuse dérive dictatoriale en cours en Côte d'Ivoire, notamment depuis le début du second mandat présidentiel d'Alassane Dramane Ouattara. Une véritable sonnette d'alarme sourd de ce livre. À partir d'un argument massif reconstituant en introduction, les pièces à conviction de la capture de l'État ivoirien par un clan déterminé à piétiner les normes de séparation des pouvoirs, à fouler aux pieds le respect des libertés fondamentales, à défigurer les exigences de bonne gouvernance et d'éthique politique, l'auteur révèle les déceptions de l'ère Ouattara. L'essayiste nous révèle ensuite, rédigées depuis 2016 notamment, une série d'alertes qui attestaient déjà de la banalisation du mal politique dans ce pays. Franklin Nyamsi Wa Kamerun - dans la prolongation de son précédent ouvrage - insiste pour finir sur l'espérance démocratique incarnée par le leadership générationnel de Guillaume Kigbafori Soro et sur l'horizon de cette promesse : l'urgence de l'État de droit en Côte d'Ivoire et dans toute l'Afrique. Ce livre mérite d'être lu et médité, si l'on veut comprendre l'avenir politique qui se dessine dans cet important pays d'Afrique de l'Ouest.

  • Le développement économique nous a permis d'accéder à un niveau de confort matériel sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Malgré ce bien-être matériel, nous continuons à produire et à consommer toujours plus de biens et de services marchands. La surproduction et la surconsommation menacent désormais notre qualité de vie, notre processus démocratique et la survie des générations présentes et à venir.

    L'imminence d'un effondrement, qui est révélé par la fréquence et l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes, des inondations, des sécheresses, des pics de pollution, etc..., nous impose de changer de mode de vie et de modèle de développement en moins de 10 ans. Pour être envisageables, ces changements devront nous procurer une vision de l'avenir viable, atteignable et désirable.

    Notre mode de vie, nos valeurs, notre représentation de l'existence et l'ordre social sont en partis déterminés par notre rapport au temps et les moyens que nous utilisons pour satisfaire nos besoins. Le changement sera donc désirable, s'il est en mesure de nous procurer les moyens temporels de nous socialiser, de définir notre identité, de structurer le rythme de notre existence et de satisfaire nos besoins d'appartenance, d'estime et de réalisation autrement que par l'activité professionnelle et la consommation.

    L'objectif de cet ouvrage est de démontrer que le choix du rapport au temps et des moyens utilisés pour satisfaire nos besoins n'est pas un choix économique, mais un choix de société dont dépend la survie et l'avenir de l'humanité.

  • Les enfants expatriés ont un parcours hors du commun: une enfance jalonnée de changements, d'adaptations, de découvertes et d'expériences atypiques. Ils vont se forger une culture qui ne sera ni vraiment celle de leurs parents ni vraiment celle des pays dans lesquels ils vivent : ils vont devenir Enfants de la Troisième Culture puis, plus tard, Adultes de la Troisième Culture. Ils seront émotionnellement, psychologiquement et affectivement différents des personnes ayant vécu leur enfance dans un seul pays.

    Pour leur permettre de s'épanouir en tant qu'enfants puis en tant qu'adultes, le rôle des parents est primordial puisqu'ils sont le seul point de repère fixe dans cette vie si riche mais si complexe. Leur connaissance de la Troisième Culture sera la clé d'un accompagnement réussi.

    Ce livre s'adresse à tous ceux qui souhaitent comprendre les fondements de cette Troisième Culture soit pour accompagner leur enfant en expatriation soit pour mieux se connaitre soi-même s'ils ont vécu cette enfance exceptionnelle.

  • Une histoire du onzième siècle. Roman historique autour d'Henri1er et son épouse Anne de Kiev. Le couple royal vit au onzième siècle, une période pendant laquelle tout le monde chrétien se pose encore des questions non élucidées au sujet de la chrétienté et des buts de la vie. Toutes les questions se posent ainsi que toutes les interrogations que chaque être humain a le droit de se poser. C'est aussi une époque charnière entre le premier millénaire et le second, la fameuse peur de l'an mil, qui paraît-il n'existât pas vraiment, mais ce sont aussi les prémices de la terrible inquisition; déjà le père d'Henri-1er, Robert-II le pieux avait fait brûler sur le bûcher quatorze hérétiques à Orléans pour plaire au pape. C'est un roman historique qui continue avec Raoul de Vermandois pour Anne après la mort d'Henri-1er. Ce sont aussi des voyages à travers la France et la Russie. Anne a laissé des traces de son passage de reine jusqu'à des endroits où des mystères subsistent, Senlis, Montgeron, La Ferté Alais...

  • Ce qui a fait, au long des siècles passés, le succès de la famille, au point qu'on aurait pu penser qu'il s'agissait d'une réalité immuable qui ne souffrait que quelques déboires, semble s'effriter.
    La pression sociale, avec toutes ses contraintes et ses faux semblants a, de tout temps, été un facteur de stabilité de la famille. Les sociétés l'ont bien compris et ont reconnu dans le mariage et la famille une institution à soutenir et à protéger positivement.
    Les temps modernes, sous l'influence du christianisme, ont magnifié un autre choix : celui d'un mariage d'amour pleinement consenti et intensément vécu, y compris en ayant donné naissance à des enfants aujourd'hui eux aussi désirés et choisis. Mais une telle union ne risque-t-elle pas, comme on le voit couramment d'être rapidement remise en cause lorsque le coeur n'y est plus ou ne semble plus y être, passagèrement ou durablement.
    Il y a là une tension qui perdure à travers les époques : d'une part une institution dominée par les règles de la vie sociale et d'autre part un groupe humain issu du vouloir apparemment libre de deux personnes mues par un amour mutuel. Plus profondément la question s'élargit : La famille est-elle donc une construction de l'esprit, c'est-à-dire une invention culturelle ou n'est-elle pas plutôt une réalité naturelle ? Ou alors, la famille est-elle une création humaine ou le fruit d'un dessein divin ?

  • La deuxième édition des Universités de la Famille a eu lieu en mai 2012 avec pour titre : « Fils ou fille, entre intention et biologie ». Le thème en était donc la filiation, une manière de creuser la thématique familiale dans ses fondements. Le présent recueil en est le fruit. Nous avons regroupé dans cet ouvrage plusieurs des interventions produites lors de ces deuxièmes Universités de la Famille.

  • Et si la complainte de la crise du logement était un piège qui nous empêche d'aller de l'avant ? Quelles sont les mauvaises raisons qui troublent l'apparence de la réalité ? Pourquoi l'immobilier est-il si cher ? Manque-t-il vraiment un million de logements en France ? N'y a-t-il pas plutôt certains déséquilibres ? Comment admettre que l'Etat soit responsabilisé dans une forme d'échec, alors que 40 milliards d'euros sont consacrés chaque année à la politique du logement ? Comment sortir de cette situation infernale ?
    Après un tour d'horizon des situations critiques et de leurs causes profondes, Marianne Leblanc Laugier confie à la Journaliste Catherine Sabbah, dans une conversation sans tabous, provocatrice et parfois contradictoire, des propositions de réformes à conduire pour oublier la crise du logement et mieux construire l'avenir.

  • C'est un livre qui arrive à point nommé. Peu d'auteurs n'ont abordé la question de l'islamisme avec autant de rigueur dans le détail, d'investigation, de sources.
    Cet ouvrage est le bienvenu en cela qu'il remet les pendules à l'heure.
    À sa lecture, beaucoup de commentateurs, de journalistes, de politiciens mettront à jour leur connaissance sur l'islamisme et notamment la Confrérie des Frères musulmans.
    L'islamisme n'est pas une religion, c'est un mouvement politique qui vise la prise de pouvoir à l'échelle mondiale en manipulant la foi ou en usant de la peur selon le public visé.
    Tel un caméléon, l'islamisme a su s'adapter aux circonstances à travers les siècles.
    De l'empire ottoman qui a su exploiter l'attachement des Arabes à l'Islam et qui a favorisé le développement de l'arabo-islamisme en passant par l'influence inattendue et surprenante de la Révolution française jusqu'à la fondation de la Confrérie des Frères musulmans en Égypte dans les années 1920, l'islamisme que d'aucuns qualifient de fascisme vert, s'adapte au régime politique en place, à la nature du terrain, aux circonstances, chante la démocratie ou la déclare Haram (péché).
    « L'ouvrage de Mourad Hammami est utile, instructif, pédagogique.
    Son principal mérite, à mon sens, est de mettre à nu la stratégie des Frères musulmans et leurs méthodes d'action. Il permettra aux lecteurs de l'Occident en particulier de comprendre comment un groupuscule né en Égypte dans les années 1920 est parvenu à installer la terreur sur tous les continents. »
    Slimane Saadoun, écrivain.

  • Une fois au chômage à l'âge de 50 ans, comment retrouver du travail? Comme Sisyphe raconte à la fois l'espoir et la détresse qu'ont connu comme lui tant de quiquagénaires écartés du monde du travail, avec la hantise de finir SDF. Un livre qui alterne réalité et fiction. Ce livre devrait être mis entre les mains de nos économistes et de nos dirigeants qui ont tout à fait le droit de rêver à une croissance supérieure à 3 % et à un taux de chômage inférieur à 5 %. Et si la fiction devenait réalité? Il n'est pas interdit, que je sache, de croire au Père Noel !

  • La première partie de cet essai, consiste à se faire une idée du « terrain de jeu » (mondialisation), à acquérir un minimum de connaissance du monde dans lequel notre existence et les événements du monde se déroulent. A quoi ressemble-t-il ? Quels sont ses tendances, ses points forts ses points faibles, ses défis ? S'efforcer de connaître ce monde afin de mieux y vivre avec autrui car nous ne sommes pas seuls. La seconde partie de ce livre se penche sur les difficultés du monde arabo-islamique avec la diversité. Celui-ci persiste à croire qu'il n'est pas concerné par la modernité et par les droits de l'homme, et à déclarer qu'il ne s'agit là que de valeurs Occidentales. Pourquoi cette posture du monde arabe totalement en porte à faux avec la marche du monde ? Pourquoi les populations arabes sont les seules populations de la planète à être privées de liberté et de démocratie, après la chute des dictatures en Amérique latine, en Europe du Sud, en Afrique (avec notamment la fin de l'Apartheid en Afrique du Sud) et dans l'ancien bloc soviétique ? Pourquoi ces pays sont-ils rétifs à la pluralité des opinions, au respect des minorités, à l'entrée dans la modernité en dépit de la multiplicité des situations, des nations, de la diversité des héritages culturels ? Que peuvent-ils espérer de la mondialisation pour combler le triple déficit des libertés, du savoir et du droit des femmes ?

  • Le relativisme, c'est-à-dire se laisser entraîner « à tout vent de la doctrine », apparaît comme l'unique attitude à la hauteur de l'époque actuelle. L'on est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs. La compréhension de la dictature du relativisme nous invite à nous plonger dans l'étude des principes fondamentaux dont la connaissance conforte la colonne vertébrale d'un esprit bien formé, apte à engager des actions bien pensées et efficaces. Y a-t-il une vérité ? Qu'est-ce que la liberté, l'autorité ? etc. Ce dossier a l'avantage de revisiter l'ensemble de ces thèmes fondamentaux en lien avec les questions politiques contemporaines, comme l'écologie, le gender, la dénaturation du mariage, etc. Ainsi, les éléments les plus classiques et indispensables de la formation politique seront saisis plus facilement, car ils ne sont nullement déconnectés de la situation actuelle.

  • À la fin du XVIIe siècle, le duc de Savoie passe la frontière des Alpes pour envahir le Haut-Dauphiné. Conscient d'avoir négligé la défense de cette province, Louis XIV charge son commissaire général des fortifications, Sébastien Le Prestre de Vauban, de faire édifier une place forte assez puissante pour servir de verrou à cette porte d'entrée du royaume. Vauban part pour le Dauphiné et lance en hâte la construction de Mont-Dauphin. L'histoire racontée dans ce livre est celle de ce lieu conservé presque intact jusqu'à nos jours, de ses habitants et de ses hôtes de passage. Point stratégique des guerres de Louis XIV et de Louis XV, Mont-Dauphin, après les périodes tourmentées de la Révolution et des guerres napoléoniennes, a fini par devenir une paisible ville de garnison. Elle a été le séjour du compositeur Rouget de Lisle, du franc-maçon Masséna, futur maréchal d'Empire, du botaniste Lamarck et de bien d'autres. Elle a abrité cultivateurs et marchands, chirurgiens militaires, diplomates, conspirateurs, prisonniers du Premier Empire, alpinistes et voyageurs anglais ...Une chronique composée à partir de documents d'époque et éclairée par plus de 150 illustrations.

  • Ce livre explique les liens étroit entre le psychique et ce qui fait la réussite scolaire d'un élève. L'affect avec la mère joue un rôle très important dans l'épanouissement psychique de l'enfant. Ce journal donne des réponses simples à tous, pour mieux comprendre l'évolution de l'élève, ainsi que les méthodes éducatives adéquates pour maximiser la réussite scolaire de l'élève.

  • Soli Thierry Cañestro livre un témoignage poignant à un moment ou elle se retourne sur son enfance douloureuse. L'auteur est appelée Solidaridad (Solidarité) dans les premières minutes de sa vie, sous les bombes, abritée des mains de sa mère et du porche d'une maison de Malaga en Espagne le 3 février 1937. Sa famille entière a fui quelques mois auparavant du sud de l'Andalousie devant l'avancée des troupes putschistes de Franco qui voulaient prendre le pouvoir à un gouvernement populaire qu'elle soutenait. Ainsi, c'est à pieds qu'ils partirent de Ronda pour une longue migration vers le nord de l'Espagne à mesure de la lente victoire des Franquistes dans une guerre civile sans merci. Sa vie a titubé sur ce chemin émaillé de tragédies jusqu'à la frontière française en 1939 ou sa famille retrouve encore la guerre, la seconde guerre mondiale. Contingentée dans des camps de concentration de refugiés et déplacée en France dans des hébergements pour réfugiés, elle a vécu son enfance dans une famille divisée physiquement mais aimante, souvent dans le plus grand dénuement, et les agressions morales. Elle a survécu à huit ans de guerre, ses premiers huit ans, façonnant ainsi un inconscient d'intégration en France et de solidarité ou de solidaridad dont elle est la seule au monde à s'appeler. Son fils, Alain Thierry.

  • L'histoire de Hisan se passe au Cambodge et raconte les massacres et les exactions des khmers rouges contre la population cambodgienne tout juste sortie de la colonisation. C'est par la bouche d'un témoin privilégié que nous parcourons cette époque difficile. Hisan connaîtra la misère avant d'être recueillie par les notables de la région et apprendra l'histoire de son pays par une vieille dame qui l'a vécue.

  • Le narrateur s'est engagé à écrire un article pour une revue de poésie sur Giordano Bruno, poète et philosophe libertin. Au cours d'une semaine à Paris, alors que François Mitterrand vient d'être élu à la Présidence de la République, sa vie est bouleversée.

empty