Littérature générale

  • Deux récits par Jack London sur la misère sociale, agréables à lire par la simplicité et la vivacité du style comme d'ailleurs tous les romans de cet auteur intournable, mais également d'une grande valeur sociologique.
    Tout d'abord « Le peuple de l'abîme ».
    Ce roman est un livre dur, qui décrit la misère dans ce qu'elle a de plus abjecte. Pendant plusieurs semaines Jack London, grimé en clochard observe et nous raconte ce qu'il a vu dans cette société misérable de Londres du début du 20ème siècle.
    Comme Orwell, tous deux précurseurs, il s'enfonce dans la cloche pour dénoncer.
    Cet ouvrage est une dénonciation édifiante mais aussi un magnifique cri de révolte.

    Suivi de « Les vagabonds du rail »
    Auto-biographie de l'auteur, cet excellent "roman" raconte son début de vie dans la misère, sa vie de hobo, vagabond du rail.
    Comme ses déplacements périlleux sur et sous les trains de marchandises, ses astuces pour gruger les contrôleurs, ses astuces pour essayer de manger un peu...
    Avec les traductions de Louis Postif et de Paul Gruyer.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

empty