Sciences humaines & sociales

  • Le printemps, tu t'dis qu'enfin on va vivre normal, sauf que la sève, ou un truc comme ça, démange où il faut. Et tout le monde - toi pareil - se met à rouler sur les jantes.

  • Elle était belle. Si belle... Il l'avait aimée, et pourtant ne savait rien d'elle. Sinon que la nuit elle regardait les étoiles, même lorsqu'il faisait moins vingt degrés dans la forêt du Mackenzie. Mais de quel fantastique événement avait été témoin ce pilote de chasse dans le ciel arctique ? Et quelle était cette étrange lueur, qui sourdait parfois des profondeurs du lac aux Ours ? Pourquoi tuait-elle les plongeurs qui y cherchaient... quoi au fait ? Peut-être la même chose que voulait connaître cet homme abattu alors qu'il pompait les Mémoires d'une base avancée de l'O.T.A.N. Un homme ? Vraiment un homme ? Avec deux coeurs ? Était-ce parce qu'il avait été tué qu'elle était venue ? Celle dont les yeux regardaient les étoiles ?

  • Joinovici... Son nom se pare de connotations sinistres car il ressuscite lugubrement le temps hideux de l'Occupation allemande et des fortunes fabuleusement édifiées en trahissant le pays pour le compte des nazis. Chiffonnier et ferrailleur, il offre ses services aux Allemands en 1940. Il ne sait ni lire ni écrire, mais sait compter. Les trafics les plus louches, les plus éhontés, le placeront à la tête, en 1945, d'une fortune colossale (300 milliards de centimes 1985). Parmi ses amis il compte Lafont, le docteur Petiot, Pierrot le Fou. Parallèlement, il finance un réseau de Résistance, géniale astuce qui lui permet de prendre victorieusement le virage de la Libération et de s'infiltrer au sommet de la IVe République naissante. Vêtu de sa défroque patriotique, bardé de faux certificats de Résistance, ce prestidigitateur rusé et matois pourrait prospérer longtemps, et pourtant il va chuter, victime de la vengeance de ceux que l'on n'attendait pas...

  • « La Wehrmacht, les SS, auraient-ils dû prendre le temps de créer des tribunaux d'exception, de choisir des magistrats, de nommer des jurés à chaque attentat ? Deux ans plus tard ! il n'y aurait plus eu un seul soldat allemand de vivant, en France », criaient-ils. « Et pourriez-vous nous refuser le droit de riposte ? » hurlaient les « Führer » du terrible « Amt IV » de la Sipo/SD : GES-TA-PO ! gong d'épouvante qui, pendant 4 ans, allait terrifier les trois quarts de l'Europe. QUI avait déclaré la guerre ? QUI avait signé l'armistice ? « LES JUIFS ? C'est notre affaire : à détruire. » « Ils » passaient par l'hallucinant « drill » à la prussienne des « Junkerschulen », écoles SS ; ou bien par les « Napola », les horrifiants « Ordensburgen », Châteaux de l'Ordre du Sang, issus des rêves déments de Rosenberg, un « apôtre du racisme », qui avait bien des chances lui-même d'être juif. Klaus Barbie fut l'un de ces hommes « mis en condition ». « On eût dit que quelque esprit tout-puissant habitait son âme, créant en lui une sorte de transfiguration malfaisante de sa nature propre », a dit Walter Stein, décrivant Hitler. L'image peut s'appliquer à Klaus Barbie. Nous le suivons, pas à pas, de mai 1940, de Hollande à Lyon, et à ces jours troubles - véritable acte d'accusation peut-être contre la Résistance - d'avril 1943. Le « drame de Caluire » : Hardy a-t-il trahi ? La mort de Jean Moulin désorganisera l'ensemble de la Résistance, résonances jusqu'à de Gaulle et sa Constitution - celle sous laquelle nous vivons aujourd'hui... Tout l'organigramme de la Gestapo à Paris, et dans les grandes villes de province, disséqué. Les Bureaux d'achats. Les officines françaises de la Gestapo. Enfin, les jours sauvages de « l'Epuration ». « La longue chasse » reprend. Du Lisieux du débarquement, à Augsbourg, Munich, la CIA, la DST (en 1948). Et puis la fuite. Odessa. La Paz. 20 « putsches » auxquels assistera, participera Klaus Barbie. La lente descente vers le fort de Montluc. Un procès : terrible pour la France. Pour qui sera le réquisitoire ?

empty