Fidélité

  • La crise écologique et les questions éthiques venues des techniques inquiètent. La confrontation des sciences de la nature avec la vision de l'homme venue de la tradition fondatrice de notre culture est urgente. Pour cela, il faut revisiter la notion de création, hélas brouillée par des visions religieuses dans ce que l'on appelle le créationnisme. La mise en contraste de cette idéologie avec ce qu'enseigne la Bible permet d'ouvrir un espace pour la pensée et l'action. L'ouvrage procède à la clarification des termes communément employés par les scientifiques, les philosophes et dans le grand public. Il trace le chemin d'une refondation de la culture en exposant ce que la Bible dit de l'origine et de la fin, sans éviter la question du mal.

  • Le radicalisme musulman, appellé « islamisme », est à mettre en lien avec la pluralité de groupes et de mouvements qui se rattachent à l'islam. S'il est multiforme, il a des bases idéologiques assez claires. Il a pris naissance non seulement en Arabie et en Égypte, mais aussi dans le sous-continent indien. Il s'agit de revitaliser la communauté musulmane, trop longtemps obsédée par la modernité à l'occidentale. Pour atteindre ce but, les islamistes propagent une identité simple, avec une pratique bien définie, qui rendrait la communauté musulmane homogène, en éliminant toute pluralité - or, l'islam est amplement pluriel - et en usant parfois d'une violence extrême. Les mouvements qui adhèrent à ce courant de pensée et d'action se caractérisent par un exclusivisme excessif, qui n'est pas uniquement anti-occidental.

  • La vie religieuse est globalement bien connue. Il n'en va pas nécessairement de même de la « vie consacrée par la profession des conseils évangéliques », expression récente. Dans ces pages limpides, le père Benoît Malvaux, jésuite, aborde successivement son présent, son passé et son avenir. Son présent, pour mettre en évidence en quoi elle consiste et ses diverses formes ; son passé, en retraçant à grands traits son apparition et son développement dans l'histoire ; et son avenir, en évoquant quelques questions à propos de l'évolution future de cet état de vie.

  • Longtemps ignorées, voire étiquetées comme des « sectes », les communautés évangéliques attirent désormais l'attention des medias qui mettent en avant l'impressionnante progression de leur nom­bre d'adeptes, tout en dénonçant les dérives qui les affectent. Ces informations ne rendent pas toujours justice au sérieux ni à la diversité d'un mouvement fort complexe. Après un aperçu de l'histoire et de la situation actuelle, tant au niveau mondial que dans l'Europe francophone, l'auteur passe en revue les grandes convictions doctrinales et éthiques des évangéliques. Précisant ensuite la foi et l'engagement des chrétiens évangéliques-pentecôtistes, il s'interroge sur les causes de leur essor et prend la mesure du défi qu'ils représentent pour les formes plus traditionnelles de vie chrétienne. Enfin, il pose la question du dialogue avec ces Églises.

  • On réduit souvent la musique sacrée à l'accompagnement des offices liturgiques, alors qu'elle déborde largement le contexte de l'église. Dominique Lawalrée, professeur de musique et compositeur, et Dominique Collin, philosophe et théologien, osent dire que toute musique est, ou peut être, sacrée. Ils déchiffrent ici les grandes oeuvres classiques, spécialement les requiem, écrits par de « sacrés » musiciens qui ont signalé ou prophétisé le rapport de l'homme à Dieu, à la mort, à la violence, à travers leurs époques. Les auteurs dévoilent le portrait de compositeurs comme Bach, Beethoven, Bruckner, Mahler, Messiaen, Pärt. Toute musique sacrée peut conduire celui qui l'écoute à se retrouver lui-même dans l'accueil d'une voix qui le transcende. Cet ouvrage constitue aussi un guide pratique d'introduction à l'écoute des grands compositeurs.

  • Les expériences de mort imminente, ou NDE (Near Death Experiences) ont été popularisées par R. Moody en 1975. Éclipse humaine, tunnel ou trou noir, elles sont aujourd'hui largement médiatisées. Lumières sur l'au-delà ou superstitions ? Visions ou hallucinations ? Preuves de Dieu ou impostures ? Que décrivent ces récits et que peut-on en déduire sur la mort et l'au-delà ? Peut-on en tirer des indications pour mieux accompagner aujourd'hui les mourants ? Arnaud Join-Lambert, professeur de théologie à l'Université catholique de Louvain, fait le point. En rassemblant les données disponibles sur ce phénomène, il nous fait avancer des récits de l'antiquité aux expériences de laboratoires, de la philosophie aux croyances. Son enquête rigoureuse donne les critères d'un discernement sérieux sur ces phénomènes et sur leurs conséquences pour la foi.

  • La miséricorde est l'essence même d'un Dieu qui y invite tous les humains. Grâce à elle, il nous est permis d'espérer que tout homme soit sauvé. Philippe Cochinaux, à la lumière de ces réflexions, aborde ensuite les questions éthiques de l'échec et de la transgression, et la manière pastorale de les accompagner. Le pardon est une démarche éminemment personnelle, la réconciliation - acte d'amour qui restaure une relation blessée - est son apogée.

  • Le mouvement béguinal a surtout été un mouvement de femmes, connues sous le nom de « béguines ». D'aucuns disent même que, de par leur caractère d'indépendance face à l'autorité masculine, il s'agirait du premier mouvement féministe. Mais pourquoi le terme « béguine » est aujourd'hui synonyme de bigoterie ou d'hypocrisie ? La grande richesse spirituelle surgie du mouvement béguinal a nourri les traités théologiques de noms célèbres tels Maître Eckart ou l'admirable Ruysbroec, mais les écrits des béguines sont quasi inexistants. Pourquoi ? Et comment se fait-il que, tout en ayant été les premières infirmières d'Europe, il n'y ait pratiquement pas de traces de leur mission dans les livres d'histoire de la médecine ? Celles-ci et d'autres questions trouveront en partie réponse dans cette publication dont le but est de faire connaître et de réhabiliter une longue, féconde et spirituellement riche histoire de femmes, les mulieres religiosae.

empty