FeniXX réédition numérique (Fleuve Noir)

  • Avril 2095. Lazlo Coynes, le maître espion de l'Instance, vole vers Pékin à bord de son dirigeable personnel - comme il sied à l'homme le plus puissant du monde... Ce n'est un secret pour personne : Coynes a déclaré la guerre à la Fédération européenne. En ce moment même, la bataille fait rage, au Sénat des Nations unies... Mais dans les coulisses, un plan mystérieux approche de son dénouement. Depuis deux mois, tout le monde ne parle plus que du Square - l'étrange service de renseignements créé par la présidente Élisabeth Conti - et de ses agents spéciaux. Les chiens de guerre de la Fédération. Les Défenseurs. Chan Coray est l'un d'eux. Recruté par le Square après la mort de son père, il est aujourd'hui enfermé dans une base souterraine, et s'apprête à commencer sa formation. Mais une question se pose : peut-on être un Défenseur et rester un être humain ? Et surtout, Lazlo Coynes n'a-t-il pas truqué les cartes depuis le début ? Voici le second volume d'une immense saga, le second acte d'une lutte épique pour le contrôle de l'Histoire. Retrouvant la verve des « savanturiers » de notre enfance - Jules Verne ou H.G. Wells - mais aussi la complexité des grands romans d'espionnage et la violence des cyberpunks, le cycle de F.A.U.S.T. ouvre pour nous la chronique vengeresse du XXIe siècle.

  • La mission dans laquelle Hubert Bonisseur de la Bath est jeté est littéralement délirante. On essaie de l'assassiner, on le retient prisonnier, et il est obligé de s'enfuir d'un couvent déguisé en nonne. Les femmes perdront OSS 117, on le lui a assez souvent répété. C'est pourtant grâce à l'une d'elles qu'il échappera au pistolet d'une autre et qu'il pourra ainsi terminer sa mission en beauté.

  • Ils étaient quatre agents de l'Est. Trois hommes et une femme, que la BE KA avait chargés d'une simple mission : obtenir des renseignements sur l'importance accordée par la France à l'Irak. Seulement, comme dans la Bible, au troisième chapitre des Rois : « Le fils de cette femme est mort pendant la nuit parce qu'elle s'était couchée sur lui. » Si bien que tout était infiniment plus compliqué que prévu, d'autant que Coste et son staff se tenaient à l'autre bout du chemin.

  • Francis Lyotard, grand, mince, beau garçon, transformé en ce petit être hideux et difforme ? Inconcevable ! Et cela, dû à l'attaque de son navire spatial par une mystérieuse nuée violette ? Inexplicable... Ce n'est pourtant qu'une histoire répétée souvent : le second, qui se révolte et veut être plus puissant que le maître.

  • plus de vie à soi, pas de place pour les états d'âme : le docteur Véra Cabral a décidé d'abandonner la routine de son cabinet de psy pour les urgences de nuit. Au grand dam de sa tribu familiale, affectueuse mais envahissante. À trente-deux ans, Véra veut faire peau neuve et oublier le lourd secret qui encombre sa vie. Des tentatives de suicide aux prises d'otages, elle découvre sur le terrain les risques du métier. Sur sa route, elle croise le capitaine Sedan en charge d'une affaire délicate dans les milieux politiques. L'attitude pour le moins équivoque du policier trouble la psychiatre qui entreprend alors sa propre enquête... Une enquête qui va la mener très loin, bien plus loin qu'elle n'aurait souhaité.

  • Valérie Nouv.

    Mathieu secoua Valérie dans tous les sens, en l'injuriant, lui arracha son pull, et la projeta violemment sur le canapé. Elle se défendit le mieux possible, et les larmes lui montaient aux yeux quand Granget cria : "Coupez !"

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les élections de 1978 ? À qui n'ont-elles pas paru quelque peu étranges, sinon arrangées ? Faillite et ridicule des instituts de sondage à la clé, et stupéfaction générale, y compris - et surtout ! - celle des vainqueurs... (« Y avait un truc ? ») Hey. Pourquoi pas ? Et l'axe, nom de Dieu ! va vous expliquer tout cela en détail ; bien croustillants. Et sans détour. Que ça plaise ou pas à certains, que ça fasse ou non grincer quelques dents. Suivez, suivez... Jusqu'où, dites-vous ? La Nouvelle Orléans, l'Utah et Washington D.C. ? Est-ce là qu'on va enfin savoir ? De qui vous moquez-vous ? Suivez, suivez ! vous répète-t-on. Entre Canal Street et Bourbon-du-French-Quarter, tapis au fond des beuglants, 234 maires français (marrons et piégés) vous attendent déjà, qui se font tout petits, les malheureux !

  • Prévoyant qu'il serait obligé de jouer deux personnages différents, Hubert s'était composé deux physionomies distinctes. Harry Blarney, l'émissaire de Barri, portait une moustache blonde et dure taillée en brosse et des lunettes aux fines montures d'or. Hubert, OSS 117, serait glabre et sans lunettes. C'était la première fois qu'Hubert portait une moustache postiche et il devait convenir que l'accessoire qui lui avait été fourni par le spécialiste de la C.I.A. était en tout point parfait, tant par sa présentation et son fini impeccables, que par l'extraordinaire facilité de la pose et de l'enlèvement.

  • Les métamorphes. Des êtres capables de toutes les transformations. De toutes les métamorphoses. Par un artifice biologique si simple qu'il suffisait d'y penser. Durant un million d'années. À l'échelle cosmique, le temps d'un rêve. D'un soupir du grand vent stellaire qui hante éternellement l'espace...

  • Frédéric, étendu sur le lit, enchaîné comme un forçat, s'agita mais ne répondit pas. Il était décomposé..., se sentait dissocié, dispersé, étranger à lui-même ; il sentait la folie toucher son cerveau de ses doigts de glace... - Il ne s'est rien passé ? arriva-t-il à balbutier. - Non, mais je vous conseille de ne pas vous tromper sur mes intentions... Vous n'êtes pas loin de la phase II, maintenant...

  • L'Argentine « d'après »... Des militaires partisans de « l'avant »... Virage difficile à négocier après le désastre des Malouines. La grande danse, la grande valse ? Plutôt le tango ; tradition oblige !

  • Tandis que le gouvernement français, aux abois, cherche les fonds jadis prêtés aux quatre vents dans le monde, avenue Kléber, mystérieux, dramatique hold-up au siège d'un holding sans qu'apparemment un centime soit volé. En Jamaïque, l'un des pays naguère aidés, c'est la guerre civile larvée. Une fois la droite est au pouvoir, une autre fois, la gauche. Au ministère des Finances on s'aperçoit (bien heureusement) que, pour l'instant, des anticommunistes mènent la barque à Kingston : c'est donc le moment d'aller leur réclamer des comptes... Pas si facile ! C'est une rude tournée qui va commencer pour les hauts fonctionnaires socialistes chargés de « relever les compteurs ». Bon gré, mal gré, la Force M. ira leur donner un coup de main car c'est l'argent de la France. Très vite tout le monde va s'apercevoir que Beyrouth, en comparaison de Kingston, c'est le paradis !

  • Un certain Gheorghi Cuza, de nationalité roumaine et tireur d'élite, est désigné pour assassiner le président de la République française. Mais, à Tunis, ville par laquelle il vient de transiter pour faire perdre sa piste, Cuza est exécuté sous les yeux de Thierry Coste. Manifestement, un autre tueur sera désigné pour tirer sur le président Mitterrand. Qui est-il ? Quand et comment doit-il frapper ? Coste et le Groupe 45 du colonel Tardy sont déjà sur des charbons ardents...

  • Les espions ne se font pas de cadeau. Pour avoir commandé l'exécution de deux Français arrêtés en Pologne, Gregor Abramov est condamné par le Groupe 45, branche secrète de la DGSE. (Délégation Générale de la Sécurité Extérieure) ex-S.D.E.C.E. Patrick Danjou élimine Abramov à Berlin Est mais, à son tour, il est pris en chasse par les tueurs du KGB. De Berlin Est à Chartres, Blois et Saint-Étienne, on vient finir sur la Costa Brava/Gerona/España, pour y régler ses comptes en veillant bien à ne pas réveiller la Guardia Civil, sous la haute surveillance de Tardy et de Coste.

  • Scandale au labo d'anatomie de Strasbourg, un cadavre disséqué brusquement reconnu, et c'est le grain de sable dans une terrifiante machinerie à l'échelle des Finances mondiales. « Le Complot »... Un complot qui intéresse au premier chef la France, mais dans lequel viennent s'imbriquer une kyrielle de jolies fonctionnaires proches du Parlement européen et du Marché commun, et, tout de suite ça tourne très mal : au centre du cyclone qu'elle a provoqué involontairement, une petite étudiante en médecine devient l'Objectif.

  • Martyrisés, battus, congelés jusqu'aux os par le « vent d'acier froid » qui souffle du Pôle 365 jours par an, 103 misérables concentrés dans un camp de « redressement » de la Marine argentine voient un jour arriver l'Imprévu, l'Impossible. Des étrangers venus de l'autre bout du monde (l'AXE) leur proposent la « Partie de poker avec le Diable », si amèrement connue par tous les concentrationnaires militaires. (« Si tu gagnes c'est l'Enfer si tu perds c'est la mort ».) Un projet fantastique, loin par-delà une route tempétueuse semée d'horreur et de sang avec - comme au temps de Philippe V de Bourbon - tout au bout l'image d'un trésor de légende digne des anciens vice-rois. Oui, mais celui-là appartenait à Salvador Allende et il est guigné par le général Pinochet ! Dramatique partie pour :

  • « Échange hypothèque de F. 5 456 000,60, contre organisation de duel planétaire entre trois nations ». Bien naturellement, que l'Axe au monde, pour recevoir pareille proposition. Que l'Axe pour accepter aussitôt ! Rien de plus simple, il suffit d'abord de faire sortir d'une centrale un jeune ingénieur à peine un peu violeur et assassin, qui en a encore pour 18 ans à « tirer ». Il est utile aussi d'avoir quelques relations présidentielles et dans les ministères, puis d'étudier en détail la base souterraine de Taverny, d'établir ensuite ses quartiers d'automne chez Satan, à Vandenberg/Cal., avant de faire un détour par l'îlot où Mussolini fut emprisonné, et l'affaire est dans le sac. Bien entendu, à condition de disposer de May, de Kolbert - et - ses pistaches, de savoir briser quelques reins à mains nues, d'avoir une belle barbe blonde et de sérieuses connaissances en électronique, en un mot comme en cent d'être :

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 28 millions de dollars, règlement d'avance d'une livraison jamais effectuée, attendent, à Bangkok, un second paraphe pour être rendus - sans enthousiasme à leurs propriétaires français d'origine. Las ! le détenteur dudit paraphe se trouve dans un camp de rééducation khmer de l'ex-Cambodge : L'enfer de Thmer Puok. Le faire évader ? Plus facile à dire qu'à faire. D'autant plus qu'avec lui se trouvent quelques centaines d'anciens policiers de Phnom Penh transformés en esclaves par le nouveau régime et que le camp est considéré comme le plus féroce et le mieux gardé du nouveau Kampuchéa Démocratique. Tout proche, chose aggravante, d'un ancien dépôt géant américain de munitions.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce n'était pas une ombre° comme celle qu'une source de lumière porte sur une surface quelconque. Celle-ci était noire comme ° de l'encre de Chine et recouvrait les dessins de la tapisserie... Elle s'immobilisa, puis se tordit. Patrick vit alors une ébauche de bras, une esquisse de tête, devina un tronc vague... Masse informe mais vivante, elle multiplia ses mouvements comme si de ses efforts devait naître une créature...

  • La guerre Noire ? La grande guerre du Pétrole, bien sûr, mais pas du tout ! cette fois fomentée par l'équivoque Orient. Une guerre noire purement américaine qui sévit depuis de longues années de Long Beach/Californie, au Texas et aux frontières de Louisiane. Combats continuels qui écrasent les petits propriétaires des puits, les acculent à la ruine par le biais des interdictions des pipelines (propriété des grands) sinon par celui de l'attentat, de l'incendie, de la mitraillade façon Chicago 28. Une guerre inconnue de l'Europe, avec ses batailles terribles, ses fusillades au milieu des « arbres de Noël » qui flambent droit, torchères de 200 mètres de haut éclairant les petits mafiosi manipulés par la grande Mafia n'hésitant pas à flanquer des camions entiers de « récalcitrants » vers les tankers en feu. Et même le « Mur de la Mort » - promotion publicitaire, en forme de baroud d'honneur, d'une compagnie moyenne spoliée se terminera en catastrophe, motos et voitures se carambolant dans le fracas d'un scandale à l'échelon de la nation et les cris des victimes. Mais cette fois, tout le monde en a assez ! Rude « guerre noire » pour :

  • Des intrus venus d'une autre planète se sont installés dans un canyon de l'Arizona. Leur but est la destruction des grandes puissances. Les recommandations faites à Hubert Bonisseur de la Bath pour cette nouvelle mission, ne sont pas superflues. C'est bien l'affaire la plus terrifiante qui soit jamais arrivée dans le monde. Mais Américains et Russes vont se retrouver côte à côte pour lutter ensemble contre ce danger venu d'ailleurs.

empty