Littérature traduite

  • Cette Ballade raconte une magnifique histoire d'amitié entre un vieux luthier tchèque, Georg Henig, et un enfant de Bulgarie, Victor. Au-delà des sentiments et de la transmission du savoir, c'est l'amour de l'Art qui est ici chanté, et nous ne sommes pas près d'oublier la chanson du bois dont sont faits buffet et violons...À sa lecture, Tzvetan Todorov écrivit : « Cette Ballade est une petite merveille, un hymne à la musique en guise d'air de la liberté. C'est aussi un acte de combat, un livre politique dans le meilleur sens du mot. (...) Paskov sait brosser en quelques lignes des vignettes dignes de Woody Allen, extrêmement drôles et profondément mélancoliques. »Un enchantement.

  • Dans la communauté très unie du Paradis, un bidonville délabré caché au milieu des gratte-ciels luxueux de Bangalore, cinq jeunes filles à l'aube de l'âge adulte forgent des liens indestructibles. Musulmanes, chrétiennes, hindoues, homosexuelles ou hétérosexuelles, toutes pleines de vie, ces filles s'aiment, s'acceptent sans réserve et partagent le peu qu'elles possèdent. Jeunes femmes marginalisées, elles sont déterminées à se transcender. Lorsque le gouvernement local décide de raser leurs huttes de tôle afin de construire un centre commercial, les filles et leurs mères s'y opposent. Ensemble, elles partent en guerre contre les bulldozers envoyés pour détruire leurs maisons et contre la municipalité qui aimerait que les familles comme les leurs restent à jamais cachées !

    Mathangi Subramanian est éducatrice et auteure. Née dans le Minnesota, elle a vécu plusieurs années à New Delhi. Diplômée de Brown et de Columbia, elle a déjà publié trois livres jeunesse/jeunes adultes. Les toits du paradis est son premier roman pour adultes. Elle est l'une des membres fondateurs de l'institut UNESCO Mahatma Gandi d'éducation pour la paix.

  • Gioconda

    Nikos Kokantzis

    Nìkos, un adolescent, et Gioconda, une jeune fille juive, s'aiment d'un amour absolu jusqu'à la déportation de celle-ci à Auschwitz, en 1943. Un récit lumineux d'une initiation amoureuse, vibrant de naturel et de sensualité malgré la haine et la mort.

  • Smokey Dalton est de retour à Chicago, après l'été 1969 passé à chercher un refuge pour lui et pour son fils adoptif Jimmy. Il aspire à une seule chose : une vie paisible, dans laquelle il ne serait pas obligé de regarder sans cesse par-dessus son épaule pour vérifier s'il est suivi. Si sa relation avec Laura Hathaway est toujours aussi confuse, il a en revanche récupéré son boulot d'inspecteur d'immeubles pour la compagnie Sturdy. Le sort le rattrape lorsqu'il découvre emmurés plusieurs cadavres - blancs ou noirs ? - dans la cave d'une maison... À cela, ajoutons que le leader des Black Panthers lui demande d'enquêter sur les violences policières qui ont conduit à la mort de deux pacifistes noirs.
    Trop pour un seul homme, dites-vous ? Bien sûr que non : Smokey Dalton a de la ressource !

    Kris Nelscott est une auteure américaine prolifique récompensée par de nombreux prix prestigieux, et traduite dans une quinzaine de langues. Elle a déjà publié, à l'Aube, La Route de tous les dangers, À couper au couteau, Blanc sur noir, Les faiseurs d'ange et Que la guerre soit avec nous !

  • Derrière tous les assassinats qui ont marqué l'Histoire, il y a toujours eu des planificateurs. Ils se déplacent et agissent dans l'ombre des pouvoirs. En Corée du Sud, depuis l'époque de l'occupation japonaise, la bibliothèque des Chiens a été le trust le plus puissant de l'assassinat. Elle doit son nom étrange au fait que dans ce lieu personne ne lit, en dépit des quelque deux cent mille livres qui garnissent ses rayonnages. Enfant abandonné, Laesaeng a été adopté par père Raton-Laveur, le directeur de ladite bibliothèque. Après la démocratisation du pays, Hanja, autre fils adoptif de père Raton-Laveur et aîné de Laesaeng, fonde une entreprise de sécurité. Avec son diplôme de commerce et ses méthodes expéditives, Hanja gagne vite des parts de marché face à une bibliothèque vieillissante. La concurrence entre les deux entités mène inexorablement à la disparition de l'une d'entre elles... Ce roman crépusculaire nous donne à voir une brillante orchestration d'assassinats made in Korea. Kim Un-su, né en 1972 à Busan (Corée du Sud), est déjà l'auteur de plusieurs nouvelles et romans multi-récompensés, notamment par le prestigieux prix Munhakdongne. Les planificateurs est son premier polar.

  • Nous sommes en 1969, quelques mois après l'assassinat de Martin Luther King. Smokey Dalton se retrouve lancé sur les traces de Daniel Kirkland, boursier à l'université de Yale, qui a disparu alors que la contestation étudiante se développe en pleine guerre du Viêt-nam. Dalton ne se sent plus en sécurité à Chicago où les gangs font régner la terreur. Se rendre à Yale avec son fils ­Jimmy, alors que commencent les vacances d'été, lui paraît donc une excellente idée. Mais très vite, le voyage se trans­forme en lente et inévitable descente aux ­enfers...

    Kris Nelscott, Américaine, est une auteure prolifique récompensée par de nombreux prix prestigieux, et traduite dans une quinzaine de langues. Elle a déjà publié, à l'Aube, La Route de tous les dangers, À couper au couteau, Blanc sur noir et Les faiseurs d'ange.

  • La communauté noire de Memphis est à cran. À quelques semaines de l'assassinat de Martin Luther King, le détective privé Smokey Dalton pressent le pire. Alors que la ville est sous tension, Laura Hathaway, jeune femme blanche de bonne famille, débarque dans son bureau. Elle voudrait comprendre : comment sa mère a-t-elle bien pu lui laisser une partie de son héritage, à lui, un « nègre » ?

    Kris Nelscott (pseudonyme), née en 1960, a été récompensée par de nombreux prix. Son oeuvre est traduite dans une quinzaine de langues. À couper au couteau est le premier volume d'une série consacrée au personnage de Smokey Dalton, initialement publiée à l'Aube avant d'être reprise par Points. En 2018, l'Aube reprend cette série depuis le début et poursuivra avec les titres inédits.

  • Le meurtre de Lucy Asher a un impact énorme sur tous ceux qui vivent le long de Rocking Horse Road, qui traverse la presqu'île Farewell, un long « doigt de sable sec » entre l'océan et l'estuaire. Par un été chaud, ce drame rassemble un groupe de garçons de 15 ans et les maintiendra ensuite liés pour le reste de leur vie. Ils vont décider de s'unir pour démasquer le coupable, et essayer ainsi de retrouver une forme d'espérance en un avenir meilleur. Ce roman puissant est beaucoup plus qu'une histoire de meurtre intelligemment évoquée. C'est un livre sur la maturité et la perte d'innocence, pas seulement pour les personnages, mais aussi pour la Nouvelle-Zélande, alors que le pays se déchire autour de la venue de l'équipe sud-africaine de rugby malgré l'apartheid toujours en vigueur...

    Carl Nixon est né en 1967 à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, où il vit toujours. Auteur de nouvelles récompensées, il se consacre désormais à l'écriture de romans noirs. L'Aube a déjà publié Sous la terre des Maoris.

  • Décembre 2007. Les élections présidentielles vont bientôt avoir lieu au Kenya. Dans quelques mois, ce sera le tour des États-Unis, et c'est Obama, un candidat d'origine kényane, qui s'apprête à les remporter.
    Dans ce contexte, Ishamel et O - qui viennent de monter leur agence de détectives à Nairobi - vont devoir enquêter sur la mort d'un Noir américain retrouvé dans la forêt de Ngong. Peu après, un attentat survient au Norfolk Hotel de la capitale kényane. Si certains y voient la signature d'Al-Qaeda, nos deux compères, eux, suivent la piste d'un mystérieux groupe de Blancs américains mené par un certain Sahara... Leur enquête les mènera jusqu'aux États-Unis, dans les plus hautes sphères du pouvoir politique international.

    Mukoma wa Ngugi est né aux USA en 1971. Il grandit au Kenya avant de revenir dans son pays natal, où il enseigne aujourd'hui l'anglais à la prestigieuse université Cornell, dans l'État de New York, après avoir étudié dans le Wisconsin. Il a déjà publié, chez le même éditeur, Là où meurent les rêves.
    Il est le fils de l'écrivain Ngugi wa Thiong'o.

  • L'assassinat de Martin Luther King n'en finit pas de hanter la vie de Smokey Dalton, enquêteur privé noir-américain. Poursuivi par plusieurs agences gouvernementales, il a dû quitter son Sud natal pour se réfugier à Chicago où il tente de protéger Jimmy, 10 ans, seul témoin de l'assassinat du leader des droits civiques. Ne pouvant compter que sur lui-même, Dalton se forge une nouvelle identité en faisant passer l'enfant pour son fils. Il accepte un emploi d'agent de sécurité dans l'hôtel où doit se réunir le parti démocrate pour désigner son candidat à l'élection présidentielle. Or, au cours de cet été 1968, la contestation contre la guerre du Viêt-nam fait rage et la convention démocrate tourne vite au carnage entre manifestants pacifistes et forces de l'ordre...

    Kris Nelscott (pseudonyme), née en 1960, a été récompensée par de nombreux prix. Son oeuvre est traduite dans une quinzaine de langues. À couper au couteau est le deuxième volume d'une série consacrée au personnage de Smokey Dalton, initialement publiée à l'Aube avant d'être reprise par Points. En 2018, l'Aube relance cette série depuis le début et poursuivra avec les titres inédits.

  • La vie dans le Chicago des années 1960 ressemble à une balade sur le fil d'un rasoir. Les Blancs considèrent l'émancipation des Afro-Américains comme une maladie contagieuse - et mortelle. De leur côté, de nombreux jeunes Noirs du ghetto ne rêvent que de révolution violente. C'est dans ce contexte que plusieurs personnes sont tuées dans le quartier où Smokey et Jimmy essaient de reconstruire leur vie, attirant inévitablement le regard inquisiteur des flics. À première vue, rien ne relie ces meurtres. Mais il est facile d'y deviner la ligne invisible tracée par les Blancs pour tenter de contenir l'avancée des Noirs enrichis qui commencent à migrer vers des quartiers plus chic... et plus sûrs.

    Kris Nelscott (pseudonyme), née en 1960, a été récompensée par de nombreux prix. Son oeuvre est traduite dans une quinzaine de langues. La route de tous les dangers est le premier volume d'une série consacrée au personnage de Smokey Dalton, initialement publiée à l'Aube avant d'être reprise par Points. En 2018, l'Aube relance cette série depuis le début et poursuivra avec les titres inédits.

  • « Je l'ignore. J'ignore si l'oiseau que vous tenez est vivant ou mort, mais je suis sûre d'une chose : il est entre vos mains. Il est entre vos mains. »

    Toni Morrison, née en 1931 dans une famille d'ouvriers afro-américains de l'Ohio, est écrivaine. Elle a reçu le prix Pulitzer en 1988 et le prix Nobel de littérature en 1993. L'Aube publie ici le magnifique texte qu'elle a alors prononcé à Stockholm, illustré par Pascal Lemaître, et traduit par Benoîte Dauvergne.

  • Smokey Dalton, un très bel homme qui fait tourner la tête de ces dames (et pas que des Noires...), a fui Memphis pour protéger son fils adoptif, Jimmy, seul témoin à avoir réellement vu l'assassin de Martin Luther King, et donc énergiquement recherché depuis par le FBI. Sous une fausse identité, il vit maintenant à Chicago où il exerce divers petits métiers. Un soir, alors qu'il rentre chez lui accompagné de la jolie Laura Hathaway, seule Blanche à avoir assisté au gala donné par Ella Fitzgerald en faveur des enfants orphelins de la communauté noire, il entend des gémissements venant de l'appartement de sa voisine, Marvella...

    Kris Nelscott poursuit, avec les Faiseurs d'anges, le récit des formidables enquêtes de son héros, qui débutent en 1968 avec la tragique disparition du leader de la communauté noire américaine. Cette fois, elle évoque un autre drame : celui des avortements, formellement interdits, qui se terminent à l'hôpital.

    Une nouvelle fois, le lecteur suit avec passion, sur fond historique de l'Amérique de la fin des années 1960, confrontée à ses éternels démons que sont le racisme, l'apartheid et la pauvreté, les aventures de Smokey Dalton, éblouissant d'intelligence et... d'humanité.

    Kris Nelscott, Américaine, est un auteur prolifique récompensé par de nombreux prix prestigieux, et publié dans une quinzaine de langues. Elle a déjà publié, à l'Aube, La Route de tous les dangers, À couper au couteau et Blanc sur noir.

  • Dans ce nouveau recueil, Nguyên Huy Thiêp nous offre un kaléidoscope de son immense talent ! Recourant à la métaphore historique comme à l'observation la plus aiguë de la société vietnamienne d'aujourd'hui, il décortique sans complaisance les mécanismes humains dans des textes presque atemporels : la pauvre petite Sinh, orpheline, sera enlevée par un merveilleux prince charmant ; le chef d'un village contaminé par les sauterelles retrouvera la buccine dont les accords foudroient les cruels insectes ; une célèbre poétesse du XVIIIe siècle consommera trois amants entre rire et larmes... Ce faisant, il fait oeuvre politique, même s'il s'en défend derrière un sourire malicieux.

  • « Il veut ce qu'il y a de plus simple, que leurs regards se croisent et que se renouvelle ce qui a toujours été. »
    Sur une petite île italienne, chaque été Giulia vient passer ses vacances. Et chaque été, elle y retrouve Salvatore. Au fil des années, l'amourette enfantine se mue en passion flamboyante. Le roman est alors sensuel, poétique. Mais il y a bientôt une ombre à ce tableau idyllique, et pas des moindres. Des naufragés échouent sur l'île. Des « migrants » qui portent en eux toute la détresse du monde, fracassant la bulle qui contient la merveilleuse petite île. Alors les gens se divisent, la politique entre en scène, les vrais visages se révèlent. Et Giulia et Salvatore grandissent, découvrant que le temps a la fâcheuse tendance de compliquer ce qui semblait pourtant évidence...

    Enzo Gianmaria Napolillo est né en 1977. Il vit entre Côme et Milan, et se consacre à l'écriture. Il est publié par les éditions Feltrinelli.

    « Enfin, un vrai nouvel écrivain italien ! » Il Sole 24 Ore

    « Un auteur qui prouve qu'il sait regarder l'âme humaine. » La Repubblica

    « Une prose de véritable écrivain. » La Provincia

  • Le Paon, c'est Pavline, un ancien serf qui a racheté au prix fort sa liberté. Devenu majordome au service de la propriétaire d'un immeuble divisé en appartements, dans le Moscou de la fin du XIXe, il fait régner un ordre impeccable. Sa vie est bouleversée quand il adopte puis élève une jeune aristocrate ruinée. Il finira par l'épouser pour qu'elle ne reste pas sans statut. Et surtout, il continuera à la servir et à la vénérer quand peu à peu elle reviendra vers sa classe d'origine, mais comme maîtresse d'un bel officier, un jour condamné à quitter Moscou pour la lointaine Sibérie... Le Paon se donnera corps et âme à cette aventure troublante, il s'exposera à des souffrances indicibles, se fera passer pour mort, mais demeurera inflexible dans son combat contre le mensonge et l'injustice.

    Nikolaï Semionovitch Leskov est né en 1831, honni par le camp progressiste, rejeté par les conservateurs. Il est mort en 1885. Tolstoï dira alors : "Le temps de Leskov n'est pas encore venu. Leskov est un écrivain de l'avenir."

  • Il a fallu deux ans à Maïssa Bey pour traduire en mots cette part muette de sa vie : son père mort sous la torture en 1957 pendant la guerre d'Indépendance, alors qu'elle avait sept ans.
    Son récit est splendide dans sa sobriété, la force de son évocation et l'absence inouïe de haine. Une leçon magistrale, qui l'a confirmée dans son rôle d'écrivain tout en mettant en avant son souci constant d'humanité.

  • 29 septembre 1978 : le monde apprend que le pape Jean-Paul Ier a été retrouvé mort dans son lit, 33 jours après son élection. Pourtant, jamais jusque-là un pape n'est mort sans témoin. Et le Vatican ordonne que le corps soit embaumé dans les 24 heures, excluant toute autopsie... 2006 : Sarah Monteiro, journaliste portugaise installée à Londres, vient à peine de découvrir dans son courrier une liste de noms - dont celui de son propre père - qu'elle subit une première agression. À coup sûr, cette liste la met en danger. Aiguillée à distance par son père, elle se retrouve aussitôt embarquée dans une course-poursuite incroyable entre l'Angleterre, le Portugal, les États-Unis et le Vatican. Protégée par le très mystérieux Rafael, confrontée à des hommes prêts à tout pour mettre la main sur cette liste, Sarah va, bien malgré elle, se retrouver mêlée à un véritable et terrifiant complot, qui ne serait pas sans rapport avec le décès de Jean-Paul Ier... Best-seller international, Le dernier pape a été traduit en une vingtaine de langues. Luís Miguel Rocha est né à Porto (Portugal) en 1976. Il a vécu plusieurs années à Londres. Depuis son retour dans sa ville natale, il travaille pour la télévision et écrit des romans.

  • « Allez-y, dites Bismillah et suivez-moi. Mais d'abord, ­mettons-nous juste d'accord sur le fait que parler du mariage, des prétendants ou du recul de l'âge du mariage est très délicat en Égypte. »

    « J'ai beaucoup ri. C'est réellement le vécu d'une jeune fille dans sa quête d'un mari. J'ai eu l'impression de voir défiler les images de la scène du premier prétendant sous mes yeux ! » Agnès Debiage, librairie Oum El Dounia (Le Caire, Égypte).
    « On croyait rencontrer Bridget Jones, on se retrouve face à Gisèle Halimi. » Christophe Ayad, Le Monde
    « Épatant, à mourir de rire ! » Marie Colmant, I-Télé
    « Un roman savoureux. » Robert Solé, Le Monde
    « Une véritable peinture sociale dénonçant l'archaïsme d'une société. » Gazelle

    Ghada Abdel Aal est née en 1978 à El-Mahalla El-Kubra (Égypte) où elle travaille comme pharmacienne. Cherche mari désespérément est son premier roman - déjà traduit en plusieurs ­langues.

  • "Bac Ky Sinh chantait avec simplicité, comme on parle. Je n'ai jamais entendu quelqu'un chanter de cette façon : sans artifice et sans effort, d'une voix indiciblement douce quand il s'agissait de souligner le sens d'un mot ou de faire vibrer une note ; une voix qui raconte sans trémolos et sans apitoiement les meurtrissures du coeur, les incertitudes de l'âme, où s'exhalent tour à tour la plainte de la solitude et l'impatience du désir ; une voix pleine, sans cesse sur le point de se briser telle une eau dans un récipient trop étroit, une voix d'où les mots tombent comme du miel."
    Comment mieux définir le style unique de Nguyên Huy Thiêp, qui nous raconte la force et la beauté des petites gens, ceux qui se débattent sans fléchir dans un monde luxuriant, certes, mais souvent si hostile...

    Nguyên Huy Thiêp vit à Hanoï, où il est né en 1950. L'intégralité de son oeuvre est publiée à l'Aube.

  • « L'histoire nigériane est l'histoire africaine, une histoire que nous écrivons nous-mêmes sans être pleinement conscients de ce que nous essayons de dire. »
    C'est parce qu'il pense ainsi que Diekoye Oyeyinka, dans ce premier roman, a choisi de nous raconter la naissance du Nigeria libre. Il le fait en donnant la parole au jeune Seun, qui, de retour au pays après des années de vie en Occident, va devoir renouer avec son histoire et celle du Nigeria, les deux étant inextricablement liées.
    Parfois, nous quittons Seun pour suivre d'autres destins - ceux d'Emeka, de Dolapo, ­d'Aisha -, et ensemble, c'est au Nigeria, ce géant africain, qu'ils donnent vie sous nos yeux. Le pays le plus ­peuplé d'Afrique, l'une des plus grandes puissances économiques du continent, gangrené par la corrup­tion, est à lui seul un personnage saisissant.
    Le lecteur n'a pas d'autre option que d'être happé par ce récit puissant, poétique, violent et foisonnant. Ne passez pas votre chemin : ce livre vous habitera longtemps.

    Diekoye Oyeyinka, né en 1986, a vécu sur trois continents. Il a passé ses quinze premières années au Nigeria et les dix suivantes entre l'Europe et les États-Unis. Diplômé de grandes écoles, il a travaillé auprès des Nations unies. Il vit aujourd'hui à Lagos où il écrit.

  • « Qu'est-ce que ça te fait à toi, l'homme noir d'Amérique, d'être au Kenya ? »
    Voilà une question qui taraude l'inspecteur Ishmael. À Madison, Wisconsin, États-Unis, c'est un problème lorsqu'un militant africain, célèbre pour son attitude héroïque lors du génocide rwandais, accepte un poste à l'université. Alors quand une jolie blonde est retrouvée assassinée devant sa porte, on frôle l'embrasement de la ville. Ishmael, rare Afro-Américain dans le coin, est chargé de l'enquête. Un appel va tout bouleverser : « Si vous voulez la vérité, vous devez aller à sa source. Venez au Kenya. » C'est le début d'un voyage qui le mènera à un endroit encore meurtri par le génocide, où les flics locaux tirent d'abord et interrogent ensuite. Bien que ce soit la terre de ses ancêtres, la quête lui semblera terrifiante, car dans les bidonvilles de Nairobi, chercher la vérité peut tuer...

    « Outre les divertissements habituels et le suspens liés au polar, ce qui rend le livre délicieux, c'est qu'il est enrobé d'un caractère social engagé et pertinent. » The New York Times

    Mukoma Wa Ngugi, né aux États-Unis en 1971, a grandi au Kenya avant de revenir dans son pays natal, où il enseigne à l'université Cornell. Il est le fils de l'écrivain Ngugi Wa Thiong'o. Là où meurent les rêves est le point de départ d'une série policière.

  • Daniel a un plan, une sorte de journal intime de l'avenir, dans lequel il anticipe toutes les étapes de sa vie. Parfois, il lui a bien fallu revenir en arrière et faire quelques ajuste­ments mais, globalement, tout se passe comme prévu. Jusqu'à ce que la crise frappe de plein fouet son pays, le Portugal, et au premier chef cette génération d'enfants de la Révolution des OEillets auxquels on avait promis que leur situation serait meilleure que celle de leurs parents. Daniel perd son emploi, son appartement. Sa femme et ses enfants doivent quitter Lisbonne. Ses deux meilleurs amis sont absents : l'un est enfermé chez lui, obsédé par les statistiques et profondément déprimé ; l'autre a été arrêté lors d'une tentative désespérée pour trouver de l'argent. Mais Daniel ne se laisse pas abattre. ­Inébranlable, il frappe à toutes les portes. Tout faire dans le sens d'une société juste et solidaire : on le doit à la génération ­suivante. Un roman éblouissant sur le bonheur et l'espoir. David Machado, né à Lisbonne en 1978, a publié, chez le même éditeur, Laissez parler les pierres. Indice de bonheur moyen, lauréat du prix de l'Union européenne 2015, a déjà été traduit en plusieurs langues et est en cours d'adaptation cinématographique.

  • La famille Sabas vit dans la banlieue d'Amman, la capitale jordanienne. Elle connaît enfin l'aisance matérielle grâce à l'acquisition judicieuse d'une truie. Hussein Sabas fait fortune lorsqu'il commence à vendre du porc aux chrétiens de la ville, sans cesser de fournir en agneau et en boeuf la population musulmane. Cependant, l'extrémisme religieux qui gangrène les pays voisins envahit peu à peu la ville et le boucher se sent menacé. De leur côté, les femmes de la famille résistent vaillamment à la pression ambiante. Fadhma veille au bien-être de chaque membre de la famille. Laila continue à enseigner. Samira rejoint un groupe d'activistes syriennes réfugiées en Jordanie. Muna, fraîchement arrivée d'Amérique, découvre ce pays qui est aussi le sien.

empty