Arts et spectacles

  • De quelle manière la danse peut-elle être un chemin de vie ? Quels sont les chemins qu'emprunte cette vie qui danse ? Voici l'itinéraire singulier d'une danseuse humaniste mue par la conviction que tout un chacun peut danser et dont le projet de vie est de faire germer la graine dansante au coeur de chaque être. Elle invente son chemin artistique hors des sentiers battus en même temps qu'elle construit sa vie ; elle se crée tout en créant. Pas à pas, vous suivrez l'évolution de cette femme artiste en quête d'elle-même. L'élève appliquée, qui a quitté l'Italie pour réaliser son rêve et devenir danseuse contemporaine en France. La pédagogue passionnée, qui cherche à rendre la danse accessible et participative, en retrouvant ses racines populaires. La danseuse philosophe, qui s'interroge sur le sens de la danse et sur les possibles existentiels qu'elle ouvre. La danseuse voyageuse, animée par le désir de rencontre d'autres cultures, qui a éprouvé combien la danse est un langage universel. La danseuse écrivaine, qui fait aujourd'hui danser sa plume. Entrez dans la danse de sa vie et laissez-vous entraîner par l'élan de la vie !

  • C'est l'histoire d'un danseur étoile, Grishka, et de son vieux théâtre. Un jour, lors d'un accident de cheval, ce dernier perd l'usage de sa jambe droite : il ne peut plus danser...
    Il n'a alors plus qu'un seul but dans sa vie : laisser au monde artistique un testament, son Ballet Signature.
    La pièce est un huis clos dans ce microcosme de l'univers de la danse. Dix personnages composent cette compagnie qui va mener à terme ce Ballet Signature. Vont se mêler des trahisons, de l'amour, des chants russes, des envies, de la jalousie, des injustices, des surprises. Mais surtout cet amour de la danse, cet art si difficile, mais si beau. Ce petit théâtre se trouve en Russie, dans la ville de Yalta. Nous sommes en 1835.

  • Faton est né le 24 juillet 1944. Fils et petit-fils de musiciens. Sept ans d´études d´architecture aux Beaux-Arts de Paris. Membre fondateur de Magma (1969) et ZAO (1973). Il enregistre ses compositions à New York en 1980, jouées par Miroslav Vitous, Jack DeJohnette et Michel Seguin, fait un duo avec Didier Lockwood (1982) et crée Faton Bloom avec Didier Malherbe (1984). Compositeur de musiques de films pour Philippe Garrel, Idrissa Ouedraogo, Laurence Ferreira-Barbosa, Raymond Depardon, il fait aussi des concerts de piano solo et des tournées dans le monde entier. Formation du groupe Faton en 1994, reformation de ZAO en 2004, tournées au Japon et en France et enfin, création du Faton Cahen Quintet avec François Causse en 2008.

  • On pensait avoir tout lu sur Michael Jackson mais avons-nous vraiment fait le tour de son univers ?

    Ce livre retrace la carrière de cet artiste de légende à travers l'histoire à part entière de ses chansons parues en single et le parcours d'un fan autodidacte.

    Du processus créatif entouré de virtuoses jusqu'aux interprétations sur scène, en passant par les vidéos clips, replongez-vous comme il se doit dans ces oeuvres intemporelles qui ont marqué l'histoire de la musique, mais également les souvenirs gravés dans nos inconscients.

  • Le nom du peintre René Magritte est associé par le public au mystère et au surréalisme. L'artiste est le plus souvent présenté comme un intellectuel dialoguant avec les philosophes de son temps sur le rapport des images et des mots. Et pourtant il existe un autre Magritte laissé dans l'ombre qui apparaît dans cet essai comme « le peintre de l'absence ». Le premier complice de l'artiste, le surréaliste Paul Nougé, nous invite à approcher autrement son génie. À condition d'accepter de lire « au pied de la lettre » certains tableaux célèbres, l'histoire dramatique du peintre se révèle à mots couverts, comme il le dit, sous une forme nouvelle et jamais osée jusque-là. Au travers des propos de Nougé, ce que Magritte appelait lui-même « sa poésie inquiétante » livrerait ici son plus émouvant secret.

  • Michel Allou célèbre le talent des groupes formés par des femmes, du rock indépendant en passant par le punk, le hard, le pop, l'indie et même le glam rock, sans oublier le post rock et d'autres genres plus marginaux. Ce mélomane passionné constitue une liste quasi exhaustive d'une catégorie trop méconnue de l'histoire de la musique. Classés par ordre alphabétiques, les portraits des musiciennes passent en revue les grandes étapes de leur carrière et s'accompagnent d'illustrations des pochettes de disques. Souvent dénigrées par la critique, victimes de discrimination, voire même de persécutions comme au Cachemire, la popularité de ces artistes demeure injustement sujette à caution alors qu'elles méritent qu'on s'y intéresse.

  • Le pays basque

    Lodya Lodya

    Avec ce petit recueil d'aquarelles, Lodya fait découvrir le Pays basque au fil des pages : la douceur des vallons, les façades ornées de guirlandes de piments suspendus, les maisons labourdines à colombage, le rocher de la Vierge, les Deux Jumeaux, l'ancien premier port thonier, l'authentique train à crémaillère et les pottocks, la villa de l'auteur de Cyrano de Bergerac, l'étape majeure du pèlerinage vers St Jacques de Compostelle, la maison de l'Infante d'Espagne...

  • « L'activité théâtrale en classe de langue est un excellent moyen de faire acquérir aux apprenants des compétences langagières et de pratiquer, dans notre cas, la langue française. C'est un jeu de rôle de haut niveau. Ainsi, cet ouvrage s'adresse aux enseignants, aux parents et aux décideurs en matières des politiques éducatives, pour que soit accordé au théâtre la place qu'il mérite. Il permet d'aider les enseignants, qui ont une approche parfois difficle du théâtre, à aborder cet art en classe de langue. Ce livre propose une méthodologie claire et facile d'utilisation. L'avenir déterminera l'efficacité de l'utilisation de cet ouvrage.»

  • De nombreuses illustrations parsèment cet ouvrage qui brille tant par son originalité que par la verve qui l'anime. Entre « Me, myself and Knock » et son double Knock le dialogue s'instaure, constitué de pics, de réparties spirituelles et autres ripostes insolentes. Le fil conducteur de ce carnet s'articule en trois phases de Knock - l'apparition, la survie et la disparition - à l'intérieur desquelles se glissent de courtes discussions, chacune soulignée par un titre évocateur. Ainsi, le très juste « Syndrome de Stendhal » lorsque l'auteure évoque le flot d'émotions qui l'envahit face aux multiples oeuvres d'art qui peuplent son cerveau. Ou encore l'amusant « Graf à toi » qui aborde l'idée de l'artiste et la trace qu'il laisse sur les murs de sa ville. Une dernière partie vient clore l'ouvrage intitulée Carnet de Knock accompagnée de la célèbre locution latine Fluctuat nec mergitur, comme un message que l'auteure voudrait délivrer en un ultime salut.

  • La rencontre fictive imaginée par l'auteur entre le peintre Paul Gauguin et le chanteur Jacques Brel ne pouvait avoir lieu qu'aux îles Marquises, au cimetière d'Atuona à Hiva Oa, où les deux artistes reposent non loin l'un de l'autre.
    Un jour, Jacques Brel montra à un ami l'emplacement qu'il avait choisi pour dernière demeure. Cet ami lui fit remarquer que Paul Gauguin se trouvant à la droite du Christ sur la croix, lui, serait à sa gauche. Le chanteur lui répondit en riant : « Alors, nous serons les deux larrons. »
    Cette réponse a inspiré le titre de cet instant théâtral.
    De leur enfance à la fin de leur parcours de vie, Brel et Gauguin se racontent et, au fil de leurs vies parallèles, découvrent quelques similitudes troublantes.

  • Tomb of a molt

    Yembele Risey

    All too often we ignore that a dead person can come back home many years after his burial. We see Nioka in connection with his spirit totem casting off part of his body and sneaking out of the tomb.

  • En fin de compte, le sexe est éternel, mais toujours au second plan à cause des philosophies religieuses fondées exclusivement sur la primauté du masculin, sur la supériorité de l'homme sur la femme.
    Le sexe est devenu notre pain quotidien avec la description de plus en plus ouverte de l'acte dans la littérature, en regardant d'abord les films dans les salles obscures, plus tard devant nos écrans de télévision, et de nos jours sur nos ordinateurs. Nous utilisons le sexe avec des pin-up déshabillées vantant une marque de voiture ou un dentifrice en montrant le galbe de leurs cuisses sur les pages de nos hebdomadaires.

  • Il y a des jours où tout vous sourit, et d'autres, où dès le lever du soleil vous regrettez d'avoir quitté votre lit.
    Comment faire face à un couple de voisins en guerre contre les bruits de la ferme, une belle-soeur en manque d'amour, des parents très présents, deux soeurs, voisines très envahissantes qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas, sans oublier les clients de la chambre d'hôte et la visite d'un mystérieux rendez-vous ?
    Oui, vivement ce soir que l'on se couche... car la journée promet d'être mouvementée !
    Cette comédie pleine de rebondissements promet aux spectateurs, des rires assurés.

  • Recueil de nouvelles pour petits et grands, tirées de spectacles créés en Atelier Théâtre, mettant en scène les exploits et le courage de jeunes filles extraordinaires.


  • Alessandro :

    D'où vient cette facilité que tu as à jouer de cet instrument. Car, diable, je t'ai fait jouer une partition que tu ne connaissais pas, n'est-ce pas ? C'était de la lecture à vue.

    Niccolò :

    Elle vient tout simplement de mon travail et des conseils de mes Maîtres.

  • Les 60 ans de l'orchestre mythique de la République du Congo-Brazzaville.
    L'orchestre Les Bantous de la capitale est le témoignage émouvant de divers aspects de l'histoire de ce groupe mis en lumière dans un survol de 60 ans de vie musicale glorieuse.
    Il a tenu sur la barre en réussissant à se renouveler spectaculairement après le départ - provisoire pour certains d'entre eux - de quelques uns de ses plus grandes vedettes.
    Aujourd'hui seul dépositaire d'une musique dont la génération actuelle a perdu la clef, l'orchestre Les Bantous de la capitale demeure la source d'inspiration sur les différents rythmes populaires et des mélodies traditionnelles congolaises des années 50.
    Les Bantous de la capitale continuent à faire preuve d'une belle sagesse et d'une sûreté parfaite. Leur dernier passage au Babel Med Music, le 1er Avril 2009 à Marseille et à l'Olympia de Paris le 12 Avril 2009, est le fruit de longues années d'expérience au cours desquelles ils ont marqué un tournant décisif dans l'histoire de la musique congolaise moderne.
    Les admirateurs qui ne connaissent Les Bantous qu'à travers leur discographie seront sans doute ravis par cette histoire vivante relatée par Clément Ossinondé, fidèle compagnon du groupe depuis sa création, le 15 Août 1959, et qui est demeuré pendant plusieurs décennies le Secrétaire général du Club Bantou.

  • Optimiste ka

    Pardini Patrick

    En l'an 2050, la terre est au bout de son chemin, les hommes au bout de leur destin, tel un monde recouvert de napalm. À vouloir conquérir la planète, l'Homme s'est transformé en bête. Subirons-nous les effets du poison ou nous redresserons-nous pour acquérir la guérison ?

  • Les mondes de gaia

    Fo Milan

    Les Mondes de Gaia est une pièce de théâtre en quatre actes définissable en quatre mots : comique, tragique, cosmogonique et... cosmologique.
    Quatre personnages, Gaia, Stella, Luna et Elio, devisent des mystères de l'univers sous la voûte étoilée.
    Pourquoi le ciel est-il bleu ? Et le soleil jaune ? Quelle est la température de l'Univers ? Y a-t-il eu un début à tout ?
    Certes, comme dans toute pièce digne de ce nom, un drame va se jouer, mais la fin sera paradoxalement heureuse... Or, les fins existent-elles ?
    Et si Les Mondes de Gaia était la première pièce entre le zéro et l'infini ?

  • Les vertus thérapeutiques de l'art sont connues depuis l'Antiquité, mais c'est surtout depuis le développement du concept de résilience que de nombreux thérapeutes se sont penchés sur la question des effets de l'art dans une visée thérapeutique.
    La pratique de l'art peut favoriser le développement des facteurs de résilience, mais se pose la question : quel art ?
    Nous partons du principe que tout n'est pas art et qu'un exercice artistique réalisé sans aucune connaissance ou d'une manière aléatoire est inutile et peut même être nocif.

  • L'auteur s'essaie à un genre théâtral nouveau, mettant en scène une cour des miracles intemporelle. En marge de la cité, où les plus démunis sont privés de leur humanité, un groupe hétéroclite s'est inventé un royaume à sa mesure. Faro arrive dans ce « coin perdu » dénommé le Clin et y rencontre des vagabonds, bandits de grands chemins, diseuse de bonne aventure et malfrats qui vivent en plus ou moins bonne entente. Vau-vent, le roi de l'entourloupe, règne sur cette bande de va-nu-pieds et exerce sur eux un étrange pouvoir de fascination. Craint pour son autoritarisme, il punit sévèrement ceux qui ne se comportent pas selon ses dires. Leur quotidien de débrouille est rythmé par de menus larcins, des arnaques en tous genres, des menaces de représailles ; les disputes dégénérant souvent en bagarres. Le coup d'éclat final met un terme à l'emprise du despote. L'humour présent dans les savoureux dialogues vient atténuer la gravité des mésaventures vécues par les personnages.

  • Vous aimez les histoires ou bien vous êtes une troupe de théâtre en quête de nouvelles saynètes ?
    15 de ces saynètes et monologues ont été joués par le Théâtre des Tours de Blandy-les-Tours (77) lors de fêtes médiévales, de repas médiévaux, de fêtes des écoles et de collèges, d'animation en maisons de retraite et médicalisées...
    Certaines peuvent être déconseillées aux enfants de moins de 8 ans (mots et expressions) car au Moyen Âge les gueux ne faisaient pas toujours dans la dentelle...
    Les plus jouées et appréciées ont été : (dans l'ordre de préférence) Le coucou dans la bonbonnière, Les lavandières, Dame Jeanne (monologue), Obois du pinard (monologue), La diseuse de bonne aventure, Le peintre et la pécheresse.

  • À son grand regret, Annick Lafeuillade n'a pas de réelles dispositions pour pratiquer un instrument de musique.
    Comment goûter alors les morceaux favoris sans comprendre le fonctionnement que la musique met en scène grâce à ses couleurs ? Les concerts, les spectacles de la télévision, les échos de la presse locale ou internationale, notre corps lui-même dans le sport ou la danse, la littérature, sont des réservoirs immenses où puiser l'inspiration d'un projet sur la musique : un art vivant qui stimule la vie et peut soulager les porteurs d'un handicap.
    Écouter, vibrer, apprécier les sons colorés de toute nature provenant de la voix ou d'instruments divers, c'est l'occasion pour le lecteur de l'accompagner dans ses découvertes.

  • Après les « lumières et l'humanisme » en quelques décennies, le monde de l'art s'emballe, celui de la philosophie de même : le dadaïsme, le surréalisme, le post-modernisme, le minimalisme, l'essentialisme, le structuralisme, l'existentialisme, le déconstructionnisme, etc., « l'isme », génération spontanée !
    On convoque, on assigne, on explore... et on exclut beaucoup... l'époque est à l'exclusionnisme !
    Que reste-t-il de nos amours ?
    Récupérons la formule d'Anaxagore : « Rien ne naît ou ne périt, mais les choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. »
    Ce monde subit une mutation décisive, la plus périlleuse de toute l'humanité... il serait temps d'activer tous les boutons de la pensée ; le fond de l'art est frais... celui de la démocratie aussi !

  • Jeannot et Rosalie dirigent, depuis plus de trente ans, un modeste relais routier, perdu au bord d'une nationale. Malgré l'éloignement, la famille excentrique se réunit chaque premier dimanche de janvier. Cette année, leur rituelle fête des rois marque la célébration d'un autre événement : l'un des fils va remplacer son père à la tête de l'entreprise déclinante. Des épreuves imprévues viendront contrecarrer ce projet, et chaque membre du clan devra tourner la page pour rebondir. Acquérir tardivement son indépendance sera, pour certains, une expérience aussi douloureuse que salvatrice.
    Racontée au fil des retrouvailles successives, la chronique, entre rires et larmes des mutations, bousculant le parcours d'une attachante tribu fusionnelle.

empty