Editions Jean-Paul Gisserot

  • Ce guide indispensable vous permettra de prévenir et soulager naturellement les maux les plus courants du quotidien. Des fiches détaillées décrivent les plantes les plus connues et conseillent les remèdes naturels les plus adaptés.
    Grâce à ces conseils clairs et précis, apprenez et découvrez : Les plantes les plus efficaces et les plus utilisées en herboristerie Comment les utiliser (dosage, formes d'emploi, durée) Les précautions d'emploi et erreurs à ne pas commettre des remèdes naturels complémentaires (aromathérapie, gemmothérapie) Les conseils hygiéno-diététiques indispensables. Gilles CORJON est docteur en pharmacie. Il a co-géré pendant 25 ans une herboristerie traditionnelle et est actuellement enseignant et responsable scientifique à l'École lyonnaise des plantes. Il est également impliqué dans l'association Herboristerie sans frontières qui vise à partager et à préserver les pratiques de soins naturels et l'utilisation des plantes médicinales à travers le monde.

  • « Vauban, dont il suffit de prononcer le nom ». Alors qu'ils utilisent plusieurs lignes pour présenter les sept autres grands-croix originels, en mai 1693, du nouvel ordre royal et militaire de Saint-Louis, c'est par cette expression liminaire et incantatoire qu'Alexandre Mazas et Théodore Anne présentent Vauban dans leur histoire de cet ordre au milieu du XIXe siècle. Un nom ayant valeur de talisman national, 150 ans, alors, après sa mort.
    La figure de Vauban a été utilisée a posteriori comme celle d'un avant-gardiste proto-révolutionnaire, du modèle du serviteur et du défenseur de l'État. Mais fut-ce le cas et en avait-il conscience lui-même ? Cette biographie se veut une histoire sous forme de tableaux reconstituant et racontant la formation, le caractère, la personnalité, les actions et les récompenses de Vauban, qui, replacés dans leur époque, souhaitent faire comprendre en quoi il fut une figure sollicitée et respectée dès son vivant et dont la mémoire s'est perpétuée plus de trois cents ans après sa mort.

  • Pratique en forêt comme au jardin, ce guide unique est conçu pour découvrir les relations entre les plantes et les insectes, qui sont souvent plus complexes qu'elles n'y paraissent. Les principales familles végétales facilement identifiables, font l'objet d'une fiche avec des anecdotes, puis sont complétées par la description d'une plante la plus caractéristique en France.
    Une centaine de végétaux sont présentés avec un ou deux insectes emblématiques, en précisant les ravages que ces insectes occasionnent ainsi que leur mode de vie ou leurs particularités. Pour aller plus loin les auteurs ont ajouté des tableaux inédits regroupant les principaux papillons et coléoptères déprédateurs des plantes, afin que ce nouveau livre puisse aussi être un guide complémentaire à vos livres sur la botanique et l'entomologie !

  • Alors que la protection de notre environnement et l'écologie sont devenues des préoccupations majeures, nous sommes nombreux à nous demander comment agir au quotidien au-delà de tout effet de mode.
    Ce livre, composé de plus d'une centaine de fiches pratiques, vous donnera des trucs et astuces pour diminuer l'impact écologique de votre foyer, jour après jour, de manière simple, tout en faisant des économies. Ces conseils pratiques s'articuleront autour de trois grands thèmes :
    oLutter contre le gaspillage et tendre vers le zéro déchet.
    oEntretenir sa maison au quotidien sans utiliser de produits nocifs pour l'environnement et la santé.
    oComment jardiner écologiquement ?

  • Ce livre traite des différentes abeilles que l'on retrouve en Europe. Il offre plusieurs fiches détaillants les caractéristiques de ces dernières et leur localisation.

  • Indispensable pour préparer un voyage à Compostelle, et en route.Un outil d´information sur les chemins et le patrimoine.Un ouvrage de référence.Une encyclopédie pour les curieux.Des connaissances érudites et des informations pratiques.Des anecdotes savoureuses. Le rêve et la magie du chemin.Denise Péricard-Méa, pèlerine en 1982 et 2001, docteur es-Lettres, spécialiste des cultes à saint Jacques (thèse Paris I Sorbonne, 1996). Louis Mollaret, ancien élève de l´X, pèlerin et responsable d´associations jacquaires. Ont créé en 2000 la Fondation David Parou Saint-Jacques pour la recherche sur les pèlerinages sous l´égide du LAMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, CNRS-ParisI-Sorbonne).Préface de Patrick Poivre d´Arvor, journaliste et écrivain.

  • Cet ouvrage va vous permettre de découvrir et d'utiliser les huiles essentielles avec toute la sagesse et la prudence requises. Il vous accompagnera au quotidien et vous apportera des clés 100% naturelles pour prendre soin de votre santé, votre bien-être et votre beauté. Des formules simples et accessibles à tous, dans le cadre d'un mode de vie sain et durable, pour vous permettre de soulager et d'enrayer les maux du quotidien. Une invitation au minimalisme «moins mais mieux», à la slow santé qui propose de ralentir, de remettre du sens et de la conscience dans notre «consommation de la santé».
    Vous y trouverez les fiches détaillées des huiles essentielles par ordre alphabétique ainsi que des réponses aux maux les plus courants classés par sphère : respiratoire, nerveuse, cutanée, articulaire, digestive, etc. L'ambition de ce guide est de vous familiariser avec cette médecine alternative qu'est l'aromathérapie, en levant le voile sur les huiles essentielles, les huiles végétales et les hydrolats. 

  • Depuis quelques années, par égard pour la santé et l'environnement, on porte une attention croissante à la qualité des produits alimentaires que l'on consomme, à leur provenance locale et à leur saisonnalité. Alors, comment faire quand on est «hors-saison»? Et bien, l'une des solutions est de faire comme autrefois : profiter de la pleine saison et de la disponibilité des produits pour en faire des conserves.
    Vous explorerez dans ce livre les différentes méthodes de conservation des légumes, des fruits, des produits carnés et des produits de boulangerie-pâtisserie: le salage, le séchage, la confiture, la lacto-fermentation, la stérilisation, le gel... Ainsi vos placards seront pleins de produits sains, savoureux, faits maison, qui vous permettront de consommer tout au long de l'année les délicieux produits préparés en saison. Ceux-ci feront aussi des cadeaux de choix à offrir à vos proches en toutes occasions.

  • Le procès engagé par le roi de France Philippe le Bel contre les Templiers et la suppression de leur ordre par le concile de Vienne en 1312 ont été à l'origine du développement d'une pseudo-histoire et de légendes qui ont totalement occulté l'histoire de ce qui a été le premier ordre religieux-militaire de la chrétienté médiévale. Né vers 1120 en Terre sainte et pour la Terre sainte, le Temple est le fils de la chrétienté latine d'Occident ; l'Occident dynamique du XIIe siècle. Il tirait de l'Occident, où il était solidement implanté, une grande partie des revenus et des moyens matériels et humains dont il avait besoin pour remplir sa mission en Orient : la protection armée des pèlerins visitant Jérusalem et le Sépulcre du Christ ; la défense des Etats latins d'Orient (Antioche, Tripoli, royaume de Jérusalem) établis après le succès de la première croisade et bien évidemment confrontés à leurs voisins musulmans. Il s'engagea aussi, quoi qu'avec prudence, sur le terrain de la reconquête en péninsule Ibérique : on y trouve aujour-d'hui les plus beaux exemples de son architecture militaire. L'ordre du Temple n'a jamais failli dans sa mission et sa fin tragique ne doit pas grand chose à son histoire. Il a été un bouc-émissaire, un pion - opportuné-ment disponible - dans le violent conflit, très idéologique qui, durant le règne de Philippe le Bel, a opposé le roi de France et le pape, l'Etat et l'Eglise. Alain Demurger, est maître de conférences honoraire de l'Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, où il a enseigné l'histoire du Moyen Age. Il a orienté ses recherches sur l'Histoire du Temple et des ordres religieux-militaires, ainsi que sur la croisade et l'histoire politique de la France à la fin du Moyen Age.

  • La Première Guerre mondiale reste profondément ancrée dans la mémoire collective nationale en raison de son impact sur l'ensemble de la société française.
    1914 marque la fin d'un long XIXe siècle et les quatre années de cette guerre contribuent à faire basculer la France dans le XXe siècle et la modernité. Face à la violence de ce conflit industriel, le pays a su politiquement et économiquement s'adapter pour supporter une part importante de la guerre sur le front occidental. De même, l'armée française de 1918 n'est plus celle de 1914 : il s'agit toujours de la « guerre des tranchées » mais bien des choses ont changé, tant dans les matériels employés que sur la tactique et la stratégie.
    L'auteur cherche ainsi à montrer, à travers les grands aspects de ce conflit et aussi bien des détails, comment la France a surmonté ses divisions pour éviter un effondrement semblable à celui de 1870, comment la population a su s'adapter à l'épreuve d'une guerre longue, comment les « poilus » ont pu vivre cette guerre et pourquoi 14-18 résonne encore dans l'esprit de nombre de Français.

  • Le vinaigre possède des vertus extraordinaires. Il peut être utilisé comme détartrant, dégraissant, nettoyant et désinfectant. On peut aussi l'utiliser au jardin comme désherbant et insecticide. Le vinaigre entre également dans la composition de nombreux remèdes naturels et de produits de beauté.
    Si le vinaigre est aujourd'hui un produit très courant, il y a plusieurs méthodes de fabrication qui peuvent être traditionnelles, industrielles ou "maison". Il existe de nombreux types de vinaigre : de vin, de xérès, de cidre, de bière... chacun ayant des propriétés que l'auteur vous invite à découvrir. Enfin, vinaigre et cuisine font bon ménage, il accommode et accompagne vos recettes gourmandes.

  • Quand Baptiste apprend que, pour le jour de ses 9 ans, son grand-père lui offre une visite guidée de la frégate Hermione, il saute de joie ! Il est loin d'imaginer cependant que cette visite va lui offrir un voyage pour le moins inattendu dans l'espace comme dans l'Histoire à laquelle la frégate originale, mise à l'eau en 1779, fut mêlée.

  • Anne, fille du duc François II de Bretagne, est née en 1477 à Nantes. Elle succède à son père en 1488 à l'âge de 11 ans. Alors qu'elle avait été mariée par procuration à un archiduc d'Autriche, elle est contrainte d'épouser le roi de France Charles VII qui vient d'envahir son duché. À la mort de ce dernier, elle épousera son successeur Louis XII et sera ainsi reine de France pour la deuxième fois.
    Mais avant ce second mariage, Anne négocia l'indépendance de la Bretagne dont elle demeurera la duchesse jusqu'à sa mort à Blois en 1514. Frédéric Morvan nous raconte la vie de cette reine au caractère fort, à la fine intelligence politique autour de laquelle se développera une cour raffinée encourageant un renouveau des arts.

  • C'est guidé par les sonorités truculentes de l'alsacien, que nous vous proposons de découvrir les chefs-d'oeuvre de sa culture, de goûter le sel de son art culinaire, de vous délecter de son talent viticole et brassicole et de parcourir ses sentiers qui se perdent dans les forêts vosgiennes et la brume rhénane, où sont tapis mystères et légendes. À la fois douce comme la crème d'un Flàmmekueche, sauvage comme la cascade du Nideck, vivace comme l'inventivité de ses jeunes et de ses entreprises et énigmatique comme les gargouilles de la cathédrale de Strasbourg, la langue alsacienne, expression d'un peuple discret mais fier se plie en quatre pour vous faire voyager, rêver, saliver et mourir... de rire! Loin des guides touristiques formatés ou des méthodes d'apprentissage trop sérieuses, ce livre se veut une introduction à l'Alsace et à sa langue sur un ton humoristique. Bénédicte Keck, est chargée de mission à l'Office pour la langue et la Culture d'Alsace.?Auteur de contes pour enfants, traductrice, enseignante, elle a entre autres coécrit L'alsacien pour les Nuls aux éditions First. Adrien Fernique est traducteur à la télévision régionale et archiviste.

  • Le pain a longtemps été l'aliment de base en Europe occidentale. La langue française regorge d'expressions rappelant son rôle essentiel dans l'alimentation populaire et dans la société.
    Si aujourd'hui, son importance a diminué, il connaît un regain d'intérêt auprès des gourmets et gourmands. Et, surtout, on peut observer une multiplication de ses formes : les pains spéciaux, souvent issus de traditions locales ou régionales, se dispersant grâce à l'inventivité d'un boulanger ou d'un groupement de minoteries, sont désormais légion et détrônent la traditionnelle baguette, compagne du béret dans l'imaginaire collectif. Le pain devient aussi, grâce notamment aux machines à pain domestiques, un produit que l'on prend plaisir à réaliser chez soi et personnaliser à l'infini. À condition de maîtriser quelques règles.

  • Des catastrophes naturelles, de terribles calamités ont frappé à plusieurs reprises le Royaume de France, ses grands fiefs et les territoires francophones de l´Empire allemand au cours du moyen âge. Les fléaux, seulement signalés ou décrits dans les sources narratives, dans les archives comptables, ont donné, dans le meilleur des cas, matière à des enquêtes détaillées (à Bourges, à Toulouse,) à des récits de témoins ou de victimes.?L´archéologie, la sismologie, les travaux sur les grands brûlés et les traumatisés apportent de précieux compléments d´information.Ce livre s´articule autour de quatre thèmes de recherches : la typologie des drames, moins connus que les pestes, les guerres et les famines laissées en dehors de ce travail, leur déroulement, les bilans, l´effort de reconstruction.Des inondations, les incendies, les tremblements de terre, les tempêtes et d´autres malheurs comme les vols de sauterelles frappent à plusieurs reprises notre pays.?Chaque fléau nécessite un examen des sources d´information, de son mode de propagation, en tenant compte du site, du vent, du jour ou de la nuit, une délimitation de l´aire de destruction...Jean-Pierre Leguay, Professeur émérite de l´Université de Rouen-Haute Normandie est l´auteur de nombreux ouvrages qui font autorité sur le Moyen Âge, traitant en particulier de la pollution (éditions Gisserot), de l´eau (P.U.Rennes), des Mérovingiens et des Carolingiens (éditions Belin), pour ne citer que les plus récents.En couverture : incendie de la ville de Berne en 1302.Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne.?Mss.h.h.I.16, p.136

  • La croisade est l´un des phénomènes historiques les mieux attestés de l´histoire. Elle a opposé pendant deux siècles, pour la «libération de la Palestine», les forces armées de la chrétienté occidentale et de l´islam, occupé les esprits des chrétiens tout au long du Moyen Age et même des Temps modernes, créé des mythes et forgé des idéologies durables chez les chrétiens comme chez les musulmans. C´est aussi, malgré l´abondance des sources et des travaux qui lui ont été consacrés, l´un des thèmes les plus controversés de l´histoire : pèlerinage armé ou guerre sainte ? Élan de foi ou exemple parfait du fanatisme et de l'obscurantisme ? Guerre de libération ou prémices du colonialisme ? La croisade est-elle seulement dirigée vers la Terre Sainte, ou doit-on la replacer dans le vaste mouvement de l´expansion occidentale ? Est-ce une guerre missionnaire ? Quel rôle y ont joué la papauté et les mouvements populaires ? Quels sont ses rapports avec le jihad, l´antisémitisme, l´attente des derniers Temps ? Jean Flori, Docteur d´État es Lettres et Sciences Humaines, est depuis 1987 directeur de Recherche au CNRS ; il exerce au Centre d'Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers. Spécialiste de l´histoire des mentalités et des idéologies, en particulier de la chevalerie, de la guerre sainte et de la croisade, il a consacré à ces thèmes une dizaine d'ouvrages et une centaine d'articles.

  • La Rochelle bâtit sa fortune à l´époque médiévale sur le commerce du sel et du vin et devient rapidement l´une des places économiques les plus dynamiques du royaume. Avec l´adhésion de ses habitants à la Réforme, la ville se transforme en bastion du protestantisme. La soumission de la cité, à l´issue dramatique du Grand Siège de 1627-1628 marque la ruine du parti protestant dans le pays. Mais les Rochelais relèvent leurs ruines et font du port dans la seconde moitié du XVIIe siècle, l´un des plus actifs du royaume. La prospérité de La Rochelle repose désormais sur le commerce avec la Nouvelle-France et surtout les Antilles. Cette prospérité est détruite par la révolte de Saint-Domingue au début de la Révolution puis par le blocus continental qui condamne la cité à l´assoupissement. Il durera une grande partie du XIXe siècle jusqu´à la construction du port en eau profonde de La Pallice à la fin du siècle. La base sous-marine que les Allemands y construisent entraîne pour La Rochelle une nouvelle épreuve lors de la seconde guerre mondiale : de nouveau un long siège qui lui vaudra d´être la dernière ville de France libérée. Pascal Even, né en 1955 à La Rochelle est conservateur général du patrimoine et docteur es lettres. Après ses études à l´Ecole nationale des chartes, il a dirigé successivement le Centre des Archives diplomatiques de Nantes et les Archives départementales de Charente-Maritime, il occupe actuellement un poste de sous-directeur aux Archives de France. Couverture : La Tour Saint-Nicolas et la Tour de la Chaîne à l´entrée du Vieux port.?En vignette : Le Vieux Port. En dos : Bas-relief d´une poupe dans la cour de la Bourse de Commerce.?En quatrième : Statue de Jean Guiton. Photographies Christophe Renault.

  • Des citadins, de tous les milieux, des gens de passage se rencontrent, travaillent, conversent, s'amusent ou se querellent à l'intérieur de ces cadres restreints que constituent les habitations et les chaussées des villes françaises au Moyen Age. La restitution d'un vécu quotidien fait l'objet de cet ouvrage où se mêlent l'histoire, la sociologie, l'examen du bâti et de l'environnement, la littérature et l'imaginaire. Des " honorables personnes ", marchands fortunés, titulaires d'offices ou hommes de loi, des maîtres artisans avec leurs familles, des compagnons et des apprentis, le commun des ouvriers ou " gens mécaniques ", des bandes de miséreux, de gredins ou de batteurs de pavé s'y côtoient dans une promiscuité parfois redoutable. L'examen des contrats d'embauche, les tâches quotidiennes, les promotions internes, l'évaluation des salaires ou des gains, les attitudes face à l'adversité, les relations entre voisins ou entre parents sont les jalons d'une enquête qui s'efforce aussi de reconstituer les propos anodins échangés sur le pavé, de décrypter les mécanismes mentaux de nos ancêtres à travers les rires, les potins et les rumeurs dévastatrices, les cris et les multiples bruits de la rue. Jean-Pierre Leguay, Professeur émérite de l´Université de Rouen-Haute Normandie est l´auteur de nombreux ouvrages qui font autorité sur le Moyen Âge, traitant en particulier de la pollution, des catastrophes (éditions Gisserot), de l´eau (P.U.Rennes), des Mérovingiens et des Carolingiens (éditions Belin), pour ne citer que les plus récent

  • La Fin du Monde a longtemps été un sujet tabou, fleurant bon le fanatisme sectaire ou l´obscurantisme. Même les religieux n´osaient plus guère y faire allusion. Trois faits majeurs, pourtant, conduisent à réviser cette attitude : depuis Hiroshima, tous les hommes, gens ordinaires ou grands scientifiques, savent que l´humanité est capable de détruire la vie sur la terre. Depuis peu, on sait aussi que celle-ci peut être anéantie par la pollution, un changement climatique ou une collision avec une météorite. La "Fin du monde" est désormais perçue comme inéluctable à long terme, probable à moyen terme, possible dans quelques années. Au Moyen Age, et même dès la naissance du christianisme, les hommes vivaient avec cette certitude de la "Fin des Temps" annoncée par les textes sacrés: la création avait eu un début; elle aurait donc une fin, aussi inéluctable pour l´humanité que la mort pour chaque individu. Leur attente inquiète était aussi une espérance, celle de la victoire du Christ revenu sur les forces du Mal incarnées par l´Antichrist. Il convenait donc de scruter les signes de son apparition. Jean Flori, Docteur d´État es Lettres et Sciences humaines a été directeur de recherche au CNRS.?Il est l´auteur de nombreux ouvrages, dont La chevalerie et Les croisades aux éditions Gisserot, ainsi que d´une centaine d´articles.

  • La vision idéalisée de la rue que donnent des miniatures représentant une entrée du roi dans "sa bonne ville", une procession du Saint-Sacrement ou des festivités ne saurait faire oublier une réalité quotidiennement vécue par les contemporains : la pollution sous plusieurs formes et ses dangers. Une documentation hétéroclite décrit souvent d´affreux cloaques, des "merderons", remplis de "d´immondicitez", de "marres et de bouillons" qu´empruntent, parfois, à leurs risques et périls, les chevaux, les véhicules hippomobiles et les piétons qui tiennent par prudence le "haut du pavé".Les contemporains ont pris la mesure du risque de "pestilence" et des solutions ont été apportées par les municipalités les plus responsables.Jean-Pierre Leguay est professeur d´histoire médiévale à l´Université de haute Normandie - Rouen. Il a publié une thèse sur les villes bretonnes au XVe siècle, plusieurs monographies urbaines, une étude sur la rue au Moyen Age, divers travaux sur le réseau urbain de la Savoie, les bâtiments utilitaires, les chantiers et les carrières de pierres, les fêtes, les écoles, les métiers, en Armorique, dans les Alpes du Nord et en Normandie.

  • Le monde du travail évolue considérablement à partir de l'an mil. L'innovation technique ne cesse de bouleverser l'organisation des métiers. Dans les villes, le métier apporte à l'artisan identité et solidarités. Dès les XIIe et XIIIe siècles, ces métiers commencent à s'organiser. L'échoppe ouvre sur la rue, la petite entreprise y ctoie les grands marchands qui dominent certaines productions. À la campagne, les hommes et et les femmes ne vivent pas que des travaux des champs. On y trouve des potiers, des verriers, des charbonniers, des hommes du fer. Mais n'oublions pas les maîtres d'école, les notaires et les sages-femmes.Faire l'histoire des métiers, c'est aussi faire dialoguer archéologie, histoire de l'art, histoire des techniques et histoire sociale. C'est tenter ainsi de retrouver les gestes de nos ancêtres et d'éclairer la vie quotidienne des hommes du Moyen-Âge.
    Jean-Louis ROCH est maître de conférences honoraire en histoire médiévale à l'Université de Rouen. Ses recherches portent sur l'histoire de la pauvreté et les mendiants, ainsi que sur le monde du travail et la draperie normande au Moyen Âge.

  • Les crimes et les horreurs ont accompagné en grand nombre l'histoire de France au fil des siècles. Ce livre en présente une trentaine d'exemples. On y retrouvera des criminels restés célèbres jusqu'à nos jours, comme François Ravaillac, Charlotte Corday, les soeurs Papin, Violette Nozière, et d'autres qui eurent leur heure de gloire en leur temps : les empoisonneuses Marie-Madeleine de Brinvilliers et Hélène Jégado, le régicide Robert-François Damiens, le parricide Pierre Rivière, le violeur d'enfant Albert Soleilland, le psychopathe Ange Soleil, ou encore les impitoyables assassins de l'Auberge rouge, pour n'en citer que quelques-uns... À la description de crimes et d'horreurs à la Cour, succède celle de crimes et d'horreurs au village, puis en ville, enfin en justice. Illustres ou moins connus, tous ces événements sont révélateurs d'une ambiance et de certaines manières (bien peu conviviales, on en conviendra...) de se comporter en société. L'ouvrage s'achève par l'évocation de l'angoisse du bourreau, car ce n'est pas une sinécure de faire passer des êtres humains de vie à trépas.À la description de crimes et d'horreurs à la Cour, succède celle de crimes et d'horreurs au village, puis en ville, enfin en justice. Illustres ou moins connus, tous ces événements sont révélateurs d'une ambiance et de certaines manières (bien peu conviviales, on en conviendra...) de se comporter en société. L'ouvrage s'achève par l'évocation de l'angoisse du bourreau, car ce n'est pas une sinécure de faire passer des êtres humains de vie à trépas. Agrégé d'histoire et docteur ès lettres, Benoît Garnot est professeur d'histoire moderne à l'université de Bourgogne. Spécialiste de l'histoire de la justice et du crime, il a publié une cinquantaine d'ouvrages, dont une Histoire de la Bourgogne (avec Alain Rauwel) aux éditions Gisserot.

  • C´est un Moyen âge surprenant, tourné vers une culture populaire, que décrit ici J.P. Leguay à partir de sources narratives, de farces, de miniatures.  L´auteur  fait revivre de drôles d´individus, farceurs,  polissons  paillards, la faune des pavés, des

empty