Sciences humaines & sociales

  • La collection Les Grandes Voix de la Recherche est une coédition entre CNRS Éditions et De Vive Voix. Pluridisciplinaire et accessible, elle donne la parole aux chercheurs lauréats de la très prestigieuse médaille d'or du CNRS qui présentent leur discipline et leurs recherches de manière vivante et concise. 
    Considéré comme l'héritier de Levi Strauss, Philippe Descola est l'un des grands anthropologues français du XXe siècle. Ses premiers travaux ont été menés en Équateur, auprès d'une tribu amazonienne, les Jivaros Achuar. Ce terrain l'amène à s'interroger sur l'opposition traditionnellement établie entre nature et culture. Il s'attache alors à montrer que la vision d'une coupure entre nature et culture, d'un grand partage entre humains et non-humains, est très européo-centrée, et que d'autres sociétés considèrent que les animaux et les végétaux sont des personnes, au même titre que les humains. Une telle réévaluation du lien qui peut unir l'homme à son environnement n'a évidemment rien d'anodin. Elle a des conséquences directes sur le statut qui est conféré à la nature, et vient en écho à des questionnements très actuels.
    Titulaire de la chaire d'Anthropologie de la Nature du Collège de France, Philippe Descola a reçu en 2012 la médaille d'or du CNRS. Ses recherches de terrain en Amazonie équatorienne, auprès des Jivaros Achuar, ont fait l'objet d'un ouvrage dans la collection Terre Humaine, Les lances du crépuscule. Il a publié plus récemment Par-delà nature et culture (Folio, 2005).

  • Qu'est-ce qu'un rapport social ? Y a-t-il une essence de l'homme ? Quels sont les différents systèmes de parenté ? Que nous apprend la mort sur la vie des hommes ? Quels sont, tout compte fait, aux yeux de l'anthropologue, les fondamentaux de la vie sociale ? Abordant ces questions qui constituent à la fois l'objet des enquêtes de terrain et le cur de la réflexion des sciences sociales, Maurice Godelier identifie notamment cinq préconditions de l'existence qui dessinent une nature humaine , à laquelle s'ajoute toujours le caractère imprévisible et ouvert du devenir historique. Soulignant les apports de sa discipline pour la compréhension des sociétés humaines dans leur diversité, Maurice Godelier revient de manière vivante sur les grands jalons de ses recherches, défend à la fois distanciation méthodologique et sens de l'engagement, et dresse, à rebours d'un certain discours post-moderne, un portrait de l'anthropologue en savant de l'humanité toute entière.

  • Un conflit colonial majeur qui a isolé la France.
    Le 8 mai 1945, au lendemain de la victoire alliée, les « événements » commencent en Algérie. De massacres en représailles, ces événements deviendront rapidement un conflit colonial majeur qui isolera la France sur la scène internationale, révélant son incapacité à accompagner un mouvement global de décolonisation. et cristallisé le débat politique.
    La guerre d'Algérie a cristallisé le débat politique intérieur, défini une génération et révélé les forces contraires dune France tout à la fois arc-boutée sur son passé et aspirant à la modernité.
    Riche de l'ouverture récente d'archives militaires françaises et des recherches d'une nouvelle génération d'historiens algériens cet enregistrement apporte une vision exhaustive et équilibrée du conflit.

  • Les Cathares

    Jean-Louis Biget

    Le Catharisme est une des plus belles et plus tragiques dissidences religieuses du Moyen Âge. On découvre ici ce que furent son inspiration, ses motivations, ses bonhommes et on la comprend alors très clairement dans le contexte plus vaste de cette France méridionale des XIIe et XIIIe siècles qui a vu se diriger contre elle la croisade intérieure et l'Inquisition.

  • Cyborgs, surhommes, mutants, clones, et robots Les biotechnologies, les technologies d'information, la robotique, les nanotechnologies et les neurosciences, sont en train de bouleverser très rapidement ce que nous sommes : nos corps, nos esprits, notre langage, notre rapport au monde et notre héritage naturel, et elles nourrissent des utopies transhumanistes.
    Les utopies transhumanistes.
    Mais que signifie l'espoir mis dans ces technologies pour accroître nos capacités physiques et mentales, résister aux virus, trouver l'éternelle jeunesse, bref nous affranchir de notre condition humaine imparfaite, limitée et mortelle ?
    Un questionnement philosophique dune grande actualité.
    Jean-Michel Besnier explore ces utopies transhumanistes et s'interroge sur les raisons de vouloir écarter le corps biologique et de souhaiter s'arracher à ce qui fait de nous des humains, distincts des animaux, des dieux et des machines. Il nous invite, en laissant de côté les positions morales trop simplistes qui conduisent au refus craintif du progrès technologique ou à des positions antihumanistes, à nous interroger sur nos devenirs possibles, sur les valeurs existantes et à inventer qui accompagneraient notre nouvelle humanité. Un questionnement philosophique dune grande actualité.

  • L'histoire de l'univers et de la vie.
    Un fascinant récit qui évoque l'histoire de l'univers, du monde, de la vie et de l'homme. Cette histoire, Yves Coppens nous montre qu'elle est celle d'une transformation incessante faite d'extinctions et d'innovations, d'une adaptation et d'une évolution face à des milieux changeants.
    L'homme, la conscience et la culture.
    Les grandes étapes et les principes guidant cette longue évolution sont expliqués jusqu'à l'apparition de l'homme. Avec celui-ci vient la conscience et la culture qui changent alors profondément la nature de cette adaptation incessante à l'environnement.

  • Le Moyen Âge

    Jean Louis Biget

    HISTOIRE: TROIS ENREGISTREMENTS pour comprendre la fin du monde féodal et la genèse de l'état moderne - 1. Les Cathares - Le Catharisme est une des plus belles et plus tragiques dissidences religieuses du Moyen Âge. On découvre ici ce que furent son inspiration, ses motivations, ses `bonhommes' et on la comprend alors très clairement dans le contexte plus vaste de cette France méridionale des XIIe et XIIIe siècles qui a vu se diriger contre elle la croisade intérieure et l'Inquisition. 2. La grande peste noire - La Peste noire qui débute en 1348 est un évènement majeur qui touche la quasi-totalité de l'Europe. Près des deux tiers de la population disparaissent, victimes de l'épidémie. Le `mal noir' a bouleversé les représentations artistiques et religieuses et provoqué l'explosion d'une veine macabre qui s'est épanouie à la fin du Moyen Age. Par ses ravages la Peste a profondément déstructuré les communautés familiales et territoriales, précipité les mutations de la société féodale et favorisé l'émergence de l'état monarchique. 3. L'inquisition au moyen âge - « L'inquisition ne saurait se réduire à une police de la croyance. Elle s'inscrit dans le mouvement global de la société qui correspond en Europe Occidental à la genèse, à l'affermissement puis à l'apogée de l'État moderne. » J.L. Biget est professeur émérite à L'École Normale Supérieure.

  • La Résistance

    Olivier Wieviorka

    La Résistance constitue aujourd'hui encore une terre méconnue. Les Français furent-ils tous engagés ou tous "collabos" ? La vérité se situe sans doute à mi-chemin. L'engagement dans la Résistance ne fut pas facile à trouver, aucune institution n'appelait à la lutte en 1940.
    L'armée des ombres fut aussi traversée par des doutes et des conflits. Olivier Wieviorka revisite en historien dune génération nouvelle cette période sombre de notre histoire.

  • Une famine provoquée par la collectivisation des campagnes En 1931-1933, six millions de paysans meurent de faim en URSS au cours de la dernière grande famine européenne. Une famine qui ne doit rien aux conditions météorologiques, mais est la conséquence directe de la collectivisation forcée des campagnes mise en oeuvre, à partir de 1930, par Staline. Une famine passée sous silence jusqu'à la chute de l'URSS.
    Le silence sur cette hécatombe (le chiffre de six millions de morts en rappelle un autre, de la même ampleur) allait durer jusqu'à la perestroika gorbatchévienne. Depuis la chute de l'URSS, l'ouverture des archives soviétiques a permis de faire la lumière sur cette tragédie.
    Quelle est la responsabilité de Staline ? Quelle a été la responsabilité directe de Staline et des dirigeants soviétiques dans cette famine occultée ? Comment l'imposition du système kolkhozien, à la suite de la collectivisation forcée des campagnes, a-t-elle débouché sur la famine ? En quoi celle-ci a-t-elle été différente des autres famines qua connue la Russie au cours des siècles ? Peut-on dire que Staline a voulu punir, par l'arme de la faim, les paysans qui résistaient à la collectivisation, vécue par eux comme l'imposition dun second servage ? A-t-il intentionnellement ciblé l'Ukraine, la région de l'URSS la plus touchée par la famine, pour briser ce qu'il appelait le « nationalisme ukrainien » dernier obstacle sur la voie de la dictature stalinienne ? Aujourd'hui, l'Ukraine post-soviétique non seulement commémore la « grande famine ukrainienne », mais en fait un élément central de sa construction identitaire face au grand voisin russe. Pour les dirigeants ukrainiens au pouvoir aujourd'hui, le Holodomor (la grande famine) nest rien de moins qu'un génocide perpétré par le régime stalinien contre toute la Nation ukrainienne.
    Qu'en pensent les historiens ? Cet enregistrement inédit est le premier document en français consacré au plus grand crime de masse du stalinisme.

  • Une exploration des mythes, de leurs origines et transformations.Toutes les civilisations ont leurs mythes fondateurs entre lesquels des traits communs émergent.
    Jean-Claude Carrière explore ici les origines, les transformations, les voyages et la réinvention contemporaine des récits mythiques. Il donne un sens dans la très grande durée à ces rêves anciens parents des nôtres.

  • Une hécatombe monstrueuse.
    La Peste noire qui débute en 1348 est un événement majeur de l'Occident médiéval. Elle touche la quasi-totalité de l'Europe et près des deux tiers de la population disparaissent, victimes de l'épidémie. Qui a bouleversé les représentations religieuses et artistiques - Le mal noir a bouleversé les représentations artistiques et religieuses et provoqué l'explosion dune veine macabre qui s'est épanouie à la fin du Moyen Age.Et favorisée l'émergence de l'État monarchique. Par ses ravages, la Peste a profondément déstructuré les communautés familiales et territoriales, précipité les mutations de la société féodale et favorisée l'émergence de l'état monarchique.

  • Rome, première puissance à dominer le bassin méditerranéen.
    Une conquête fulgurante.
    Au III° siècle avant Jésus-Christ, quatre puissances dominent la Méditerranée : Carthage, la Macédoine, l'Égypte et la Syrie. Rome nest alors qu'une cité dans une péninsule encore divisée. Un siècle plus tard tout est bouleversé, les guerres puniques (264-246 av. J.-C.) font de Rome la première puissance à régner sans partage sur l'ensemble du bassin méditerranéen.
    Puissance hégémonique, Rome s'ouvre aux influences extérieures et notamment à celle de la pensée grecque qui provoque une véritable révolution culturelle en soumettant l'exercice de sa domination aux questions du fondement de l'autorité et de la Justice.

  • La révolution néolithique qui a lieu entre 10 000 et 5 000 avant notre ère en plusieurs endroits du globe, est le moment le plus décisif de l'histoire humaine. C'est le passage de la cueillette et de la chasse à l'invention de l'agriculture et de l'élevage.
    Jean-Paul Demoule présente ici les raisons climatiques, environnementales et culturelles de cette révolution.
    Des conséquences infinies.
    Ses conséquences sont multiples et nous les observons chaque jour : explosion démographique, migrations, sédentarisation, naissance des villes et de l'écriture, essor des violences entre communautés.
    Comprendre le changement.
    Cet enregistrement à la fois détaillé et dune grande hauteur de vue fait un point complet sur une période charnière de l'histoire de l'humanité. Il offre une mise en perspective de notre rapport multi-millénaire au monde en tant qu'héritiers directs de ces premiers paysans et éleveurs.

  • Les Gaulois

    Matthieu Poux

    Une histoire longtemps biaisée.
    Longtemps tributaire des Grecs et des Romains, notre vision du monde gaulois était celle d'impénétrables territoires barbares, peuplés de guerriers valeureux mais désordonnés, que la férule de Rome allait "civiliser". Reprise par l'école républicaine, cette idéologie des vainqueurs persiste encore. Une vision renouvelé par l'archéologie. Pourtant, au croisement des sources historiographiques et des découvertes archéologiques les plus récentes émerge une civilisation complexe et raffinée, archipel de cités indépendantes maîtrisant admirablement la métallurgie du fer, l'agriculture ou l'élevage dont on connaît de mieux en mieux la culture et les rites. Et se dessine un territoire fortement aménagé, ponctué d'agglomérations et de places fortes, quadrillé de routes, et très tôt acculturé à la romanité.

  • Le Goulag

    Nicolas Werth

    L'ouverture des archives du Goulag.
    Depuis l'ouverture au début des années 1990 des archives de l'ex-URSS, une immense source d'informations minutieuses, due notamment aux quelque 100 000 fonctionnaires de l'administration du goulag, a été offerte aux historiens pour comprendre le système concentrationnaire soviétique.
    Un univers complexe.
    Cette révolution documentaire a permis de dévoiler un univers complexe, à plusieurs cercles, par lequel, le temps dune génération (1930-1950), vingt millions d'individus sont passés (un homme adulte sur cinq).
    Le quotidien du Goulag.
    Nicolas Werth propose ici la première synthèse d'une décennie de recherches qui met en lumière de manière très complète l'évolution du goulag et des différents types de camps de 1918 à la fin de l'ère stalinienne, la sociologie dune population disparate et changeante, la vie quotidienne dans les camps, l'économie du goulag, ainsi que la porosité des frontières entre univers concentrationnaire et société civile et la brutalisation généralisée des rapports sociaux qui en a résulté.

  • Découvrez une vision renouvelée de la Grande Guerre. Le conflit est présenté dans tous ses aspects : politiques, militaires, économiques mais aussi quotidiens et humains.
    Un enregistrement dense et émouvant qui permet de comprendre cette fracture brutale qui a orienté dans un sens tragique tout le destin du XXe siècle.

  • Versailles, miroir de l'absolutisme.
    Vivant et dense, ce document montre comment Versailles, chef-d'oeuvre de trois hommes et dun roi, est le cur de l'État royal et un miroir de l'absolutisme.
    Une clé pour comprendre le fonctionnement du royaume.
    Versailles, véritable architecture parlante, permet de comprendre la vie de la cour, le fonctionnement politique du royaume, et la culture et les arts de ce long règne qui a tant marqué la vie française jusqu'à ce jour.

  • Mai 68

    Michel Winock

    Une date clé de notre histoire Mai 68 est-elle une simple récréation, « beaucoup de bruit pour rien », ou est-elle au contraire une date clé de notre histoire, au même titre que 1789 ?
    10 ans de pouvoir du Général De Gaulle.
    En 1968, 10 ans après son arrivée au pouvoir, le général De Gaulle peut légitimement se féliciter d'avoir restauré l'état, si malmené à la fin de la Quatrième république ; d'avoir rendu à la France une politique étrangère indépendante délestée du poids des guerres coloniales ; d'avoir construit sa force de dissuasion nucléaire ; d'avoir élevé le pouvoir d'achat des ménages et multiplié les objets de consommation, etc. Pourtant des problèmes subsistent. Le chômage s'élève, la démographie fléchit, les étudiants de Nanterre s'agitent, et finalement comme l'écrira en Mars 1968 Pierre Viansson-Ponté, journaliste au Monde, « La France s'ennuie ».
    Récit, analyse et documents d'archives Dans cet enregistrement ponctué d'archives sonores de l'époque, Michel Winock raconte et analyse l'enchaînement des événements qui transforme l'agitation étudiante en crise sociale qui paralyse le pays, et finalement, en crise politique. Il en saisit l'inspiration et présente les aspects économiques, politiques, sociaux et culturels des « événements de Mai ». Il situe dans la durée cette « étape éruptive de la nouvelle révolution individualiste qui a marqué la fin du XXème siècle ».

  • Islam et Occident

    Olivier Roy

    Les tensions entre Islam et Occident.
    Pour comprendre les tensions et les questions qui se posent aujourd'hui entre un Occident à la fois triomphant et fragile et un monde musulman qui se sent en minorité, que faut-il savoir de l'Islam ? C'est en vain que l'on cherche dans le Coran ou la Tradition du Prophète la clé des problèmes actuels. Car cet ensemble a toujours fait lobjet d'interprétations et de débats.
    L'histoire des relations entre monde musulman et Occident.
    L'histoire nous montre un monde musulman diversifié, complexe et s'adaptant à des cultures très différentes. Dans le conflit comme dans la paix, le monde musulman de l'époque classique s'est érigé en symétrie et en miroir d'une Europe chrétienne. Mais aujourd'hui les deux mondes s'interpénètrent : le colonialisme hier et l'immigration aujourd'hui ont fait que l'Occident est en Islam et que l'Islam est passé à lOuest.Une interpénétration croissante. Dans les débats houleux sur la démocratie, la laïcité ou le statut de la femme, deux cultures ne s'opposent pas, mais se recomposent chacune dans des formes de religiosité qui leur sont communes et qui vont du libéralisme au fondamentalisme.

  • C'est en linguiste de terrain que Claude Hagège a abordé le champ des langues. Son intérêt pour leur réalité vécue, leur chair vive et le terreau d'origine de la parole humaine en font un adepte d'une approche empirico-inductive, aboutissant ainsi à des conclusions d'ordre général à partir d'une matière concrète. Les contributions apportées par Claude Hagège en linguistique se fondent sur l'étude de langues sémitiques, africaines, amérindiennes, austronésiennes puis sino-tibétaines. De la morphogenèse de la langue à la théorie des trois points de vue en passant par les langues créoles, c'est toute la richesse et la complexité des langues qui sont ici révélées. À travers ces travaux, la linguistique s'incarne comme une science humaine à part entière.

  • Qu'est-ce que l'inquisition ? L'histoire de l'inquisition, dans laquelle le Midi de la France tient une large place, a longtemps été l'objet d'opinions contradictoires. On a pu croire qu'elle avait sauvé la chrétienté et la société occidentale de la subversion religieuse et sociale ; on a pu dire qu'elle avait écrasé une religion évangélique par l'oppression, la terreur et les bûchers.
    Cet enregistrement tente d'approcher au plus près les réalités médiévales sans a priori ou complaisance et de dresser le tableau de l'inquisition en Languedoc au temps où elle consacre tous ses efforts à l'éradication du catharisme.
    Inquisition et hérésie.
    Si les événements en Languedoc ont contribué à la mise en place dune juridiction exceptionnelle, appliquée à l'hérésie et relevant directement du Pape, l'inquisition ne se réduit pas, quant à son origine et à son application, à un phénomène régional ; elle s'inscrit dans un processus général dont elle constitue l'une des expressions. Sont donc analysées ici les données multiples qui conditionnent la genèse relativement longue de l'institution inquisitoriale, l'hérésie n'étant que l'une d'entre elles.
    Le fonctionnement de l'inquisition.
    L'inquisition est ensuite décrite dans ses modalités de fonctionnement qui est redoutable par ses méthodes et ses pratiques « modernes ». L'auteur s'interroge sur son autonomie et sur ses rapports avec le pouvoir temporel et enfin sur son impact au cours des cent années qui suivent le concile tenu à Toulouse en 1229. Comment distribue-t-elle ses coups et qu'elle en est la portée quantitative et qualitative ? Terrorise-t-elle les foules ? Est ce la répression qui triomphe de l'hérésie ?

  • Budapest 1956

    Nicolas Bauquet

    Le récit émouvant des événements tragiques qui en quelques jours ébranlèrent le monde communiste et l'Occident et portèrent à incandescence les tensions de la guerre froide. Une analyse claire, illustrée par des archives sonores, de la première révolution anti-totalitaire du XXe siècle et de ses multiples conséquences culturelles, politiques et diplomatiques.

  • Les traumatismes du nationalisme arabe.
    Pour comprendre la situation complexe du Moyen Orient aujourd'hui, il faut revenir à l'histoire et aux traumatismes successifs du nationalisme arabe qu'ont été le colonialisme européen, les défaites successives contre l'État d'Israël et plus récemment l'invasion américaine de l'Irak.
    L'islamisme radical relais du nationalisme.
    Cet enregistrement offre le recul et les clés pour déchiffrer le présent et comprendre l'émergence de l'islamisme religieux supranational et radical d'aujourd'hui qui a en grande partie pris le relais du nationalisme arabe laïc.
    Des équilibres complexes et instables.
    Il permet également de comprendre les rôles des différents acteurs dans une région où les équilibres ethniques, religieux, politiques et stratégiques, récemment bouleversés par la guerre en Irak, évoluent très rapidement.

  • Le refus de la première guerre.
    Le régime nazi naît d'une pratique militante articulée sur un projet politique dont le fondement est le refus de la première guerre mondiale. Celle-ci est perçue comme une guerre raciale dont lissue a posé la question de la survie de l'Allemagne.
    L'idéologie nazie.
    L'idéologie défensive et millénariste nazie permet de faire face à ce traumatisme avec un projet qui se donne pour but la re-fondation socio-biologique de la « nordicité » au sein dun empire élargi à l'Est. L'imaginaire de croisade et de colonisation, la réforme des modes de vie et le fondamentalisme racial sont au coeur de cette utopie.
    Le régime en guerre.
    En guerre, le régime et les politiques raciales se radicalisent. L'utopie doit être mise en oeuvre, et les Juifs doivent disparaître. L'agencement des politiques d'extermination, leur mise en oeuvre et les mécanismes de prise de décisions font ressortir la très grande marge de manoeuvre des acteurs sur le terrain, leur profond consentement au génocide. Rhétorique utopique et argumentaires défensifs se mêlèrent pour obtenir ce consentement du plus grand nombre.
    Pour comprendre une césure fondamentale du XXe siècle.
    Cet enregistrement inédit d'un jeune historien éclaire la période dun jour nouveau en révélant des aspects peu connus, et notamment l'expérience du génocide par les bourreaux. Christian Ingrao met au jour le lien entre l'émotion sociale qu'a été le nazisme et l'expérience concrète du génocide pour tenter de comprendre comment s'est installé le consentement à la violence. Un point clé pour comprendre une césure fondamentale du XXe siècle et un très large aperçu des recherches actuelles sur le nazisme encore inconnues du grand public.

empty