Sciences & Techniques

  • La typographie est l'imprimerie sur caractères mobiles, qui constitue l'invention de Gutenberg ; car l'imprimerie proprement dite était connue bien avant lui.Il est certain que dès le commencement du XVe siècle on imprimait, en Hollande, des cartes à jouer, de l'imagerie et même des alphabets, mais ce n'était point là de la typographie, c'était de l'impression tabellaire, autrement dit de la xylographie.Les images, aussi bien que les caractères qui les accompagnaient, étaient gravées en relief, ou pour mieux dire sculptées sur des planches de bois que l'on enduisait d'encre, plus ou moins grasse, pour les reproduire sur le papier, par le moyen du frottement ; car l'idée de la presse n'était encore venue à personne.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le phylloxera est le plus terrible et le plus crue ! des ennemis qui aient jamais attaqué la vigne.Il ne se contente pas de la faire souffrir, d'amoindrir, de gâter où môme de supprimer momentanément sa récolte, il la détruit.Ce n'est pas une maladie, comme la pyrale et l'oïdium, qui ont laissé de si fâcheux souvenirs, c'est la mort.La mort épidémique se communiquant de cep à cep, vigne à vigne, de pays à pays, marchant assez lentement, mais sûrement et ne laissant après elle que du bois desséché et des racines pourries.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La monstruosité de grandeur est chose relative.Dame fourmi trouva le ciron trop petit,
    Se croyant pour elle un colosse.Le rat est plus grand, comparé à la fourmi, que la baleine comparée à l'homme.On doit donc regarder comme d'une taille monstrueuse, non-seulement les animaux qui nous semblent énormes, mais encore ceux dont les dimensions dépassent de beaucoup celles des autres êtres de la même classe qu'eux. Tels sont les êtres dont l'étude fera l'objet de ce chapitre et en particulier les crustacés.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les étangs occupent une assez grande étendue de sol en France : la commission d'agriculture et des arts, dans son rapport général publié en l'an IV, en comptait plus de 14,000 sur une étendue de 100,000 hectares. Cette commission avait établi ses résultats sur des renseignemens pris sur les lieux par des commissaires spéciaux envoyés dans les principaux pays d'étangs ; ce mode de procéder l'ayant mise à même de donner un chiffre assez précis sur leur nombre, nous l'admettrons, quoique depuis cette époque ils aient beaucoup plus augmenté que diminué ; mais elle commit de graves erreurs sur leur étendue : ainsi dans le département de l'Ain elle la porta à moins de 9,000 hectares, tandis que les résultats cadastraux recueillis dans les tableaux statistiques, publiés en 1835 par le ministre du commerce, la font monter à 20,000.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Le bon sens, d'après Ségur, est un trésor qui manque à tous les siècles, aux peuples les plus fameux, aux gouvernements les plus célèbres comme aux plus grands hommes. Il ne faut donc pas s'étonner si le paysan, être borné, insouciant et crédule, qui ne lit dans aucun livre et qui vit loin du contact social, croupit et barbote dans le plus épais bourbier de l'ignorance et de la superstition. Au surplus, le peuple des villes est soumis aux mèmes préjugés : moins nombreux, moins récalciltrant aux remontrances de la raison, voilà toute la différence.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Conférence faite à la séance de clôture du Premier Congrès international des applications de l'électricité à l'agriculture. Présidence de M. ARMAND GAUTIER, membre de l'Institut, délégué par l'Académie des Sciences.) MESSIEURS,Le rôle de l'Electricité en agriculture ne se borne pas seulement à accroître le rendement des récoltes en activant la végétation et à produire économiquement la force motrice nécessaire aux différentes machines de culture : elle est encore susceptible d'autres applications qu'il importe aux agriculteurs de connaître et de savoir mettre à profit.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Étude sur les dunes

    Elisee Reclus

    Observations préliminaires. - Dunes qui se forment sur place par la décomposition des roches. - Théorie de la formation des dunes mobiles. - Disposition symétrique des rangées de sable. - Hauteur des monticules. - Marche des dunes. - Déplacement des étangs du littoral. - Villages engloutis. - Obstacles opposés par la nature à la marche des sables. - Fixation des dunes par des semis.Dans la langue celtique, le mot de dun, qui s'est maintenu en français sous une forme à peine modifiée, avait une signification analogue à celle de colline et s'appliquait indifféremment à toutes les cimes d'une élévation modérée, qu'elles fussent sablonneuses, calcaires ou granitiques.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Une caravane, composée de sept Européens, trois Maures et deux juifs, quittait Alger le 28 décembre 1837 et se dirigeait vers le mont Jurjura, guidée par quatre cavaliers d'Abd-el-Kader. Pour atteindre le but du voyage, il fallait traverser les premières crêtes du Petit-Atlas et parcourir un pays habité par des Kabaïles dont la férocité est proverbiale. Les périls dont on supposait généralement que cette excursion devait être accompagnée, avaient empêché plusieurs curieux de tenter l'aventure ; et les prédictions sinistres ne manquèrent pas aux imprudens qui persistaient à partir, sans se laisser intimider par l'épouvantail de la foi punique.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 1828Mars.
    Le 16. FONTAINEBLEAUParti de Paris à midi (sa population est de 890,431 habitants), et arrivé ce même jour à Fontainebleau, à cinq heures et demie (15 lieues et demie de Paris). Logé et soupé à l'hôtel de la Sirène. Très bien traité ; mais fort cher.La population est de 7,400 habitants.Le 17.Parti le matin de Fontainebleau à 9 heures.Après Nemours, j'aperçus sur la gauche de la route un rocher remarquable par sa forme, une petite cascade basse assez agréable.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • DUPART (Jean), âgé de dix-neuf ans, d'un tempérament sanguin, est employé, depuis le 1er août 1822, à la fabrique de Clichy, où il est chargé de charrier le blanc de céruse. Cette opération nécessite qu'il s'approche des fours, et l'expose ainsi à respirer les vapeurs qui s'élèvent pendant la calcination. C'est pour la première fois qu'il est atteint de la colique de plomb ; l'invasion date du 25 août 1822, et s'est annoncée par des vomissemens et des douleurs dans l'abdomen, qui cependant ne furent pas assez vives pour le forcer à quitter ses travaux.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Dans une maladie aussi fréquente et aussi anciennement étudiée que la sciatique, on comprend que beaucoup de causes, regardées par les anciens auteurs comme ayant une action productrice très-grande dans cette maladie, aient été rejetées par ceux qui les ont suivis. Cependant parmi ces causes, il y en a que nous croyons devoir faire revivre, parce que leur action nous paraît avoir été clairement démontrée par les auteurs modernes dans ces dernières années.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le Phylloxera

    F. Allies

    Je prends la liberté de vous rendre compte de l'application que j'ai faite du sulfure de carbone pour la destruction du phylloxera.Vous avez, par vos travaux, donné une impulsion remarquable aux recherches, et je considère que, dans l'intérêt général et davantage encore par déférence, c'est à vous, Monsieur le secrétaire perpétuel, que doivent aboutir les comptes-rendus de tout ce qui se fait. Permettez-moi donc d'exposer ce qui suit :Je possède, par indivis avec mon frère, un champ de vignes composé de 13,500 pieds.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Tableaux mouvementés. - Les illusions de la vue, - Emploi des tableaux mouvementés. Classiffication des mécanismes. - Emploi de la Photographie. - Le fond noir. - Silhouettage en noir. - Réserves en blanc.1. Tableaux mouvementés. - Les tableaux mouvementés ou mécanisés sont destinés soit à rompre la monotonie des séances de projections, dont les vues le plus souvent monochromes et immobiles peuvent fatiguer à la longue ; soit à faire la démonstration d'un phénomène naturel, ou à reproduire les lois du mouvement à l'aide de photographies prises à intervalles rapprochés, d'après les méthodes de MM.

  • Deuxième départ sac au dos. - Perpignan. Un dimanche dans le Midi.A la fin de juillet 1888, de nouveau pliés sous nos sacs et serrés dans nos guêtres, nous repartions !... Et cette fois, il s'agissait d'un voyage plus lointain, de parcourir les Pyrénées et d'aller à la recherche de quelques cimes vierges encore...Sept heures sonnent, l'aube est claire et rosée, et les deux fidèles se retrouvent sur le quai de départ, presque émus, du moins fort heureux.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'Océan

    Elisée Reclus

    I. Der Ursprung der Inseln, von Oscar Peschel, Ausland, janv. et fev. 1867. - II. Sul moto ondoso, di Alessandro Cialdi ; Roma 1866. - III. On the Composition of sea-water in the different parts of the Ocean, by George Forchhammer, Philosophical Transactions, part. I, 1865. - IV. Les Courons et les Glaces de la Mer Polaire, par Charles Grad, 1866. - V. Mittheilungen von Petermann, Justus Perthes, Gotha.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • MESDAMES, MESSIEURS,Quelqu'un me racontait l'anecdote suivante : « J'étais à Rio-de-Janeiro et je devais narrer à mon père mes impressions ; ma foi ! j'étais pressé, j'avais sous la main un livre fort bien fait sur cette ville et... je me contentai d'en copier quelques pages que j'envoyai, heureux de mon idée. Je continuai mon voyage, n'y pensant plus ; mais quand, à mon retour, je retrouvai mon père, il me dit, un peu railleur : « Quand tu m'écriras, tu n'as qu'à m'indiquer : voir tel auteur, telle page, tu gagneras du temps et tu t'épargneras une peine inutile !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les expériences que M.A. Angot et moi avions faites dans les caves de l'École normale, en vue de résoudre quelques-unes des diffficultés qu'offre l'observation, soit photographique, soit directe, d'un passage de Vénus ou de Mercure, laissaient prise à une objection sérieuse.Dans la réalité, la planète, Vénus ou. Mercure, est à une grande distance du disque lumineux au-devant duquel elle passe et du bord obscur au contact duquel elle paraît venir.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Ceux qui ont osé parler dogmatiquement de la nature, comme d'un sujet exploré, soit que leur esprit trop confiant, ou leur vanité et l'habitude de parler en maîtres leur ait inspiré cette audace, ont causé un très-grand dommage à la philosophie et aux sciences. Commandant la foi avec autorité, ils surent, avec non moins de puissance, s'opposer et couper court à toute recherche, et, par leurs talents, ils rendirent moins service à la vérité qu'ils n'en compromirent la cause, en étouffant et corrompant à l'avance le génie des autres. Ceux qui suivirent le parti opposé et affirmèrent que l'homme ne peut absolument rien savoir, soit qu ils aient reçu cette opinion en haine des anciens sophistes, ou par suite des incertitudes de leur esprit, ou en vertu de quelque doctrine, ont présenté à l'appui de leur sentiment des raisons qui n'étaient nullement méprisables ; mais cependant ils ne l'avaient point tiré des véritables sources ; et emportés par leur zèle et une sorte d'affectation, ils tombèrent dans une exagération complète. Mais les premiers philosophes grecs (dont les écrits ont péri) se tinrent sagement entre l'arrogance du dogmatisme et le désespoir de l'acatalepsie1, et se répandant souvent en plaintes amères sur les difficultés des recherches et l'obscurité des choses, et comme mordant leur frein, ils n'en poursuivirent pas moins leur entreprise, et ne renoncèrent point au commerce qu'ils avaient lié avec la nature. Ils pensaient sans doute que pour savoir si l'homme peut arriver ou non à connaître la vérité, il est plus raisonnable d'en faire l'expérience que de discuter ; et cependant eux-mêmes, s'abandonnant aux mouvements de leur pensée, ne s'imposèrent aucune règle, et firent tout reposer sur la profondeur de leurs méditations, l'agitation et les évolutions de leur esprit. »
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Je ne remonterai pas au déluge ; je n'ai point l'intention d'écrire ici une histoire détaillée de la table : un érudit et compétent confrère, M. Louis Nicolardot, a publié, sur ce sujet, un livre trop intéressant, trop bien renseigné, et surtout trop complet, pour que je tente de redire après lui, ou autrement que lui, ce qu'il a si bien dit lui-même. Je veux simplement noter, un peu sans ordre et sans suite, et comme au hasard du souvenir et de la plume, quelques traits et anecdotes qui serviront tout naturellement d'introduction au curieux travail que j'ai reçu mission d'éditer. La place m'est d'ailleurs mesurée, et je n'ai pas le droit d'être trop long ; que le lecteur soit donc assez bienveillant pour ne point trouver, de son côté, que j'aurais pu être encore plus court, et qu'il me permette de clore ainsi ce préambule, et d'entrer sans plus de façon et aussitôt en matière. »
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le milieu du dix-septième siècle fut une des périodes les plus glorieuses pour la pensée humaine. C'est alors que notre grand Descartes, réfugié en Hollande, publia son immortel Discours sur la méthode, qui forme, à proprement parler, la base de la philosophie moderne. A peu près à la même époque, un savant hollandais, nommé Swammerdam, formait le noble dessein d'appliquer à l'étude du monde extérieur un instrument nouveau que nous pourrions appeler le télescope des infiniment petits.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'étude des forces physiques et chimiques qui interviennent dans les combinaisons et la constitution moléculaire des corps ainsi que dans le mélange des dissolutions des sels, est une question de première importance pour la philosophie naturelle. On en distingue deux principales : l'une qui produit des actions attractives à de grandes et à de petites distances ; l'autre, les actions répulsives.Ces forces qui régissent la nature inorganique sont physiques ou chimiques ; les premières comprennent l'attraction générale, la chaleur, la lumière et l'électricité ; les secondes, les affinités, et l'attraction moléculaire ou cohésion.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 7 janvier 1860.On dit que la Fortune accueille avec toutes sortes de préférences et de charmants caprices les joueurs qui risquent pour la première fois leur âme sur le tapis vert. La divinité de l'Imprévu, qui préside aux hasards du voyage, ne ressemble-t-elle pas un peu à cette courtisane dédaigneuse dont les caresses cherchent le passant le plus inconnu des autres et d'elle-même ? Si je n'avais tout à fait cette superstition rassurante, je n'oserais guère vous écrire d'un pays aussi banal que la délicieuse petite ville de Nice, car le Revel, le Mérindol, le Mont-Chauve et le Mont-Boron n'ont pas un brin d'herbe que n'aient foulé mille fois les petits brodequins d'étoffe de nos Parisiennes ; et le torrent Paillon, ce torrent furieux qui, par parenthèse, n'existe pas, est aussi inexorablement célèbre dans l'univers que la cascade où se reflètent les élégants sapins du bois de Boulogne.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • J'étais las du tumulte de la capitale, las de n'avoir sous les yeux que des pierres harmoniquement taillées et des productions humaines, las surtout de l'épais brouillard politique, et de la lèpre morale qui enveloppe, ronge et empoisonne la cité géante. Je quittai Paris le 25 juin 1840, pour visiter ma mère, ma terre natale, le beau ciel de la vineuse Bourgogne, le pays de mes aïeux et les lieux tous remplis des impressions rêveuses de ma capricieuse jeunesse.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La France d'Asie

    Eugène Gallois

    On a souvent dit et répété que les Français ne voyageaient pas... ; on voudra bien cependant reconnaître qu'il y en a un petit nombre, et nous voulons être de ceux-là, qui font exception à la règle. Voyager pour se distraire, c'est parfois bien ; voyager pour s'instruire, c'est mieux ; mais voyager pour chercher à instruire les autres, c'est mieux encore, on ne nous ne le contestera pas... C'est ce que nous allons tenter de faire, sans aucune prétention, ajoutons-le bien vite.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty