Vie quotidienne & Bien-être

  • Pendant des siècles, de débats Jean-Claude Kaufmann passionnés en illusions déçues, l'amour a rêvé de guider le monde. Chaque tentative fut un échec, parfois terrible. Alors l'amour s'est replié sur la vie privée. Il a laissé l'économie prendre le pouvoir, et s'est contenté de construire un univers de consolation et de caresses face aux duretés du monde. 
    Jean-Claude Kaufmann renouvelle ici l'histoire d'un sentiment pas comme les autres. Il nous entraîne dans l'aventure des grandes utopies et nous révèle la face cachée des épisodes fondateurs de nos vécus amoureux. 
    À travers ce récit, émaillé d'anecdotes savoureuses, il questionne les valeurs de notre époque et nous pousse à nous interroger sur notre positionnement personnel. 
    Devant la souffrance suscitée par une conception étroitement économique et cynique de la vie collective, la question de l'amour dans sa dimension sociale et politique est en train de resurgir. Elle explique l'intensité et les espoirs renouvelés que nous mettons aujourd'hui dans la quête du bonheur amoureux. été traduits en quinze langues.

  • Qui s'aime bien se chamaille bien : une enquête ne montre-t-elle pas que les conjoints qui savent se disputer vivent plus vieux, et que leurs unions sont plus durables ? 
    On dit bien : qui savent se disputer. Car tout couple vit sous la menace de ces flambées de colère qui consument des années d'attachement. Et aussi sous la menace de la haine qui naît, parfois, des reproches informulés. 
    Patrick Lemoine nous aide avec profondeur et humour à éviter ces deux obstacles. Et à affronter tout l'éventail des situations ingérables : la énième fois où il aura laissé un poil collé au savon, la énième fois où elle aura critiqué sa maman, et bien des choses pires encore... 
    Vivre l'émotion nécessaire de la scène sans être dépassé par son stress : un art délicieux et utile, qui s'apprend ! 

  • Pour atteindre l'harmonie en couple il faudrait nécessairement partager les mêmes valeurs. Aimer et détester selon les mêmes registres. Voir le monde avec les mêmes lunettes. Pousser à l'extrême l'idéal de similitude comme condition de l'authenticité et de la force du lien. 
    Mais est-ce si sûr ? Cette « évidence » alimentée par les rêves fusionnels et sous-tendue par les préjugés sociaux ou communautaires n'est-elle pas au contraire dangereuse ? 
    Car, qu'on le veuille ou non, qu'il ou elle s'attache ou non à ce rêve d'identité fusionnelle, un constat s'impose : les conjoints sont rarement identiques, souvent dissemblables, et parfois radicalement différents. 
    Faut-il s'en désoler ? Peut-être est-ce moins les valeurs qui comptent que le fait d'en avoir et de les respecter, même si elles sont distinctes. Pourquoi souhaiter être un double, un clone de l'autre, si l'on peut mieux devenir soi-même à travers la maîtrise et la compréhension mutuelle de nos différences de vision et de comportement ? 
    La vie à deux nécessite moins un accord parfait sur des valeurs communes que l'élaboration d'une culture commune des différences de valeurs. Comment, par-delà les différences, construire cette connivence ?

  • Les parents changent, mais l'attente de l'enfant reste toujours la même : il doit sentir qu'il comble ses parents, qu'il est « leur » enfant, qu'il est « adopté » par eux.
    Quelle est, eu égard à ces nécessités affectives de l'enfant, l'incidence des bouleversements de la famille : divorces, recompositions familiales ? Quelle serait celle de l'effacement de la différence des sexes (parents homosexuels) ou des générations (parents ayant passé l'âge de la procréation) ?
    L'adoption est sans doute le meilleur fil conducteur qui soit pour aborder ces questions : comment garantir à l'enfant abandonné que la famille adoptante devienne sa famille ? Quelle place préserver pour la relation dite d'origine ? Quelles questions se pose l'enfant adopté par un parent seul ? Quelle réponse apporter aux actuelles demandes d'adopter au nom et en fonction d'une relation ne portant pas en soi potentialité d'enfantement (relation homosexuelle, demandes de parentalité tardive) ? Ces demandes correspondent-elles à un droit ?
    Toutes ces questions, et bien d'autres, font l'objet d'un vif débat. Elles sont ici abordées par un véritable expert, praticien et clinicien, dans un esprit d'ouverture et de rigueur : il s'agit d'être accueillant aux façons nouvelles de faire la famille, sans rien céder sur les besoins essentiels de la vie psycho-affective de l'enfant.
    Ce débat engage l'avenir : c'est tout le lien aux générations futures qui est concerné. Comment concilier la modernité de la vie familiale avec l'épanouissement de l'enfant ?
    Christian Flavigny est psychanalyste. Il dirige le département de psychanalyse de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris). Pédopsychiatre à l'hôpital de Ville-Évrard (Seine Saint-Denis), il est spécialiste de la filiation et de l'adoption.

  • Et si le bonheur était au creux de nos mains ?
    Aujourd'hui, en combinant psychologie, sociologie et technologies numériques, il devient si facile de changer nos comportements et de concrétiser nos rêves : positiver, aimer, se relaxer, mincir, faire du sport, élever sereinement nos enfants, bien vivre au travail...
    Qu'est-ce qui marche, et pourquoi ?
    Après avoir analysé des centaines d'études scientifiques, des milliers d'applications mobiles, de coachs numériques et d'appareils intelligents, les auteurs révèlent les leviers qui vont enfin nous permettre d'atteindre nos propres objectifs.
    Prendre soin de soi et des autres grâce au numérique
    Au travers de courts récits tirés du quotidien, ils nous expliquent la prochaine révolution personnelle et sociétale : la réappropriation de nos comportements.
    On croyait les technologies numériques envahissantes, stressantes, les voilà en passe de devenir notre meilleur allié pour vivre mieux.
    Retrouvez les auteurs et les thématiques abordées sur www.ateliersnumeriquesdubonheur.com

  • Tout le monde a été confronté à la manipulation. Mais tout le monde ne développe pas l'art de la manipulation et n'a pas le désir d'utiliser autrui comme un objet ! Jusqu'où la manipulation peut-elle aller ? Il n'y a pas de « bonne » manipulation : la manipulation contraint, soumet, domine, de façon occulte. 
    Techniques d'influence, manipulation, pouvoir, propagande, lavage de cerveau, ce livre décrypte les ressorts cachés des aliénations masquées... Il vous apprendra à voir l'invisible, le dessous des cartes dans tous les domaines de la vie : famille, amour, commerce, publicité, marketing, entreprise, management, politique, propagande, médias, sectes, et même dans des pseudo-thérapies ! 
    À l'aide d'exemples pratiques de la vie quotidienne, d'astuces, de règles d'or, Ariane Bilheran vous guide dans l'univers des jeux de pouvoir psychiques, et vous en dévoile les secrets afin de ne plus en être victime.

  • Il faut nous rendre à l'évidence : nous échouons constamment à ressembler aux icônes de beauté que la société idolâtre. Mais impossible de renoncer à cet impératif esthétique ! Entre ces deux combats perdus d'avance, nous sommes coincées.
    Pour sortir de l'impasse, nous pouvons agir autrement afin de transformer la place et le sens que prend la beauté dans nos vies. Modifions notre expérience esthétique, en déjouant les pièges de la beauté unique et en accueillant pleinement son caractère changeant !
    En renouant avec l'expérience d'une beauté vivante, éloignée des représentations de papier glacé, nous apprenons à rechercher la beauté qui nous convient, celle qui nous apporte de la satisfaction. Ce livre vous aidera à choisir la beauté que vous souhaitez, pas celle qu'on vous impose.

  • Les trois quarts des séparations et des divorces sont demandés par les femmes.
    Pour la première fois, un sociologue s'empare de ce fait de société, en analysant le récit des femmes qui ont rompu. Il découvre que la séparation n'est pas seulement une expérience de désenchantement et d'épreuves à franchir. Aussi douloureuse soit-elle, elle apparaît aussi comme une étape par laquelle la femme moderne s'affranchit. 
    Cette émancipation revêt plusieurs formes. Certaines femmes se détachent pour survivre (mieux vaut divorcer que périr dans le couple), d'autres veulent passer à autre chose dans une logique de progression individuelle. Et puis il y a celles qui ne veulent plus porter le couple, jugeant que leur conjoint ne l'a pas assez investi.
    À chacune sa formule de séparation pourrait-on penser. Mais par un habile jeu de miroir, François de Singly nous présente l'expérience de la rupture comme le reflet de la vie conjugale : on se sépare comme on a vécu ensemble. Et on se sépare, aussi, pour vivre différemment, pour se trouver et s'accomplir.
    François de Singly est sociologue, professeur à l'université Paris Descartes. Il a écrit de nombreux livres sur le couple et la famille.

  • Les femmes d'aujourd'hui sont-elles des fées du logis ?
    L'expression est désuète, sent un peu l'ironie, paraît même insultante à certaines. Leurs mères en étaient, oui... Elles, non... Elles se rebiffent à l'idée. Car toutes ont une vie qui ne se résume plus à leur foyer et la majorité d'entre elles ont un métier auquel elles tiennent. Elles savent s'affirmer. 
    Et puis, pensant à tout ce qu'elles s'imposent pour que tout aille bien chez elles, elles se disent : après tout... Savoir faire éclore le bonheur au quotidien et le protéger ne reste-t-il pas de la vraie magie ? 
    Les tâches et le souci de la maison sont à partager, c'est sûr. Mais n'y a-t-il pas des pouvoirs qu'on n'a aucune envie d'abdiquer ? L'auteure nous entraîne au coeur des paradoxes du quotidien au féminin. Une exploration vivante, intime, émouvante. Et l'éclairage qu'elle apporte est neuf et original. 

  • La vie de couple fait toujours rêver. Dans une société hostile, le couple répond à un besoin de douceur et de réconfort. Pourtant vivre à deux n'a jamais été si compliqué. Pourquoi est-ce si difficile de se rencontrer et de s'investir ? De résister à l'usure ? D'aimer malgré la déception ? 
    Dans un passionnant dialogue, Rose-Marie Charest et Jean-Claude Kaufmann, une psychologue, un sociologue, une femme, un homme, une Canadienne, un Français, nous livrent une réflexion originale et les clés essentielles pour comprendre le couple d'aujourd'hui, ce « troisième territoire » créé à deux. 
    Rose-Marie Charest, psychologue clinicienne, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec, est une communicatrice réputée, notamment sur la vie amoureuse. 
    Jean-Claude Kaufmann, sociologue, directeur de recherches au CNRS, est l'auteur de nombreux livres sur le couple et la vie quotidienne, qui ont connu un large succès.

empty