Éditions Sud Ouest

  • Pour le 70e anniversaire de la Libération et de la Victoire, 70 portraits de résistants parmi les plus importants de l´histoire.

    Ce qui frappe à la lecture de ce livre, c´est l´immense variété de la Résistance.


    De Georges Guingouin au colonel Rémy, de Jean Moulin au général Leclerc, tous, quelles que fussent leurs tendances politiques, témoignent d´une France qui a su refuser le déshonneur.

    Reconnu comme l´un des meilleurs spécialistes de l´histoire de la Seconde Guerre mondiale, Dominique Lormier est membre de l´institut Jean-Moulin à Bordeaux. Il a obtenu en 2006 le prix de la Légion d´honneur pour son oeuvre historique. Il a notamment publié La bataille de France jour après jour mai-juin 1940 (Le Cherche Midi), La bataille de Bir-Hakeim, une résistance héroïque (Calmann-Lévy), La bataille de Stonne, Ardennes 1940 (Perrin).

  • Auguste Allemane est né en 1870 à Bordeaux. Chef de cabinet de Charles Gruet, maire de Bordeaux, avant sa mobilisation, il a été nommé secrétaire général de la ville à son retour de guerre et jusqu´en 1936.
    Son journal de guerre, mis en ordre dans les années 1920 à partir de notes et de lettres écrites sur le vif, depuis le front ou les tranchées, est bouleversant. Il y décrit l´ennui, l´horreur, le sens du devoir et la détestation des « embusqués ».
    Calme, réfléchi, téméraire, particulièrement apprécié par les hommes qui l´entourent, ce capitaine, puis commandant, a traversé, pendant les quatre années de guerre, des épreuves qu´il tente de surmonter avec un sens de la formule et un humour dévastateur.


    Ce document poignant, retrouvé par les petits-enfants d´Auguste Allemane, est un document passionnant.

  • Légendes et témoignages autour des fantômes du Périgord...
    Du fantôme de Cro-Magnon dans la grotte de Lascaux à la Dame blanche de Puymartin, du fantôme sans tête du seigneur de Biron aux curieuses manifestations de l´abbaye de Cadouin, Alain Bernard convoque dans cet ouvrage toutes les créatures extraordinaires qui hantent le Périgord.
    Si certaines légendes, connues de tous, sont devenues indiscutables, le doute subsiste quant à la réalité de faits révélés par les témoignages inédits glanés par l´auteur dans des lieux où les esprits aiment venir à la rencontre des visiteurs...
    Maisons hantées, apparitions curieuses, signes venus d´une autre époque, tout est là pour semer le doute, et nous faire finalement penser qu´il existe bel et bien quelques fantômes périgordins...

    Alain Bernard est une figure du Périgord. Après avoir été journaliste pendant 38 ans, dont les deux tiers à Périgueux et Sarlat, il anime aujourd´hui le journal internet Oyez Périgord. L´« homme au canotier » continue à arpenter les routes de son territoire de prédilection. Il a publié de nombreux livres sur des sujets très divers.

  • C´est l´histoire d´un homme hors norme, impétueux, fougueux, cassant, mais aussi attachant, vertueux, honnête, déterminé que nous vous invitons à découvrir.
    Quelle vie que celle de Georges Clemenceau (1841-1929) ! Que de sincérité dans ses luttes, de lucidité dans ses combats, d´autorité, de bravoure, de désintéressement ! Après bien des aventures, c´est lui que le président Poincaré, son « meilleur ennemi », appelle en 1917 pour sauver la France de l´enlisement de la guerre. Clemenceau a déjà 76 ans. C´est lui, le « tombeur de ministères », qui conduit le pays et les Alliés à la victoire, refusant cependant d´écraser l´Allemagne.
    Du jeune médecin au défenseur de Dreyfus, du journaliste au parlementaire, de l´ami de Monet au Tigre, du grand voyageur au grand amoureux, cet ouvrage vous raconte, au fil des jours, la vie d´un Vendéen au destin exceptionnel qui a marqué l´histoire de France à jamais.

    Christophe Soulard a exercé de nombreux métiers dont celui d´assistant parlementaire et de journaliste. Ce Vendéen d´origine, passionné de photographie, de voyages et d´histoire, a aussi étudié le phénomène de la Petite Église en Vendée et dans les Deux-Sèvres. Clemenceau au fi l des jours est son cinquième ouvrage.

  • Pendant l´Occupation, Philippe Papon rejoint l´Armée Secrète, pour prendre, en 1944, le commandement du groupe Phiphi, qui participera à la libération de Périgueux, d´Angoulême, de Rochefort et assistera au bombardement de Royan.


    « Les hommes du groupe Phiphi ont vécu dans les bois et sous le feu allemand les moments les plus forts et les plus désintéressés de leur existence. Soudés par des moments de partage à nuls autres pareils, ils ont rêvé à une autre façon de vivre ensemble. » (extrait de la préface de Dominique Richard). Un récit authentique et attachant qui se lit d´une traite.


    Un splendide témoignage sur la Résistance en Dordogne, en Charente et dans les poches de l´Atlantique.


    Philippe Papon (1910-1993), dit Phiphi dans la Résistance, originaire de Thiviers, a vécu à Périgueux de la Libération jusqu´à sa mort. Ce manuscrit, écrit dans les années 1980, a dormi trente ans dans un tiroir. Il est rendu à la lumière par sa fille, Françoise Goulandris-Papon.

  • Le Prince Noir est l´un des personnages centraux de l´histoire de la France et de l´Angleterre au XIV e siècle. Il a joué un rôle décisif dans la guerre de Cent Ans, notamment lors des batailles de Crécy, Calais, Poitiers et Nájera. Son règne en Aquitaine, en tant que prince, a marqué l´apogée politique de Bordeaux et de sa région au Moyen Âge.
    Cet ouvrage, abordant le sujet avec le triple point de vue français, anglais et aquitain, tient compte des interprétations les plus actuelles et propose une relecture de certains événements ou sujets importants, par exemple sur le sens à donner à l´épisode des « bourgeois de Calais ». Il est le premier à étudier l´évolution du « mythe du Prince Noir » du XVIe siècle à nos jours, en présentant les objets qui y sont liés.
    Le livre montre aussi - parfois avec un trait d´humour - l´étonnante « modernité » des gens du XIVe siècle et met en lumière des aspects étonnants de cette période de l´Histoire, comme le rôle de l´Église, « véritable ONU de l´époque », ou de la finance, dans les relations internationales.

    Historien, Antoine Lebègue a fait ses études à Bordeaux, avant de participer comme chercheur au LASIC, laboratoire associé du CNRS, à plusieurs grandes enquêtes de la Maison des Sciences de l´Homme d´Aquitaine.
    Il est notamment l´auteur de L´Histoire des Aquitains et Bordeaux disparu et secret (Éditions Sud Ouest). Passionné par le vin et son histoire, il est un des collaborateurs réguliers du Guide Hachette du vin.

  • Ce livre est une ode à la passion d´entreprendre. Créée en 1919 par Marcellin Leroy, un électricien autodidacte, l´entreprise des Moteurs électriques Leroy emploie 800 personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
    À partir de 1957, son successeur, Georges Chavanes, en fait, avec son ami Paul Barry, un groupe leader mondial des machines électriques tournantes (moteurs électriques et alternateurs) qui fait travailler, au plus fort, jusqu´à 10 000 personnes. L´initiative, la débrouillardise, le goût du travail bien fait et de l´innovation, la volonté permanente des actionnaires d´investir à long terme sans rechercher le profit immédiat, expliquent ce succès.
    Mais, plus que les chiffres, c´est l´aventure humaine qui constitue la vraie réussite des Moteurs Leroy-Somer. Cet ouvrage ne se lit pas comme un livre d´économie mais comme un recueil d´histoires, à base d´anecdotes, souvent cocasses, qui rythment, malgré le dur labeur, la vie quotidienne et la croissance de l´entreprise, et soudent une communauté d´hommes et de femmes.

    Georges Chavanes, ancien ministre du Commerce et de l´Artisanat (1986-1988), ingénieur électricien, a dirigé les Moteurs Leroy-Somer de 1957 à 1985. Il a en outre exercé de nombreuses responsabilités dans des institutions économiques comme l´IDI ou Ouest-Atlantique ou politiques (député (1986-1997) et maire (1989-1997) d´Angoulême).

    Jean-Louis Née est journaliste. Chroniqueur économique au journal La Charente Libre de 1975 à 1992, il a suivi au jour le jour, auprès des dirigeants, mais aussi des ouvriers, l´aventure des Moteurs Leroy-Somer pendant ces dix-sept années.

  • Le canal des Deux-Mers, devenu canal du Midi sous la Révolution, est l´oeuvre d´un homme de génie : Pierre-Paul Riquet. C´est pourtant durant les dernières années de sa vie qu´il s´attela à cet incroyable chantier.

    Né à Béziers en 1609, il entra dans l´administration de la gabelle royale jusqu´à devenir fermier général pour le Languedoc et le Roussillon. À 49 ans, il avait acquis une immense fortune. Après avoir habité Castres, Mirepoix, Revel et Toulouse, il acheta le château de Bonrepos. De cet endroit stratégique, il prépara son grand projet : joindre l´Atlantique à la Méditerranée par un canal pour faciliter le commerce en Languedoc et le transport de denrées alimentaires dont le blé et le sel.

    L´avènement du jeune roi Louis XIV et surtout l´appui de son puissant ministre Colbert lui fournirent l´opportunité nécessaire à ce qui va devenir, avant Versailles, le plus grand chantier du règne du Roi-Soleil. L´entreprise dura près de 15 ans et nécessita jusqu´à 12 000 ouvriers et ouvrières dans des conditions de travail uniques et novatrices pour l´époque. Mais Riquet se heurta à de nombreuses difficultés financières, techniques et politiques. Lorsqu´il mourut à Toulouse en 1680, épuisé par la maladie et les vicissitudes, il ne restait que quatre kilomètres à creuser et une dette abyssale pour ses héritiers. Le canal des Deux-Mers fut néanmoins inauguré le 19 mai 1681.

    Il est inscrit au Patrimoine Mondial de l´UNESCO depuis 1996.

    Ce livre a reçu le Prix spécial du jury au salon du livre d´histoire locale de Mirepoix (2012) et le Grand Prix littéraire des Gourmets de Lettres sous l´égide de l´Académie des Jeux floraux (2012).

    Monique Dollin du Fresnel est directrice des bibliothèques de Sciences Po Bordeaux. Elle y est aussi chargée d´enseignements, comme à l´Université de Bordeaux. Descendante de Pierre-Paul Riquet, elle s´est intéressée depuis longtemps au personnage et au canal du Midi qu´elle connait bien pour avoir vécu plusieurs années à Toulouse. Dans cette biographie elle a pu disposer de documents originaux et d´informations inédites grâce à des passionnés d´histoire et à d´autres membres de la famille de Riquet.

  • Le 14 mai 1610, le couteau de Ravaillac emporte la vie du roi le plus populaire de l´histoire de France. Treize jours plus tard, l´assassin est écartelé en place de Grève. Il y a eu enquête, torture minutieuse et procès. Mais la rapidité de la procédure laisse le champ libre à toutes les supputations.


    Ce régicide était-il le geste d´un exalté mystique mû par sa propre folie ou l´acte d´un maniaque « instrumentalisé » - dirait-on aujourd´hui - par les auteurs de sourdes menées ? A-t-on voulu enterrer un vaste complot incluant des proches du « bon roi » ? Cherchait-on plus simplement à éviter que les interrogations du bon peuple de France n´en viennent à mettre à mal la continuité monarchique et l´héritage dynastique des Bourbon ?

    Bienvenue dans le mystère Ravaillac. Il prend racine entre Dieu et diable, à l´époque de la sorcellerie vivace et des extases spirituelles, des flamboyants adultères royaux et des philtres d´amour. Il n´a cessé d´alimenter, depuis quatre siècles, les thèses les plus diverses.

    L´auteur a choisi d´en recenser les principales et de les confronter au jugement contemporain. Cette démarche lui permet une approche originale, consistant à situer Ravaillac dans la très longue cohorte des assassins politiques de l´Histoire.
    Dans un style vif, Jean-François Bège invite le lecteur à une promenade moderne autour d´un vieux sujet, revisité sans tabou ni conclusions trop hâtives.

    Journaliste attaché à ses origines béarnaises, Jean-François Bège a longtemps été directeur de la rédaction de Sud Ouest à Paris. Depuis 2004, il se consacre au livre et à l´édition. Ce fin connaisseur des coulisses du pouvoir a notamment publié Les Béarnais en politique (Éditions Cairn), vaste fresque allant de Gaston Fébus à nos jours en passant par Henri IV et Bernadotte.

empty