Littérature générale

  • La mule dont il est question dans ce titre, a le pas le plus sûr pour nous conduire à travers maint escarpement vers les hauts plateaux de la belle humeur. Trente ans de vie parisienne, enlevés comme un opéra-comique d'Offenbach, sur un fond de collages, où la cuisse d'Emmanuelle Arsan plonge le président de la 17e chambre correctionnelle dans un fantasme de bande dessinée. En vérité, ces Mémoires - au hasard des colères et des engouements - sont un chant à l'amitié, dans sa pratique quotidienne. Les visages d'André Breton, de Benjamin Péret, d'autres surréalistes, passent sous un éclairage beaucoup plus vivifiant que dans les exégèses. Cependant, une lecture seconde pourrait bien révéler une théorie morale purement manichéenne du couple Liberté-Répression.

  • Il est peu de couples qui, au XXe siècle, aient accédé au rang de mythe - surtout de leur vivant. Sartre et Beauvoir sont au nombre de ceux-là ; Elsa Triolet et Louis Aragon, eux, dès leur rencontre un jour de novembre à la Closerie des Lilas, ont placé leur amour au-dessus de tout, commençant déjà de construire sur lui une légende qu'ils entretiendront tout au long de leur vie. Légende fragile, pourtant, d'un amour finalement paradoxal : amour impossible entre le jeune dandy sans illusions, et la petite Russe qui se plaint de n'être aimée de personne ; mais aussi amour complice, jusque dans les compromissions les plus tragiques, jusque dans l'aveuglement d'un mentir-vrai qui, quarante années durant, va régir une vie étroitement liée aux événements historiques et culturels les plus marquants du siècle : le surréalisme et la guerre d'Espagne, la littérature clandestine et l'Occupation, l'engagement politique et intellectuel au côté des communistes. Quelles zones d'ombre, quels différends inavoués se cachent derrière l'image officielle soigneusement entretenue, la statue mythique patiemment érigée ? Pour répondre à ces questions, Dominique Desanti tente de débrouiller l'écheveau des destins entrecroisés d'Elsa-Louis - de la France à la Russie, des trépidantes années du surréalisme, et de Montparnasse aux jours tragiques de l'ère stalinienne -, offrant ainsi le portrait sans artifices d'un couple, à qui l'ambiguïté tenait lieu de règle de vie, et dont les silences - à travers les oeuvres comme à travers les actes - livrent, pour qui sait les entendre, les clés de cette énigme à deux visages.

  • Méditation poétique sur le prologue de l'Evangile selon saint Jean, sur fond de dialogue entre deux personnages : Qurad, père de Antara, guerrier et poète arabe antéislamique, et Gaîa, personnification de la Terre dans la cosmogonie hésiodique.

  • Prisonnier de son fameux Melon, dont on ne cite généralement que quelques tranches, Saint-Amant - 1594-1661 - apparaît, grâce au choix de Jean Rousselot, bien au-dessus de sa réputation de poète de la table et du vin. Toutes les facettes du baroque - sauf l'ennuyeuse - brillent en effet dans l'oeuvre complexe, capricieuse et inventive de cet homme qui entendait garder ses coudées franches avec le langage. Observateur précis et grand voyageur, Saint-Amant s'y montre, en outre, bien avant la lettre, un poète des choses vues, sinon du parti pris des choses, et un cosmopolite de la meilleure veine. Théophile Gautier lui accordait du génie. Il n'avait pas tort.

  • « La mission du poète est de troubler la sécurité que garantissent l'éducateur, le policier, le magistrat. Rien ne dérange comme la vérité celui qui s'est refusé à la vérité. Rien ne dérange comme la liberté celui qui n'aspire plus à la liberté. Marcel Béalu est un assaillant, il se cachera pour nous surprendre, il nous poussera au-delà des portes fermées, il nous tendra son « miroir secret », nous aurons la surprise de reconnaître notre visage... Il se dégage de toute cette oeuvre un amour de la vie en butte aux atteintes du temps, la conscience d'un très noble devoir : celui de savourer l'existence, de jour et de nuit, sous toutes ses formes, de l'araignée d'eau à la lumineuse mobilité des corps de femmes. » René Plantier

  • En des poèmes denses et charnus, sans le moindre attendrissement inutile, ni l'ombre d'un intellectualisme desséchant, Anne-Marie Derèse dit sa féminité, sa ferveur, son droit à appréhender le monde, sa condition, qui veut conjuguer la lumière et l'ombre. La sensualité, l'opposition instinctive entre l'être et le non-être, la conscience sur le point de basculer dans le subconscient, l'amour qui a besoin de spiritualité, et le spirituel qui ne saurait vivre sans l'incarnation : toutes les zones intermédiaires du vécu et du dit se trouvent remarquablement conjuguées en ses poèmes.

  • « On avait volé mon vélo et la nuit tombait. Je marchais très vite, la tête baissée, enfoncée jusqu'aux yeux dans le col de mon manteau. Il gelait à vous fendre les os. Il y avait une lame de rasoir par terre, c'était la deuxième que je voyais ce soir-là, et ça ressemblait à une sorte de mauvais présage. Auparavant, j'avais trouvé un nez de clown écrasé, que des rafales de vent faisaient avancer devant moi comme une petite bestiole rouge et folle. J'ai essayé de faire le rapprochement entre cet accessoire grotesque et les lames de rasoir, lorsqu'une voiture qui longeait le trottoir s'est arrêtée à ma hauteur. Elle était couverte de neige. La vitre du conducteur s'est baissée, dévoilant une énorme tête chauve et moustachue, dont les yeux luisants me fixaient avec insistance. J'ai fait semblant de ne pas l'avoir remarquée, et j'ai poursuivi mon chemin en accélérant un peu l'allure. »

  • La passion d'un bibliophile misanthrope pour les éditions rares et la phrase juste, mise à mal par un neveu, animateur de radio et joueur impénitent. L'un amasse et collectionne, l'autre flambe et dilapide. Ces deux logiques ne peuvent longtemps coexister.

  • Jacques Albert, baryton d'opéra, chante dans les salons parisiens de la fin du siècle dernier, souvent accompagné au piano par sa femme Martha. Jusqu'à ce que Cotter Morison, un Américain de passage, fasse lire à celle-ci un roman énigmatique par lequel il l'incite à tromper son mari. Une centaine d'années plus tard, son arrière-petit-fils, Joachim, rencontre un homme d'affaires qui n'est autre, lui, que l'arrière-petit-fils de Cotter Morison. Il en profite pour lui montrer ce roman de Paul Bourget qui, jadis, lia leurs deux familles. Devenus amis, ils partent ensuite pour Rome rejoindre Daphné, l'épouse de l'Américain, dont Joachim, à son tour, tombera malgré lui amoureux... Le hasard prend donc ici, sous la forme de l'éternel retour, la vraie figure du destin.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le Pr Julien Garel, éminent biologiste français de renommée internationale, émet, au cours d'une interview à la télévision, une théorie particulièrement hardie : l'espèce humaine est appelée à subir, au long des siècles à venir, une mutation propre à modifier profondément sa condition. Le lendemain même de cette émission, le professeur reçoit, à son service de l'Hôtel-Dieu, la visite d'un étrange personnage qui prétend s'identifier, sur tous les points, à ce mutant hypothétique. Le Pr Garel ne voit d'abord dans Ludovic Salvage - c'est le nom du visiteur - qu'un imposteur et un mystificateur. Mais les preuves fournies sont telles, que le biologiste est conduit à entreprendre une enquête sur la vie privée de Ludovic Salvage, sur le passé multiple et caché auquel le condamne sa fabuleuse singularité. Le cas Salvage apparaît tellement extraordinaire, au sens littéral du mot, que le Pr Garel le consigne dans un rapport écrit au jour le jour. Rapport déposé sous scellés à l'Académie des Sciences, et ne devant être porté à la connaissance du public, d'après les volontés de Salvage, qu'après sa mort. Si, transgressant ces volontés, ce livre le révèle dès à présent, c'est que la mutation capable de transformer l'homme de demain ne peut, pensons-nous, que passionner l'homme d'aujourd'hui.

  • Le capitaine Pierre Tessier quitte La Rochelle à bord du Jason, qui met le cap sur l'Afrique, via les Canaries. Ainsi débute, en 1742, une campagne négrière de plusieurs mois. C'est, d'abord, la chasse aux esclaves le long de la côte de Guinée, où chaque village est un point de vente : car le trafic de l'ébène n'est possible qu'avec la complicité des chefs des tribus locales. Les prix varient selon le sexe, l'âge et l'état de santé du sujet : un homme vaut deux fois le prix d'un cheval... ou d'une femme. En revanche, une femme enceinte coûte plus cher qu'un mâle en bonne santé, et le double d'un négrillon ou d'une négritte. Puis, c'est la traversée de l'Atlantique, avec 445 esclaves entreposés dans les cales, c'est-à-dire soixante jours de misère, de drame, de tempête... mais aussi, pour le capitaine, soixante jours d'idylle avec Madoréa, la déesse noire, qui fascine tout l'équipage du bateau-négrier...

  • Un homme d'affaires est assassiné à Paris. On retrouve son corps derrière l'hôpital Sainte-Anne, et sa tête dans un casier de consigne à New York. Qui a tué ? Pourquoi cette mise en scène ? Trois personnages enquêtent : un commissaire routinier et conservateur, un maître international d'échecs, et un professeur d'histoire grecque. Le premier a recours aux vieilles méthodes - filatures et perquisitions - ; le deuxième considère Paris comme un vaste échiquier, et la victime comme un cavalier blanc ; le troisième voit dans le crime une reconstitution de la Guerre de Troie. Et s'ils avaient tous raison ? Le roman policier qu'Homère aurait écrit s'il avait su jouer aux échecs en fumant la pipe de Maigret.

  • Le 5 octobre 1918, vers le soir, après une journée brûlante, le Mohandas, un bateau de six cents tonneaux, fait route vers l'Île Maurice. À son bord, un jeune médecin, porteur d'une lettre adressée à la comtesse Adélaïde de Kergoust, et signée Campbell. Campbell... Un homme que la comtesse aime secrètement, et que la guerre a éloigné d'elle. Revient-il ? Maintenant que l'on parle de paix en Europe, maintenant que Bubu - le comte Hubert de Kergoust - a fui à Paris pour y mener la grande vie avec sa maîtresse, tous les rêves sont permis à Adélaïde, même les plus fous, c'est-à-dire les plus merveilleux.

  • Voici un terrible roman policier qui n'est, en fait, que le contre-chant d'un roman d'amour à plusieurs voix. En Toscane, certaines nuits d'été, un sadique frappe et mutile les couples d'amoureux. Et, depuis quinze ans, l'auteur de ces crimes rituels reste introuvable. Mystère public et secrets intimes : sept personnages en quête d'eux-mêmes - le chef de la police, une cantatrice, un ébéniste d'art, une héritière américaine, un homme d'affaires, une psychanalyste et un artiste restaurateur de tableaux anciens - voient leur vie quotidienne bouleversée, envahie, hantée, menacée même par cette macabre série au long cours. Il est, cependant, un huitième personnage, central, dans cette histoire véridique et folle : Florence. Aux splendeurs de la cité des Médicis semble répondre l'horreur des meurtres perpétrés par l'un de ses habitants. Un monstre, bien sûr... Le Monstre. Mais, lorsque sa folie le laisse en repos, il redevient un citoyen parmi les autres...

  • Un jeune homme, Jean-Sébastien, parle d'un couple, Framboise et Denis, de ses relations à la fois étranges et familières avec l'un et l'autre. Fascination, amour fou pour elle. Méfiance, animosité, mais complicité naturelle à l'égard de son mari. Autour de ce trio, gravitent deux femmes qui vont, peu à peu, entrer dans la vie de Jean-Sébastien : Aliette, l'aristocrate, journaliste, militante ; Océane, la fille d'un notable marseillais, adolescente romantique qui confond la vie et la littérature ; et un homme, Nicolas, l'ami d'enfance de Jean-Sébastien, probablement l'amant de Framboise.

  • Le Charco Verde est une mare au diable, où l'on peut vendre son âme à Chico Largo, avatar nicaraguayen de Méphistophélès. Un sorcier, don Eugenio, tient le livre des pactes conclus avec le Malin. Ruetcel, le héros qui lira ce livre, est un géographe européen chargé d'une enquête dans la région. Don Eugenio lui confie ses archives et Ruetcel passe au travers du miroir.

  • Bernard Pagezy et Claude Bébéar auraient-ils pu diriger ensemble le groupe AXA-Midi ? Quand le président de la BNP, René Thomas, part en vacances en Espagne, à quoi pense-t-il ? En vertu de quel principe de management, Yvette Chassagne débarquait-elle à l'improviste, à 7 h 30, dans certains bureaux de la compagnie, lorsqu'elle était P.-D. G. de l'UAP ? À travers les confidences recueillies auprès d'une cinquantaine de grands patrons français, Mireille Rusinak brosse le portrait de groupe d'une élite qui reste encore mystérieuse pour beaucoup. Certains d'entre eux apparaissent sous un nouveau jour. Noël Goutard, P.-D. G. de Valéo, contrairement à sa réputation, donne l'image d'une âme sensible. Olivier Lecerf, P.-D. G. de Lafarge, prône la direction collégiale, mais ne déteste pas décider seul. Quant à Alain Gomez, P.-D. G. de Thomson, il a, en dépit de ses amitiés socialistes, attaché plus d'importance aux profits qu'aucun de ses prédécesseurs. De leur enfance, jusqu'au moment tant attendu de leur consécration, l'auteur montre les ambitions, les principes aussi, dont les patrons de la banque et de l'industrie se sont inspirés pour mener leur vie, gérer leur carrière et diriger leur entreprise, qu'ils soient héritiers, managers ou ex-serviteurs de l'État. Avec une rare liberté de ton, Les bons, les brutes et les autres ont accepté de lever, sans rien dissimuler ou presque de leurs échecs, un coin du voile sur le parcours du combattant qui les a conduits là où ils sont. Et où ils espèrent rester !

  • Il est rare qu'un ministre en exercice porte un regard aussi libre sur les choses et sur les gens : Jean-Pierre Soisson, ministre du Travail, mêle l'anecdote et l'analyse pour évoquer, de manière inattendue, les événements et les personnages de la Ve République. Les conseils de Michel Debré au moment de la guerre d'Algérie, le jugement d'Edgar Faure sur Mai 1968, la conquête du pouvoir par Valéry Giscard d'Estaing, le goût du maintien de l'ordre de Jacques Chirac, les contacts de Raymond Barre avec l'Élysée lors de la campagne présidentielle de 1988, telles sont quelques-unes des confidences du récit de Jean-Pierre Soisson. Mémoires d'ouverture ? Oui. De Valéry Giscard d'Estaing à François Mitterrand, la carrière de Jean-Pierre Soisson, à la gauche de la droite et à la droite de la gauche, a, en effet, été marquée par le refus de l'affrontement et le goût du risque. Témoignage exceptionnel sur la vie politique française, document sur l'art de gouverner les hommes, le livre de Jean-Pierre Soisson passionnera tous ses lecteurs, au-delà du microcosme politique.

  • Sexe qui peut, traduit dans le monde entier, a toujours été pour son auteur un truc déposé par hasard chez un éditeur parisien. Avec son deuxième chef-d'oeuvre, Mon cul est un royaume, Karsenty devient le héros d'un feuilleton rocambolesque et tendre.

  • À partir de faits divers découpés dans les journaux, Xavière Gauthier reconstruit le destin de personnages qui ont, insidieusement, hanté son imagination. Chaque nouvelle ressemble à un cas de possession. Dans Le lit clos, une paysanne séquestre son amant. La rouille retrace la vie d'une pauvresse brimée par sa patronne. Dans Le boeuf-carottes, un vieil homme cherche à comprendre pourquoi sa femme s'est enfuie avec le laitier. Avec Aux lilas, c'est une affaire d'imposture qui est dépeinte. Dans cette torpeur suit une Américaine dans les bas-fonds d'Istanbul. Ces récits d'amour disent la vie dans ce qu'elle a de plus violent. Des hommes et des femmes se croisent, s'étreignent et, parfois, se tuent...

  • Un énarque, Philippe Lagrange, est nommé, après une élection présidentielle, chef de cabinet du ministre de l'Education nationale. Ce roman est l'histoire de leur affrontement dans un monde où tous les coups sont permis.

  • Quel que soit le format ou le nombre de pages, le mot recueil convient à un livre où des poèmes sont rassemblés, dans un ordre absent du temps et de l'espace. Dans cette absence est l'imaginaire, en ses propriétés qui s'étendent le long des rives de l'art de vivre. Y prospèrent les énigmes de toutes choses à voir, à entendre, à respirer. Un recueil de poèmes est une manière de n'être pas un article de journal, un nouveau roman, une affiche de publicité, ou un livre de comptes courants. Il rassemble, tandis que le temps passe, les échos anciens et modernes de la jeunesse, de la beauté et de la mort.

  • Rachid, cancre et tombeur de filles, entre, par effraction, dans la vie de Charlotte. Drôle, sensuel, provocateur, il fait voler en éclats sa routine étriquée, réduit en miettes ses sages convictions. Sur fond de campagne électorale, c'est une fantasia érotique et tonique, dans le Marseille des années 80, brutal, braillard et venimeux.

empty