Littérature générale

  • 1357. Agnès est de retour au pays après dix ans de captivité en Orient pendant lesquels elle a appris l'art de guérir. Mais le prêtre du village, jaloux de sa notoriété croissante, la dénonce à l'Inquisition. Heureusement, un gentilhomme veille sur elle...

  • L'auteur, sociétaire honoraire de la Comédie française, évoque la vie et les oeuvres de l'homme aux rubans verts, égrène ses souvenirs, des anecdotes drôles ou émouvantes sur le monde du théâtre contemporain qu'il connaît bien.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1210 : Noyée dans les flammes de son bûcher, Minerve, ville-forteresse réputée imprenable entre les Cévennes et les Pyrénées, capitule au terme d'un siège sans merci. Le premier acte de la tragédie cathare s'achève. Le dernier, trente-quatre années plus tard, s'appellera Montségur. Dans ce roman superbe s'inspirant de la première phase de la croisade des Albigeois qui déchira la France il y a quelque sept cents ans, entraînant la disparition de la civilisation occitane, Georges Bordonove, sur fond authentique de la geste des « Parfaits », mêle avec une rare maîtrise l'Histoire, le sang, la foi, la volupté et la mort. Guilhem, jeune seigneur de Minerve, accueille dans son château, par bravade plutôt que par foi véritable, une horde d'hérétiques traqués par les Croisés de Simon de Montfort. Parmi les fugitifs se trouve Esclarmonde, indicible beauté de vingt ans, ardente, rayonnante, vouée aux béatitudes célestes et non au plaisir des sens. Mais dès le premier regard qu'il porte sur elle, Guilhem sait qu'elle lui appartiendra. LE BÛCHER, livre d'une saisissante grandeur, d'une force, d'un lyrisme, d'une poésie qui subjuguent, évoque l'essentiel du drame cathare : le conflit pathétique entre l'amour selon la chair et l'amour selon l'esprit, la coexistence, parfois incompatible, du bonheur et du devoir.

  • 1210 : Noyée dans les flammes de son bûcher, Minerve, ville-forteresse réputée imprenable entre les Cévennes et les Pyrénées, capitule au terme d'un siège sans merci. Le premier acte de la tragédie cathare s'achève. Le dernier, trente-quatre années plus tard, s'appellera Montségur. Dans ce roman superbe s'inspirant de la première phase de la croisade des Albigeois qui déchira la France il y a quelque sept cents ans, entraînant la disparition de la civilisation occitane, Georges Bordonove, sur fond authentique de la geste des « Parfaits », mêle avec une rare maîtrise l'Histoire, le sang, la foi, la volupté et la mort. Guilhem, jeune seigneur de Minerve, accueille dans son château, par bravade plutôt que par foi véritable, une horde d'hérétiques traqués par les Croisés de Simon de Montfort. Parmi les fugitifs se trouve Esclarmonde, indicible beauté de vingt ans, ardente, rayonnante, vouée aux béatitudes célestes et non au plaisir des sens. Mais dès le premier regard qu'il porte sur elle, Guilhem sait qu'elle lui appartiendra. LE BÛCHER, livre d'une saisissante grandeur, d'une force, d'un lyrisme, d'une poésie qui subjuguent, évoque l'essentiel du drame cathare : le conflit pathétique entre l'amour selon la chair et l'amour selon l'esprit, la coexistence, parfois incompatible, du bonheur et du devoir.

  • 1825. Bouleversée par la mort de son père, la jeune Pauline quitte sa Lorraine natale et monte à Paris. Couturière dans une boutique de mode, elle y rencontre si vite le succès que son patron, ébloui par ses dons, décide de l'envoyer à Moscou pour ouvrir une succursale. La jolie Française y devient bientôt la coqueluche de l'aristocratie. Follement romantique, elle ne peut résister au charme d'Ivan, un brillant officier du tsar, qui lui fait une cour assidue. Son bonheur est, hélas, de courte durée. Le tsar meurt et son amant fomente avec des amis un complot pour instaurer la République. Arrêté, torturé par la police, il est déporté en Sibérie. Dès lors, Pauline va tout faire pour le rejoindre. Elle parvient à ses fins et, après avoir franchi six mille kilomètres de steppes arides dans d'effroyables conditions, s'installe dans une maisonnette à proximité du bagne. Se refusant obstinément à céder au désespoir, elle va y rester trente ans, trente années d'épreuves et de larmes auxquelles son amour aura beaucoup de mal à survivre. Mais, intrépide, inébranlable, Pauline est de celles qui n'abandonnent jamais. Sa formidable ténacité, son immense courage seront-ils enfin récompensés ? Retrouvera-t-elle la fille qu'elle a mise au monde à Moscou avant son exil et qui est devenue maintenant une femme ? Reverra-t-elle la civilisation et la France avant de mourir ?

  • Pendant la guerre d'Algérie, le cheminement très personnel de trois hommes et d'une femme : trois officiers parachutistes, une étudiante arabe. Quatre destinées à la recherche de l'absolu.

  • Ardente, intrépide, secrète, Marie Loisel fait partie de ces femmes qui suscitent l'admiration de tout homme qui combat à leurs côtés. Pendant les sanglantes guerres de Vendée, qui déchirent l'Ouest de la France de 1793 à 1815, passionnément dévouée à la cause royaliste, elle accepte les plus terribles missions, sans jamais craindre de mettre sa vie en péril. Son amour et sa dévotion pour Roger Osbern, qui l'a sauvée de la guillotine en l'épousant, sont absolus. À travers leur histoire, semée d'épreuves aussi tragiques qu'imprévisibles qui, tantôt les séparent, tantôt les réunissent, Georges Bordonove relate de façon magistrale l'épopée des Chouans et leur vie quotidienne. Bruissant de rumeurs nocturnes, où l'on respire à pleines bouffées le parfum des bois et des campagnes, où l'on entend le chant de la pluie se mêler au fracas des armes, ce roman ressuscite une période sombre de notre pays. Mais l'amour indéfectible de Roger et de Marie, hantés par leur inlassable combat, jette sur cette fresque bouleversante la touche de lumière, qui donne aux meilleures oeuvres de la littérature française toute leur profondeur et leur éclat.

  • Mourir d'amour à Kerrud, dans les années 1380, est-ce là l'inexorable destinée promise à tous les héritiers d'une famille maudite ?

  • Au siècle des lumières, enténébré par les menées occultes de fractions rivales (Eglise, franc-maçonnerie, diplomatie, pouvoir...), un roman qui célèbre l'incarnation du désir et de l'amour fou.

  • L'histoire de Maryenska, reine de Pologne au XVIIe siècle. Les lettres qu'elle envoya à son amant, Jean Sobiesky, avant de la faire accéder au trône ont servi de base à l'auteur pour reconstituer, sur le mode romanesque, la vie hors du commun de la souveraine.

  • Au cours d'un bal, Charlotte d'Ivreville rencontre Jérôme de Venoy. Pétrie de l'idéal d'héroïsme et de gloire cher au XVIIe siècle, rebelle à sa famille qui appartient au proche entourage d'Anne d'Autriche, Charlotte, en vivant une histoire d'amour passionnée, va prendre part aux péripéties les plus romanesques de notre histoire.

  • Aux derniers jours du royaume des Croisés, l'amour fou d'une jeune fille, qui changea en lumière le désespoir d'un roi lépreux de seize ans, vainqueur de Saladin, infortuné et sublime roi de gloire, héroïque jusqu'à la sainteté. Son regard avait le bleu du ciel, ses cheveux l'or des blés mûrs, sa voix le frémissement des feuillages au lever du soleil ou au crépuscule lorsque l'astre disparaît dans la mer. Fille de l'humble seigneur de Mauléon, accouru de France en Terre Sainte avec ses deux enfants, pour répondre à l'appel des Croisés en péril, Jeanne, dès son arrivée à Jérusalem, s'enflamme d'un pur et dévorant amour pour le jeune roi Baudouin IV qui se meurt. Lui, en dépit du mal qui le ronge, bravant la mort de toute son âme, continue à défendre pied à pied son royaume. Contre Saladin, contre les intrigues de cour, contre les trahisons de son propre entourage. La passion de Jeanne qui le bouleverse et qu'il refuse d'abord sachant qu'elle sera fatale à la jeune fille, le soutient bientôt dans sa lutte désespérée, illumine, telle une promesse d'éternité, le calvaire qu'il endure. Poignante, sobre, empreinte d'une grandiose humanité, cette idylle flamboyante recèle la ferveur mystérieuse et mystique des impérissables récits du Graal. Comme eux, comme les héros de la légende, Jeanne et Baudouin dispensent, par delà les siècles, leur ineffable message d'amour et d'espérance.

  • Unique survivante d'un village anéanti par une horde de pillards, Shana a trouvé refuge dans la forêt. Elle a grandi à l'écart des lois régies par les humains, et est devenue à dix-neuf ans une jeune diablesse, libre et sauvage.

  • Au cours de la guerre qui ravage la Bretagne en 1362, deux hommes, pour l'amour d'une femme, s'affrontent dans un duel sans merci.

  • 1584. Dans une France déchirée par le conflit religieux où papistes et huguenots s'affrontent avec acharnement, rien ne semble devoir réunir la belle Séréna de Neuville, jeune catholique, évoluant au Louvre dans l'entourage du duc de Guise, et l'ardent Lothaire de Trévilly, chef du parti protestant.

  • Il fait bon vivre en ce début des années 40 à Saint-Sernin-la-Montagne, petite bourgade du Limousin. La guerre, les restrictions, l'Occupation, la relative proximité de Vichy n'affectent que d'assez loin la quiétude du village et de ses habitants. Jusqu'au jour où une dénonciation anonyme sème le trouble dans les esprits.

  • A la fin du siècle dernier, dans les farouches solitudes de l'antique forêt de Brocéliande, un vieux veneur, dévoré d'amers secrets mais animé encore d'une impétuosité juvénile, affronte, dans une chasse mémorable, un loup démesuré qui hante la région. Composée comme une symphonie en quatre mouvements, cette histoire authentique, pleine de fureur et de tendresse, est la plus étrange des histoires d'amour. Histoire cruelle et sublime où viennent se confondre les destins de l'homme-loup et du loup devenu presque un homme. Si forte, si sensible en est l'évocation, si grandiose et poignant le dénouement, qu'une fois la lecture du livre achevée on se prend malgré soi à écouter encore résonner, au loin, l'adieu déclinant des trompes et les derniers abois de la meute engloutis par le crépuscule.

  • A la fin des années 1870, Léon Tolstoï vit une crise spirituelle. Tous les doutes qui l'ont assailli jusqu'alors, portés à leur paroxysme, trouvent leur dénouement dans ce qu'il appelle sa seconde naissance. Dès lors il tente de donner à sa foi retrouvée une forme en accord avec son être profond, de dire également son expérience mystique déjà exprimée, de diverses manières, dans le destin de certains de ses personnages. Ainsi, peu à peu, se superpose à sa personnalité d'écrivain celle d'un maître spirituel qui attire des disciples des quatre coins de la Russie et du monde entier. Cela ne signifie pas pour autant que le Tolstoï spirituel naît seulement à cette époque. Toute sa vie est ponctuée de questions douloureuses sur le sens de la vie. Le néant hors de Dieu s'articule autour de la problématique du vide, deux abîmes qui hantent la littérature russe de Dostoïevski à Nabokov. En fait, le Tolstoï mystique, pressentant à l'avance les terribles bouleversements du XXe siècle à venir, a toujours existé ; il a été jusqu'à renier son propre art et l'art en général coupable, selon lui, de déformer et d'enjoliver. C'est sous cet angle de l'artiste inséparable du mystique qu'il est ici révélé, de manière renouvelée et élargie, affrontant toutes les contradictions pour tenter d'approcher la lumière.

empty