MOM Éditions

  • Au lendemain de la crise iconoclaste, alors que les moines apparaissent comme les héros de l'orthodoxie restaurée, le patronage aristocratique et impérial des fondations monastiques permet l'émergence de grands monastères dans l'Empire byzantin. Le présent ouvrage s'intéresse aux relations des moines avec l'empereur, relations personnelles, spirituelles et institutionnelles qui sous-tendent ce patronage a priori paradoxal ; entre le ixe et le xiiie siècle, les monastères bénéficiaient de privilèges importants alors même que les empereurs cherchaient à limiter l'emprise des puissants sur les terres, principalement pour des raisons fiscales. L'amitié des empereurs pour les moines s'inscrit dans le contexte plus général de l'affirmation des valeurs monastiques dans l'Église et dans la société byzantines ; intercesseurs privilégiés des hommes auprès de Dieu, les moines deviennent les guides spirituels privilégiés des membres de l'aristocratie. Sur le plan institutionnel, les sources indiquent que le souverain exigeait des services militaires et politiques en contrepartie de sa générosité, et détenait dans certaines de ces fondations des droits de patronage contraignants. L'amitié des empereurs pour les moines devient également un topos littéraire qui témoigne d'un élément nouveau dans le discours sur le pouvoir impérial, l'attrait des empereurs pour le mode de vie monastique ; les sources narratives contribuent ainsi à l'élaboration d'un nouveau modèle de royauté qui domine les différentes formes d'expression du pouvoir impérial byzantin à partir du ixe siècle, celui d'une royauté monastique.

  • Akh purattim 2

    Collectif

    Akh Purattim ou « les rives de l'Euphrate » est une des expressions utilisées au xviiie siècle av. J.-C. pour désigner le royaume de Mari, qui s'étendait de la confluence du Khabour au verrou de Baghouz, actuellement à la frontière syro-irakienne. La série ainsi dénommée, précisée par son sous-titre « Mémoires d'archéologie et d'histoire régionales interdisciplinaires », est destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques sur la région, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (Mari, Terqa...) et étrangères, en particulier pour la publication de leurs rapports préliminaires. Mais le titre peut également être pris dans une acception géographique beaucoup plus vaste et héberger des études qui s'intéressent le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l'Antiquité.

  • Née dans un cadre scolaire, conçue à l'origine comme un instrument de formation et d'instruction de la jeunesse, la déclamation, qui n'était d'abord qu'un moyen, suscita un tel engouement qu'elle devint aussi très vite une fin en soi : si l'on déclamait au départ pour apprendre à parler, on déclamera bientôt pour le plaisir de déclamer ; le genre oscille donc entre instruction et distraction des élites. Par les jeux intertextuels et génériques qu'elle instaure avec d'autres productions littéraires, par les liens qu'elle tisse avec son contexte juridique, politique et social, la déclamation a été un élément essentiel de la vie culturelle antique, fonctionnant parfois comme une sorte de laboratoire des idées et des formes. Les textes ici réunis prennent en compte la déclamation antique, aussi bien grecque que latine, de Sénèque le Père jusqu'aux déclamateurs de la Troisième Sophistique, et au-delà, dans une perspective croisée permettant de mieux comprendre comment la déclamation a pu être - et rester - pendant près de deux millénaires la norme de toute culture supérieure, concourant à la transmission des valeurs, esthétiques, éthiques, juridiques, politiques, et à la fabrique des élites.

  • Quelles sont les relations entre les deux genres complexes, variés et changeants que constituent les romans grecs anciens et la poésie, épique, lyrique, dramatique, d'époque archaïque, classique, hellénistique ? Ce recueil de dix-sept articles, issus d'un colloque tenu à Nice en 2013, ouvre à nouveaux frais ce dossier. Au-delà des influences et intertextualités, quatre domaines sont étudiés : lien entre images et figures poétiques et romanesques ; jeux de références, lectures, réécritures ; effets de rythme et jeux de structure ; roman comme poésie et poésie comme roman. Chaque aspect fait l'objet d'approches à la fois théoriques et appliquées, présentant un état des lieux critique et proposant des perspectives renouvelées, voire des interrogations originales. Sont ainsi abordés l'évolution de la prononciation du grec à l'époque impériale, le rapport description/narration et l'ekphrasis , la métaphore et la fiction, la relation des romanciers anciens à la tradition rhétorique voire scolaire, le roman épique ou tragique et la poésie romanesque, ou encore les liens avec la littérature latine. Enfin, ce sont les relations entre théorie littéraire contemporaine et réflexivité ancienne, ainsi qu'entre littérature générale et philologie classique, qui sont ici réinterrogées.

  • Les nécropoles de l'ancienne Kition (sous la ville moderne de Larnaca) ont fait l'objet de nombreuses fouilles depuis le xixe siècle : aux recherches d'antiquités ont succédé des fouilles d'urgence, sans qu'aucune exploration toutefois n'ait pu se faire de façon programmée, avec les méthodes de l'analyse stratigraphique et anthropologique. Entre 2012 et 2014, la mission archéologique de Kition a conduit des fouilles systématiques dans une des nécropoles de l'âge du Fer de la ville, au lieu-dit Pervolia. Programmée dans le cadre d'une étude générale de la topographie urbaine à l'âge du Fer, cette fouille a permis de conduire une étude exhaustive, à la fois à l'échelle du site (occupation diachronique de l'espace) et à celle de la tombe (architecture, cycle d'utilisation, pratiques funéraires). Les résultats de ces travaux occupent la majeure partie de ce volume, que complètent la publication du matériel de tombes découvertes lors de fouilles plus anciennes sur le même site et celle des fouilles d'urgence réalisées par le Département des Antiquités de Chypre en 2012 dans une autre nécropole de la ville, au lieu-dit Tourapi. Le volume est dirigé par Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Alexandre Rabot, en collaboration avec Anna Satraki pour la publication des fouilles de Kition-Tourapi. Plusieurs spécialistes ont bien voulu apporter leur concours : Fabien Belhaoues, Rémi Corbineau, Nathalie Delhopital, Nathalia Denninger, Lluis Garcia Petit, Armelle Gardeisen, Anna Georgiadou, Evangéline Markou, Maria A. Socratous et Prisca Vareilles. Les archives scientifiques de la fouille de la mission à Kition-Pervolia sont consultables en libre accès sur le portail chypre.mom.fr, développé par Bruno Morandière (MOM).

  • Dans ses aspects aussi bien théoriques que matériels, le système du vote dans les mondes grec et romain a depuis longtemps été exploré au sein d'études plus générales sur les institutions ou les différents types de régimes politiques. Il n'a cependant jamais fait l'objet de publications réunissant à la fois les témoignages textuels et les résultats des fouilles archéologiques, dans l'optique d'une compréhension globale de cette pratique. De ce constat est né le projet d'une synthèse portant sur les modalités, les lieux et les finalités du vote en Grèce, à Rome et en Gaule, dans une perspective comparatiste. Menée dans le cadre d'un programme de recherche interdisciplinaire soutenu par l'université Lumière Lyon 2 et la Maison de l'Orient et de la Méditerranée, cette recherche a suscité, selon les régions et les périodes concernées, des questionnements spécifiques mais elle a aussi fait émerger des points de convergence. La collaboration de chercheurs issus de plusieurs disciplines - l'histoire, la philologie et l'archéologie - a permis de cerner la pratique du vote à travers ses implications politiques, ses modalités procédurales et la place qui lui a été réservée dans l'espace civique par les différentes sociétés antiques qui l'ont mise en oeuvre. Le présent ouvrage, qui présente une synthèse sur chacune des aires géographiques étudiées et rassemble vingt et une contributions issues de séminaires ou de journées d'études qui se sont tenus à Lyon, à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée, de la fin de l'année 2012 au printemps 2014, propose une approche inédite de l'acte de vote dans l'Antiquité.

  • The book compiles a portion of the contributions presented during the symposium "Urbanisation, commerce, subsistence and production during the third millennium BC on the Iranian Plateau", which took place at the Maison de l'Orient et de la Méditerranée in Lyon, the 29-30 of April, 2014. The twenty papers assembled provide an overview of the recent archaeological research on this region of the Middle East during the Bronze Age. The socio-economic transformation from rural villages to towns and nations has prompted many questions into this evolution of urbanisation. What was the impact of interactions between cultures in the Iranian Plateau and the surrounding regions (Mesopotamia, the South Caucasus, Central Asia, Indus Valley)? What was the overall context during the Bronze Age on the Iranian Plateau? What was the extent and means of the expansion of the Kuro-Araxe culture? How did the Elamite Kingdom become established? What new knowledge has been contributed by the recent excavations and studies undertaken in the east of Iran? What was the influence of the Indus Valley culture, known as an epicentre of urbanisation in South Asia? What are the unique characteristics of the ancient cultures in Iran? While the urbanisation of early Mesopotamia has been the subject of much debate for several decades, this topic has only recently been raised in respect to the Iranian Plateau. This volume is the product of an international community from Iranian, European, and American institutions, consisting of recognised specialists in the archaeology of the Iranian Bronze Age. It provides an overview of the latest research, including abundant results from current on-going excavations. The current state of archaeological research in Iran, comprising many dynamic questions and perspectives, is presented here in the form of original contributions on the first emergence of towns in the Near and Middle East.

  • Citée discrètement, utilisée comme toile de fond ou comme motif principal, l'Antiquité irrigue, inspire et influence les productions audiovisuelles contemporaines de tout genre. La culture classique occupe en effet une place majeure dans la construction des sociétés occidentales et fait depuis de nombreuses années l'objet de travaux scientifiques, notamment dans les pays anglo-saxons. Ces études, que certains nomment les « reception studies », commencent depuis peu à intéresser la recherche française. Cependant, celle-ci se concentre avant tout sur l'époque moderne et les débuts de la période contemporaine, délaissant la période la plus actuelle. De plus, les études concernant les manifestations les plus récentes de l'Antiquité dans la culture populaire se consacrent généralement à la littérature, à la bande dessinée et aux péplums, ceux de la vague d'après 2000 ayant cependant été peu traités. Ce volume rassemble les actes du colloque Antiquipop qui s'est tenu en mai 2016 à Lyon. Il propose de se concentrer sur les références à l'Antiquité dans la culture populaire la plus contemporaine, et sur des supports trop peu considérés : le jeu vidéo, les séries télévisées, l'art, la musique pop... Ces médias, à la fois divers et interconnectés, et pour la plupart issus de la culture de masse, constituent une vaste interface entre nos sociétés et la culture classique : y étudier la présence de l'Antiquité fournit un miroir de notre époque et de notre rapport au passé, que les auteurs réunis ici proposent de saisir. En abordant des figures emblématiques, telles qu'Alexandre ou Cléopâtre, ou des références mythologiques, comme les sirènes ou les Amazones, ces actes offrent un panorama de ces représentations dans la culture populaire contemporaine et suggèrent d'analyser notre relation à l'Antiquité, dans toute sa profondeur et sa complexité.

  • À partir de tous les types de textes disponibles, les actes de ce colloque international invitent à s'interroger sur les mots et les discours relatifs à la ville dans les territoires où l'on a parlé grec au cours de l'Antiquité et du Moyen Âge. L'étude du vocabulaire et du langage vise à mieux comprendre le sens des mots eux-mêmes, leur évolution dans le temps, leur variation selon les régions et la diversité de leurs usages dans des écrits de nature différente. Elle a aussi pour but d'expliciter les représentations mentales qui tout à la fois sous-tendent l'usage de ces mots et en résultent. Comment les mots de la ville se façonnent-ils ? Comment les mots façonnent-ils la ville ? Les articles, consacrés à un terme pris isolément, à une famille lexicale, à un champ sémantique ou à une oeuvre concernant des mondes urbains réels ou fictifs, examinent la ville dans son ensemble, ses édifices, les activités conçues comme proprement urbaines, ou les personnes qui y vivent. Ils sont répartis en quatre chapitres intitulés « Des hommes et des villes », « Composantes et composition de l'espace urbain », « Nommer et classer les villes » et « Des villes dans un empire ».

  • Les quinze communications regroupées dans cet ouvrage confrontent les données provenant des sites archéologiques à celles tirées de chantiers spécialisés dans l'expérimentation de la construction et dans la restauration de monuments. Dans le domaine de l'archéologie du bâti, la lecture des vestiges conduit à la déconstruction mentale des élévations afin de restituer les phases d'occupation d'un bâtiment. Elle consiste aussi à distinguer les étapes de construction inhérentes à tout chantier, quels que soient les périodes et les lieux, en Orient comme en Occident. Il s'agit donc d'adopter une méthode d'analyse régressive pour renseigner les périodes anciennes à partir d'exemples récents de chantiers bien documentés. Si la notion de progrès existe à travers l'évolution de la science et des techniques modernes, le chantier médiéval de construction du château de Guédelon permet, par l'expérimentation, de retrouver des savoir-faire hérités du passé.

  • C'est au Ier millénaire av. J.-C. que le dromadaire et, plus marginalement, le chameau commencent à imposer leurs hautes silhouettes sur les routes du Proche-Orient et d'Égypte. Réunis lors de deux ateliers, à Lyon puis à Nanterre, seize archéologues et historiens ont tenté de prendre la mesure de cette révolution chamelière. Du Xinjiang au désert Libyque, l'usage de plus en plus intensif des grands camélidés de l'ancien monde est en effet venu bouleverser les domaines du transport caravanier mais aussi l'agriculture, redessinant les routes commerciales, accroissant les capacités d'exportation des oasis, désenclavant des régions autrefois isolées. Devenus progressivement une pièce majeure des systèmes économiques des régions désertiques ou semi-désertiques, les camélidés demeurent en même temps associés à des populations nomades disposant d'un savoir-faire sans lequel l'élevage et le dressage de ces grands animaux se révèlent impossibles à réaliser. Les sources écrites (akkadiennes, bibliques, démotiques, grecques...) mais aussi l'archéozoologie, l'iconographie, sans oublier l'ethnologie et la zootechnologie, sont convoquées pour traiter cette révolution chamelière dans ses multiples aspects. Ce livre présente un très grand nombre de documents, dont des inédits, et aborde un large éventail de thématiques : les différents usages des camélidés, le lien entre ces animaux et les populations nomades et sédentaires, leur place au sein des imaginaires des peuples d'Asie et d'Égypte, mais aussi dans la vie quotidienne des Grecs, Romains, Nabatéens, Arabes, habitants du Levant byzantin, populations d'Asie centrale ; au sein d'environnements aussi variés que la Mésopotamie, l'Assyrie, la péninsule Arabique, le Levant, l'Égypte et l'Asie centrale. Deux articles sur le devenir récent de l'animal et sur les pratiques actuelles de l'élevage camelin en Mongolie complètent ce tour d'horizon sur un animal décidément central dans l'histoire des régions envisagées.

  • This volume brings together archaeologists, archaeological scientists and historians contributing different specialisms to an emerging field of research: food and foodways in the medieval Eastern Mediterranean. It presents the output of the POMEDOR project "People, pottery and food in the medieval Eastern Mediterranean" funded by the French National Research Agency. POMEDOR focused on changes in transitional periods, such as the Crusades and the Turkish conquests, as viewed through archaeological and archaeometric studies of pottery. The volume offers a wider scope, with research based on archaeobotany, archaeozoology, biological anthropology, and the study of archaeological structures, texts and iconography. Last but not least, it reveals the recipes conceived for a "Byzantine" dinner, held at the Paul Bocuse Institute during the final conference of the POMEDOR project.

  • Epitome

    ,

    L'usage de versions abrégées des oeuvres littéraires de tous les domaines, de l'ouvrage de botanique à l'ensemble de l'oeuvre d'un historien comme Tite-Live, est extrêmement courant dans l'Antiquité. Ces résumés ont des formes variées, qui vont des « sommaires » (periochae) à la sélection d'extraits (épitomé), en passant, entre autres, par la paraphrase ; l'absence de cadre théorique, dans le monde gréco-romain, explique une telle diversité. Les contributeurs de ce volume se sont intéressés à des cas particuliers de résumés antiques, en s'interrogeant sur les pratiques à l'oeuvre dans des domaines précis : les ouvrages scientifiques et techniques (médecine, astronomie, histoire) et le contexte rhétorique et scolaire (poésie, commentaires scolaires). Ils observent, chez les Anciens, un usage surprenant, pour le scientifique moderne, du résumé. En effet certains savants, en Grèce et à Rome, au cours de la rédaction d'un ouvrage, n'hésitent pas à puiser dans des résumés, et non dans les oeuvres intégrales, tandis que d'autres vont jusqu'à ajouter des éléments aux sources qu'ils abrègent, voire à « réinventer » l'oeuvre qu'ils résument. Dans le contexte scolaire, les résumés ont un rôle particulièrement important, dont les épitomateurs anciens sont souvent parfaitement conscients : les suppressions et les modifications manifestent une attention particulière à tel ou tel lectorat et le résumé a ses propres enjeux dans la transmission de toutes les formes de littérature.

  • Akh purattim 1

    Collectif

    Akh Purattim ou « les rives de l'Eupkrate » est une des expressions utilisées au xviiie siècle av. J.-C. pour désigner le royaume de Mari, qui s'étendait de la confluence du Khabour au verrou de Bagbouz, actuellement à la frontière syro-irakienne. La série ainsi dénommée, précisée par son sous-titre Mémoires d'archéologie et d'histoire régionales interdisciplinaires, est destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques sur la région, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (Mari, Terqa...) et étrangères, en particulier pour la publication de leurs rapports préliminaires. Mais le titre peut également être pris dans une acception géographique beaucoup plus vaste et héberger des études qui s'intéressent le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l'Antiquité.

  • Akh purattim 3

    Collectif

    Akk Purattim, ou « les rives de l'Eupkrate », est une des expressions utilisées au xviiie siècle av. J.-C. pour désigner le royaume de Mari, qui s'étendait de la confluence du Khabour au verrou de Baghouz, actuellement à la frontière syro-irakienne. La série ainsi dénommée, précisée par son sous-titre « Mémoires d'archéologie et d'histoire régionales interdisciplinaires », est destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques sur la région, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (comme Mari et Terqa) et étrangères, en particulier pour la publication de leurs rapports préliminaires. Mais le titre peut également être pris dans une acception géographique beaucoup plus vaste et héberger des études qui s'intéressent le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l'Antiquité.

  • This volume presents the results of a multidisciplinary research program ("Balkans 4000") financed by the French National Research Agency (ANR) and coordinated by the editor between 2007 and 2011, when she was a member of the Maison de l'Orient et de la Méditerranée (Laboratory of Archaeology and Archaeometry). 192 new radiocarbon dates have been produced in the laboratories of Lyon, Saclay and Demokritos, from 34 archaeological sites, spanning the years from the end of the 6th to the beginning of the 3rd millennium BC. They shed light on the evolution of human settlement during the late stages of the Neolithic period in Greece and Bulgaria, and more specifically on the transition from the Neolithic to the Early Bronze Age during the "obscure" 4th millennium BC. Thirty-one scholars, archaeologists as well as radiocarbon scientists, are signing the contributions.

  • Ce quatrième ouvrage de la série « Conquête de la steppe » présente de nouvelles études d'archéologie, de géoarchéologie et d'anthropologie issues d'un important programme de prospection de la zone steppique de la Syrie centrale à l'est de Hama, qui s'est déroulé de 1995 à 2010. Les périodes dont il est question ici vont du PPNB à l'époque contemporaine (VIIIe millénaire av. J.-C.-xxie s. ap. J.-C.). L'adaptation de l'homme à l'environnement est abordée du point de vue de l'acquisition et du stockage de l'eau en milieu aride, grâce aux citernes pluviales, et à travers deux études de cas : celle d'un village du PPNB et celle de deux années pluviométriques extrêmes. Une partie des articles (céramique, monnaies, monuments religieux) éclaire d'un nouveau jour la définition du territoire régional, durant l'Antiquité et par la suite. Des questions de topographie historique sont aussi abordées grâce à la publication de nouvelles inscriptions. Enfin, plusieurs contributions concernent les formes de l'habitat, aussi bien les résidences luxueuses des propriétaires terriens (des époques omeyyade et contemporaine) que les villages byzantins et les processus de sédentarisation à l'époque contemporaine.

  • En Égypte ancienne, la mort semble être une préoccupation constante. Pour affronter cette étape tant redoutée, le dogme prévoit une existence dans l'au-delà, mais celle-ci demeure conditionnée au maintien de la mémoire des individus parmi les vivants. Chaque personne va donc tenter, en fonction de son statut et de ses capacités, de développer certaines stratégies pour rendre son propre culte éternel et garantir ainsi son immortalité. Cette étude, fondée principalement sur l'analyse des pratiques post-inhumatoires, souhaite mettre en évidence les différents leviers qui sont utilisés en vue de pérenniser les cultes mémoriels : le choix du lieu, celui des supports et enfin - peut-être surtout - l'intégration à de multiples matrices sociales complémentaires. Car le maintien de la mémoire est avant tout affaire de société. L'individu, pour exister, se doit d'interagir avec la communauté, qu'il soit vivant ou bien mort.

    1 autre édition :

empty