Littérature générale

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • À travers tout son apostolat, il s'est rendu compte d'un redressement à opérer, pour que l'action sacerdotale reste vraiment sur le plan de l'Église. Il n'eut toujours qu'un seul souci dans toutes les fonctions ou l'obéissance le placèrent : être prêtre, n'être que prêtre. Il sut se dégager de l'illusion teilhardienne, ce qu'il considérait comme l'une des plus grandes grâces de sa vie.

  • L'abbé Robert Prévost (1895-1980), prêtre du Nord, ouvert à tous les problèmes, ayant exercé son ministère sacerdotal tant dans l'Action catholique, que dans les paroisses, en mission et sur le plan oecuménique, lança le laïcat missionnaire et la J.E.C. À travers tout son apostolat, il s'est rendu compte d'un redressement à opérer, pour que l'action sacerdotale reste vraiment sur le plan de l'Église. Il n'eut toujours qu'un seul souci dans toutes les fonctions où l'obéissance le placèrent : être prêtre, n'être que prêtre. Il sut se dégager de l'illusion teilhardienne, ce qu'il considérait comme l'une des plus grandes grâces de sa vie.

  • L'abbé Robert Prévost (1895-1980), prêtre du Nord, ouvert à tous les problèmes, ayant exercé son ministère sacerdotal tant dans l'action catholique, que dans les paroisses, en mission et sur le plan oecuménique, lança le laïcat missionnaire et la J.E.C. À travers tout son apostolat, il s'est rendu compte d'un redressement à opérer pour que l'action sacerdotale reste vraiment sur le plan de l'Église. Il n'eut toujours qu'un seul souci dans toutes les fonctions ou l'obéissance le placèrent : être prêtre, n'être que prêtre. Il sut se dégager de l'illusion teilhardienne, ce qu'il considérait comme l'une des plus grandes grâces de sa vie.

  • Quand on a dépouillé Lamennais de ses attributs consacrés, qu'on cesse de voir en lui le primitif des landes bretonnes, le druide malouin, le trop chrétien, le pauvre hère, ou le solitaire de La Chênaie, qu'on renonce à l'image du Royaliste ultra de la Restauration, changeant opportunément son fusil d'épaule, au lendemain de la Révolution de juillet, autrement dit, quand on a bousculé quelques-uns des pots-de-fleurs, dont les dévots des grands hommes encombrent leurs Panthéons, que reste-t-il donc de celui-ci ? Ma foi, il reste le Lamennais essentiel, au destin singulier, l'ancêtre totémique des libéraux catholiques, du M.R.P., des Socialistes chrétiens, des prêtres en difficulté, le Père invisible de Vatican II... Et, déjà, ce n'est pas si mal. Tanguy Kenec'Hdu

  • Molière est mort sans héritier mâle à qui léguer sa science et sa passion du théâtre, et ce fut son grand regret. Mais il eut un fils spirituel : Michel Baron, un jeune prodige de la scène, et ce fut sa consolation. Ce livre conte les années d'apprentissage du jeune Baron à L'ombre de Molière. Il nous montre comment Molière sut discerner chez lui, dès l'âge de treize ans, les qualités qui devaient faire de lui, au cours des années qui suivirent, l'un des plus grands, puis le plus grand acteur de son siècle. Baron, s'il eut à souffrir d'être très tôt orphelin, eut par contre la chance d'être béni des dieux quant aux qualités qu'il reçut à la naissance. Le jouvenceau qui conquit le public parisien dès qu'il parut en scène, par sa beauté et son aisance, vit, au fil des années, ces qualités, bien loin de s'affadir, se développer et s'affermir. Son intelligence, sa gaieté, son impertinence, sa joie de vivre, furent pour Molière une source de jouvence et d'optimisme. Elles ensoleillèrent son existence quotidienne comme l'eut fait près de lui la présence d'un vrai fils.

empty