Sciences humaines & sociales

  • Au contact des réalités pakistanaises de 1992 à 1996, l'auteur, correspondante de presse, découvre combien l'image de Benazir Bhutto en Occident est confuse et naïve. Au fil de ses rencontres avec l'ancien Premier ministre et les siens, avec ses adversaires politiques, avec les femmes de milieu pauvre ou aisé, elle dresse le véritable portrait de Benazir.

  • La philosophie a-t-elle fait son temps et faut-il la remplacer par les activités techniques et scientifiques, la spiritualité religieuse et la création artistique ou a-t-elle encore un rôle à jouer et lequel ? Pierre Fougeyrollas préconise une conception renouvelée de l'expérience philosophique, seul moyen, selon lui, de préserver l'homme contemporain des périls qui, de l'extérieur et de l'intérieur, le guettent. Clair et riche en formules frappantes, le livre est abordable par le non-spécialiste. Même lorsqu'il y est question de Socrate, de Descartes ou de Nietzsche, il exprime essentiellement l'angoisse et le tragique de notre temps.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La minéralogie connaît aujourd'hui un succès étonnant. Elle captive, elle passionne. Les collectionneurs, les prospecteurs amateurs, ignorent trop souvent les cristalliers qui, pendant des siècles, ont traqué les cristaux au flanc des montagnes. Pour améliorer leurs conditions d'existence car, vendu aux tailleries, le cristal fut longtemps matière première d'objets d'apparat ou de motifs de décoration. Par attrait de l'aventure et des libres espaces, à l'égal des chasseurs de chamois et des guides. Par fascination pour les feux, l'éclat, les formes, jeux de la nature. Ce livre fait revivre les labeurs et les exploits des chercheurs de cristaux de l'Oisans, des Alpes suisses ou italiennes, de Savoie, de la vallée de Chamonix, fief de Jacques Balmat, cristallier émérite et premier homme à contempler l'horizon depuis le sommet du Mont-Blanc. Le cristal n'est pas seulement la forme achevée du minéral : il est symbole, idée de perfection, il est lumière. L'évolution des connaissances sur la nature des cristaux, leur genèse est une histoire captivante et pleine d'imprévu. Les ressources minéralogiques de nos montagnes sont-elles menacées ? C'est une question qui méritait d'être posée. La réponse n'est pas simple, elle est liée à une certaine idée du rôle des montagnes dans notre "civilisation".

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • On sait à quel point les histoires de pêche captivent les fervents de ce sport. Le grand Hemingway lui-même, dont l'inoubliable Vieil homme et la mer était un hymne à sa passion, en était très friand Avec le livre de Tony Burnand, les amateurs de pêche seront comblés, mais aussi tous les lecteurs qui n'ont jamais pratiqué ce sport. Car il ne s'agit pas seulement de parties réussies ou qui se terminent mal, mais d'anecdotes savoureuses que Burnand évoque tout en nous faisant découvrir les plus belles régions de France où il a péché : du Tarn aux bords de la Loire, de l'île d'Yeu au bassin d'Arcachon. La passion de la nature et la passion halieutique sont ici inséparables. Maniant l'humour et la poésie aussi bien qu'une canne à pêche, l'auteur nous permet d'apprécier la riche palette et le fin pinceau avec lesquels il brosse ses tableaux.

  • Ce livre s'adresse non seulement aux amateurs de pêche en rivière, mais à tous les amoureux de la nature. En effet, Tony Burnand ne prétend pas nous offrir le guide parfait du pêcheur de truites, et même si, au cours de son ouvrage, il donne quelques conseils aux débutants, il nous livre avant tout ses souvenirs éblouis et ses réflexions. Se préparer à aller à la pêche, c'est d'abord pour lui un acte d'amour. Il le fait quasi religieusement, partant dès l'aube, découvrant la nature encore endormie, s'extasiant sur des coins de France encore préservés des méfaits de la civilisation ; savourant sa solitude ou bien la compagnie de pêcheurs de rencontre avec lesquels naît, aussitôt, une complicité. Parfois, il s'agit de véritables expéditions ; c'est ainsi qu'il nous décrit son ascension, avec un compagnon et un guide, jusqu'au lac de Caranza, sous un soleil torride. Comme tous les poètes épris de pêche, comme Ernest Hemingway, comme René Fallet, Tony Burnand s'emploie, ici, à nous communiquer sa passion et les joies saines, incomparables de son sport préféré.

  • La pêche à la mouche est, pour le véritable pêcheur, ce qui se fait de mieux. « Mais il y a trop de choses. à apprendre », proteste le paresseux. Effectivement, il y en a beaucoup, auxquelles on ne pense pas et dont les traités ne parlent pas. C'est la possession de ces connaissances qui fait le bon pêcheur à la mouche et qui fait de cette spécialité la véritable reine des pêches. Après quelque soixante-dix ans de pratique sur tous les genres d'eaux, Tony Burnand a cherché à déterminer ces « savoirs essentiels ». De « savoir s'adapter » à « savoir comprendre », de « savoir confectionner une mouche » à « savoir grimper », de « savoir observer » à « savoir souffrir », les différents chapitres de ce livre prodiguent au pêcheur des conseils judicieux. Tony Burnand en profite pour nous parler de son expérience personnelle. Après cette lecture pleine d'enseignement et qui est une sorte de guide exhaustif, le pêcheur à la mouche ne pourra plus se permettre de pêcher par omission.

  • Le "soft", en informatique, c'est le programme qui fait tourner la machine, c'est l'idée qui donne vie à la matière. Mais c'est surtout un nouvel eldorado économique, le royaume du pari financier sur l'imagination, des croissances phénoménales, des fortunes colossales bâties en quelques années par de jeunes créateurs. Ce "soft business" progresse à la vitesse de la lumière : il représentera bientôt l'essentiel des activités informatiques, et dépassera en importance les grandes industries traditionnelles comme l'automobile ! Il annonce une nouvelle économie, fondée sur la création d'idées, et non plus sur l'énergie et la transformation de la matière. Une économie qui permettra de retrouver croissance et emplois, et qui conduira à une nouvelle société de l'"immatériel", de l'esprit en quelque sorte : la "société soft"... Cette révolution silencieuse peut être la grande chance de la France et de l'Europe, mais une chance qu'il faut saisir vite. Bientôt, il sera trop tard...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La minéralogie connaît aujourd'hui un succès étonnant. Elle captive, elle passionne. Les collectionneurs, les prospecteurs amateurs, ignorent trop souvent les cristalliers qui, pendant des siècles, ont traqué les cristaux au flanc des montagnes. Pour améliorer leurs conditions d'existence car, vendu aux tailleries, le cristal fut longtemps matière première d'objets d'apparat ou de motifs de décoration. Par attrait de l'aventure et des libres espaces, à l'égal des chasseurs de chamois et des guides. Par fascination pour les feux, l'éclat, les formes, jeux de la nature. Ce livre fait revivre les labeurs et les exploits des chercheurs de cristaux de l'Oisans, des Alpes suisses ou italiennes, de Savoie, de la vallée de Chamonix, fief de Jacques Balmat, cristallier émérite et premier homme à contempler l'horizon depuis le sommet du Mont-Blanc. Le cristal n'est pas seulement la forme achevée du minéral : il est symbole, idée de perfection, il est lumière. L'évolution des connaissances sur la nature des cristaux, leur genèse est une histoire captivante et pleine d'imprévu. Les ressources minéralogiques de nos montagnes sont-elles menacées ? C'est une question qui méritait d'être posée. La réponse n'est pas simple, elle est liée à une certaine idée du rôle des montagnes dans notre "civilisation".

  • On sait à quel point les histoires de pêche captivent les fervents de ce sport. Le grand Hemingway lui-même, dont l'inoubliable Vieil homme et la mer était un hymne à sa passion, en était très friand Avec le livre de Tony Burnand, les amateurs de pêche seront comblés, mais aussi tous les lecteurs qui n'ont jamais pratiqué ce sport. Car il ne s'agit pas seulement de parties réussies ou qui se terminent mal, mais d'anecdotes savoureuses que Burnand évoque tout en nous faisant découvrir les plus belles régions de France où il a péché : du Tarn aux bords de la Loire, de l'île d'Yeu au bassin d'Arcachon. La passion de la nature et la passion halieutique sont ici inséparables. Maniant l'humour et la poésie aussi bien qu'une canne à pêche, l'auteur nous permet d'apprécier la riche palette et le fin pinceau avec lesquels il brosse ses tableaux.

  • Ce livre s'adresse non seulement aux amateurs de pêche en rivière, mais à tous les amoureux de la nature. En effet, Tony Burnand ne prétend pas nous offrir le guide parfait du pêcheur de truites, et même si, au cours de son ouvrage, il donne quelques conseils aux débutants, il nous livre avant tout ses souvenirs éblouis et ses réflexions. Se préparer à aller à la pêche, c'est d'abord pour lui un acte d'amour. Il le fait quasi religieusement, partant dès l'aube, découvrant la nature encore endormie, s'extasiant sur des coins de France encore préservés des méfaits de la civilisation ; savourant sa solitude ou bien la compagnie de pêcheurs de rencontre avec lesquels naît, aussitôt, une complicité. Parfois, il s'agit de véritables expéditions ; c'est ainsi qu'il nous décrit son ascension, avec un compagnon et un guide, jusqu'au lac de Caranza, sous un soleil torride. Comme tous les poètes épris de pêche, comme Ernest Hemingway, comme René Fallet, Tony Burnand s'emploie, ici, à nous communiquer sa passion et les joies saines, incomparables de son sport préféré.

  • La pêche à la mouche est, pour le véritable pêcheur, ce qui se fait de mieux. « Mais il y a trop de choses. à apprendre », proteste le paresseux. Effectivement, il y en a beaucoup, auxquelles on ne pense pas et dont les traités ne parlent pas. C'est la possession de ces connaissances qui fait le bon pêcheur à la mouche et qui fait de cette spécialité la véritable reine des pêches. Après quelque soixante-dix ans de pratique sur tous les genres d'eaux, Tony Burnand a cherché à déterminer ces « savoirs essentiels ». De « savoir s'adapter » à « savoir comprendre », de « savoir confectionner une mouche » à « savoir grimper », de « savoir observer » à « savoir souffrir », les différents chapitres de ce livre prodiguent au pêcheur des conseils judicieux. Tony Burnand en profite pour nous parler de son expérience personnelle. Après cette lecture pleine d'enseignement et qui est une sorte de guide exhaustif, le pêcheur à la mouche ne pourra plus se permettre de pêcher par omission.

  • Le "soft", en informatique, c'est le programme qui fait tourner la machine, c'est l'idée qui donne vie à la matière. Mais c'est surtout un nouvel eldorado économique, le royaume du pari financier sur l'imagination, des croissances phénoménales, des fortunes colossales bâties en quelques années par de jeunes créateurs. Ce "soft business" progresse à la vitesse de la lumière : il représentera bientôt l'essentiel des activités informatiques, et dépassera en importance les grandes industries traditionnelles comme l'automobile ! Il annonce une nouvelle économie, fondée sur la création d'idées, et non plus sur l'énergie et la transformation de la matière. Une économie qui permettra de retrouver croissance et emplois, et qui conduira à une nouvelle société de l'"immatériel", de l'esprit en quelque sorte : la "société soft"... Cette révolution silencieuse peut être la grande chance de la France et de l'Europe, mais une chance qu'il faut saisir vite. Bientôt, il sera trop tard...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De toutes les princesses qui font la une de la presse internationale, Lady Di est la plus silencieuse. Pourtant, la chronique ne tarit pas de commentaires, d'affirmations même : la "délicieuse et timide" Diana Frances Spencer est devenue la "sournoise et frivole" Lady Di. De proche en proche, l'hypothèse laisse place à une prémonition : "Les femmes anglaises dissimulent leurs sentiments jusqu'au mariage. Ensuite, elles se montrent comme elles sont" (Oscar Wilde). Guy Croussy analyse l'évolution de Lady Di à travers ses postures et ses gestes. Il interprète ses silences comme les signaux qui permettent de suivre les changements intervenus dans son comportement. Il scrute la jeune fiancée, pudique et sage, la femme libre qui rejoint ses amis dans les boîtes de nuit de Londres, la distance qui s'installe peu à peu entre elle et Prince Charles, puis, de nouveau, à l'approche des fêtes organisées en leur honneur, le retour au silence institutionnel. Car en 1991, Prince Charles et Lady Di fêteront leur dixième anniversaire de mariage. Ils le feront en public. On organisera une grande cérémonie en leur honneur. Leurs déclarations seront officielles. Mais leurs gestes, leurs regards, leurs sourires, leurs silences, leurs postures nieront leurs paroles.

  • De toutes les princesses qui font la une de la presse internationale, Lady Di est la plus silencieuse. Pourtant, la chronique ne tarit pas de commentaires, d'affirmations même : la "délicieuse et timide" Diana Frances Spencer est devenue la "sournoise et frivole" Lady Di. De proche en proche, l'hypothèse laisse place à une prémonition : "Les femmes anglaises dissimulent leurs sentiments jusqu'au mariage. Ensuite, elles se montrent comme elles sont" (Oscar Wilde). Guy Croussy analyse l'évolution de Lady Di à travers ses postures et ses gestes. Il interprète ses silences comme les signaux qui permettent de suivre les changements intervenus dans son comportement. Il scrute la jeune fiancée, pudique et sage, la femme libre qui rejoint ses amis dans les boîtes de nuit de Londres, la distance qui s'installe peu à peu entre elle et Prince Charles, puis, de nouveau, à l'approche des fêtes organisées en leur honneur, le retour au silence institutionnel. Car en 1991, Prince Charles et Lady Di fêteront leur dixième anniversaire de mariage. Ils le feront en public. On organisera une grande cérémonie en leur honneur. Leurs déclarations seront officielles. Mais leurs gestes, leurs regards, leurs sourires, leurs silences, leurs postures nieront leurs paroles.

  • Protégés par des secrétariats intraitables, quelques milliers d'administrateurs et de fonctionnaires de haut rang P.-D.G et grands directeurs, déploient sur la France entière, à partir de bureaux discrètement prestigieux, un pouvoir redoutable. Mais quelles sont les racines historiques de cette puissance, et aujourd'hui, quels en sont les fondements ? Et comment faire pour accéder à ces sommets de la fonction où l'on vit tout autrement que le commun des mortels ? Quelles moeurs y règnent ? Quels privilèges pour quelles charges ? Cette oligarchie nouvelle ne manque pas de défier le pouvoir politique. jusqu'où peut-elle aller dans un pays qui s'est doté d'institutions stables et où la gauche gouverne depuis mai 81 ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty