Langue française

  • Des faits réels intégrés avec habileté pour une immersion totale au coeur du récit Décembre 1999. Deux tempêtes traversent la France d'ouest en est. Elles entraînent des dégâts considérables, amplifient en Bretagne la marée noire de l'Erika et mettent en danger les centrales nucléaires de Braud-Saint-Louis, dans le bordelais, et Fessenheim en Alsace. Les risques pour la population civile sont ingérables et provoquent même des débuts de panique autour des sites nucléaires dont on a sous-estimé la résistance. La colère de ceux qui se sont toujours opposés à cette industrie monte. Le lieutenant Lecoanet, oenophile et sensuel, est envoyé sur place pour sonder les vignerons directement concernés. Il va être confronté à l'omerta, au secret-défense qui s'oppose, dans un délire paranoïaque, à toute transparence concernant le nucléaire français... Un polar aux allures de roman post-apocalyptique à vous couper le souffle ! EXTRAIT Mercredi 29 décembre 1999 9 h. Préfecture d'Aquitaine, Bordeaux. Lecoanet avait passé la nuit au bord de l'estuaire, il en avait besoin, il aimait ça, s'immerger d'abord, physiquement, dans sa région d'enquête. S'immerger était cette fois le mot juste. La tempête qui venait de frapper la façade atlantique deux nuits auparavant. Elle succédait de peu à celle qui avait traversé la France de Brest à Strasbourg, vingt-quatre heures plus tôt. L'eau, le vent avaient pris toute la place. La petite voiture qu'il avait louée résistait mal aux bourrasques qui chevauchaient ces terres plates et gorgées d'eau. Ce n'est qu'après la sortie de l'échangeur du Lac, passée la barrière d'Arès que le lieutenant, prenant la direction de Mériadeck, longeant le discret cimetière de la Chartreuse, put souffler un peu. Le parking extérieur de la préfecture de région d'architecture moderne, dans ce quartier neuf symbolisant le passage au troisième millénaire, était bondé de véhicules bleus, rouges et blancs, certains aux gyrophares encore allumés. Il gara sa voiture boueuse derrière une imposante berline officielle ce qui provoqua l'irruption immédiate d'un gardien en colère. Lecoanet le stoppa d'une main. - Tout doux, tout doux, c'est la voiture du préfet, je présume ? A PROPOS DE L'AUTEUR Avec cette série policière « La part des anges », Jean-Marc Carité, spécialiste du vin bio (naturellement !) depuis plus de 25 ans, observateur passionné, amusé (et parfois agacé) du monde du vin, nous fait pénétrer dans les secrets d'une profession où le rêve le dispute souvent au sordide. Dans la même collection, Pourriture noble et vengeance tardive (élu meilleur roman mondial sur le vin en 2010), Araignée rouge et cigogne noire (sélection Livres en vignes 2011) et La Revanche du Gringet.

  • La querelle entre les pro-bio et les amateurs de pesticides n'a pas fini de faire parler d'elle... Une cave coopérative aux méthodes douteuses, dans une appellation à l'abandon. Un fou furieux de la chasse à courre qui ne maîtrise pas son équipage. Un département bananier au président inamovible. Une jeune sage-femme qui décoiffe les notables et dénonce un pesticide, dérivé d'arsenic, qui rend stériles les agriculteurs. Le lieutenant Lecoanet, oenophile sensuel et gourmand est appelé sur le terrain pour, discrètement comme d'habitude, désamorcer cette situation explosive. Pour une fois il sera rejoint sur place par sa divisionnaire préférée. Un polar haut en couleurs avec des personnages détonants et beaucoup d'humour ! EXTRAIT Cette fin de matinée s'étirait en longueur, sous un de ces soleils écrasants de fin d'hiver dont le sud-ouest a le secret. Sagement à l'abri du vent, contre l'ancien séchoir à tabac aux claires-voies depuis longtemps obturées, en très petite tenue dans son transat, hors d'atteinte des regards et des intrus, croyait-elle, Alice tentait, une fois de plus, de lire L'Erotisme de Bataille. Une lecture qui se révélait toujours aussi ennuyeuse que l'amant qui la lui avait conseillée. Ne ressentant aucun frisson de plaisir, elle sentait déjà que ce livre allait, une fois de plus aussi, lui tomber des mains qu'elle préférait occuper à d'autres fins. Néanmoins, les aboiements au loin auraient dû l'inciter à la méfiance. Cette douce quiétude n'allait pas durer. Mais quand on n'a jamais vu une chasse à courre comment deviner ? A PROPOS DE L'AUTEUR Avec cette série policière « La part des anges », Jean-Marc Carité, spécialiste du vin bio (naturellement !) depuis plus de 25 ans, observateur passionné, amusé (et parfois agacé) du monde du vin, nous fait pénétrer dans les secrets d'une profession où le rêve le dispute souvent au sordide.

  • Un mystère avec un personnage central atypique : le Gringet. Au pied du Mont-Blanc, la pression foncière et immobilière met en danger une appellation locale. Un affairiste sans scrupules tente par tous les moyens de racheter des vignes pour y construire des chalets de luxe. Claire, l'assistante du lieutenant Lecoanet, est précisément allée faire les vendanges dans ce vignoble en peau de chagrin au cépage unique au monde : le Gringet. Ce que Claire découvre nécessite la venue du lieutenant, spécialiste des missions délicates face à des situations explosives dans le milieu du vin. D'autant que l'action se passe en partie lors de la très curieuse élection présidentielle de 2002. Heureusement, il trouve sur place le renfort d'une belle députée européenne, pasionaria de la biodiversité... Avec cette nouvelle enquête, le lieutenant Lecoanet, oenophile sensuel et gourmand, vous invite à la découverte de l'ampélographie, science magique des cépages. Ce troisième tome de la série nous entraine dans une nouvelle enquête toujours aussi haletante ! EXTRAIT - Non, Bob, tu n'iras pas foutre le feu aux vignes du Bayard. Tu vas te calmer, nom de dieu ! - Mais... Nicolas, j't'assure... - T'es plus dans les Comores, ici la Légion on connaît pas ! Rien à cirer ! Alors tu te calmes, vieux ! Nicolas Bastut haussa le ton pour en imposer à son homme de main favori. Le, encore jeune agent immobilier, à peine quadra, séduisant séducteur aux tempes légèrement grisonnantes, avait convoqué sa garde rapprochée à une soirée briefing dans son repaire préféré, le cellier des Dieux. Ou plus exactement une réunion de « crise » avec ses hommes et femmes de main. Engagé dans une délicate négociation avec des hommes d'affaires russes, pour dégager du terrain constructible, et mis au pied du mur, il s'agissait pour lui d'honorer ces engagements. Autrement dit : comment se débarrasser d'un emmerdeur de vigneron qui empêche de spéculer en rond sur les terres d'une appellation quasiment inconnue, et pourtant appelées à un avenir si prometteur ? A PROPOS DE L'AUTEUR Avec cette série policière « La part des anges », Jean-Marc Carité, spécialiste du vin bio (naturellement !) depuis plus de 25 ans, observateur passionné, amusé (et parfois agacé) du monde du vin, nous fait pénétrer dans les secrets d'une profession où le rêve le dispute souvent au sordide. Dans la même collection, Pourriture noble et vengeance tardive (élu meilleur roman mondial sur le vin en 2010) et Araignée rouge et cigogne noire (sélection Livres en vignes 2011).

  • Quand les effluves du bon vin ont l'odeur du crime... Au « Château Moulin », figure emblématique du vignoble français, le corps du comte de La Valière, propriétaire récemment dépossédé par des affairistes, est retrouvé dans une cuve du vin prestigieux... Le commandant Lecoanet, oenophile sensuel et gourmand, est appelé sur place pour, discrètement, élucider l'affaire. Mais rien n'est simple dans ce domaine légendaire. D'autant plus que nous sommes en plein salon Vinexpo, vitrine mondiale du vin et que les passions s'exacerbent entre "bio" et "conventionnels" pour le traitement d'une grave maladie de la vigne... Lecoanet et sa divisionnaire préférée vont devoir faire preuve de beaucoup de diplomatie pour éviter une déflagration médiatique aux dégâts collatéraux insoupçonnés. Une enquête policière qui nous entraine au coeur de l'oenologie tout en nous faisant frissonner ! EXTRAIT La main tavelée du comte de La Valière fait jouer la crémone pour dégager l'espagnolette et ouvrir en grand cette fenêtre sur la vue de l'ancien moulin au milieu des vignes, en face, autour, partout. Le château émerge littéralement de son océan de vignes. Un brouillard très léger, persistant, issu du cours d'eau proche, rappelle à ceux qui l'oublient le climat si particulier de cette terre propice à la pourriture noble qu'engendrent précisément ces brumes récurrentes. « Ah ! pourriture noble... superbe oxymore ! quel terme antinomique en lui-même, quel désarroi dans l'oeil du néophyte quand il l'entend pour la première fois », songe le comte dont le regard s'attarde sur ses employés (pour combien de temps encore ?) qui ont déjà investi les vignes pour rectifier le bon ordonnancement des rangs qui, c'est vrai, aurait presque pu laisser à désirer... mais la période floue est passée, le château retourne à ses certitudes. Du moins le comte essaie-t-il de s'en persuader. A PROPOS DE L'AUTEUR Dès ce premier volume de la série policière « La part des anges », Jean-Marc Carité, spécialiste du vin bio (naturellement !) depuis plus de 25 ans, observateur passionné, amusé (et parfois agacé) du monde du vin, nous fait pénétrer dans les secrets d'une profession où le rêve le dispute souvent au sordide. Pourriture noble et vengeance tardive a été élu meilleur roman mondial sur le vin par les Gourmand Awards 2010.

empty