Langue française

  • Sommes-nous condamnés à vivre dans des bulles et à déserter la réalité ?Apologie de la vie domestique, fuite dans des mondes imaginaires, explosion du marché du bien-être, bulles de filtres et pensée magique : chaque jour, nous déployons un véritable arsenal de protections physiques et psychiques pour mettre à distance un monde qui nous oppresse. Bienvenue dans la civilisation du cocon ! Une nouvelle société de l'entre-soi, sous perfusion de confort, en passe de nous transformer, petit à petit, en êtres hypersensibles et ne supportant plus le moindre frottement avec la réalité.Comment sommes-nous passés d'un idéal de la vie « intense » à celui d'un quotidien « subi » que nous préférons fuir, à l'abri derrière nos forteresses de coussins ? Et surtout, ces bulles sont-elles en train de remplacer, dans nos principales préoccupations, un safe-space commun qui semble aujourd'hui nous échapper : notre planète et celles et ceux qui l'habitent avec nous ?Ce livre invite à prendre conscience de ce repli généralisé et à éclater ces bulles de confort où l'on commence à suffoquer.

    Vincent Cocquebert est journaliste et collabore notamment avec GQ, Glamour ou Stylist. Il est également rédacteur en chef de Twenty, un magazine consacré à la jeunesse. Observateur amusé des tics de ses contemporains, il jette un regard lucide et tranchant sur notre époque et ses dérives.

  • Votre voisin de bureau s'est mis à clasher les bobos serviles, à
    dévorer les livres d'Alain Soral ou de Papacito, à s'épancher sur la
    virilité perdue de l'homme post-moderne ? Bienvenue chez les
    grand--remplacés : ceux qui haïssent les hommes-soja, leur mode
    de vie de « tantouzes » et qui redoutent une immigration de masse.
    Des « petits Blancs de banlieue » aux cadres des métropoles, une
    lame de fond identitaire se propage. Elle s'appuie sur la peur du
    déclassement, l'absence de réponse des élites, et une forte
    réticence face à une société de plus en plus métissée. De fait, -
    aujourd'hui, un Français sur deux croit au grand remplacement.
    De ces angoisses contemporaines, des idéologues font commerce :
    ils se reconvertissent dans le coaching en séduction, le jeu vidéo, l'
    édition, le porno, les sciences alternatives ou le tuning. Les plus
    radicaux s'exilent dans les pays de l'Est pour régénérer la « race
    blanche »... Cette nébuleuse prend la tête du débat public, irrigue
    de ses punch-lines nos conversations et remplit un vide idéologique.
    Déboussolés, leurs adversaires à gauche accusent plusieurs trains
    de retard.
    Cette poussée des droites radicales prospère sur les faiblesses de
    nos sociétés. Elle est l'affaire de tous.

    Grand Reporter à l'Express, Paul Conge a également été journaliste pour Slate, Explicite ou Marianne. Il est spécialiste des questions de justice et de police et se passionne pour les nouvelles formes de radicalité.

  • Qu'ils soient humbles ou illustres, l'histoire romaine regorge de voyageurs ayant parcouru les immenses routes impériales. L'empereur Hadrien est probablement le plus célèbre d'entre eux. L'essentiel de son règne s'accomplit loin de Rome, des rives de la Méditerranée jusqu'aux confins de l'Empire. Voyager lui permet d'exercer son pouvoir et d'unifier un Empire à vocation universelle. Ses pérégrinations le conduisent à rencontrer les soldats des frontières, les notables des grandes cités. Savants et lettrés, mercenaires ou simples citoyens des quatre coins du monde : le voyage est propice aux rencontres en tous genre. Au fil de son périple, les villes s'embellissent et les défenses de l'Empire se consolident sous la protection des dieux. Empereur érudit et curieux, il nous invite à redécouvrir les pyramides d'Égypte, à nous émerveiller des splendeurs de la Grèce ou à contempler les ruines de l'antique cité de Troie.

    Ce voyage sur les pas d'Hadrien nous permet d'embrasser l'immensité et la vie quotidienne d'un Empire à son apogée, en même temps qu'il nous donne à voir le génie politique et la sensibilité esthétique d'un homme exceptionnel.

    Agrégé d'histoire et spécialiste de l'Antiquité, Dimitri Tilloi-D'Ambrosi est chargé de cours à l'université Lyon III. Ses recherches portent sur les voyages, l'alimentation, la diététique et la médecine à l'époque romaine.

  • Narcissiques mais engagés, nonchalants mais hyperactifs, slasheurs mais en quête de stabilité... Et si les millennials n'existaient pas ? Derrière cet énième mythe générationnel, une armée de marketeurs avides d'alimenter leur machine à poncifs pour faire tourner un juteux business. Pourtant, cette obsession pour les générations est un véritable piège. Les victimes ? Les entreprises... perdues face au monde qui vient, elles s'accrochent désespérément aux branches fragiles d'études plus douteuses les unes que les autres. Mais surtout : la jeunesse, réduite à une vision fantasmée et absurde, quand elle n'est pas mobilisée à ses dépens pour justifier une ubérisation accélérée de la société et un jeunisme sans limite. À force d'avoir dépeint des générations imaginaires pour tenter de décrypter un monde angoissant qui nous échappe, serions-nous en train de passer à côté d'une grande dépression - cette fois-ci vraiment générationnelle ?

  • Quel est le rapport entre les Templiers et l'écologie, Robert le Bougre et le terrorisme, l'évêque de Worms et les sextoys ou alors Philippe le Bon et les drones ? À des siècles d'écart, les préoccupations des rois, de leurs chroniqueurs ou des grands savants s'avèrent étonnamment proches des nôtres.

    Violences religieuses, guerres, vagues migratoires, épidémies, place des femmes dans la société, écologie, famille, sexualité ou nouvelles technologies : ces sujets que l'on croit brûlants ne datent pas d'hier.

    Ce livre revisite le Moyen Âge pour en faire entendre la résonance résolument actuelle et mettre en perspective les débats qui agitent nos sociétés.

    .

empty