Vie pratique & Loisirs

  • Préface de Yann Queffélec Traduction revue et corrigée par Robert Sctrick Réédition (en traduction entièrement revue !) d´un des plus grands livres de London. Huit nouvelles pour évoquer les ravages et la violence importés par l´homme blanc dans le « paradis » des mers du Sud. Impitoyable.
    Ce n´est pas pour rien que Yann Queffélec a fait de ce recueil extrême l´un de ses livres de chevet.

    John Griffith Chaney, dit Jack London, est né en 1876 à San Francisco et connaît une enfance misérable qui le mène, dès quinze ans, à une vie d´errance. Marin, blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d´huîtres, chasseur de phoques avant de devenir vagabond et de connaître la prison, il accumule les expériences et adhère au Socialist Labor Party en avril 1896. La ruée vers l´or du Klondike en 1897 le compte parmi les aventuriers, mais il sera rapatrié atteint du scorbut sans avoir fait fortune. C´est pourtant dans le Grand Nord canadien qu´il trouve ses premières sources d´inspiration et que, la mémoire pleine de souvenirs épiques, il se lance dans l´écriture en rédigeant des nouvelles pour les grands magazines. Le Fils du Loup, son premier recueil de nouvelles, paraît en 1900. Le véritable succès arrive pourtant avec L´Appel sauvage (aussi appelé L´Appel de la forêt) en 1903. Croc-Blanc sort en 1905 et sera de nouveau un énorme succès d´édition. Repris par sa soif d´aventures, désormais financièrement à l´aise, Jack London fait construire un bateau ultramoderne, le Snark, et entreprend à son bord un voyage autour du monde. Malade, obligé de s´arrêter en Australie en 1908, il rentre en Amérique sans avoir réalisé son projet et s´occupe alors de son ranch tout en continuant à militer. Atteint de maladies multiples, buvant trop, sa santé déclinant, il séjourne plusieurs mois à Hawaii et décède le 22 novembre 1916 à l´âge de quarante ans.

empty