FeniXX réédition numérique (Horay)

  • Un témoin de la première heure, Monsieur E. Boniface nous livre après vingt ans d'observations, le document le plus complet et le plus important sur Thérèse Neumann, la stigmatisée de Konnersreuth. Les milliers de catholiques qui se passionnent pour ce cas extraordinaire ainsi que tous ceux qui, sans avoir la foi, s'intéressent aux phénomènes surnaturels (phénomènes sur lesquels la science la plus rigoureuse avoue son incompétence) trouveront ici avec précision et une parfaite objectivité la relation des faits qui ont bouleversé ce petit village bavarois de Konnersreuth, le proposant aux regards du monde entier. Dans des pages sans complaisance, M. E. Boniface nous rapporte l'enfance de la grande mystique, ses étranges maladies, comment elle en a été guérie brusquement à la stupeur des médecins et comment depuis trente ans elle a cessé complètement de manger et de boire. Il nous décrit ses extases sanglantes du vendredi où non seulement elle revit, mais vit elle même, à l'image du Christ, les scènes de la passion, allant jusqu'à s'exprimer, elle, la paysanne inculte, en langue araméenne, et autres phénomènes bouleversants qui posent les problèmes les plus aigus à la conscience humaine. Cet ouvrage, fruit d'un labeur continu, d'observations méticuleuses, et de références aux autorités les plus hautes et les plus compétentes, répond au souci de vérité de ceux qui s'interrogent sur Thérèse Neumann, nous laissant naturellement libres de tirer de ces prodiges qui sont un défi à la raison humaine l'enseignement qui nous convient.

  • Suzanne Labin est née à Paris dans le 20e arrondissement d'un père ouvrier, d'une mère employée de magasin. Elle fit ses études supérieures à la Sorbonne où elle obtint une licence de sciences. Mais elle se passionne surtout pour les problèmes sociaux. En 1939 elle entreprend un ouvrage d'ensemble descriptif et sociologique sur le régime soviétique. Au printemps de 1940, elle a déjà amassé deux malles de documents dont beaucoup en russe, qui lui valent d'être dénoncée comme espionne par sa concierge. Elle se disculpe à temps, deux jours avant la chute de Paris et s'en va dans une vieille Ford, abandonnant aux Allemands toutes ses robes et affaires personnelles, mais emportant les deux précieuses malles. À Vichy et à Lyon, pendant un an, elle fait partie avec son mari du premier groupe de résistance organisé par de Gaulle. À la fin de 1941, sur le point d'être arrêtée, elle émigre en Argentine. Une nouvelle fois les deux malles échappent de peu à une perquisition. En Argentine, Suzanne Labin se remet au travail. Elle achève en 1946 son livre qu'elle intitule « Staline le Terrible ». Il est publié en anglais avec une préface de Koestler, en italien, en espagnol, en portugais avec une préface de Carlos Lacerda. Suzanne Labin rentre en France en 1948, au moment où paraît son livre (Ed. Self). Aussitôt, sa réputation est mondiale. Elle est délégué au Congrès pour la Liberté de la Culture à Berlin en Juin 1950 et membre fondateur de l'organisation permanente qui naît de ce Congrès. Membre du parti socialiste, elle rejette les clichés marxistes, s'oppose à toute révolution violente, à toute forme de dictature prolétaire ou autre. « Le Drame de la Démocratie », qui paraît simultanément en France et aux États-Unis, est son troisième livre. Elle avait publié le premier en 1947, à Buenos-Aires (Ed. Sudamericana), un recueil d'essais littéraires et philosophiques sous le titre : « Défense de la Démocratie, de la Raison et de l'Hedonisme ».

  • Toujours le risque, toujours l'inédit, tel est l'invariable programme de cet envoyé spécial de l'aventure qu'est André Petit. Cinéaste, photographe et écrivain à la fois, il a ce rare privilège chez les grands voyageurs de rendre lui-même par l'écriture ce que son oeil exercé et curieux a su découvrir et fixer. - Ce livre étonnant sur Ceylan, île qu'on avait jusqu'ici l'illusion de connaître, est une véritable découverte. - Quel monde ! Quelle richesse de vie, de couleurs, de paysages, de scènes et de coutumes étranges. - Cet ouvrage avant tout séduisant, qui tient à la fois du grand récit d'aventures et de voyage et de l'étude approfondie d'un peuple et d'un pays aux composants si divers, va devenir pour de longues années le classique de Ceylan. - C'est le plus vivant et le plus complet que l'on puisse lire sur cette île merveilleuse qui n'est pas toujours le paradis que certains imaginent.

  • Le Français de 1956, celui du demi-siècle, ne se connaît plus. Ce livre est le surprenant miroir qui va le bouleverser. La statistique est à l'ordre du jour. C'est par les chiffres que l'homme cherche à se connaître et à se rassurer. Il est inquiet s'il ne parvient pas à savoir combien d'autres hommes pensent comme lui, combien ont le même âge, les mêmes maladies, le même besoin de vacances, la même marque de réfrigérateurs. C'est dire que la statistique n'a plus l'aspect rébarbatif qu'elle pouvait encore avoir il y a quelques années. C'est aujourd'hui par excellence la science de chacun, celle de l'homme à son bureau, de la femme dans son ménage, de l'ouvrier devant sa machine, de l'électeur devant son bulletin. C'est une science permanente dès qu'elle est suivie et commentée, comme c'est le cas dans ce livre, par un psychologue aussi fin et documenté que l'est Georges Rotvand.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Sinfonia Sacra, c'est-à-dire : la grande symphonie des chefs-d'oeuvre de la musique, ceux du moins qui ne visent pas seulement au simple divertissement de l'auditeur, mais qui comportent un message spirituel, qu'ils soient liturgiques ou non. L'émission bien connue de Paris-Inter avait pour but de célébrer autour des fêtes religieuses : la Toussaint, Noël, l'Epiphanie, Pâques, les grandes oeuvres qu'elles ont inspirées. L'esprit de cet ouvrage reste celui des émissions. La forme en est un dialogue vivant, toujours d'actualité, coupé de quelques-unes des plus belles pages de toute notre musique dont on tâche de dégager le sens et les prolongements en profondeur.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Tout ce qui fait le bonheur de nos vacances : du ciel... de l'amour... et des jeux ! Sur cette réflexion souriante de son ami Tristan Bernard, Jean Nohain est parti à la recherche de ses propres souvenirs de vacances, des vacances d'hier et d'avant-hier, à Deauville. Du ciel, au XIXe siècle, gris perle, bleu et blanc, avec le peintre Eugène Boudin ; de l'amour, au XVIIIe siècle, avec Sophie Arnould et le comte de Lauraguais, qui baptisèrent leur fils « Dioville » ; des jeux toujours, avec Jean Nohain lui-même devant le tapis vert et sur la pelouse du champ de courses. Avec sa verve et sa malice, Jean Nohain nous conte l'Histoire et les histoires des Châteaux de sable de Deauville.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty