Entreprise, économie & droit

  • Le 29 septembre 2011, Michel Neyret, charismatique directeur adjoint de la PJ de Lyon, est arrêté à son domicile par l'IGS. L'affaire Neyret est en marche. Pour la première fois, une enquête raconte les dessous de cette affaire alors que le procès de l'ex-commissaire va s'ouvrir.

    C'est l'histoire d'un super flic, passionné et épris d'action. Un chef incontesté qui obtient des résultats. À tout prix. Patron de l'antigang à Lyon à 29 ans, Michel Neyret le restera vingt ans, adulé par ses équipes comme par ses supérieurs. Réactivité, virtuosité dans la résolution d'enquêtes sensibles et innovations technologiques, la griffe Neyret lui vaudra de belles affaires : les Ripoux de Lyon ou les évadés par hélicoptère de la prison de Luynes.

    Qui a fait tomber le commissaire ? Quels sont les éléments retenus par la police des polices ? Qui aura manipulé qui ? Dans une enquête captivante, Richard Schittly retrace la carrière du « meilleur flic de France » mais aussi sa part d'ombre qui conduira à sa révocation, suspecté entre autres de corruption, de trafic de stupéfiants et de violation du secret professionnel.

    Émaillé d'anecdotes hautes en couleur où l'on découvre de grandes figures du banditisme, ce livre dresse le portrait d'un policier hors du commun autant qu'il raconte une certaine histoire de la PJ.

  • À lui seul, l'or jaune rapporte à la France quelque 3 milliards d'euros chaque année. Et malgré sa petite surface, l'Hexagone est le 5e producteur et le 5e exportateur mondial de blé !
    Ces performances sont ignorées par nombre de nos concitoyens. Pourtant, qu'y a-t-il de plus intimement lié à notre vie quotidienne ? Cette céréale a fourni aux Français l'essentiel de leur alimentation pendant des siècles et servi d'étalon au coût de la vie. Le succès des céréaliers fut tel après la mise en oeuvre de la Politique agricole commune qu'ils furent considérés comme les aristocrates de l'agriculture.
    Le blé est notre fierté nationale, mais jusqu'à quand ? Les céréaliers sont en proie au changement climatique, à l'opinion publique affolée par les « phytosanitaires » ou les herbicides sans parler des marchés fluctuants. La Russie ou l'Ukraine renaissent de leurs cendres et concurrencent les blés français sur leurs grands marchés traditionnels.
    Dans ce livre d'entretiens, Henri de Benoist, bâtisseur de la filière, revient sur cinquante années de prospérité céréalière française et nous donne sa vision pour l'avenir. Car il en est convaincu, notre pays ne doit pas renoncer à sa vocation exportatrice mais contribuer à la lutte contre la faim dans le monde. L'or jaune français conserve toutes ses chances, encore faut-il vouloir en faire quelque chose !

  • Extraire des aliments de la nature, apprendre à les produire au moindre coût, nourrir des individus de plus en plus nombreux, leur permettre de développer tout leur potentiel biologique et de vivre plus longtemps, à chacune de ces étapes de l'histoire alimentaire les mécanismes de l'économie sont à l'oeuvre. Des chasseurs-cueilleurs aux clients des supermarchés, Pierre Combris nous montre comment le raisonnement économique met en lumière les effets de la tension permanente entre des besoins en expansion et des ressources limitées.
    Comment analyser les conséquences de l'abondance alimentaire ? Le surpoids et l'obésité, par exemple, font l'objet d'interprétations économiques parfois surprenantes. Pourtant, les outils des économistes servent à comprendre pourquoi des comportements souvent jugés « irrationnels » sont en réalité très cohérents. Ces recherches ouvrent de nouvelles voies pour faciliter des arbitrages plus favorables à la santé et à l'environnement.

  • Quoi de plus doux que le sucre... et pourtant l'humanité compte aujourd'hui plus de 400 millions de diabétiques et près de 600 millions d'obèses. Deux maladies liées à la consommation de sodas, de pâtes à tartiner et de céréales sucrées.
    En quelques décennies, l'autre poudre blanche est devenue une addiction universelle. Enlevez les produits qui contiennent du sucre sur les linéaires des supermarchés et il n'en restera, dit-on, que 20 %. Car le sucre se cache dans la plupart des offres de l'agroalimentaire, du jambon au poisson pané en passant par les soupes.
    Personne ne le dénonce car trop d'intérêts sont en jeu dans une bataille qui se chiffre en milliards d'euros et de dollars. Les groupes de pression pro-sucre à Bruxelles, les grands de la pharmacie, les médecins ou les chercheurs, payés pour apporter les « preuves scientifi ques » de l'innocence du sucre, le lobbying des betteraviers, tous s'emploient à tirer profit du sucre sans se soucier des pathologies qui lui sont liées.

  • Chute de la croissance, augmentation du chômage, accumulation de la dette publique et perte d'influence en Europe... Depuis quarante ans, malgré des atouts réels, la France ne répond pas correctement aux crises successives - choc pétrolier, récession, déficit - et ses dirigeants semblent incapables de définir une politique économique cohérente. Quel gâchis ! Depuis 1978, la France prend solennellement des engagements envers ses partenaires européens, puis s'empresse de ne pas les respecter : elle signe le traité de Maastricht mais laisse filer son déficit public, elle adopte le pacte de stabilité et de croissance mais refuse de s'y soumettre... Il est urgent de mettre fin à ces mauvaises habitudes. Les capacités de rebond de l'économie française s'amenuisent. Les prochaines défaites électorales profiteront aux mouvements politiques extrêmes. Les relations avec nos partenaires européens se détériorent et notre crédibilité internationale disparaît. Jean-Marc Daniel, économiste réputé à l'esprit corrosif, dénonce dans cet ouvrage les quarante ans de mensonges qui à ses yeux ont conduit à un immense gâchis économique et politique. Reste l'espoir d'un sursaut d'un pays qui a tout pour réussir.

  • Il existait déjà au Moyen Age mais c'est surtout au XXe siècle que le marché noir a fait fortune. Le sujet est traité, ici, dans son ensemble (dans le temps et dans l'espace).

  • Tout commence en octobre 1967, quand Serge Kampf crée à Grenoble, dans un deux-pièces transformé en bureau, ce qui deviendra le groupe Capgemini, une des « stars » du CAC 40. À la force du poignet, il en fera l'un des leaders mondiaux des services informatiques. Incroyable trajectoire pour ce fils de militaire qui, après bien des péripéties, verra les effectifs de son entreprise passer de 3 à 140 000 personnes dans le monde.
    Le récit de cette formidable aventure qui conduit Serge Kampf au sommet de l'économie française permet de révéler au grand jour un visionnaire et un entrepreneur hors du commun. Il permet aussi de lever le voile sur le plus secret des grands patrons français, qu'animent des valeurs fortes et une passion dévorante pour le rugby. Vice-président des Barbarians et actionnaire de plusieurs clubs français, il est toujours l'un des principaux mécènes de « l'Ovalie ».
    Une vie pleine de rebondissements, d'épreuves et de combats. Une histoire passionnante.

  • Juillet 2015. La fusion historique entre Lafarge et Holcim donne naissance au nouveau géant des matériaux de construction, présent dans plus de 90 pays avec 115 000 collaborateurs. À la tête du groupe Lafarge depuis 2006, Bruno Lafont en a accéléré la transformation pour en faire en moins de dix ans une entreprise mondiale, référence du secteur, réputée sur les marchés émergents à forte croissance.

    Le ciment ne voyage pas et impose donc de développer localement ressources et compétences nécessaires, en s'adaptant à des modes de construction essentiellement locaux. Cette particularité en fait un acteur incontournable pour comprendre le monde et ses grands enjeux liés à l'urbanisation, à la croissance démographique et au changement climatique.

    À travers une série d'entretiens, Bruno Lafont nous aide, par son expérience concrète, à mieux comprendre comment une entreprise mondiale fait face. Convaincu que demain les entreprises et les villes joueront toujours un rôle considérable aux côtés des États, il affirme que « pour la croissance et pour les emplois dans le monde, il faut mieux relier climat et économie, climat et énergie, croissance et compétitivité. Ne traiter qu'une partie de ces enjeux créera de profonds déséquilibres ».

    Préface de Thierry Montbrial.

empty