Langue française

  • "Commençons, donc, par les coupelles de glace, qu'elle rapporta de la salle à manger à l'étroite cuisine un dimanche soir, alors que la famille, rassasiée, était encore assise autour de la table recouverte d'une nappe en dentelle et que la fumée de la cigarette de son père commençait tout juste à se diffuser dans l'air encore riche de l'odeur du rôti, des pommes de terre sautées, des navets, des carottes et des haricots verts, des biscuits et du parfum que sa mère et ses soeurs ne mettaient que le dimanche."

  • Le lendemain de l'élection, encore abasourdis et ressentant le besoin d'être entourés, Ellie et moi invitâmes nos vieux amis les Schuulman et les Miller à boire un verre et à dîner le soir même. Nous étions voisins et amis depuis l'époque où nous avions commencé à travailler à l'université. Tous du même âge ou presque, nous avions été engagés, titularisés et promus en même temps, et nous avions acheté nos maisons, ici dans le district de Sam Hughes, à peu près au même moment. Si bien que l'heure de la retraite avait sonné simultanément pour tous. Je suppose qu'Ellie et moi étions convaincus que les choses continueraient ainsi - un groupe de parents n'ayant plus d'enfants à charge s'invitant les uns chez les autres, à l'improviste, dans leurs patios respectifs, vieillissant tranquillement, espérions-nous, après avoir surmonté les grands défis de la vie, et même si les derniers se profilaient à l'horizon, ils étaient encore relativement éloignés.

  • Faut-il traduire les coquilles, les erreurs, les incohérences d'un texte ? Doit-on être fidèle aux mots de l'auteur ou à ses idées ? Sait-on être père ou apprend-on à le devenir ? Les allergies et les névroses sont-elles héréditaires ? La fin de la littérature est-elle l'utilité ou bien la beauté ?
    Ces questions taraudent Eduardo Halfon alors qu'il traduit l'oeuvre du poète et romancier William Carlos Williams et que la naissance de son fils approche.
    À l'image de Williams qui s'adressait à son père lorsqu'il rencontrait un problème littéraire, Halfon se confie à son fils. "Je me demande, Leo, s'il n'y aurait pas un point commun entre le processus par lequel on se transforme en père et celui par lequel on se fait traducteur ; entre le fait d'imaginer comment notre enfant devient peu à peu notre enfant, et celui d'imaginer comment les mots d'un autre deviennent progressivement les nôtres."
    Nouvelle inédite en France, Halfon, Boy est le récit infiniment tendre et poétique d'un questionnement que l'écrivain, en parlant à son fils, s'adresse à lui-même.

  • Los Angeles

    Emma Cline

    Alice rêve d'être actrice, comme la moitié des filles de Los Angeles. Elle occupe une chambre sordide qu'elle paie en vendant des vêtements de mauvaise qualité pour une marque de prêt-à-porter. Lorsque sa mère cesse de financer ses cours de théâtre, Alice panique. Elle se souvient que sa jeune collègue, Oona, lui a parlé en riant des types qu'elle rencontre sur internet et à qui elle vend ses petites culottes. Ce qui avait profondément choqué Alice devient une possibilité, supportable, inoffensive. Après tout, que pourrait-il lui arriver ?
    La nouvelle d'Emma Cline envoûte et saisit par sa précision tranchante et sa singulière perspicacité. Los Angeles est le portrait indélébile d'une ville mythifiée qui dévore les rêves des filles, les abandonnant abîmées, désenchantées et éperdument seules.

empty