Robert Laffont

  • Liza a été la star du groupe Blue Hallway, qui connut un triomphe mondial dans les années 1970. Son passé tumultueux, les anciens scandales de son groupe, le monde fiévreux et souterrain du rock ressurgissent brutalement à la veille de son retour.
    Une photo de James Dean est glissée sous sa porte, une tunique indienne à l'odeur de patchouli arrive par la poste, une enveloppe contenant du verre brisé se retrouve dans son réfrigirateur, une photo d'elle couverte de sang frais au fond de son sac, un couple, la nuit, dans une ruelle de New York lui casse un doigt " pour qu'elle se souvienne "... Quelqu'un veut lui faire payer sa vie sulfureuse. Est-ce Mitsy, son amie inséparable qui a fait fortune sur son dos ? Lieber, le bassiste, son ex-mari qu'elle a tant bafoué ? Spike, le batteur de génie qui ne l'a jamais trahie ? Ou son producteur, Brickmann, prêt à tout pour que les médias parlent du groupe ?
    Entre Londres et New York, une course à la poursuite d'un fantôme s'engage, au rythme d'un morceau de rock où le gin tonic se mêle au suspense et à l'humour. Coup d'essai, coup de maître : pour son premier roman, Alexandra Julhiet a écrit un de ces thrillers psychologiques qu'on ne peut pas lâcher, digne des meilleurs du genre.


  • Tourterelle aime l'exaltation infinie du plaisir...

    Tourterelle ne vit que pour et par le désir, car que vaut le plaisir sans l'extrême exaltation du désir ? Entre phantasmes et réalité, elle arpente tous les territoires de la vie: le sexe, les livres, les peintures, la maternité, les villes anciennes et les montagnes à l'absolue virginité. Amoureuse d'un poète qui se refuse à elle, elle se livre à une quête inlassable de sensations extrêmes qui, d'une manière paradoxale, pourraient la rapprocher de cet homme. L'oeil aux aguets, le corps enflammé, elle arpente le vieux Paris, dont les pierres lui racontent toutes de multiples histoires, elle part pour de longues marches en solitaire dans les Pyrénées. Là, perdue au milieu des montagnes, luttant contre le froid, la fatigue, la peur, elle atteint au sentiment du divin et à une réconciliation avec elle-même.Cette réconciliation, un jeune homme l'a, dans l'ombre, accompagnée pas à pas. Il s'appelle Libreto, il est le voisin du poète. Guidant Tourterelle, il l'a, à sa manière tranquille, aidée à allier désir et sentiment amoureux: l'un tout de mouvements et de secousses, l'autre tout de profondeurs fécondes. Ainsi, Tourterelle rejoint les eaux calmes de l'amour partagé, laissant - pour un temps au moins - les flux et reflux du désir inassouvi derrière elle.
    Alina Reyes, connue pour ses textes érotiques, écrit ici un roman inattendu où, autant que le sexe des hommes, le sentiment de la nature exalte le désir amoureux. Dans une langue d'une rare richesse, où les poèmes lyriques côtoient les lettres érotiques et les descriptions de paysages, elle célèbre la beauté de la vie et la gloire des corps.


  • Étonnante période de notre histoire, où le faste et la licence s'opposent à la misère du peuple et aux ravages de la guerre: le roman de la Régence.

    De 1715 à 1723, la France a été gouvernée par Philippe d'Orléans, régent du jeune Louis XV. Pour les uns, c'était un débauché, un libertin qui n'a pensé qu'à assouvir ses plaisirs avec la complicité de son âme damnée, l'abbé Dubois. Pour d'autres, un travailleur acharné, épris de liberté et amoureux des arts qui a su comprendre les bouleversements profonds qui agitaient la société de son temps. Il a incontestablement laissé au jeune Louis XV un pays dans un meilleur état que celui où il l'avait trouvé.Pour raconter cette période très étonnante de l'histoire de France, Michel Peyramaure suit le destin d'un jeune provincial, Étienne Maillard, qui se trouve entraîner dans le sillage de la vie tumultueuse de son ami d'enfance, l'abbé Dubois. S'il a participé sans vergogne aux pires turpitudes de son maître, le Régent, Dubois a été aussi un remarquable connaisseur de la politique de son temps et un inlassable serviteur des intérêts du royaume à travers toute l'Europe. Dans le regard du jeune Étienne Maillard, la petite et la grande Histoire se rejoignent dans une fresque somptueuse...On retrouve toute la verve de conteur et le talent de peintre inspiré de Michel Peyramaure dans ce deuxième volume de la trilogie qu'il consacre à l'histoire de l'Ancien Régime.

  • Satisfaction

    Alina Reyès


    Ils sont jeunes, beaux et amoureux... mais ils ne font plus l'amour. Une poupée de silicone grandeur nature va bouleverser leur relation.

    Ils s'appellent Babe et Bobby. Ils sont jeunes, beaux, et ils s'aiment. Pourtant, leurs nuits manquent de fantaisie. Aussitôt couchée, Babe s'endort d'un sommeil apathique provoqué par les barbituriques, quant à Bobby...Une nuit, Babe est brutalement tirée de son sommeil artificiel comme par un cauchemar. Un curieux feulement, entre soupir humain et cri de bête, la pousse à descendre à l'étage en dessous. Le bruit vient de la cave. Babe décide d'aller observer ce qui s'y passe par le soupirail du jardin. De là, elle voit Bobby en train de pénétrer de toutes les façons imaginables une grande brune allongée nue sur le capot de sa Cadillac rose. Le désir si longtemps oublié monte en elle...Le lendemain, dans le coffre de la Cadillac, elle découvre la dulcinée de son mari : Carmen, une poupée de silicone, grandeur nature, avec une peau douce au toucher et un corps souple qui invite à l'amour. Babe s'y laisse prendre et quand Bobby rentre chez lui, il découvre ses deux femmes enroulées, nues, dans la même couverture.Dès lors, la maison du bonheur est en proie aux bouleversements du désir. Babe se découvre une passion pour Carmen, et une propension à la domination : elle impose à Bobby de lui faire l'amour uniquement via le corps de la poupée tout en prenant elle-même son plaisir dans la bouche de Carmen. Le désordre s'introduit dans la vie quotidienne de Babe et Bobby: elle ne va plus au travail, elle est obsédée par le sexe et lui de moins en moins sûr de sa virilité. Alors se pose la question: leur faut-il se débarrasser de Carmen, et comment ?
    Alina Reyes s'est inspirée de la réalité pour écrire cette histoire : ces poupées que l'on fait réaliser sur commande sont disponibles sur Internet. Leur ressemblance avec la personne humaine est plus que troublante !


  • Impudiques et candides, ces carnets intimes de Rrose livrent la vérité nue des goûts, de la mécanique d'une femme, et de ses huit amours.

    Après le succès de La Septième Nuit, Alina Reyes dévoile ses nouveaux secrets d'amour. Appelant son sexe Rrose, elle célèbre la jouissance féminine tout autant que le corps masculin, source de plaisirs infinis. Elle nous livre quelques-unes des recettes qui l'amènent à la jouissance et font de sa vie une célébration sexuelle de tous les instants.
    Le Carnet de Rrose, impudique et candide, confirme la place majeure d'Alina Reyes dans la littérature érotique contemporaine. Ce petit livre élégant, bel objet discret, renferme des confessions intimes d'une sexualité torride. Pouvant être lues à tout moment, elles séduiront les amateurs d'une littérature toujours plus osée.


  • Je l'ai appelé par son nom, il s'est avancé, a entièrement ouvert le lit, m'a demandé de m'y coucher. J'ai essayé de l'entraîner avec moi sur le drap, mais il ne m'a pas laissée le toucher. "Demain, a-t-il dit. La première nuit, il ne faut pas se toucher..."

    Une femme et un homme passent ensemble sept nuits d'amour, durant lesquelles ils multiplient les jeux sexuels pour mieux attiser leur désir. La première nuit, c'est uniquement par le regard qu'ils doivent s'aimer. Les nuits suivantes, dans une savante orchestration, le désir est mené à son paroxysme, jusqu'aux limites de la jouissance. Puis vient la septième nuit, ultime pirouette pour qu'exulte, encore et toujours, le désir.
    Alina Reyes est l'un des plus importants auteurs contemporains de littérature érotique. Écrit avec élégance, ce roman célèbre les joyeuses inventions de l'amour.

  • En 1954, Vincent Lerouge a vingt ans lorsqu'il est nommé instituteur suppléant à Mondonat, petite commune du Périgord noir. Venu là pour quinze jour, il y demeurera onze ans. Le temps pour lui de découvrir toutes les misères et les joies d'un métier difficile -; c'est encore le temps de la classe unique au milieu d'une population méfiante ; et les haines et les mystères d'une communauté fermée, qui refuse à l'étranger le droit de s'intéresser au drame qui, vingt ans plutôt -; le soir du vent fou -;, l'a secouée : l'incendie d'une ferme au cours duquel un homme a trouvé la mort. C'est pourtant à l'élucidation du crime que Vincent s'attache ; il lui faudra bien des années, des circonstances exceptionnelles et la complicité de certains pour y parvenir...
    Au-delà de cette intrigue, ce qui fait la richesse de la beauté de ce roman, c'est la vie même du village, de saison en saison, et tout ses personnages : les gamins, leurs parents, les paysans, le petit seigneur local, le curé, les collègues des communes voisines -; tous vivants, attachants, qu'ils soient butés, madrés, intelligents, tendres ou cruels. Tout un monde parcouru de passions inavouées.
    La richesse et la beauté viennent aussi de l'écriture, vive, forte et colorée, et pleine d'heureuse surprises ? originale comme l'histoire même qu'elle raconte.


  • Thriller historico-religieux, La Lance de la destinée pousse la logique romanesque à son comble pour mieux interroger les dangers de la manipulation génétique. Les hommes sauront-ils résister au rêve de toute puissance sans se perdre eux-mêmes ?

    Megiddo, 2006. Sur le lieu biblique de l'Apocalypse, une équipe d'archéologues est sauvagement assassinée. Le trésor de leur découverte, la Lance qui perça jadis le flanc du Christ au Golgotha, a disparu... Judith Guillemarche, spécialiste de la chrétienté et conseillère spéciale auprès du Vatican, est mandatée par le nouveau pape Leonardo Spinelli di Rosace pour faire la lumière sur cette affaire. De la bibliothèque d'Alexandrie au monastère de Sainte-Catherine, des souks du Caire aux arcanes du Vatican, Judith découvre le projet insensé qui se dissimule derrière l'opération de Meggido. Membres d'une organisation secrète, des généticiens en rupture de ban tentent, grâce aux prodiges de la technologie contemporaine, de réaliser l'impensable : ils veulent ressusciter le Messie...


  • Yves Viollier, avec l'honnêteté et la sensibilité qu'on lui connaît, poursuit le portrait vivant de sa Vendée.

    Accrochés à leur Petite Église comme le chêne de leur bocage à son talus, ils sont encore quelques centaines à vivre et à pratiquer selon les traditions antérieures au Concordat. Ils n'ignorent pas qu'ils forment un îlot sans cesse menacé, que les gens tout autour vivent autrement. Le mariage est le ciment qui soude leur communauté, la fidélité leur orgueil. Ils n'ont pas connu un divorce depuis deux cents ans. Aussi, quand Danièle, la fille de l'un des principaux responsables de la dissidence, quitte sa maison, son mari, ses enfants, l'émotion est considérable. Toute la tribu va se mobiliser pour la retrouver et la ramener. En se demandant si la Petite Église ne vit pas le commencement de la fin.
    Naturellement, cela se passe en Vendée.


  • Iconoclaste, émouvante et burlesque, cette histoire est une magnifique leçon de vie.

    1919, la paix est revenue. Pas les hommes, morts dans les tranchées et qui laissent derrière eux une armée de veuves et de filles "à marier". D'abord livrées à elles-mêmes, puis solidaires, elles vont prendre conscience de leur valeur, de leur droit à l'égalité citoyenne, à la liberté de disposer de leur corps. Un vent de liberté et de modernité souffle enfin dans le petit village de Saint-Roch. Puisqu'il n'y a plus d'hommes au village, Cécile, l'héroïne de L'Orange de Noël, désormais veuve, prend l'initiative extraordinaire d'organiser un grand bal où seront invités tous les célibataires de la région. Avec un seul objectif : faire se rencontrer hommes et femmes, vaincre la solitude et le chagrin, que les couples se fassent et que la vie reprenne ses droits!

  • Depuis vingt-cinq ans, Patrick Cauvin passe tous ses étés dans une bâtisse de tuffeau et d'ardoise, en pays troglodytique, entre Angers et Saumur. Un parc, des grottes, des fantômes : l'achat de l'immense maison fut d'abord un grand moment de panique. Puis, au fil des étés, le lieu a vécu, les amis s'y sont succédé, sont revenus. On y a beaucoup mangé, bu, écouté, chanté, discuté... Patrick Cauvin nous raconte avec plaisir ses balades à vélo à travers le Maine-et-Loire, la douceur des matins, l'amitié des voisins, les vignobles de l'Anjou, les châteaux tout proches.
    Patrick Cauvin écrit ici son récit le plus intime... Un livre pour transmettre la joie, les rires, l'amitié, les souvenirs du bonheur, imprégné de la fameuse douceur angevine.


  • Paris, 1871. Qui est Claudio José Domingo Brindis de Salas, ce violoniste dont le nom est sur toutes les lèvres ?

    Qui est ce jeune prodige de dix-neuf ans dont les plus grands maîtres du Conservatoire disent qu'ils n'ont rien à lui apprendre ? Que sait-on de lui ? Rien, ou presque, sinon qu'il vient de la lointaine Cuba, qu'il est déjà l'égal du grand Paganini, et qu'en plus il est noir comme l'ébène...En cet automne 1871, Brindis triomphe. On se presse à ses concerts, il est applaudi, acclamé, adulé. Il devient, du jour au lendemain, une légende et la coqueluche de toute l'Europe. Chevalier de la Légion d'honneur, Baron de l'Empire allemand, il épouse une noble Prussienne. Couvert de gloire et d'honneurs, il a atteint le sommet. Et pourtant, quelques décennies plus tard, c'est un homme brisé, ruiné, à moitié aveugle et oublié de tous qui débarquera anonymement à Buenos Aires pour mourir dans une pension misérable... Brindis a emporté sa vérité dans la tombe. Trois personnes qui ont été ses intimes cherchent à renouer le fil brisé de la mémoire. Trois témoins de ses heures les plus belles - et les plus sombres.
    Eduardo Manet retrouve ici les thèmes qui lui sont chers et qui ont fait le succès de ses précédents romans : l'exil, le mystère de la création et l'amour, et il les renouvelle entièrement en s'appropriant librement la figure romanesque du "Maestro" Brindis de Salas, un être d'exception aux prises avec son génie et déchiré entre ses différentes identités.


  • De 1956 à 1974, sur fond de Trente Glorieuses et de déclin industriel annoncé, Martine Marie Muller nous invite à plonger au coeur d'un monde parfois rude et âpre, toujours humain et généreux, celui des dockers du Havre.

    Débarqué au Havre, non loin du quai des Amériques, un soir de l'hiver 1956, un jeune homme intrigant et fragile se porte au secours d'un père de famille molesté lors d'une rixe entre dockers. Le jeune Jean-Marie Lambert est alors accueilli à bras ouverts par une formidable famille de dockers qui le considère rapidement, lui l'étranger, comme son propre enfant. Auprès de Gusto, le tonitruant père communiste, l'homme qu'il a secouru, de Gigi, l'énergique mère catholique, de leurs trois fils Grand-Mât, Ti-Pain et Mayeul, et de la petite dernière - la merveilleuse Lilo -, Jean-Marie ne tarde pas à trouver sa place au sein de la tribu Hauchecorne. Avec eux, il éprouvera dans sa chair et au quotidien les joies et les souffrances des dockers. Mais au grand dam de Lilo, Jean-Marie Lambert n'est pas un docker comme les autres. C'est un prêtre ouvrier...
    Au-delà de la saga familiale enlevée, ce livre gai, sensible et émouvant nous fait partager les espérances folles ou sages, les colères et les luttes, les illusions perdues aussi de tous ceux - hommes et femmes dignes et jamais résignés - qui n'acceptent de vivre autrement que debout.

  • " Ils ont osé ! " C'est le cri qu'arrache à Urbain l'annonce de son licenciement de la société dont il dirigeait les services financiers. Belle situation, appartement boulevard de La Tour-Maubourg, BMW, une femme charmante, deux grands garçons -; et puis soudain, la chute, la honte... Il fuit, il se fuit, abandonnant Vincent et Julien à leurs faiblesses et aux pires tentations, Martine à sa solitude et au désespoir.
    Il s'est arrêté, presque par hasard, à Clermont-Ferrand. Pour survivre, il a accepté un très modeste emploi. Il semble s'être détaché de sa vie antérieure. Mais la réalité le rejoint : Julien, le plus jeune de ses fils, qui a failli sombrer à Paris, lui tombe sur les bras. Il doit faire face, chercher une issue pour le gosse, relever enfin avec lui le défi de la mort...
    Voici un roman d'aujourd'hui. Urbain, MArtine, Vincent, Julien et les autres, nous les connaissons, nous les côtoyons, sans savoir, sans vouloir savoir ce qu'ils vivent. Leur histoire tient en une année. C'est parfois long, une année.
    Mais que viennent faire les coquelicots là-dedans ? C'st un tableau, peint par un vieil original de Clermont : dans un champ de coqulicots éclatants, en filigrane, le pur visage d'une jeune fille. Image d'amour et de renouveau.


  • Limoges et la vallée de la Vienne, 1847-1848...

    Maxime revient de la guerre, après sept ans de misères et d'horreurs dans l'Algérie pacifiée par Bugeaud. Il veut retrouver Julie, sa jeune femme passionnément aimée, jamais revue. Ses parents lui ont dit qu'elle était morte, mais c'est faux : elle s'est enfuie de la ferme familiale, enlevée par un aventurier, chef d'une bande de naveteaux, maîtres redoutés des bois flottés qui dévalent la Vienne vers Limoges.
    La société brutale des naveteaux, un combat singulier, une jacquerie, les bas-fonds de Limoges, la prison, la révolution de 1848 dans la ville ouvrière que l'on dira bientôt "la Rouge", l'amitié d'un gamin merveilleux, nommé Fendu, frère limousin de Gavroche, mèneront Maxime jusqu'à Julie retrouvée.
    Un roman d'aventures, la recréation d'une époque passionnée, généreuse et furieuse - quand la révolution naissait de la misère - l'histoire d'un grand amour, tel est Julie de bonne espérance, qui révèle un visage neuf de l'auteur des Moissons délaissées.

  • Une ardente aventure amoureuse contée avec une verve entraînante, mais également une évocation très colorée de notre VIIIe siècle, lorsque guerriers de Pépin le Bef et combattants arabes ravageaient le sud du pays. Tout le récit, riche de batailles et de chevauchées, a le nerveux découpage d'un western, mais attention ! Michel Peyramaure sait sa langue et par un style élégant, il donne à ces pages leur véritable dignité littéraire.


  • Que se passe-t-il derrière la porte de nos voisins ?
    Qui sont vraiment ces gens que l'on croise tous les jours dans sa cage d'escalier ?
    Et de quoi sont-ils capables quand on leur déclare la guerre ?

    Paris. 5, impasse de l'Amiral-du-Cheigny-du-Coët, dans le quinzième "chic". Ici, tout respire l'aisance et la tranquillité. Jusqu'à ce que l'immeuble soit racheté par un nouveau propriétaire. Bras armé d'une puissante société immobilière, un homme se présente alors aux locataires. Après quelques jours, ce personnage menaçant à la carrure de déménageur et à la rhétorique persuasive en sait assez long sur chacun pour le mettre à la rue. Pervers et violent, l'individu se félicite presque d'avoir affaire à un ramassis de tordus faciles à déloger. Il est loin d'imaginer à quelle meurtrière extrémité le mènera cette aventure...
    Irrésistible galerie de portraits, satire au vitriol d'un certain milieu confit dans la suffisance, gangrené par l'argent et obsédé par le sexe, Les Locataires est avant tout un thriller à rebondissements.

  • Chef des services secrets de la curie romaine, Francesco Stranieri a mis son intelligence redoutable et son goût immodéré pour l'action au service de son ami de jeunesse, Innocent III. L'espion du pape est connu et craint de toutes les cours européennes.
    En 1207, Innocent III, préoccupé par les troubles qui agitent le Sud de la France, décide de dépêcher son émissaire spécial en pays cathare, où la révolte gronde. Sa mission, aussi délicate que périlleuse : tout faire pour éviter le déclenchement d'une croisade entre chrétiens.
    Stranieri débarque incognito dans le comté de Toulouse en compagnie de son acolyte frère Yong, un jeune Chinois muet, expert en arts martiaux et en explosifs. Travesti tantôt en moine, tantôt en troubadour, tantôt en marchand, l'espion du pape parvient à s'introduire à la fois dans le camp des hérétiques et dans celui des catholiques les plus enragés. Réussira-t-il à endiguer le flot des passions humaines qui menace de submerger l'une des régions les plus douces d'Europe ?
    Décryptage subtil des enjeux politiques et religieux, rebondissements permanents et humour forment le cocktail détonant de ce grand roman d'espionnage.


  • La saga des Kergalin, une famille bretonne traversant tout le vingtième siècle.

    1914. Appelés sous les drapeaux, les hommes de la famille Kergalin sont arrachés à leur maison et à leur Bretagne natales. Ils reviendront blessés ou traumatisés et, désormais, pour eux comme pour les femmes qui ont dû s'organiser en leur absence, "rien ne sera plus comme avant '...
    Vaste fresque éclairant notre temps, D'un autre monde fait vivre plusieurs générations emportées dans le siècle par les grondements de l'histoire. Affrontant le fracas des guerres et les assauts de la modernité, héros ou lâches, tour à tour jouets et maîtres de leur destin, les Kergalin nous touchent, comme s'ils étaient les membres de notre propre famille.


  • Le destin d'une femme volontaire et passionnée, au Grand Siècle de Louis XIV.

    Althéa, orpheline, est élevée par les époux Fouquet. Nicolas Fouquet, alors surintendant des Finances de Louis XIV, est l'homme le plus riche et le plus influent du royaume. L'enfant grandit à Vaux-le-Vicomte, entourée de tous les artistes et hommes de lettres que compte le siècle. Le point culminant de cette existence heureuse et raffinée sera la fête que donne Fouquet en l'honneur du Roi au cours du mois d'août 1661. Ce dernier s'offusque de tant de munificence et fait arrêter son ministre. Alors commence pour celui-ci la descente aux enfers : un procès honteux et la réclusion à perpétuité. Althéa, devenue une femme, tente alors le tout pour le tout afin de faire libérer son père adoptif, aidée en cela de Mergenteuil, dont elle est éprise. Ordre des Templiers ou secret du Masque de fer. Ils découvrent ensemble la trame d'un vaste complot...


  • " Elle a joué tapis sans même l'avoir embrassé. Toute sa vie sur la table et elle ne connaissait alors de cet homme que deux grandes mains, une chaleur, une voix. "

    Il vient du bout du monde, il n'a pas de diplôme, pas d'argent, pas d'attaches.
    Elle est le fruit d'une éducation d'un autre âge, elle a une famille parfaite, un métier exigeant, un carcan de certitudes.
    Il s'oublie dans le corps des femmes.
    Elle se fuit dans les mots.
    Depuis l'enfance, ils se cherchent.
    Ils s'accrochent l'un à l'autre.
    Ensemble ils tombent au fond du puits.


  • Empruntant avec brio au genre épistolaire du XVIIIe tout autant qu'au langage contemporain, entrelaçant époques et personnages, L'Almanach des vertiges questionne le sens et la fonction de la création artistique.

    PRAGUE, automne 1787.
    Casanova, parvenu au seuil de la vieillesse, éblouit les salons et commence l'édition de ses Mémoires. Au même instant, Mozart achève la création de Don Giovanni. Hanté par la mort et la désaffection des Viennois envers sa musique, il transforme l'opéra-bouffe en drame de la faute et de la rédemption. Casanova est ulcéré par cette vision noire du mythe de Don Juan.
    PRAGUE, automne 2006, année Mozart.
    Venue passer une semaine d'amour à Prague, Juliette est aussitôt délaissée par son nouvel amant, Franz. L'apaisement et la réconciliation avec elle-même lui viendront d'Angus, un curieux personnage qui semble si bien connaître les détails de l'affrontement entre Casanova et Mozart qu'on pourrait croire qu'il l'a vécu. L'anecdote de la rencontre de Casanova et Mozart a excité, depuis l'origine, l'imagination des historiens et des romanciers.


  • Le portrait sensible et contrasté d'une figure majeure de la période révolutionnaire

    Fille naturelle du marquis de Pompignan, fameux opposant à Voltaire, Marie Gouze - qui se fait appeler Olympe de Gouges - décide de quitter Montauban pour " monter " à la capitale, où elle devient bientôt lamaîtresse du richissime duc d'Orléans. Elle s'essaie aussi à l'écriture, mais la reconnaissance de ses pièces de théâtre aux accents militants tarde à venir... Au côté de son amie Théroigne de Méricourt et des amazones comme au sein de la Société des amis des Noirs, Olympe s'efforce inlassablement d'éveiller les consciences et de braver les préjugés. En témoigne notamment Zamore et Mirza, pièce favorable à l'abolition de l'esclavage. " La femme, qui a le droit de monter à l'échafaud, devrait aussi avoir celui de monter à la tribune ", prophétise-t-elle dans sa célèbre Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, quelques mois avant d'être à son tour emportée par la guillotine, victime de son audace et de sa détermination à faire triompher ses idées.
    Après La Reine de Paris, le roman de Madame Tallien, Michel Peyramaure livre le portrait sensible et contrasté d'une autre figure majeure de la période révolutionnaire - féministe avant l'heure, au rôle et à l'influence longtemps sous-estimés par l'historiographie. La verve, l'ardeur, la farouche résolution de cet " Ange de la paix " sont ici restituées avec un inégalable talent de conteur.


  • Fin connaisseur de la Révolution Française, Michel Peyramaure, plus que jamais maître de son art, nous livre un portrait admirable de Mme Tallien, personnage attachant, aussi haut en couleur qu'insaisissable.

    " Quel roman que ma vie ! " confiait Mme Tallien au crépuscule de sa vie. D'un château l'autre - de celui de sa naissance en 1773, près de Madrid, à celui du Hainaut, où elle finit ses jours en 1835 -, cette beauté brune espagnole, née Thérésa Cabarrus, fascine tous ceux qui croisent sa route.
    Elle n'a que quatorze ans lorsqu'elle épouse un aristocrate, qui la présente à la cour de Louis XVI. Mais, au grand dam de son époux, elle prend fait et cause pour les idées nouvelles au moment où éclate la Révolution. Plus tard, sous le Directoire, elle se retrouve au premier rang des " merveilleuses ", jeunes femmes élégantes qui révolutionnent la mode et les usages. Régnant en maîtresse sur la société de son temps, elle est désignée " Reine de Paris ".

empty