Parascolaire

  • Ce livre a deux ambitions :- expliquer aux parents comment l'école s'y prend pour enseigner la lecture à leurs enfants au cours préparatoire ;- aider les enseignants à dialoguer avec les familles en rendant plus compréhensibles leurs pratiques pédagogiques.Les auteurs s'attachent à décrire la diversité des pratiques mises en oeuvre dans les classes en abordant toutes les composantes de l'enseignement de la langue écrite. Pour dépasser les oppositions simplistes de méthodes, ils comparent et expliquent les choix contrastés que les maîtres opèrent dans le respect des programmes nationaux.Sans jargon, ils rendent compte de la complexité d'un apprentissage qui s'avère délicat pour une partie des élèves quand l'école ne joue pas pleinement son rôle.Soucieux de sortir des polèmiques qui ont crée une grande confusion et accru l'inquiétude de tous, ils redonnent confiance dans le travail des enseignants en le rendant plus transparent.En fin d'ouvrage, ils donnent des conseils concrets aux parents soucieux d'accompagner leur enfant dans cet apprentissage.

  • Cet ouvrage vise à expliciter pourquoi il faut viser d'emblée le calcul et non le comptage à l'école. Le comptage enferme l'enfant dans des activités langagières qui l'éloignent de la compréhension des nombres et de leur signification arithmétique.

    Entre 1970 et 1986, la méfiance vis à vis de la notion de comptage était telle que tout apprentissage numérique était banni des écoles maternelles et du CP ; et pourtant, arrivés en CM2, ces élèves calculaient bien mieux que ceux d'aujourd'hui qui apprennent à compter dès la PS de maternelle. Une recherche de la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance), comparant les performances en calcul en 1987 et 2007, en donne la preuve.Ce paradoxe s'explique : la notion de comptage vient des Etats-Unis, où le mot " calcul " n'a pas d'équivalent en anglais. Or, s'appuyant sur les recherches développées en langue anglaise, sans tenir compte des aspects langagiers et didactiques, l'école a importé la culture pédagogique des Etats-Unis avec les conséquences qu'on constate aujourd'hui. Ce livre fait le point sur toutes ces questions. Il présente les notions clés qu'il faut connaître pour favoriser les progrès en mathématiques. Il offre également des propositions d'activités pédagogiques favorisant le calcul mental et la résolution de problèmes arithmétiques.

  • La version numérique d' Enseigner l'histoire à l'école est un ouvrage de synthèse qui interroge les finalités et les enjeux de cet enseignement et propose d'en revisiter les dispositifs et les méthodes. Pourquoi autant de débats sur l'enseignement de l'histoire à l'école élémentaire ? Pourquoi cette matière est-elle si importante pour les enseignants, pour les élèves mais aussi pour les parents ? "
    On n'enseigne plus l'histoire aux enfants aujourd'hui ! "
    "
    Nos élèves ne connaissent plus les grandes figures ni les grandes dates qui ont marqué l'histoire de la France... "
    Qui de nous n'a jamais entendu ces affirmations ?
    Mais qu'en est-il réellement ?
    Que font et comment font les enseignants dans leur classe ? Quel est le sens de cet enseignement ?
    Car là est bien le point crucial : pourquoi interroger le passé et l'histoire, aujourd'hui, à l'école française ?
    Pour former le citoyen ? Pour "
    faire aimer " la France ? Ou pour donner donner du sens au monde qui nous entoure ?
    Comment faire sentir les urgences du passé dans les questions actuelles qui taraudent
    la société : les sujets "
    sensibles ", les faits religieux, les valeurs de la République... ?
    En tant qu'enseignant, comment faire pour donner goût et interroger le passé afin de faire sens aujourd'hui
    L'auteur,
    Benoit Falaize, pose la question de la légitimité de cet enseignement et de ses contenus en montrant son évolution dans le temps à travers quelques zooms issus de la période contemporaine (par exemple : enseigner la Révolution française en Vendée au début du XXe siècle ou la Shoah de nos jours).
    Il livre une analyse des pratiques actuelles des enseignants dans les classes, et propose des pistes pédagogiques pour que l'enseignement de l'histoire soit vivant, qu'il développe la curiosité et permette de construire le sens des événements.
    Ce petit ouvrage de synthèse est un vibrant plaidoyer pour une histoire incarnée et vivante, qui fera sens auprès des élèves.
    Dans une collection centrée sur des problématiques d'apprentissage,
    Savoirs pratiques éducation, un ouvrage qui met en perspective l'enseignement d'une matière, l'histoire, qui ne laisse personne indifférent.

  • Un ouvrage, ici dans sa version Epub, qui, à travers une analyse distanciée et sereine des préconisations peut éclairer et rassurer les enseignants sur l'impact réel de ces rectifications orthographiques sur l'apprentissage de leurs élèves. Dans un contexte qui favorise la polémique à ce sujet, cet ouvrage n'a pas pour objectif de prendre parti pour ou contre les rectifications orthographiques. Il se donne pour ambition d'expliquer les différents aspects que l'on trouve dans les préconisations - qui ne revêtent pas de caractère obligatoire pour le francophone lambda - et d'en montrer les justifications ainsi que les bienfaits pour l'apprentissage des élèves. Pour ce faire, l'ouvrage prend appui sur les résultats d'une étude menée auprès d'enfants scolarisés à l'école primaire en France et au Canada et en commente les résultats. Ainsi, sur les 136 mots touchés par ces propositions (sur les 12000 issus de EOLE) et testés auprès des élèves, 23 peuvent être considérés comme acquis en fin de primaire avec l'orthographe rectifiée, alors qu'ils ne l'étaient pas dans l'enquête passée peu avant l'an 2000 et ayant pour référence " l'orthographe d'avant "... Après un rappel des différentes réformes orthographiques, l'ouvrage reprend en détail les changements essentiels en expliquant le raisonnement et en montrant qu'ils peuvent contribuer à l'obtention de meilleurs résultats dans l'acquisition de l'orthographe auprès des élèves du CP au CM2.

  • Exaspéré par le retour sur la scène d'une querelle totalement dépassée, l'auteur, un instituteur aguerri, avec quatre décennies d'expérience professionnelle dans la besace, a eu la bonne idée de prendre sa plume allègre pour expliquer de l'intérieur, avec clarté et simplicité, ce qu'il en est de la lecture au CP. Cela donne un petit ouvrage qui se dévore avec allégresse.Son petit voyage organisé commence par la syllabe et les pièges redoutables qu'elle tend à l'enfant au point qu'il paraît bien imprudent de lui réserver la place de modèle à suivre aveuglément ; il se poursuit par une comparaison entre les méthodes, les mixtes au départ global et les syllabiques. D'un côté une combinaison d'approches travaillant et le code alphabétique et la compréhension de textes et l'écriture ; de l'autre, un enfermement archaïque dans des exercices qui condamnent les plus lents à un ânonnement dangereux.Alors, globale ou syllabique ? Réponse : mixte !

  • La violence scolaire est un thème d'une brûlante actualité. Elle est la résultante d'une violence généralisée qui se manifeste de différentes façons dans notre société : violences familiales et relationnelles, violences des médias, violences professionnelles et économiques, violences politiques... Aussi, tout le monde est concerné. Ce livre aborde la violence scolaire sous l'angle relationnel. Il s'adresse à tous ceux qui, dans les établissements, travaillent, étudient, apportent leur aide, participent à des actions contre la violence en espérant qu'elles auront des répercussions positives à l'extérieur des établissements.
    L'ouvrage propose de mettre à jour les conséquences directes et indirectes, visibles et sournoises de la violence sur les personnes, les groupes, les établissements afin de contrebalancer ces effets par des attitudes et des conduites appropriées, des actions spécifiques. Les lecteurs trouveront tout au long du livre des méthodes, des outils, des compétences, des savoir-être et des savoir-faire déjà expérimentés dans de nombreux établissements et ayant montré leur efficacité.
    La violence, celle qui détruit ou cherche à détruire, est et demeure inacceptable, quelles que soient les causes à l'origine de l'acte violent. Mais la qualification morale, normative, sociale et juridique de ces faits ne doit pas cantonner la démarche de traitement dans le registre privilégié de la répression par le biais de la sanction.
    La prise en charge de la violence doit être diversifiée, en proposant des réponses multiples à des niveaux différents. Elle est l'aboutissement d'une réflexion, d'un apprentissage, d'un désir de répondre autrement et avec d'autres. Elle consiste, d'abord et avant tout, à poser des actes éducatifs qui participeront, de près ou de loin, à l'étayage et à la construction psychique et sociale des enfants et des adolescents.

  • L'orthographe française au XVIIe siècle était d'une telle difficulté qu'il était pratiquement impossible d'apprendre à lire en français sans commencer par le latin.
    La pression que les maîtres ont exercée a été à l'origine des simplifications et des régularisations orthographiques qui se sont poursuivies jusqu'en 1835, permettant l'invention de méthodes de lecture en français dès le XVIIIe siècle.
    La grande affaire du XIXe siècle fut alors d'enseigner à tous les petits Français, l'orthographe " active " qui, pendant des décennies, a constitué avec le calcul l'essentiel de l'enseignement scolaire.
    Mais en 1880, Jules Ferry et Ferdinand Buisson introduisent l'enseignement du français à l'école et décident ainsi de réduire d'autant la place de l'orthographe et de la grammaire. Entrent alors dans les salles de classe des pratiques inconnues jusque là : lecture et explication de la littérature française, récitation de poésies, pratique de la petite rédaction, exercices de vocabulaire, chant, leçon de choses.
    Depuis lors, le nouvel enseignement du français n'a cessé de se moderniser et s'est imposé à tous les niveaux de l'école et du collège, entraînant une forte baisse du niveau en orthographe.
    Rendre aujourd'hui à tous les élèves la maîtrise de l'orthographe implique que l'on renoue avec la tradition des XVIIe et XVIIIe siècles. La réforme de l'orthographe avait permis à tous les Français d'apprendre à lire dans leur langue. Une autre réforme doit leur permettre aujourd'hui d'assimiler correctement l'écriture du français et de les rapprocher de l'Europe des langues.

  • Un vrai guide pratique sur le sujet dont la méthode possède une vraie base scientifique et une efficacité éprouvée.
    Bruits de règles qui tombent, bavardages incessants, élèves qui gigotent sur leurs chaises, s'effondrent par terre, s'exclament, s'apostrophent, s'insultent, se bousculent dans les couloirs, s'affrontent ; parents qui s'interposent ou agressent parfois... Au fil des ans, les enseignants assistent avec inquiétude à une augmentation de l'agressivité, de l'incivilité et des conflits. Pour filer la métaphore, on pourrait dire qu'ils sont au gouvernail d'un bateau qui subit de plein fouet les intempéries de la société. Souvent de simples grains, parfois de vraies tempêtes. Ce guide pratique vise à leur apprendre à manoeuvrer le plus habilement possible pour maintenir le cap.
    /> En s'appuyant à la fois sur l'approche des thérapies comportementales et cognitives (TCC) et sur de nombreux exemples, vécus et analysés, les auteurs transmettent leur savoir-faire pour gérer les situations relationnelles conflictuelles, avec efficacité et optimisme.
    Les TCC privilégient les solutions concrètes et pragmatiques, directement applicables et évaluables dans le métier d'enseignant :
    - gestion du stress ;
    - entraînement à appliquer avec rigueur une méthode qui ne prenne en compte que les faits et les comportements.
    Face à ces situations relationnelles stressantes, il convient de ne pas réagir sous l'emprise des émotions, de ne pas se laisser guider par ses intuitions et ses " a priori ". Ce guide pratique donne toutes les clés et les méthodes pour surmonter, seul ou collectivement, les épreuves en agissant de façon la plus rationnelle et la plus efficace possible.

empty