Réédition numérique FeniXX (Fleuve noir)

  • Les élections de 1978 ? À qui n'ont-elles pas paru quelque peu étranges, sinon arrangées ? Faillite et ridicule des instituts de sondage à la clé, et stupéfaction générale, y compris - et surtout ! - celle des vainqueurs... (« Y avait un truc ? ») Hey. Pourquoi pas ? Et l'axe, nom de Dieu ! va vous expliquer tout cela en détail ; bien croustillants. Et sans détour. Que ça plaise ou pas à certains, que ça fasse ou non grincer quelques dents. Suivez, suivez... Jusqu'où, dites-vous ? La Nouvelle Orléans, l'Utah et Washington D.C. ? Est-ce là qu'on va enfin savoir ? De qui vous moquez-vous ? Suivez, suivez ! vous répète-t-on. Entre Canal Street et Bourbon-du-French-Quarter, tapis au fond des beuglants, 234 maires français (marrons et piégés) vous attendent déjà, qui se font tout petits, les malheureux !

  • Martyrisés, battus, congelés jusqu'aux os par le « vent d'acier froid » qui souffle du Pôle 365 jours par an, 103 misérables concentrés dans un camp de « redressement » de la Marine argentine voient un jour arriver l'Imprévu, l'Impossible. Des étrangers venus de l'autre bout du monde (l'AXE) leur proposent la « Partie de poker avec le Diable », si amèrement connue par tous les concentrationnaires militaires. (« Si tu gagnes c'est l'Enfer si tu perds c'est la mort ».) Un projet fantastique, loin par-delà une route tempétueuse semée d'horreur et de sang avec - comme au temps de Philippe V de Bourbon - tout au bout l'image d'un trésor de légende digne des anciens vice-rois. Oui, mais celui-là appartenait à Salvador Allende et il est guigné par le général Pinochet ! Dramatique partie pour :

  • « Échange hypothèque de F. 5 456 000,60, contre organisation de duel planétaire entre trois nations ». Bien naturellement, que l'Axe au monde, pour recevoir pareille proposition. Que l'Axe pour accepter aussitôt ! Rien de plus simple, il suffit d'abord de faire sortir d'une centrale un jeune ingénieur à peine un peu violeur et assassin, qui en a encore pour 18 ans à « tirer ». Il est utile aussi d'avoir quelques relations présidentielles et dans les ministères, puis d'étudier en détail la base souterraine de Taverny, d'établir ensuite ses quartiers d'automne chez Satan, à Vandenberg/Cal., avant de faire un détour par l'îlot où Mussolini fut emprisonné, et l'affaire est dans le sac. Bien entendu, à condition de disposer de May, de Kolbert - et - ses pistaches, de savoir briser quelques reins à mains nues, d'avoir une belle barbe blonde et de sérieuses connaissances en électronique, en un mot comme en cent d'être :

  • 28 millions de dollars, règlement d'avance d'une livraison jamais effectuée, attendent, à Bangkok, un second paraphe pour être rendus - sans enthousiasme à leurs propriétaires français d'origine. Las ! le détenteur dudit paraphe se trouve dans un camp de rééducation khmer de l'ex-Cambodge : L'enfer de Thmer Puok. Le faire évader ? Plus facile à dire qu'à faire. D'autant plus qu'avec lui se trouvent quelques centaines d'anciens policiers de Phnom Penh transformés en esclaves par le nouveau régime et que le camp est considéré comme le plus féroce et le mieux gardé du nouveau Kampuchéa Démocratique. Tout proche, chose aggravante, d'un ancien dépôt géant américain de munitions.

  • La guerre Noire ? La grande guerre du Pétrole, bien sûr, mais pas du tout ! cette fois fomentée par l'équivoque Orient. Une guerre noire purement américaine qui sévit depuis de longues années de Long Beach/Californie, au Texas et aux frontières de Louisiane. Combats continuels qui écrasent les petits propriétaires des puits, les acculent à la ruine par le biais des interdictions des pipelines (propriété des grands) sinon par celui de l'attentat, de l'incendie, de la mitraillade façon Chicago 28. Une guerre inconnue de l'Europe, avec ses batailles terribles, ses fusillades au milieu des « arbres de Noël » qui flambent droit, torchères de 200 mètres de haut éclairant les petits mafiosi manipulés par la grande Mafia n'hésitant pas à flanquer des camions entiers de « récalcitrants » vers les tankers en feu. Et même le « Mur de la Mort » - promotion publicitaire, en forme de baroud d'honneur, d'une compagnie moyenne spoliée se terminera en catastrophe, motos et voitures se carambolant dans le fracas d'un scandale à l'échelon de la nation et les cris des victimes. Mais cette fois, tout le monde en a assez ! Rude « guerre noire » pour :

  • Comme jadis, il y a eu des « Périmètres de la Mort » où les nazis traitaient l'homme comme de l'engrais, existe-t-il de nos jours des secteurs secrets où la mort, pour être moins spectaculaire et plus insidieuse, n'en menace pas moins des millions de gens ? Telle est la question que l'Axe se pose, et toute la « Boutique » alors part en guerre. C'est sous un massif du Harz, à peu de distance des tristement célèbres camps de Dora et d'Ellrich, là où naguère des esclaves déportés montaient les futures fusées transcontinentales à charges nucléaires, de très peu ratées par Hitler, que se trouve la plus grande « poubelle atomique » de l'Europe occidentale. Politique et diplomatie s'en mêlent, un duel de scandales éclate, et pour avoir le dernier mot l'Axe est bel et bien obligé de descendre aux Enfers pour aller voir ce qu'il s'y passe !

  • Lima-de-tous-les-Saints, Lima-de-tous-les-Morts, sur le Mont des Ordures la grande Faux emporte constamment ses proies de misère, rage, typhoïde et méningite cérébro-spinale aussi virulentes que dans l'Europe du Moyen Âge. Et il y a aussi les petites avortées indiennes...« Des prostituées foetales », disent, méprisants, les médecins de l'Unesco. Et un jour le scandale éclate : un terrible scandale aux retombées internationales. Mais peut-il exister un rapport entre l'ignominie de ce qui se révèle à Lima, les agissements de quelques spécialistes de la recherche australiens, et les ogives multiples nucléaires françaises prêtes à exploser sur l'atoll de Mururoa ? Un rapport étroit, et l'Axe entre en scène. Pour, lui aussi, faire la bombe.

  • On avait beaucoup parlé de la prostitution enfantine en France, dans les mois précédents. May, Axel et tout le 32e étage de la tour Fiat, siège de l'Axe, en avaient vibré d'indignation et de répulsion. Pourtant, quand un haut personnage leur proposa de prendre la direction d'une « maison » d'enfants, à Stockholm, ils acceptèrent. Car, comme la nostalgie, la Suède n'était plus ce qu'elle avait été. La « sur évolution » nivelait, en même temps que les fortunes, les esprits, et les excès illégaux, la névrose sexuelle laissant le champ libre aux activités de toute une pègre étrangère arrivée d'Harlem ou d'Afrique. Devenus patrons de multiples boîtes de nuit, bars louches, etc., ils pouvaient attendre la contre-attaque. Elle ne tarda pas, et de mémoire de Stockholmois, ce fut le balayage le plus explosif depuis les émeutes sauvages de 1969.

empty