Littérature générale

  • 75 % des variétés de semences ont disparu en un siècle. Or elles sont la base même de la vie. Comment expliquer, alors, que ce sujet crucial ait été si longtemps maintenu hors de portée et de compréhension du grand public ?La réglementation, il est vrai, est particulièrement complexe. Mais surtout, celui qui possède la semence contrôle toute la chaîne alimentaire. Détenir ce marché mondial représente des enjeux financiers colossaux.Cette appropriation du bien commun a commencé à se mettre en place, il y a plus de cinquante ans, avec les semences industrielles. Aujourd'hui, elle s'accentue avec les OGM et les " nouveaux OGM ", privant des paysans du monde entier du droit élémentaire de cultiver leurs propres graines.Comment et pourquoi ce bien si précieux, qui devrait appartenir à tous, a-t-il été privatisé ? Quelles sont les conséquences avérées d'une telle logique ? Quels risques fait-elle courir à la nature, dont l'être humain est lui-même une composante ? Telles sont les questions, vitales pour notre avenir, abordées dans ce carnet.

  • Afin de justifier l'agriculture intensive, certains nous expliquent que, depuis cinquante ans, la faim dans le monde a diminué. Et qu'il est impossible de nourrir 7 milliards d'humains grâce aux techniques respectueuses de l'environnement.Comment justifier qu'aujourd'hui des enfants, des femmes et des hommes meurent encore de faim ? Et surtout, comment mettre un terme à ce délit collectif insoutenable ?Entre surabondance et pénurie, le système alimentaire mondial actuel est en échec. Pour faire face à l'augmentation de la population et à la dégradation de l'environnement, des choix urgents s'imposent.L'agroécologie, qui ne requiert aucun pesticide chimique, est parfaitement adaptée à la condition souvent précaire des paysans. Elle est la solution pour, enfin, éradiquer la faim dans le monde.Issu d'une enquête approfondie, ce livre propose des solutions. Car il est possible de nourrir tous les enfants que porte notre Terre.

  • Écrit lorsque le dalaï-lama était un jeune homme en exil en Inde, ce témoignage plein de dignité nous renseigne sur la personnalité et les questionnements de celui qui est toujours le symbole de tout le peuple tibétain. Un témoignage poignant par sa simplicité et son authenticité.
    Au moment où l'enfant vit le lama, il se dirigea vers lui..." Lama Kewtsang Rinpoché, du monastère de Sera, était habillé pauvrement, mais il avait au cou un rosaire ayant appartenu au XIII e dalaï-lama. L'enfant parut reconnaître le rosaire et demanda qu'on le lui donne. Le lama le lui promit s'il devinait qui il était, et le garçon répondit : " Sera-Aga ', ce qui, en dialecte local, signifiait " un lama de Sera '.Le lama passa une journée entière à observer l'enfant avec un intérêt toujours grandissant, jusqu'à l'heure du coucher. Tout le groupe passa la nuit dans la maison. Au petit matin, alors qu'ils se préparaient au départ, le garçon sortit de son lit et demanda à partir avec eux.Cet enfant, c'était moi. "Tenzin Gyatso, XIV e dalaï-lama*En 1962, à 27 ans, le dalaï-lama publie cette autobiographie. Il y raconte comment, à 4 ans, il fut reconnu comme la réincarnation du XIII e dalaï-lama. Il retrace ses années de formation, sa fuite à travers le Tibet, puis son apprentissage de l'action spirituelle et politique.Ce livre montre l'évolution d'un moine devenu un leader mondial, luttant pour faire reconnaître son pays. Un être capable de toucher les coeurs avec cette humanité qui en fait l'un des hommes les plus aimés de notre temps.

  • Une nouvelle interprétation d'un texte fondateur de la spiritualité par le théologien Jean-Yves Leloup, à paraître pour ses 70 ans.
    L 'élégance du Soi, c'est l'élégance de notre être intérieur aligné sur son axe, relié par le Souffle au ciel et à la terre. C'est le frémissement vital de l'homme noble, notre nature essentielle. C'est la noblesse du coeur.
    Cette élégance et cette noblesse ne sont jamais perdues, elles demandent seulement notre attention et l'exercice nécessaire à leur dévoilement.
    Cette " révolution " de l'élégance et de la noblesse est la seule que nous n'ayons pas encore essayée, révolution-révélation de la conscience et de l'amour incarnés.
    Jean-Yves Leloup, comme maître Eckhart en son temps, nous invite à cette aventure, guidant chaque être humain dans ses métamorphoses vers le meilleur des possibles.

  • Le récit d'une longue épreuve et d'une renaissance " Depuis le 20 octobre 2017, date de la première plainte déposée contre moi, un ouragan s'est abattu sur ma vie. Un impitoyable déluge médiatique.Ce livre n'est pas un plaidoyer pour ma défense. Il apporte des réponses à des questions essentielles : pourquoi les plaignantes ont-elles menti ? Pourquoi la présomption d'innocence n'a-t-elle compté pour rien ? Y a-t-il une explication politique à la façon dont mon dossier a été géré et instruit ? Je m'attache ici à réunir des éléments qui ont été omis, négligés ou tronqués.Je propose aussi une réflexion sur l'état de la société française, le fonctionnement de la justice, le système carcéral et la puissance des médias. Neuf mois et demi de prison : cette expérience douloureuse m'a permis de me livrer à un examen de conscience et de regarder en face ma vie, mon passé, mes erreurs et mes espérances. Elle ne remet pas en cause le message spirituel, humaniste et universel que je porte depuis tant d'années.Voici le récit, simple et sincère, d'une longue épreuve et d'une renaissance. "T. R.

  • Carrie est une étudiante en lettres. Jonathan, un trader d'une quarantaine d'années, un homme accompli.Ils font connaissance lors d'une soirée au cours de laquelle est diffusé un film SM. Jonathan devine que Carrie est troublée par les scènes de soumission masochiste - c'est le cas. Il l'invite alors chez lui où elle consent, par contrat, à devenir son esclave.Au moment où s'ouvre le roman, Jonathan informe Carrie qu'il a l'intention, maintenant qu'il l'a dressée, de la vendre aux enchères. Une fois vendue, lui explique-t-il, elle sera pendant une année l'esclave exclusive et soumise de son richissime acheteur.Début du flash-back relatant les différentes étapes du dressage menant à la vente aux enchères, dont ce stage dans un ranch californien. Carrie s'y retrouve en compagnie d'autres jeunes femmes. Elles dorment dans des boxes, sont fouettées... Bref, elles apprennent l'obéissance pour le plaisir exclusif de leur maître.

  • " Aux Antilles, la berceuse s'acquiert par héritage. Elle n'est rien d'autre qu'une chaise à bascule. Mais ce bois cannelé aérien plein de rondeur s'offrait dans ma famille de père en fils." Voici le récit d'une enfance antillaise, un chant profond de la mémoire, un long poème en prose qui raconte les lieux, les visages, les odeurs d'une terre qui n'est déjà plus tout à fait celle de l'auteur (il est né et a grandi à Paris), mais où ses racines sont fichées. Le narrateur sait parler mieux que personne du pays de l'enfance, de la magie d'un paquebot, d'une virée dans le jardin des plantes ou des bruits quotidiens de la boulangerie familiale. Jusqu'à ce que la récitation des ancêtres enfante un violent réquisitoire ; jusqu'à ce que la mémoire délivre un chant poétique de l'enfance ; jusqu'à ce que l'évocation des visages et paysages compose un roman baroque de l'exil.Parabole sur la naissance, la terre et l'existence comme perpétuelle migration, ce récit restitue l'enfance de " l'Homme aux livres ".

  • Aujourd'hui, la famille n'a pas le même visage qu'il y a trente ans. Avec la disparition des corésidences liées aux coopérations professionnelles familiales (agriculture, artisanat, commerce), fini la coexistence des enfants, des parents et des grands-parents sous le même toit. Les liens se sont distendus, les générations se méfient les unes des autres, alors que les aînés peuvent découvrir avec les jeunes, autant que ceux-ci peuvent s'enrichir avec les aînés. Il faut réapprendre à se parler et à se comprendre, pour mieux vivre ensemble. Une collection unique en son genre : trois livres paraissent simultanément, consacrés à l'école, à la santé et à l'argent.

  • La poésie révèle le secret de l'âme chinoise. Les premiers vers connus nous proviennent de la dynastie Shang (-1766/-1122 av. J.C.). Depuis, la poésie n'a cessé de fleurir au cours des 3000 ans d'histoire de l'Empire du Milieu. Comme Qu Yuan, Tao Yuan Ming, Li Bai, les poètes étaient avant tout des hauts fonctionnaires lettrés, parfois des rois et princes, dont le destin était lié à celui de l'Empire.Cependant, la politique n'est pas la racine de la poésie chinoise. Bien au contraire, inséparables de la musique populaire, les premiers poèmes servent d'outil pour exprimer la rancoeur du peuple contre l'autorité centrale. Puis, la poésie devint indissociable de la peinture.Regroupant environ 70 poèmes, cet ouvrage traverse les siècles et les dynasties, de Wu Wang (IXe siècle av. J.-C.) à Gu Lin (1476-1545), sans oublier des textes issus du Shijing - ou Livre des Odes - et autres poèmes et odes de Cui Hao, Du Fu ou Lu You. Un beau voyage en compagnie des poètes chinois, ces papillons de l'éternel.

  • Alice, 35 ans, et Gene, son époux de dix ans son aîné, vivent dans une banlieue chic de New York. Mais Alice s'ennuie depuis que Gene est devenu impuissant.Un jour, Alice tombe par hasard sur une nouvelle chaîne du câble, Ultimate Submission, proposant des films porno chic tendance SM. Tous les acteurs sont masqués mais on devine, au faste des décors, qu'ils appartiennent à la jet set new-yorkaise.Très vite, Alice devient accro à cette chaîne, au point de répondre à une annonce pour devenir actrice. Mais elle devra au préalable passer toute une série d'étapes initiatiques avant de participer à son premier film...La jeune femme découvrira alors les plaisirs de la soumission et du sexe extrême. Elle fera surtout la connaissance du patron de la chaîne, le très mystérieux Knight of Pleasure, qui l'entraînera à bord de sa limousine vers les plus folles orgies.

  • Un an après la mort de son fils, Charline, qui vit au Canada, se voit offrir par son compagnon un superbe cadeau : un séjour à New York, où elle pourra s'évader et, espère-t-il, surmonter son deuil.En quête de bonheur et d'apaisement à Big Apple, Charline rencontre par hasard un beau et charmant traducteur d'une quarantaine d'années dans un restaurant chic de Wall Street.Le coup de foudre est immédiat. Poussée par l'excitation et le désir, Charline se jette à corps perdu dans cette relation charnelle, qui lui fera perdre la tête.Ayant succombé à cette attirance, elle découvrira les charmes de Manhattan, mais surtout se retrouvera face à ses propres sentiments.Retournera-t-elle vers Tristan, pour raviver la flamme de leur couple, ou restera-t-elle à New York auprès de Matthew, cet homme qui lui a fait découvrir des sensations jusqu'alors inconnues ?

  • Après avoir quitté Tristan et son Québec natal, Charline emménage à New York avec son nouvel apollon, Matthew, dont elle est follement éprise.Le mois d'août est paradisiaque. L'amour et la passion sont au rendez-vous à toute heure du jour... et de la nuit.Charline est au comble du bonheur lorsque Matthew la demande en mariage. Une nouvelle vie s'ouvre à elle...Jusqu'à ce que Tristan arrive avec la ferme intention de la reconquérir. Et avec lui un flot de questions : la folle passion qu'elle vit avec Matthew résistera-t-elle aux aléas de la vie ?

  • " Chère Carrie,Tu t'apprêtes à poursuivre ta route avec bravoure et succès. Dans un an, tu seras devenue bien davantage que celle que tu es aujourd'hui. Je t'ai vendue aux enchères pour savoir si nous étions, toi et moi, capables d'aller au bout de cette aventure.Jonathan "Carrie a donc été vendue aux enchères par Jonathan, l'homme qui l'a initiée aux plaisirs de la soumission.Mais son nouveau propriétaire, le mystérieux M. Constant, un richissime homme d'affaires, estime que son dressage est loin d'être terminé, que Carrie ne vaut pas grand-chose pour le moment mais qu'elle possède un vrai potentiel.Aussi partent-ils en Grèce, où M. Constant réside la plupart du temps. Là-bas, Carrie est livrée à un as du dressage qui libérera toutes les capacités de la jeune femme. À condition qu'elle se montre une élève assidue...

empty