Presses de l'Université Laval

  • Ce livre dresse un portait pénétrant de la complexité des valeurs, des attitudes et des croyances relatives au travail de la population active québécoise. Issu d´une vaste enquête auprès d´un millier de travailleurs québécois, il montre que si le travail est toujours une valeur importante, la réalisation de soi et la quête d´équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle sont des aspirations de plus en plus partagées par les individus. Assiste-t-on à l´émergence d´un nouveau monde du travail ?

  • À notre époque, alors que les démagogues, surtout de droite, exploitent pour leur propre compte les exclus et les laissés-pour-compte de la société, il me semble important de nous tourner à nouveau vers la pensée politique et sociale de Hegel. Ses réflexions nous permettent d'élaborer une critique forte du néolibéralisme, laquelle ne repose pas sur des conceptions naïves des marchés : elle s'inscrit plutôt dans un projet d'émancipation que la Théorie critique a toujours porté. C'est ce que je tente de montrer dans cet ouvrage.

  • L´imaginaire transmis à la télévision est un puissant révélateur des changements culturels en cours. Depuis les années 70, on constate que pour le première fois dans l´histoire, tous les enfants de la planète connaissent les mêmes héros et les mêmes mythes. C´est un phénomène nouveau, d´une portée immense et sous-estimé. C´est ce phénomène qu´étudie l´auteure dans ce livre.
    Marina d´Amato est une spécialiste reconnue des médias et de leur influence sur l,enfant. Elle est professeur à l´Université de Rome

  • Ce livre porte sur les formes contemporaines de subjectivité, à savoir les manières dont le sujet s'approprie le monde dans une société de plus en plus marquée par l'individualisation : un sujet devenu la valeur première de nos sociétés, qui se veut auteur de son histoire, et dont il convient de tracer la genèse aux fins de mieux circonscrire les assises de ses traits de caractérisation de même que ses visées d'action.
    Quelles sont les formes contemporaines de manifestations sociales du sujet? Quelles voies empruntent sa construction identitaire et comment celles-ci s'inscrivent-elles dans la reconfiguration en cours de ses modes d'action, d'agencement entre son espace public et privé, de ses rapports avec les nouvelles dynamiques institutionnelles, de ses formes de sociabilité, voire de son intimité ? Et aussi : quelles sont les différentes voies d'analyse sociale de la subjectivité ? Voilà autant de thèmes qui sont abordés dans ce livre.
    Ont contribué au présent ouvrage :
    Marina D'Amato, Guy Bajoit, Marie-Pierre Bourdages-Sylvain, Jean-Claude Kaufmann, Bernard Lahire, Daniel Mercure, Jan Spurk, Michel Wieviorka, Jean-Paul Willaime, Laurent Willemez.

    LA VERSION PAPIER SERA EXPÉDIÉE SEULEMENT À PARTIR DU 28 JANVIER 2021.

  • Le développement de l'économie numérique et de l'intelligence artificielle (IA) a modifié de façon importante les modes de production des produits et des services, à telle enseigne qu'il oblige les entreprises à revoir leurs pratiques de fonctionnement sur tous les plans. Qui plus est, l'accélération vers le numérique envahit peu à peu le quotidien de chacun et chacune qui voit se transformer parfois en profondeur son activité de travail jusqu'à entraîner une certaine forme de déqualification professionnelle, voire la perte de certains emplois et la création de certains autres, nécessitant un niveau de formation différent et plus élevé.
    Conçu selon une approche interdisciplinaire et grâce à la contribution d'autrices et d'auteurs québécois, français et belge, le présent ouvrage examine les principaux effets que provoquent ces transformations vers le numérique sur les mondes du travail ainsi que la place de plus en plus importante qu'y occupe l'intelligence artificielle (IA). Il propose un éclairage sur certains des enjeux que suscitent ces transformations tant sur le plan éthique que sur celui du dialogue social et de la gestion des ressources humaines ou encore sur le plan juridique. À ces enjeux s'ajoutent les défis que représentent la dilution de la frontière entre la vie de travail et la vie privée de même que la métamorphose du rapport entre l'entreprise et les personnes salariées qui découle du développement des plateformes numériques.
    L'ouvrage vise aussi à susciter la réflexion sur la nécessité de revoir les modes de régulation du travail pour lesquels il présente des avenues à explorer.

  • Au cours des dernières décennies, les conditions économiques et culturelles qui façonnent les attitudes et les comportements au travail, de même que la place et le sens que revêt celui-ci chez les individus, se sont profondément transformées. Dans ce livre, plusieurs spécialistes de cette question s'emploient d'abord à circonscrire les différents aspects de la notion de rapport au travail, ensuite à repérer les principaux changements qui, depuis trois décennies, ont marqué nos manières de vivre le travail et, enfin, à mieux comprendre la complexité des facteurs qui ont présidé aux changements observés. Mettre en relief les effets de tels changements sur nos vies au travail et à l'extérieur du travail constitue le point nodal de ce livre.

  • Changer de mode de vie au xxie siècle n'est pas seulement une lubie individuelle, mais une nécessité collective pour faire face aux enjeux écologiques planétaires. Or faire évoluer son quotidien pour vivre plus simplement est loin d'être une évidence et implique une transformation matérielle et identitaire profonde. Il s'agit non seulement de changer ses habitudes de consommation, mais aussi de faire évoluer son travail, ses propres aspirations et ses rapports sociaux pour qu'ils reflètent et soutiennent ce changement de vie.
    En analysant l'expérience de celles et ceux qui essaient de vivre plus simplement, cette recherche met en lumière le processus de distanciation normative dans lequel ces personnes sont engagées. Cet ouvrage explore ce qui évolue dans leur quotidien et les répercussions que ce choix de vie a sur leurs interactions sociales, sur leurs engagements personnels et sur leur vision du monde à court et à long terme.
    Changer de vie pour aller vers plus de simplicité dans le monde du toujours plus, c'est remettre en question son propre rapport à la norme. C'est changer de paradigme et accepter le changement comme compagnon de route, car l'objectif final n'est ni arrêté ni évident. Les personnes qui font ce choix-là acceptent de vivre en transition, pour aller vers un avenir qu'il s'agit d'inventer chemin faisant.

  • Au cours des dernières décennies, de nombreux changements économiques, politiques et culturels ont bouleversé la nature du travail, la manière de l'organiser ainsi que la relation d'emploi. Ces transformations nécessitent de revoir, de critiquer et d'actualiser les principaux concepts à partir desquels la sociologie analyse le monde du travail. Dans cet ouvrage, les concepts revisités sont les suivants : salariat, précarité, informalité, conflit, contrôle et organisation du travail, qualification et compétence, rapport au travail, parcours professionnel, insertion professionnelle, temporalités. Chacun des concepts retenus est analysé selon une perspective critique, qui consiste à remettre en question les assises théoriques et empiriques de ceux-ci, et une perspective analytique, qui vise à arrimer ces concepts fondamentaux aux nouvelles réalités du monde du travail.

  • Ce livre présente et analyse les théories et les conceptions classiques du travail qui ont accompagné l'émergence des sociétés occidentales et marqué nos manières de penser et de vivre le travail. Spécialistes internationaux dans le domaine, les auteurs se penchent d'abord sur le sens du travail chez les philosophes de l'Antiquité, puis chez saint Augustin, Luther, Calvin, les puritains anglais et, évidemment, Hegel. Par la suite, ils revisitent les grandes analyses du monde du travail en économie politique et en sociologie, notamment chez Smith, Proudhon, Fourrier, Durkheim, Weber et Marx. Enfin, les auteurs traitent de tendances plus récentes, notamment celles de la « convergence », depuis le trade-unionisme chez les Webb en Grande-Bretagne jusqu'à l'approche institutionnelle du travail chez Commons aux États-Unis.

  • Ce travail ethnographique en sociolinguistique a pour objectif d'illustrer la relation qui existe entre la langue, dans ses pratiques et ses représentations, et l'identité au sein de la « communauté portugaise » de Montréal. Considérant le contexte particulier de Montréal, où deux langues, le français et l'anglais, dominent le panorama linguistique, nous avons observé les pratiques langagières quotidiennes des membres de la communauté portugaise et analysé l'influence de ces pratiques sur les représentations identitaires de ces membres. Nous nous sommes concentrés sur le processus d'érosion de la langue dans son parcours de transmission entre les générations, en mettant l'accent sur la relation étroite qui se crée entre les pratiques langagières et les dynamiques identitaires au sein du groupe. Le statut du portugais, véhiculé dans les discours, lui permet de se perpétuer comme valeur fondamentale de la survie de la communauté aujourd'hui, dans le contexte politique et social multiculturel de la métropole québécoise.

  • Le diagnostic du désintérêt et du désengagement politique des jeunes est repris ad nauseam et il est maintenant largement accepté que la réalité de l'engagement se conçoit comme débordant les frontières du champ politique à strictement parler. Cet ouvrage propose plutôt d'explorer d'autres voies pour examiner le rapport des jeunes à la politique en partageant les représentations de cette réalité entre universitaires et praticiens-intervenants - ceux-ci étant pour une bonne part engagés dans des activités d'animation au sein d'organismes publics ou d'organisations militantes - et entre jeunes et moins jeunes. Ces «alliances» contribuent à rendre plus vivants les débats autour des modes de formation et d'éducation à la «chose politique». Faut-il privilégier l'information ou les expériences de terrain pour sensibiliser les jeunes à l'importance de la politique? Comment trouver le meilleur équilibre d'autonomie pour les jeunes et d'encadrement par des adultes pour optimaliser l'engagement de ceux-là? Comment assurer que le soutien d'adultes à l'action de jeunes ne soit pas perverti en tentatives de récupération servant les intérêts des premiers? Comment convaincre les jeunes de leur intérêt à s'engager? Quand ils s'engagent, quel intérêt y trouvent-ils effectivement? Même partielle, cette liste de questions laisse déjà apparaître la pertinence d'une collaboration étroite entre universitaires et intervenants dans l'évaluation des efforts investis pour réduire les écarts grandissants entre une citoyenneté définie idéalement et celle vécue par les jeunes générations.

  • En raison de leur statut d'entrants sur le marché de l'emploi, les jeunes se trouvent au coeur des mutations contemporaines du travail marquées par la libéralisation des marchés, les multiples pratiques de flexibilité organisationnelle et les nouvelles techniques et technologies l'information. Leur situation vécue au travail, qui varie grandement selon les contextes nationaux, est l'un des meilleurs révélateurs de la diversité et de la complexité des changements en cours.

    Conçu dans une perspective interdisciplinaire et internationale, ce livre dresse un tableau saisissant des différences et des convergences entre le Canada, la France, l'Italie, la Tunisie, le Brésil et la Chine en ce qui a trait aux diverses phases d'entrée dans la vie active. Il traite plus particulièrement de la situation des jeunes sur le marché de l'emploi, des facteurs qui interviennent dans la structuration de leur insertion professionnelle, de leur rapport au travail ainsi que de leurs nouvelles logiques d'action collective. Les analyses proposées permettent de comparer différents contextes nationaux et de mieux comprendre les valeurs, les attitudes et les comportements des nouvelles générations de jeunes, ainsi que la complexité croissante du monde contemporain du travail, à l'échelle de plusieurs pays.




    En raison de leur statut d'entrants sur le marché de l'emploi, les jeunes se trouvent au coeur des mutations contemporaines du travail marquées par la libéralisation des marchés, les multiples pratiques de flexibilité organisationnelle et les nouvelles techniques et technologies l'information. Leur situation vécue au travail, qui varie grandement selon les contextes nationaux, est l'un des meilleurs révélateurs de la diversité et de la complexité des changements en cours.

    Conçu dans une perspective interdisciplinaire et internationale, ce livre dresse un tableau saisissant des différences et des convergences entre le Canada, la France, l'Italie, la Tunisie, le Brésil et la Chine en ce qui a trait aux diverses phases d'entrée dans la vie active. Il traite plus particulièrement de la situation des jeunes sur le marché de l'emploi, des facteurs qui interviennent dans la structuration de leur insertion professionnelle, de leur rapport au travail ainsi que de leurs nouvelles logiques d'action collective. Les analyses proposées permettent de comparer différents contextes nationaux et de mieux comprendre les valeurs, les attitudes et les comportements des nouvelles générations de jeunes, ainsi que la complexité croissante du monde contemporain du travail, à l'échelle de plusieurs pays.

  • « Il n'y a rien de simple, disait Gaston Bachelard, il n'y a que du simplifié ». La complexité est le problème auquel font face toutes les sciences aujourd'hui : la physique, la biologie, l'anthropologie, la sociologie, l'histoire. Edgar Morin, dans La Méthode, nous aide à comprendre la complexité ; il nous en dévoile les principes, les exigences, les enjeux, les difficultés. L'éminent penseur montre que la connaissance de la complexité commande une nouvelle approche et une réforme de la pensée.
    Cet ouvrage couvre les six tomes de La Méthode, du champ physique et cosmologique au champ éthique, et il constitue le travail le plus complet et sûrement la meilleure introduction à l'oeuvre d'Edgar Morin. Avec une clarté et une rigueur implacables, l'auteur nous fait pénétrer dans les labyrinthes d'une oeuvre difficile, méconnue, mais d'une puissance et d'une richesse insoupçonnées. Il nous invite à jeter un regard nouveau sur les notions de causalité, d'ordre, de désordre, de système, d'organisation, d'autonomie, de sujet, d'objet, ouvrant un vaste horizon du savoir nous permettant de repenser la connaissance, afin de pouvoir repenser une humanité renouvelée et régénérée (ce à quoi nous conduit l'Éthique, ultime et dernier tome de La Méthode).
    De partout naît le besoin d'une approche non réductrice, plus globalisante, à la fois multidimensionnelle et ouverte. C'est à cela que nous convie cet ouvrage de synthèse qui porte sur la méthode et sur la complexité.

  • Georg Simmel apparaît aujourd´hui comme une figure majeure de la sociologie contemporaine ... Cet ouvrage présente une discussion critique et élargie de l´oeuvre de Simmel, mise en rapport avec d´autres disciplines (économie, philosophie, psychanalyse, sociologie, histoire, esthétique)

  • Vivons-nous une période de transition vers des sociétés qui puisent l´essentiel de leur sens et de leurs tensions dans les différences et les conflits culturels plutôt que dans les inégalités sociales et économiques ? Cette question est alimentée par toute une série de transformations qui affectent aussi bien la société-monde en train de naître que nos sociabilités quotidiennes locales en mutation. Entre guerre et convivialité des cultures, liberté et contrôle des communications, individualisation et sérialisation, vitalité démocratique et contraintes de la gestion, extension des liens faibles et nostalgie des liens communautaires forts, centralisme républicain, reconnaissance des minorités et pluralisation du droit, les liens sociaux de la seconde modernité sont fortement soumis à l´épreuve du culturel.

    L´ouvrage rassemble les contributions d´une quinzaine de sociologues internationalement reconnus. Les approches varient, les réponses offrent un éventail très stimulant pour appréhender les évolutions des sociétés contemporaines. Rassemblés à l´occasion du XVIIIe Congrès de l´Association internationale des sociologues de langue française, destinés avant tout aux étudiants et spécialistes en sciences sociales, les différents textes ouvrent de nouvelles voies de réflexivité.

empty