Presses de l'Ifpo

  • Cet ouvrage présente l´histoire de l´urbanisme de Beyrouth entre la période de l´indépendance et le début de la guerre civile libanaise. Il met l´accent sur l´ambitieuse présidence réformiste de Fouad Chéhab, moment fondateur de la construction de l´État

  • Connu surtout pour ses travaux d´épigraphie sémitique novateurs, le dominicain français Antonin Jaussen (1871-1962) fut un membre éminent de l´École biblique et archéologique française de Jérusalem, fondée à la fin du XIXe siècle en vue de promouvoir l´étude de la Bible dans le contexte historique, géographique et humain de la Terre Sainte. Également agent de renseignement de la France au Levant et porteur d´une vision de la science comme idéal, le savant se place dans un entre-deux que le présent ouvrage se donne pour but d´interroger. Ce volume constitue les actes du colloque « Antonin Jaussen : genèse des sciences sociales occidentales, constitution d´un patrimoine arabe », organisé par le CERMOC à l´Université de Jordanie à Amman, les 22 et 23 mars 1997. Rassemblant des contributions aussi diverses que variées, cet opus met en lumière l´importance tant de l´exégèse et de l´orientalisme que des outils de la science moderne, de la photographie et des réflexions sur les changements politiques au Proche-Orient dans l´oeuvre du dominicain. Au cours de ses soixante-dix années de présence dans la région, Jaussen a de surcroît été un précurseur, et ce dans nombreux champs de recherche : ethnographie, anthropologie urbaine, études des campagnes et des « régions tribales », etc. En guise de conclusion, les derniers chapitres de ce livre posent des questions d´ordre épistémologique portant sur le statut de nos catégories de pensée et de notre imaginaire et de leur réappropriation par les sociétés arabes après la décolonisation. L´histoire et l´archéologie y ont en effet joué un rôle clé dans la construction des identités nationales ou communautaires.

  • Les migrations internationales constituent aujourd´hui, dans toutes les régions du globe, un enjeu majeur du politique. Elles font l´objet d´accords internationaux, engendrent des litiges diplomatiques et, surtout, défient en permanence l´ordre du « national ». L´immigrant se heurte à des frontières, spatiales et administratives ; l´émigrant renégocie en permanence ses relations à son pays d´origine. Aussi les migrations obligent-elles sans cesse à repenser les frontières, les manières de conceptualiser un territoire et, plus largement, la souveraineté politique d´un État-nation. Dans un Moyen-Orient arabe en pleine crise sociale, économique et politique, l´intensification des mouvements d´immigration et d´émigration, mais aussi celle des migrations de transit, est porteuse, en ce tournant de siècle, d´enjeux politiques spécifiques. L´implication accrue des diasporas dans les pays de départ, l´exploitation persistante des migrants dits « de travail », la présence des réfugiés de Palestine et, depuis peu, d´Irak ou du Soudan, les débats populaires que suscitent ces sujets, y posent de façon renouvelée la question du politique, des définitions de la nation à l´inscription régionale et internationale des États. Dans ce contexte émergent de nouveaux modes d´instrumentalisation, par les acteurs du politique, des mouvements migratoires intra-régionaux et internationaux, dont ce livre explore des exemples significatifs : « mobilité du travail et du capital » comme stratégie de politique intérieure et étrangère en Jordanie, rôle des États dans les migrations de travail (travail domestique en Jordanie et dans les pays du Golfe ; main-d´oeuvre syrienne au Liban), gestion des réfugiés palestiniens dans les pays arabes, défi posé par les membres de cette diaspora à la rigidité des concepts de frontière et de citoyenneté portés par les acteurs du processus de paix, sort des réfugiés non palestiniens au Liban, caractère éminemment politique des débats sur la nationalité dans ce pays, rôle de l´Église maronite, acteur désormais transnational, sur la scène politique libanaise... Discours sur, représentation d´une identité nationale, instrument de politique intérieure mais aussi stratégie de relations internationales, les mesures de contrôle et de gestion des flux migratoires mettent en relief la pluralité croissante des notions de nationalité, de population nationale, de territoire, de même que les changements qui affectent les modalités du « contrat social ». Elles montrent la résilience des États et l´émergence de nouveaux acteurs dans la sphère du politique : réseaux ethnico-nationaux, religieux, réseaux d´affaires transnationaux... Les politiques migratoires éclairent ainsi de façon particulière les processus de construction nationale et de restructuration géopolitique à l´oeuvre dans la région.

  • Most studies on Islamic, Arab, and Ottoman societies and civilizations are trapped into the evidentiary role of the texts that researchers have at their disposal, considerably reducing the role of text and language to a mimetic description of what happene

  • Cet ouvrage, qui est le fruit d´une coopération entre l´Ifpo et la Fondation Ford, examine le décalage existant dans la majorité des pays arabes  entre les débouchés de l´enseignement supérieur et les besoins du marché de l´emploi. Sept études de cas sont présentées qui concernent le Maroc, l´Algérie, la Tunisie, l´Égypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban.  Toutes soulignent le chômage des diplômés, dont les causes sont multiples et pour partie liées au manque de croissance économique et aux politiques conduites en matière d´enseignement supérieur et de recherche.
    Tous les auteurs signalent le développement quantitativiste de l´enseignement supérieur au détriment de la qualité, son manque de relation avec le secteur privé et ses méthodes pédagogiques passives et déconnectée des réalités professionnelles d´aujourd´hui. Ces auteurs explorent aussi les pistes d´une sortie de crise pour l´enseignement supérieur en relevant tout de même l´amélioration globale des qualifications de la force de travail dans les différents pays.

  • Au Liban, les élections législatives du 7 juin 2009 apparurent comme un rendez-vous attendu. Organisée dans un cycle de «

  • Avec la reconfiguration territoriale et la mise en place de l´Autorité palestinienne qui ont suivi les accords d´Oslo, puis les bouleversements liés à la seconde Intifada, les orientations et les priorités des ONG palestiniennes ont évidemment évolué, not

  • Capitale économique de la Syrie du Nord et seconde ville du pays, Alep a bâti sa prospérité sur un important commerce local, régional et international et sur le dynamisme de ses activités de production. Jusqu´à la fin de l´époque ottomane, elle était le centre d´un arrière-pays commercial qui se déployait bien au-delà des frontières actuelles de la Syrie, se prolongeant vers la Méditerranée et l´Europe, l´Asie centrale, la Péninsule arabique et jusqu´aux côtes occidentales du subcontinent indien. Si au XXe siècle la ville a connu un rétrécissement de cette aire d´influence et une marginalisation politique et économique, elle a retrouvé depuis une vingtaine d´années une certaine prospérité pour deux raisons majeures : d´abord, une collaboration plus ouverte que par le passé avec le pouvoir central et ensuite, son dynamisme et sa capacité à développer des activités commerciales, industrielles et culturelles aussi bien à l´échelle locale que régionale et cela, dans le contexte d´une libéralisation très contrôlée de l´économie syrienne. Jusqu´en 2011, Alep a ainsi donné l´image d´une ville, sinon florissante, du moins dynamique : c´est un peu ce dynamisme et cette volonté de vivre que décrit cet ouvrage, à travers plus d´un siècle de bouleversements subis ou portés par cette métropole du Nord de la Syrie, condamnée à se recréer et se réinventer sans cesse pour être autre chose qu´un simple satellite de Damas. L´ouvrage réunit les contributions d´une vingtaine de chercheurs appartenant à diverses disciplines - géographie, histoire, anthropologie, sociologie, mais aussi architecture ou encore urbanisme. Il a pour ambition de saisir comment se fabrique et fonctionne la ville d´Alep, comment se forment et se transforment ses espaces et ses territoires ainsi que les réseaux que cette ville projette et alimente à l´extérieur. La période concernée par cette approche pluridisciplinaire s´étend de 1868, année de fondation du premier quartier « moderne » à Alep, fortement inspiré des formes urbaines occidentales, à 2011, année du début de la contestation en Syrie, qui ouvre un nouveau chapitre dans l´histoire déjà longue et mouvementée de la ville.

  • L´ouvrage propose une étude praxéologique des débats parlementaires en contexte autoritaire, qui se fonde sur une analyse détaillée des transcriptions de débats parlementaires ayant eu lieu en Égypte, en Syrie et en Afghanistan. Il montre que la forme parlementaire possède les mêmes propriétés de base dans des régimes de nature pourtant différente, de sorte que les différences s´inscrivent dans un continuum et non dans une opposition. Ce comparatisme s´inscrit donc dans la suite des travaux insistant sur l´existence de dispositifs autoritaires dans les démocraties et de dispositifs démocratiques dans les régimes autoritaires. En effet, si l´étude des débats parlementaires dans une démocratie montre que ceux-ci n´ont qu´une portée décisionnelle limitée - la majorité l´emportant indépendamment des points de vue argumentés -, cette même étude, poursuivie dans les régimes autoritaires, montre que les gouvernants sont contraints de respecter les formes parlementaires et de s´ajuster à celles-ci.

  • Le pari d´un atlas physique, historique et contemporain Le projet de cet atlas est d´expliquer la formation des territoires jordaniens sur le temps long. Pour cela des experts jordaniens, européens et américains associés à l´Institut français du Proche-Orient ont été invités à révéler les résiliences spatiales de structures anciennes : les complémentarités entre terroirs (champs cultivés, guarrigues et steppes) dès le Néolithique, les dynamiques commerciales le long des voies longitudinales des wadis (Jourdain, Araba, Sirhan), les trames administratives héritées (trames urbaines des premiers royaumes d´Amman, Moab et Edom ; trames commerciales associant Damas et Jerusalem sous l´Empire ottoman ; limites du contrôle de l´État aux confins du Bilad al-Sham ottoman et du Hejaz). La limite du monde sédentaire (de la ma

  • Maaloula, dernier endroit au monde où se parle la langue du Christ, l´araméen... Lové au creux des montagnes du Qalamoun, le petit village ne cesse de fasciner tous les voyageurs depuis la fin du XVIIIe siècle. En effet depuis cette époque, il demeure une sorte de « lieu commun » orientaliste où se pressèrent érudits et missionnaires européens jusqu´à la première moitié du XXe siècle. Les plus grands orientalistes comme Theodor Nöldeke, des aventuriers tels que Richard Burton et même Alexandre Dumas connaissaient l´existence de Maaloula et lui consacrèrent quelques pages. Aujourd´hui, Maaloula est devenu un pôle touristique majeur qui draine pas moins de 150 000 visiteurs annuels, Européens bien sûr mais surtout Iraniens qui viennent chercher en sus du pittoresque des lieux, les illusions d´un retour aux sources. En croisant les archives et les discours sur Maaloula depuis bientôt deux siècles, Frédéric Pichon fait apparaître en même temps que la mémoire chrétienne d´une communauté rurale syrienne, les multiples facettes de l´identité des derniers « Araméens » de Syrie.

  • Cet ouvrage analyse l´espace produit par les membres de la communauté druze implantée depuis le xviiie siècle en Syrie méridionale, dans un massif montagneux qui a longtemps porté le nom de Djebel Druze. Cette région n´est devenue la « montagne druze » qu´après un long processus de territorialisation qui, en puisant dans l´histoire de la communauté, ses mythes et sa résistance héroïque face aux Ottomans, a favorisé la formation d´une identité communautaire propre aux Druzes du Djebel. Une telle construction identitaire et territoriale n´est pas restée sans conséquence ni dans l´organisation socio-spatiale de la Syrie du Sud, ni dans la gestion par le pouvoir central de cette entité. Le Djebel est ainsi devenu une périphérie délaissée du territoire syrien, dans laquelle le système communautaire tente de pallier les manques liés aux blocages inhérents à cette situation. Ainsi, le lien communautaire apparaît comme une ressource essentielle au service de stratégies d´acteurs divers (migrants de travail, entrepreneurs, hommes de religion, etc.) qui recherchent tous dans l´émigration internationale le moyen de contourner leur isolement à l´échelle nationale. Il en résulte la construction d´un espace communautaire de mobilité dans lequel l´appartenance confessionnelle et familiale est devenue un gage de circulation.    

  • Mais derrière ces villes d'aujourd'hui et d'hier, il pourrait être question également de Babylone ou de Jérusalem. Envisageant, à différentes époques, à différentes échelles, ces villes fort différentes elles-mêmes les unes des autres, leurs populations,

  • Après un volume consacré à Industrialisation et changement sociaux dans l´Orient arabe, Beyrouth, 1982, le Centre d´édutes et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain présente une série d´études sur les migrations liées aux mouvements de main-d´oeuvre provoqués à travers la péninsule arabique, dans le Golfe et au-delà par l´exploitation des hydrocarbures, la mobilisation de la rente pétrolière et les phénomènes d´industrialisation, d´urbanisation et de «tertiairisation» qui en découlent: Migrations et changement sociaux... Il s´agit ici encore d´éclairer quelques-uns des aspects de la mutation des sociétés de l´Orient arabe. Échanges entre régions peuplées mais disposant de peu de capitaux et régions manquant de travailleurs mais regorgeant souvent de moyens de paiement, échanges entre sociétés riches de leurs institutions de formation et sociétés en rupture de tradition: les migrants sont aussi bien ici des travailleurs peu qualifiés recrutés en Asie, ou dans les anciennes sociétés paysannes locales, que des ouvriers des villes récemment grossies dans la région ou des cadres et des ingénieurs souvent originaires eux-mêmes de l´Orient. Monographies de filières migratoires, analyses d´entreprises, présentation de cas nationaux, rappel d´ascensions sociales, discussions sur la nature des rapports entre capital et travail, interrogations sur les relations entre migrations et développement: ce livre apporte une contribution supplémentaire à la connaissance d´une partie du monde en pleine transformation et fournira des points de repère utiles dans le débat relatif à l´échange inégal et aux transferts ce technologie.

  • De villages libanais vers les pays du Golfe, vers leurs possibilités et leurs richesses, allaient les espoirs d'entrepreneurs, marbriers, serruriers, métalliers, ou autres, qui, dans les succès de leur migration, n'oublient pas le sol natal. Leurs filières migratoires sont envisagées ici, ainsi que les relations de ces migrants avec les intermédiaires locaux obligés et avec la main d'oeuvre nécessaire, souvent importée elle-même du tiers-monde pour leurs chantiers et leurs usines.

  • Étoile du Croissant fertile située sur l´Euphrate à deux cents kilomètres à l´Est d´Alep, Raqqa est une ville de contact entre le monde des pasteurs nomades, le monde des sédentaires et celui des citadins. Sixième ville de Syrie en 2009, avec environ 250

  • Des sociabilités de l´écrit aux créations plastiques en passant par les paysages musicaux, les scènes théâtrales ou les itinéraires de cinéastes, la production culturelle au Proche-Orient est riche de ses spécificités et de ses diversités. Elle est intime

  • Quartiers « illégaux », « informels », « irréguliers » : les études sur l´urbanisme proche-oriental s´intéressent de plus en plus à ces lieux de la ville où l´habitat contrevient aux règles de la construction et de l´urbanisme. Ces désignations recouvrent

  • Cet ouvrage est une recherche collective diverse et dynamique, qui analyse les données symboliques, discursives, archivales, orales et archéologiques de la formation sociale palestinienne à travers le temps et les lieux. Il comprend des chapitres en franç

  • Les entretiens franco-allemands de Beyrouth. Nul n'ignore le rôle occulte ou déclaré de ces maîtres à penser que sont devenus les orientalistes occidentaux. Nul n'ignore les implications, louables ou critiquables, de leurs recherches dans la perception du monde arabe et musulman et, chemin faisant, dans la conception des politiques de leurs pays à l'égard de ces deux mondes. Ce livre se propose de fournir un éclairage de la question, à partir de contributions d'orientalistes allemands et français, et d'intellectuels libanais. Beiruter Gespräche-Das deutsch-französiche Forum. Niemand kann den offenen oder verborgenen Einfluß von Vordenkern unter den Orientalisten im Westen leugnen.Niemandem können die anerkennenswerten, aber auch abzulehnenden Folgen und Verwicklungen der orientalistischen Forschung auf die Wahrnehmung der arabischen und islamischen Welt verborgen sein, die letztlich die Einstellung und Absichten der Politik gegenüber diesen beiden Welten beeinflussen. Die hier versammelten Aufsätze deutscher und französischer Orientalisten, kommentiert von libanesischen Intellektuellen, hellen diese Zusammenhänge auf. Cet ouvrage inaugure la série des Entretiens franco-allemands de Beyrouth qui sera consacrée à la collaboration scientifique franco-allemande en Orient et qui transcrira le résultat des conférences, ateliers, rencontres..., conjointement organisés par l'Institut français du Proche-Orient (IFPO) et l'Orient-Institut Beirut. Die neubegründete Reihe Beiruter Gespräche-Das deutsch-französische Forum will die wissenschafdiche Kooperation zwischen dem Institut français du Proche-Orient (IFPO) und dem Orient-Institut Beirut (OIB) bei gemeinsamen Kongressen, Tagungen und Projektarbeiten im Orient dokumentieren.

  • Le présent volume réunit les travaux d´une table-ronde tenue en mai 2012, à l´Université libanaise, dont l´objectif était de faire un premier état des lieux de la façon dont est affrontée la question de l´ajustement des formations aux nouveaux besoins du

empty