Presses de l'Ifpo

  • Cet ouvrage trouve son origine dans un colloque, Les patrimoines dans la ville : de la construction des savoirs aux politiques de sauvegarde au Maroc et dans le Monde arabe, organisé les 18, 19 et 20 décembre 1997 à Rabat (Maroc). Jusqu'aux années 1990, l'essentiel des recherches menées sur le patrimoine bâti au Maghreb et au Moyen-Orient portait sur la formation des quartiers historiques, l'architecture domestique des médinas et des centres pré-coloniaux, ainsi que les problèmes posés par leur sauvegarde. Les contributions rassemblées dans cet ouvrage reflètent le changement qui s'est alors opéré dans ce domaine, avec l'ouverture à d'autres approches et d'autres terrains, afin de questionner, dans une optique philosophique, anthropologique ou politique, la notion même de patrimoine, depuis son émergence dans les sociétés européennes jusqu'à sa diffusion planétaire au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Couvrant principalement le Maghreb et le Moyen-Orient, les textes proposés ici re-situent l'état du débat sur les questions de patrimoine à la fin des années 1990, l'attention accordée au legs architectural du passé et à la matérialité des objets s'étant progressivement déplacée vers les processus de patrimonialisation et les constructions culturelles, historiques, politiques, sociales et juridiques qui produisent ces processus. Entre la fin des années 1990 et 2010, la réflexion sur les processus de patrimonialisation a continué de progresser. Cet ouvrage apporte un témoignage clef du développement de la recherche sur ce thème.

  • De nombreuses études sur la Syrie et la Jordanie sont menées par des doctorants d'universités françaises (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lyon, Aix-Marseille, Strasbourg), syriennes (Universités de Damas, Alep, Lattaquié) et étrangères (Barcelone, Rome, Londres, Gérone ...) dans le cadre de collaborations internationales. Le dynamisme des recherches sur la Syrie du Sud organisées par la Mission archéologique française en Syrie du Sud (MAFSS) et la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie (DGAMS) se traduit entre autres par le nombre de doctorants impliqués. Le travail sur le terrain, opérations archéologiques, relevés et études architecturales, prospections thématiques, inventaires épigraphiques occupe une place centrale dans ces études, permettant la production de données originales qui renouvellent les problématiques et les interprétations. Ces études sont réalisées en étroite collaboration avec la DGAMS et le soutien du Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE). La table-ronde organisée par la Mission archéologique française en Syrie du Sud (MAFSS) en décembre 2011 a été l'occasion de réunir ces jeunes chercheurs travaillant sur la Syrie du Sud, auxquels se sont joints plusieurs autres travaillant dans d'autres régions de la Syrie et en Jordanie. Ils ont pu présenter leurs sujets, montrer l'avancée de leurs recherches et leurs résultats, et discuter avec l'ensemble des chercheurs travaillant sur la région. Les articles rendent compte de ces travaux novateurs.

empty