Plon

  • Derrière le message religieux, Frédéric Lenoir appelle à redécouvrir le message fondamental du Christ : une philosophie universelle, porteuse de valeurs éthiques révolutionnaires.Pourquoi la démocratie et les droits de l'homme sont-ils nés en Occident plutôt qu'en Inde, en Chine, ou dans l'empire ottoman ? Parce que l'Occident était chrétien et que le christianisme n'est pas seulement une religion.
    Certes, le message des Evangiles s'enracine dans la foi en Dieu, mais le Christ enseigne aussi une éthique à portée universelle : égale dignité de tous, justice et partage, non-violence, émancipation de l'individu à l'égard du groupe et de la femme à l'égard de l'homme, liberté de choix, séparation du politique et du religieux, fraternité humaine.
    Quand, au IVe siècle, le christianisme devient religion officielle de l'Empire romain, la sagesse du Christ est en grande partie obscurcie par l'institution ecclésiale. Elle renaît mille ans plus tard, lorsque les penseurs de la Renaissance et des Lumières s'appuient sur " la philosophie du Christ ", selon l'expression d'Erasme, pour émanciper les sociétés européennes de l'emprise des pouvoirs religieux et fonder l'humanisme moderne.
    Frédéric Lenoir raconte ici le destin paradoxal du christianisme - du témoignage des apôtres à la naissance du monde moderne en passant par l'Inquisition - et nous fait relire les Evangiles d'un oeil radicalement neuf.

  • 50 ans après Les Héritiers : les étudiants et la culture de Pierre Bourdieu, François-Xavier Bellamy fait le constat alarmant d'une rupture des générations, l'une se refusant de transmettre son savoir, son héritage, à l'autre, et compromettant ainsi les fondements et l'avenir de notre société.
    Cinquante ans après Les Héritiers : les étudiants et la culture de Pierre Bourdieu, paru en 1964, François-Xavier Bellamy dresse le constat suivant : nous voulons toujours éduquer mais nous ne voulons plus transmettre. Cette crise de la culture n'est pas le résultat d'un problème de moyens, de financement ou de gestion. Il s'est produit, dans nos sociétés occidentales, un phénomène unique, une rupture inédite : une génération s'est refusée à transmettre à la suivante ce qu'elle avait à lui donner, l'ensemble du savoir, des repères, de l'expérience humaine qui constituait son héritage. Dans cet ouvrage, l'auteur pose la question : comment reconstruire le dialogue des générations ? Et trace des pistes pour ne pas laisser dans le dénuement une génération qui crie qu'elle ne veut pas mourir.

  • Après son best-seller, Scènes de la vie quotidienne à l'Elysée, Camille Pascal reprend la plume pour se désennuyer d'une société où les bien-pensants triomphent et pour rendre un hommage ému et amusé à la France qu'il aime et qui tend à disparaître.

    " Après m'être essayé à emboîter le pas de ces mémorialistes dont j'ai toujours fait mes délices, pouvais-je prétendre succéder aux auteurs qui ont élevé la chronique mondaine au rang de chef-d'oeuvre absolu ? Evidemment, non. De surenchère littéraire il ne pouvait donc pas être question, sauf à sombrer dans le pastiche sans talent. Il n'était pas davantage envisageable de maquiller ce livre en grave ouvrage d'histoire ou de sociologie, ils abondent, et je n'inscris pas le Collège de France au programme de mes ambitions. J'ai repris la plume pour me désennuyer d'une société où les bien-pensants et l'égalitarisme triomphent, il aurait été un comble que j'ennuie mes lecteurs par de savantes démonstrations.
    Si j'ai entrepris la rédaction de ce livre c'est pour le plaisir d'écrire et de sacrifi er tout à la fois à mon goût du récit et à ma passion de l'anecdote, mais c'est aussi pour rendre un hommage ému et parfois amusé aux derniers proustiens, à cette France que j'aime, qui ne veut pas mourir et qui est parvenue, mais pour combien de temps encore, à suspendre la marche du temps perdu. " Camille Pascal

  • Après son best-seller Voyages en absurdie, Stéphane De Groodt, véritable phénomène du moment, revient avec la suite de ses chroniques. D'improbables rencontres avec Beethoven, Steve Jobs, Marilyn Monroe, le Mime Marceau, Serge Gainsbourg, Claude François...
    Retour en absurdie avec Stéphane De Groodt dont voici quelques perles :
    - Même s'il n'a pas l'ouïe de finesse, Beethoven est devenu la coqueluche du tout-Vienne après avoir dit " Tchao tympans "...
    - Mime de rien, Marcel Marceau a beaucoup fait parler de lui...
    - Oussama me dit qu'il s'est probablement laissé électriser par un Coran alternatif...
    - Serge me demande des nouvelles de Vanessa car tout ce qui touche à Paradis l'atteint...
    - Yoko Ono refusait que j'aille au chevet du leadercool dont elle fut la muse. Et quand la muse gueule, on la ramène pas...
    - J'ai rencontré Marilyn, la Vénus de Miller...
    - Grâce à l'amour de ses fans, Claude François demeure un chanteur mâle heureux...
    - J'ai rencontré Charlot afin qu'il me parle de cette époque où le cinéma muait...
    - Vu le bruit ambiant, je propose à Yves Saint Laurent de discuter à l'extérieur car le silence est Dior...

  • En 1839, au coeur des montagnes du Caucase, les cavaliers musulmans de l'imam Shamil résistent à l'invasion des puissantes armées du tsar Nicolas Ier. Contraints de négocier avec les Russes, ils leur remettent le fils aîné de l'Imam, Djemmal-Eddin, garant de leur bonne foi durant les pourparlers de paix. Le petit garçon, à peine âgé de huit ans, sera obligatoirement rendu à son peuple, une fois les accords signés.
    Mais les Russes, au mépris des traditions, de la parole donnée et du code de l'honneur, l'enlèvent et l'expédient de force à Saint-Pétersbourg.
    L'enfant y connaît une vie d'angoisses, de déchirures, de doutes et de découvertes. Le Tsar, touché par sa dignité, le fait instruire à la cour avec ses propres fils. Djemmal-Eddin devient un lettré, peintre, musicien, excellent officier.
    Cependant il ne renie pas ses origines et reste fidèle à l'Islam.
    Jusqu'au jour où il tombe amoureux...
    Construit comme un roman d'aventure, mais fondé sur une impeccable documentation, Tout l'honneur des hommes est le récit d'une histoire vraie qui met en scène des personnages d'une immense envergure.
    De la résistance tchétchène... aux ors du Palais d'Hiver.
    Des appels du Muezzin... aux valses de Glinka.
    Des farouches cavaliers du Caucase... aux charmes des princesses russes.

  • La momie

    Anne Rice

    Et si le plus grand des pharaons ressuscitait dans l'Angleterre de 1914 ? Voilà la fantastique histoire que nous propose Anne Rice !

    L'absorption d'un élixir l'ayant rendu immortel, Ramsès - rebaptisé Docteur Ramsey pour plus de discrétion - découvre le monde moderne. Mais le souvenir de la belle Cléopâtre le hante. Revenue à la vie à son tour, celle-ci va se révéler bien plus dangereuse que ne le dit la légende...

  • Quand survient la mort du père, est-ce le temps de la fin des secrets et du pardon ? Ou bien celui de la culpabilité ?
    A la mort de son père, Vincent quitte l'Inde où il vit depuis quinze ans pour revenir à Paris. Telle une bombe à retardement, cette disparition fait resurgir du passé des traumatismes enfouis.
    Ce retour sera-t-il le déclencheur pour que se brisent enfin les tabous, que soient dévoilés les secrets et les non-dits familiaux ?
    Un roman sur la culpabilité, le pardon et le pouvoir de destruction du silence.

  • Dans ce livre atypique et intime, l'abbé Pierre n'esquive aucune des questions religieuses qui le hantent. Sa vraie profession de foi.
    Sur le ton de la confidence, avec une totale liberté d'esprit, l'abbé Pierre livre ici, comme il ne l'avait jamais fait auparavant, ses interrogations, ses convictions, et ses indignations sur la foi chrétienne et sur le sens de la vie humaine.

  • Depuis 50 ans, Alain Duhamel est le témoin privilégié de la vie politique française. Après le succès de ses Portraits-Souvenirs, il nous livre ici les scènes politiques les plus frappantes, les plus significatives, les plus pittoresques, parfois les plus

  • Pour la première fois, Marlène Jobert remonte le fil de ses souvenirs et nous fait partager les moments forts de sa vie et de sa carrière.
    " Le besoin de raconter ma vie est né le jour où j'ai réalisé que mes filles savaient très peu de choses sur ma carrière d'actrice, sur ces vingt années intenses dont j'avais refermé la parenthèse à leur arrivée dans ma vie. De mon enfance aussi elles ignoraient presque tout. C'est cette carence, ces blancs dans nos racines qui m'ont convaincue dans un premier temps de faire ce travail de mémoire pour mes filles.
    Puis en avançant dans l'écriture, j'ai pensé assez vite à tous ceux qui m'ont suivie avec une fidélité touchante dans chacune de mes deux carrières, celle d'actrice puis celle d'auteure pour la jeunesse... Et que j'ai accompagné sans m'en rendre vraiment compte de l'enfance jusqu'à la maturité. Ne méritaient-ils pas eux aussi d'en savoir un peu plus, s'ils en avaient envie ?
    En voulant réveiller tous ces clapotis du passé, je fus incroyablement surprise : des flots de confidences se sont naturellement libérés, comme s'ils avaient été retenus trop longtemps par des vannes. Le fil de la pelote de ma vie s'est dévidé tout seul... Une pure magie... Ce qui m'a permis au hasard d'un goût ou d'un parfum de faire surgir le passé dans le présent... Comme toutes les vies, la mienne est un mélange de plaisirs et de douleurs. Il y aura donc ici des lumières d'hier qu'il ne me sera pas toujours agréable de rallumer... mais il y aura aussi tous ces moments heureux et ces rencontres exceptionnelles qui ont su éclairer ma route et dont je savoure aujourd'hui la joie de les partager avec vous.
    J'ai choisi dans mes souvenirs ceux relatifs à ces êtres ou à des évènements que je crois avoir contribué à faire de moi ce que je suis. " Marlène Jobert

  • C'est au casino d'Houlgate, en Normandie, dans les années 60, que tout a commencé. C'est là que Dominique Besnehard a découvert le cinéma et les actrices. C'est là qu'il est tombé fou d'amour, et pour toujours, pour Sylvie Vartan dont il est devenu plus tard l'ami et l'agent. C'est lui qui a découvert quelques belles inconnues nommées Juliette Binoche ou Béatrice Dalle, et défendu les intérêts de nombreuses stars : Jeanne Moreau, Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Sophie Marceau, Nathalie Baye ou Christophe Lambert.
    C'est lui encore, par son improbable " incursion en politique ", qui fut le soutien inconditionnel de Ségolène Royal. Une affaire douloureuse dont il parle avec une grande franchise et beaucoup d'émotion.
    Personnage haut en couleurs, homme de coeur, de passion et de fidélité, il a accepté de se confier sans langue de bois, sans rien cacher de ses interrogations les plus intimes, avec enthousiasme, sincérité et lucidité. À la fois dans les coulisses et sur le devant de la scène, voici le récit du parcours atypique d'un boulimique qui vit, depuis toujours, avec ces êtres étranges et fascinants qui hantent le monde du spectacle, et notre imaginaire.

  • A la veille d'un anniversaire exceptionnel, le témoignage plus libre que jamais de Soeur Emmanuelle, la religieuse préférée des français.Soeur Emmanuelle aura cent ans en novembre prochain. Elle a accepté de donner, à cette occasion, un message tirant les leçons du siècle qu'elle a vécu, contant sa vie de foi, les difficultés qu'elle a rencontrées et l'espérance qui l'anime.
    Elle a gardé la même énergie, le même goût de vivre et, alors qu'elle s'apprête à fêter un anniversaire d'exception, parle plus librement que jamais et révèle des choses qu'elle n'a jamais dites.
    Des confidences parfois savoureuses, souvent étonnantes et toujours émouvantes.
    Sous la forme d'une longue interview donnée à Annabelle Cayrol et Jacques Duquesne, Soeur Emmanuelle aborde, sans aucun tabou, les sujets les plus personnels et les plus saisissants.

  • Bienvenue à Normaland, le pays de la normalité. Ici, tout est " normal ". Ici, personne ne sort du cadre. Ici, nous veillons à ne pas décider pour ne pas déranger. Surtout ne rien faire de peur de mal faire. Attendre. Juste attendre. Par temps calme, cette normalité ne mène nulle part mais ne prête guère à conséquence. Dans les temps agités que nous vivons, elle mène tout simplement dans le mur. Ce qui est en cause aujourd'hui, c'est l'existence même de la démocratie. L'incapacité à faire face à la crise et à lutter contre le chômage, la croissance explosive des inégalités, la faiblesse des dirigeants, leur manque de souffle, de vision, d'ambition, l'absence de grand dessein collectif, tout ceci fait peser un risque sans précédent sur la démocratie. La politique exige de l'audace et du courage. De la créativité et de la vision. À temps de crise exceptionnelle, renouons avec l'exceptionnel. Vive l'anormalité !

  • Célèbre pour ses pastiches littéraires et ses parodies, Pascal Fioretto fait le pari, dans ce roman, de passer une saison entière sans rire. Rarement pari raté n'aura été aussi réussi.
    " Longtemps, j'ai essayé d'être drôle. Je n'ai jamais nourri de plus haute ambition que celle de faire s'esclaffer, à tout prix, mes contemporains. Ces dernières années, j'avais atteint l'apogée de ma carrière en écrivant tous les jours pour l'humoriste préféré des Français. Et puis, j'ai compris que j'avais assez ri et assez fait rire. J'ai décidé de prendre les gens, la vie, la littérature très au sérieux. Je n'ai pas été déçu du voyage... "

  • " Vivez joyeux ! " prêchait l'abbé Rabelais, curé de Meudon. Bons mots, pensées religieuses et humoristiques, perles désopilantes et autres histoires spirituelles : Pour l'humour du ciel ! aurait plu à Théophile Gautier qui honorait le rire. Il le réservait " aux hommes et aux dieux, qui n'ont d'autres plaisirs dans l'Olympe ". Alors ne vous faites pas prier : ouvrez vite ce réjouissant abécédaire à l'esprit... sain, pour être aux anges, heureux comme un pape. De quoi s'ébaudir sans troubler sa foi. Et rire, en tout repos de conscience, chaque jour que le bon Dieu fait. Les moines n'en feront pas un fromage !
    " Le Christ a pardonné à la femme adultère. C'était facile : ce n'était pas la sienne ! " (Georges Courteline) ; " Quand je vois le Christ en croix, les bras m'en tombent " (Paul Claudel) ; " Il ne faut jamais juger un homme sur ses fréquentations. Ne perdez pas de vue que Judas avait des amis irréprochables " (Paul Verlaine) ; " La récollection des religieuses, qui devait avoir lieu à Athée... " ( Église en Côte-d'Or, 15 mars 1981).

  • Après " Les Trois Frères ", les aventures d'Aldo Morosini se poursuivent à la recherche de Marie-Angéline, des rubis et du " Diamant de Bourgogne " du Téméraire.

    De disparitions en découvertes, de mensonges en révélations, de Paris à la Franche-Comté en passant par la Suisse, le trésor de Charles le Téméraire ne cesse d'entraîner Aldo Morosini et son " gang " dans une folle aventure.
    Après avoir réussi à localiser les trois rubis dits " Les Trois Frères ", c'est à la poursuite d'un gros diamant bleuté " Le Diamant de Bourgogne " que se lance notre héros.
    Mais Aldo Morosini doit avant tout retrouver Marie-Angéline qui s'est enfui en lui subtilisant le rubis qu'il gardait précieusement...

  • Après ses deux best-sellers, Les Demoiselles de Provence et La Dame du Palatin, Patrick de Carolis nous livre le journal intime et romancé de la mère de Napoléon, nourri des archives inédites auxquelles il a eu accès.
    " Qui aurait pu prédire un avenir si glorieux ? Comment imaginer enfanter tant de rois et de reines, de princes et de princesses et ce demi-dieu qui fit trembler l'Europe ? L'envol de l'aigle. La bataille d'Italie et le 18 brumaire, le Consulat puis l'Empire et nous, sa famille, happée dans le sillage de son fabuleux destin. Promue Altesse Impériale par la grâce de mon fils, je n'oublierai jamais, malgré la richesse et la gloire, que mon sigle se limite à trois lettres : L.R.B (Letizia Ramolino Bonaparte).
    Jamais je ne me suis laissée impressionner par les ors de l'Empire, seul comptait pour moi l'avenir de mes enfants. Ceux qui souffraient le plus avaient ma préférence. Le sort de Lucien fut mon grand désespoir. Refusant les diktats de son frère, il sera banni de la succession. Joseph, l'ainé, hésitant dans ses choix ; Louis trop fragile pour régner ; mes filles volages ou ambitieuses, brillantes et inconstantes ; Jérôme immature et dépensier. Mon coeur saigne pour eux. Ils ont connu les plus grands égards. Aujourd'hui ce sont des apatrides. Ils se tournent vers moi pour une aide, un soutien. Mon sens de l'économie, cette avarice dont on m'accuse, me permet d'adoucir leurs charges.
    Mater Napoleonis, je l'ai été jusqu'à l'épuisement. J'ai tout vécu : les adieux de Fontainebleau, la retraite de l'île d'Elbe, les Cent-Jours puis la chute finale, l'exil à Sainte-Hélène. Je voulais l'y rejoindre mais il s'y refusa. Désespérée, j'écrivais à toutes les cours d'Europe. Rien ! Aucune réponse, j'étais inconsolable. Puis cette mort sans honneur que j'appris bien plus tard. Elisa n'était plus, Pauline allait s'éteindre puis le Duc de Reichstadt et d'autres encore... Mon lot de malheur semblait sans limites. Je les ai tant aimés mais j'ai tellement souffert. Ne suis-je pas la mère de toutes les douleurs ? " Patrick de Carolis

  • S'il est un homme d'Etat qui a inspiré les biographes, c'est bien Charles de Gaulle. Mais qui peut mieux le connaître que son propre fils, ce témoin privilégié qui a vécu au plus près toutes les étapes de son épopée ? Qui peut mieux le décrire en famille, toutes portes de la maison refermées, entouré de ses enfants et petits-enfants, et veillé amoureusement par son épouse, l'écouter quand il parle et ne veut pas être entendu, traduire la moindre inflexion de sa voix et ses silences ? Qui peut atteindre son coeur jusque dans les moments les plus secrets, partager ses confidences sur tout, aussi bien sur sa vie privée que sur l'Histoire, sur ses bras de fer avec Churchill et Roosevelt, sur ses démêlés avec Pétain ou Giraud ? Sur la poésie et sur la forêt, comme sur l'échec de Dakar, ses relations avec les résistants et son face à face avec Staline ? Si Philippe de Gaulle a accepté pour la première fois de se livrer aussi profondément aux questions incisives de Michel Tauriac, ce n'est pas seulement pour répondre aux interrogations que l'on continue de se poser sur l'auteur de ses jours, c'est également pour détruire les affabulations et les interprétations abusives, remettre les pendules à l'heure, éclaircir les mystères qui planent encore sur différentes affaires - tels l'assassinat de Darlan et le coup de force du Général contre les Alliés pour libérer Paris, conserver Strasbourg et traverser le Rhin. Plus qu'un recueil d'entretiens, ce livre est un témoignage sans précédent qui se lit comme un roman.
    Ecrivain et journaliste, Michel Tauriac est l'auteur de nombreux romans et documents. Fasciné par l'épopée gaullienne depuis sa prime jeunesse, il a réalisé de multiples documents sur ce sujet pour la presse écrite et audiovisuelle.

  • Traductrice de romans érotiques, Léna voit l'univers des livres auxquels elle consacre ses journées envahir brutalement son quotidien.
    Léna et Thomas s'aimaient d'amour tendre...
    Moralité : ils s'ennuient au logis. Léna attend désespérément une réponse pour le manuscrit auquel elle a consacré un an d'efforts. Elle trompe son inquiétude écrivant des frivolités, et en traduisant Dangereux Louboutin, la série romanesque qui révolutionna l'érotisme outre-Atlantique, désormais prête à conquérir l'Europe des amateurs d'eau de rose corsée.
    Thomas aspire à se réaliser dans l'architecture éphémère. En attendant, il travaille dans une agence dont chaque projet apporte une pierre à l'édifice de son ennui.
    Et voici que la romance américaine fait irruption dans leur existence parisienne sous les traits d'un jeune étalon bodybuildé à intellect limité.
    Léna succombera-t-elle ? Son amour pour Thomas résistera-t-il à la tentation de l'éphémère ? Bref, notre civilisation tout entière s'abandonnera-t-elle enfin à la tentation du Nunuche ?

  • Un grand-père royaliste et... banquier ; une grand-mère qui éduque sa petite fille suivant des principes d'avant la Révolution française ; une mère névrosée qui aime les hommes et très peu sa fille ; un père officier de cavalerie plus que lointain. Voilà la famille de Mademoiselle de Buron, jeune fille bien élevée, portant particule, une qualité fort utile pour trouver des petits boulots (assure-t-elle).
    Successivement prof au pair dans une pension du Yorkshire ; nounou de deux fillettes dont l'aînée essaie de jeter sa cadette par la fenêtre ; retenue comme secrétaire par la Banque Royale d'Angleterre mais à qui l'administration britannique refuse son permis de travail, elle devient enfin assistante dans un journal féminin parisien où elle doit pointer... à 6 h 30 du matin !
    Tels furent les débuts de la vie professionnelle de cette jeune personne. Son enfance évoque Les Malheurs de Sophie ; son adolescence ressemble à du Zola. Mais l'humour sauve tout et Nicole de Buron n'en manque jamais.
    Et elle suit obstinément cette ligne de conduite

  • Le trio mari-épouse-maîtresse revu et corrigé par Françoise Dorin : quand la femme et la maîtresse réalisent un équilibre plus solide qu'il n'y paraît. Gilles, Paule, Victoria, le mari, la femme et la maîtresse... Oui ! L'immuable trio, mais revu et corrigé par l'humour de Françoise Dorin.
    Maintenant le ménage à trois n'est plus ce qu'il était : hier, l'Epoux infidèle s'efforçait de tromper sa femme dans la plus stricte clandestinité. L'Epouse pouvait sans difficulté sauver la face et sa position sociale. La Maîtresse devait se résigner ou partir.
    Aujourd'hui, les relations ont changé et les Epouses gardent leur emploi bien rémunéré de "gérantes du quotidien", heureuses d'être relayées par des "suppléantes" avisées qui préfèrent leur situation d'intermittentes au ministère des Loisirs à deux. Alors...
    De Paule, la "gérante de vie", ou de Victoria, la "suppléante", qui va gagner ?
    Et d'abord, y aura-t-il une gagnante ? ou, après tout... un gagnant ?

  • Pierre Mondy est l'un des acteurs les plus populaires de France, et quand il raconte ses soixante ans de carrière, on comprend pourquoi! Celui qui fit ses classes au cours Simon où on lui avait prédit "une carrière plutôt tranquille et régulière", a tourné avec les noms les plus prestigieux du cinéma français: Jean Becker, Julien Duvivier, Henri Verneuil, Yves Allégret, Abel Gance, Costa-Gavras, Robert Lamoureux... Il s'est aussi bien incarné dans la comédie, La 7e Compagnie, Le Téléphone rose, qu'en Napoléon dans Austerlitz. Metteur en scène à succès de théâtre: Oscar, La Cage aux folles, Le Fil à la patte, Le Dîner de cons... il alterne avec talent le plaisir de jouer et celui de diriger. Lui qui fut l'un des premiers à interpréter en direct les grandes dramatiques à la télévision, prête sa rassurante bonhomie depuis quinze ans au commissaire Cordier.
    Une enfance choyée, des amitiés hilarantes avec De Funès, Le Poulain, Montand, Périer, Maillan, Poiret, Auteuil, Clavier... de belles amours évoquées en douceur, Pierre Mondy nous offre un récit truffé d'anecdotes drôles, intimes et émouvantes. Une vie de passions sans regret.

  • Le pétrole a toujours été le principal enjeu planétaire et pourtant, aujourd'hui comme hier, il reste entouré de nombreux mystères.
    Pour la première fois, ce livre révèle ce qui a été soigneusement dissimulé aux opinions publiques :
    Pourquoi le fameux choc pétrolier de 1973 n'était qu'une manipulation, le résultat d'une entente entre les pays de l'OPEP et les grandes compagnies pétrolières.
    Pourquoi les chiffres concernant les réserves mondiales de pétrole sont totalement faux, volontairement grossis par les pays producteurs. En Arabie Saoudite et en Russie, les montants exacts relèvent même du secret d'Etat.
    Comment Washington a utilisé l'arme du pétrole saoudien pour provoquer l'effondrement de l'Union soviétique.
    Pourquoi, dés mars 2001, six mois avant le 11 septembre, des cartes de l'Irak sur lesquelles étaient tracées les futures explorations pétrolières servaient de documents de travail au vice-président Cheney et à des responsables pétroliers, au sein d'un groupe surnommé " la société secrète ".
    La Face cachée du pétrole est le résultat d'une longue enquête qui a conduit Eric Laurent - auteur notamment de La Guerre des Bush - en Chine, en Asie centrale, dans la zone de la mer Caspienne et dans le golfe Persique.
    Désormais, pour six barils consommés chaque jour, un seul est extrait et nous somme à la veille d'un choc pétrolier d'une ampleur sans précédent.

  • Le premier roman historique de Stéphane Bern qui met en scène l'histoire extraordinaire de Marie Blanc surnommée "la grande dame de Monaco".

    Au milieu du XIXe siècle, François Blanc possède et dirige le casino de Bad Homburg dans la Hesse. Veuf et immensément riche, il a plus de quarante ans quand il remarque une toute jeune fille qui vient de rejoindre comme lingère son nombreux personnel : Marie, fille d'un modeste cordonnier, est vive, intelligente, très jolie. Sans doute est-elle l'épouse qu'il lui faut, mais auparavant son éducation est à parfaire. François deviendra son Pygmalion. En effet, il décide de l'envoyer étudier les bonnes manières à Paris, dans un couvent pour jeunes filles étrangères où elle passera trois ans. En 1852, il épouse Marie qui sera tout à la fois sa femme, sa collaboratrice, et l'atout charme de son incroyable réussite.
    Entre Bad Homburg et Paris, le couple mène une vie éblouissante jusqu'au jour où le prince Charles III Grimaldi fait appel à François Blanc. Commence alors en principauté de Monaco la formidable aventure de la Société des bains de mer, du casino, de l'hôtel de Paris, de l'Opéra... Ainsi est né le Monte-Carlo d'aujourd'hui.
    A la mort de François, Marie reprend en main l'empire du jeu et devient une redoutable femme d'affaires.
    Stéphane Bern nous raconte le destin exceptionnel, inspiré d'une histoire vraie, d'une jeune fille pauvre qui deviendra l'une des femmes les plus riches du monde.

empty