Numérilivre

  • Quelle relation y a-t-il entre Hiram et l'arbre ? Une relation d'identité : Hiram est un Arbre de Vie - ce que la branche d'acacia suggère. Mais il est bien plus encore : chacune des positions de son corps - renversé, couché, relevé, debout - évoque la position d'un arbre mythique - l'Arbre Inversé, l'Arbre des Morts, l'Arbre Dressé, l'Arbre des Vifs - et toute la symbolique qui s'y rattache : la cosmogonie du temple, les trois mondes (la Terre, les Enfers et le Ciel), le sens de la vie, la quête de la Connaissance, l'ascension vers la Lumière, la régénération, l'immortalité...


    Ainsi, à travers le mythe maçonnique du Maître nous retrouvons, retraçons et revivons ces mythes et ces rites qui sont les fondements culturels de nos sociétés.


    Le thème universel de l'arbre éclaire d'un jour nouveau, mais ô combien significatif, l'enseignement anagogique de ces traditions - c'est-à-dire l'élévation spirituelle, dont la tradition maçonnique est elle-même l'héritière.

  • Quarantaine

    Maalouf Guille Nayla

    Une femme. Le continent africain. Les cultures et les personnes, les couples mariés et la langueur s'enchevêtrent jusqu'à se perdre dans le coeur du mystère Noir. Un récit intense, digne, parlant du désespoir avec un humour à la force de vie en chacun de nous.

  • Le grade de Compagnon est l'un des plus complexes, parce que c'est l'un des degrés symboliques les plus riches en thèmes du «Rite Écossais Ancien et Accepté». Le Compagnon opératif et le Compagnon spéculatif, le grain de blé qui devient graine d'homme, les deux sphères entre Ciel et Terre, les arts libéraux entre tradition et modernité, le temple qui se construit par la géométrie et par les nombres, la pierre cubique à tailler, l'étoile flamboyante qui s'illumine tout, à ce degré, fait appel à la Connaissance. Pour la première fois, dans le cadre de travaux de recherches très approfondis, ce livret développe, par des schémas explicatifs simples, comment l'initié passe de l'homme au coeur de l'étoile à l'étoile au centre de la pierre cubique à pointe, et de la pierre cubique à pointe à la construction du temple des Maçons. Par ce biais, il montre aussi l'interconnexion fondamentale qui existe entre ces différents thèmes qui paraissaient éloignés à première vue, redonnant ainsi au grade de Compagnon toute la force, la beauté et la sagesse qu'il retrouve dans sa cohérence.

  • L'Illustre Élu des Quinze est un des degrés de Vengeance. Il se réfère à la justice. Mais les atrocités auxquelles la légende nous fait participer, inspirent un sentiment d'horreur au lecteur d'aujourd'hui et c'est bien normal!
    L'incompréhension que suscite ce grade provient de deux erreurs d'interprétation. D'abord, ce rituel qui apparaît vers le milieu du XVIIIe siècle, porte la trace de la vision chrétienne de l'époque où il a été élaboré: plutôt que d'une exécution, il s'agit du sacrifice de ce qu'il y a de mauvais en nous. Ensuite, quand nous évoquons la justice, nous pensons à la justice sociale. Ici, il n'en est rien: nous sommes confrontés à la justice divine, prise dans sa conception théologique. Les têtes coupées des trois mauvais Compagnons correspondent au rejet des «faux esprits», de notre ego, du «moi» tout puissant. Détachées de l'animalité des corps (qui sont ouverts de la poitrine au pubis pour permettre à l'âme de se libérer) et fichées sur des pieux, elles s'élèvent à présent vers le ciel. La triade négative d'Abiram, Sterkin et Oterfut celle qui avait détruit la triade modèle de Salomon, Hiram Abi et Hiram de Tyr , a été éradiquée. Une nouvelle s'y substitue: celle de Salomon, Adoniram (qui signifie en hébreu le «Seigneur» ou le «Maître Hiram») et Hiram de Tyr. Le monde peut alors retrouver la paix, et l'initié la lumière divine (l'«Aïn Soph Aor») vers laquelle il se tourne désormais pour qu'elle rayonne en lui

  • Dans le grade de Maître, la gestuelle est particulièrement éloquente et occupe une place capitale : la marche à reculons, le retournement et le renversement du récipiendaire, les voyages à la recherche de l'architecte, la découverte du corps, le signe d'horreur, les tentatives infructueuses de relèvement du mort pratiquées par les deux Surveillants, son redressement par les trois lumières de la loge, les attouchements de vie que sont les cinq points parfaits de la Maîtrise... tout, absolument tous les mouvements et toutes les postures qui sont vécus dans le rituel sont signifiants car ils sont éminemment symboliques. Que signifient-ils ? Le retournement du mort exprime le retournement de la vie. L'étoile flamboyante (dans laquelle s'inscrit l'homme) s'éteint progressivement pour annoncer qu'une étape de l'existence disparaît pour qu'une autre apparaisse. Le renversement du récipiendaire évoque sa « metanoïa », la transformation totale de l'être. Les circumambulations autour de son corps recentrent le monde sur son « point d'essence », son être intérieur. La branche d'acacia, toujours verte, indique que par-delà la mort la vie est toujours présente, qu'il y a « de la moelle dans les os » ; que cette moelle est la connaissance qui se transmet par la tradition : et qu'elle se revivifie dans un nouveau Maître qui la relève, qui se relève, « plus radieux que jamais ».
    Alors, du monde physique au monde spirituel, des connaissances de l'ancien Maître à la reconnaissance du nouveau, une trans-ascendance s'opère. Elle ouvre, par les trois degrés de la « Petite Maîtrise » (qui réunit les 3ème, 4ème et 5ème degrés) vers une poursuite du mythe salomonien dans les ateliers supérieurs...

  • Le 5ème degré de Maître Parfait et le 6ème de Secrétaire Intime font partie des «degrés de la Connaissance» (qui regroupent la série du 4ème au 8ème degrés).
    Mais à l'intérieur de ces grades, le 5ème degré s'explique lui-même par ce qu'on appelait autrefois «la petite maîtrise» (elle réunissait les 3ème, 4ème et 5ème degrés).
    C'est dans cette perspective que nous introduisons les 5ème et 6ème degrés - parce qu'ils se situent dans la continuité des précédents. En effet, ils forment eux-mêmes un ensemble de légendes qui deviennent lumineuses sous l'éclairage que leur donne la kabbale, en considérant notamment les colonnes de l'«Arbre de Vie».
    Avec le Maître Parfait nous étudions, à partir du tableau de loge et des voyages de l'impétrant: les sources de l'histoire, le sens de l'hommage rendu au défunt, la symbolique du deuil et du recueillement, la colonne de l'«Harmonie» et l'«Arbre des Sephiroth», la quadrature du cercle, la pierre cubique et la pierre cubique à pointe du mausolée, pour ouvrir enfin sur la construction du temple spirituel.
    Avec le Secrétaire Intime, nous analysons les notions de zèle et de transgression, de curiosité et de connaissance pour montrer comment Johaben, en focalisant l'opposition d'Hiram de Tyr (colonne de la «Rigueur») et de Salomon (colonne de la «Miséricorde»), parvient finalement à reconstituer le ternaire initial en lieu et place d'Hiram Abi, et à recréer un ordre (celui de l'équité) qui ouvre sur les «Sentiers de la Sagesse». Il annonce ainsi les degrés ultérieurs.

  • Le 7ème degré de Prévôt et Juge et le 8ème degré d'Intendant des Bâtiments achèvent le premier cycle des « degrés de Perfection », connu sous le nom des « degrés de la Connaissance ». Et c'est bien de connaissance qu'il s'agit dans ces degrés qui sont les colonnes de fondation du temple intérieur de l'initié.
    Dans le prolongement des 3ème au 6ème degré, le Prévôt et Juge inscrit la justice dans la vision du juste, la fondant sur l'idée d'équité entre la rigueur du droit et la miséricorde du coeur. Il répond à plusieurs questions : Comment appliquer la justice ? À qui, où et quand ?
    Le rituel, enrichi d'une symbolique des nombres et des couleurs très expressive, permet d'analyser le tableau de loge de manière exhaustive, et de dégager ainsi toute la profondeur spirituelle que recèle ce grade.
    Le 8ème degré est la synthèse de l'ensemble des degrés précédents, il est leur aboutissement. Il donne du sens à la voie parcourue et oriente vers les degrés ultérieurs. Il annonce, avec la chambre secrète et ses trésors, la descente dans la Voûte Sacrée du Chevalier de Royal-Arche. C'est donc un grade charnière entre les deux cycles du 4-14.
    De source hébraïque évidente (ses autres titres de « Maître en Israël », « Maître Écossais des Trois J.J.J. », « Maître des Trois Iod » ne laissent aucun doute sur le sujet), il s'appuie sur l' « Arbre de Vie » des sephiroth et sur le « Monde de la Formation » pour percer le sens des mots sacrés et en dévoiler toute l'étendue.
    Les « degrés de la Connaissance » conduisent le néophyte au centre de lui-même. Ils lui font suivre un chemin initiatique de perfectionnement qui le fait passer par les étapes de la quête de vérité, du devoir, de l'affliction, de la curiosité, du zèle et de l'amour, de la rigueur, de la justice et de l'équité, de l'équilibre et de l'harmonie. À présent, il est fin prêt à reprendre le chantier.

  • Le 9ème degré de Maître Élu des Neuf pose bien des questions :
    D'abord, pourquoi la punition des assassins arrive-t-elle si tard alors qu'Hiram est mort et enterré depuis longtemps ?  Et qui est cet inconnu qui mène Johaben à la caverne d'Abiram ? A-t-il un chien ou pas ?
    Pourquoi un arc-en-ciel, un buisson ardent, une étoile brillante au-dessus de la caverne... mais une étoile noire sur le plateau du Très Souverain Maître ?
    Et les symboles à l'intérieur de la grotte : une lampe, une fontaine et un poignard, que signifient-ils ? Quant au geste de Johaben, s'agit-il d'un crime de lèse-majesté divine, d'un crime de lèse-majesté humaine ou d'un crime qui le lèse en particulier ? D'ailleurs, est-ce un crime, une vengeance personnelle, un acte de justice... ou une oblation, c'est-à-dire une immolation, un sacrifice rituel ? Et puis, comment s'inscrivent dans ce récit la loi du talion, la loi de proportionnalité, le droit de réparation et le droit à compensation ?  Ensuite, pourquoi Johaben fait-il toujours du zèle ? Pourquoi éprouve-t-il le besoin de couper la tête d'Abiram pour la rapporter à Salomon ?  Enfin pourquoi le roi, qui s'apprêtait à condamner le délinquant, lui a-t-il pardonné ? Simplement parce que huit autres Maître Élus des Neuf ont intercédé en sa faveur ? Faible motivation pour un monarque ! Est-ce bien la véritable raison ?  Comme pour les autres questions, n'y a-t-il pas d'autres réponses plus initiatiques, qui se cachent derrière celles que divulgue le rituel ? C'est à les découvrir et à faire cette recherche ensemble que cette étude vous sollicite...

  • Le 14ème degré du Rite Écossais Ancien et Accepté est un des plus complexes, mais aussi un des plus complets. Sa complexité s'explique par :
    - la diversité des sources qui l'alimentent,
    - son positionnement comme synthèse des degrés précédents et fin des degrés salomoniens,
    - mais aussi comme introduction aux Chapitres,
    - enfin son message, qui fait le lien entre l'ancienne Loi qu'il clôt et la nouvelle qu'il annonce.
    Ce livre étudie :
    - la genèse du grade,
    - les personnages de la légende,
    - les modèles du Temple de Salomon (ceux d'Hénoch, de Moïse, et de David),
    - sa structure (le Saint des Saints, le Lieu Saint, le Parvis et le Portique),
    - ses trésors (l'Arche d'alliance, le candélabre d'or à sept branches, la table des pains de proposition, l'autel des parfums, la mer d'airain, l'autel des holocaustes),
    - la Voûte Sacrée et la Loge Royale,
    - les significations des couleurs et des nombres dans le rituel,
    - la pierre d'agate, la pierre de fondation, la pierre cubique à pointe et la pierre cachée,
    - l'architecture des différentes initiations,
    - les décors du Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon,
    - l'idolâtrie de Salomon, la violation de ses devoirs et ses conséquences,
    - le martèlement du Nom Ineffable,
    - le sacrifice de Galaad,
    - l'exil du peuple juif,
    - la dispersion des Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons,
    - et enfin le 14ème degré, perçu comme synthèse des grades qui le précèdent et prémisse de ceux qui le suivent.
    Ce degré nous enseigne que sans amour, il n'y a pas de véritable connaissance...

  • Un groupe d'amis, intéressé par le problème général des objets volants non identifiés, se trouve brutalement impliqué, sans le vouloir, dans une intrigue internationale dangereuse. Alors qu'ils se contentaient d'étudier des documents militaires déclassifiés, la réalité de ce qu'ils soupçonnaient éclate et coûte la vie à l'un d'entre eux.
    Leurs aventures entraînent le trio dans un vaisseau spatial étranger, dans les coulisses des services de renseignements français puis au Etats-Unis où ils découvrent que leur vie ne vaut pas grand chose face aux lobbies internationaux, acharnés à conserver leurs privilèges.

  • Le grade de Maître Secret est très riche d'enseignements : le langage des couleurs, les décors de la loge, la cordelette, le voile noir et son équerre d'argent, la clef d'ivoire, la balustrade, la montagne, le cartouche, les branches de laurier et d'olivier, voilà de nombreux éléments qui, si l'on porte attention à la signification symbolique qu'ils recouvrent, éclairent d'une lumière vive l'approche spirituelle de ce premier degré des loges de Perfection.
    La vêture du Trois Fois Puissant Maître, le tablier et le sautoir du Maître Secret confortent le sens attribué à ce grade.
    Il comporte en effet de multiples messages qui se répondent les uns les autres comme des miroirs en perspective se renvoient leurs reflets: Ordo ab Chao, l'ombre et la lumière, la loi universelle, le devoir, la vérité et la parole perdue, la connaissance et ses sentences sont autant de réflexions cohérentes et complémentaires qui font écho au discours que recèle le rituel.
    Mais quel est le véritable sens du grande de Maître Scret ? C'est à le decouvrir et à poursuivre la quête que vous convie la recherche entreprise dans ce livre...

  • La psychanalyse dite chaque année moribonde en raison des progrès des neurosciences et de la pharmacopée est maintenant plus que centenaire... et continue de traverser le temps ! Toutefois, en l'empruntant aux praticiens et en la simplifiant, jusqu'à en faire péjorativement "la psy", ...

  • La deuxième guerre mondiale. Six ans pour les armées, de 1939 à 1945. Quatorze ans pour les civils.De l'avènement du nazisme en 1933, au tour de France cycliste en 1947, symbole de la liesse populaire retrouvée.

  • Le surnaturel existe, preuves à l'appui. Encore faut-il, si nous voulons bien l'approcher sans a priori, nous poser les bonnes questions. Pour nous aider dans cette démarche, Gilbert Garibal, psychosociologue et écrivain, a interrogé le médium Eric-Jacques de Mollet à propos de ces fabuleuses inconnues qui nous entourent.
    La voyance en est une. En sept séquances, ils abordent ensemble le long cheminement des diverses formes de divination devenue voyance à travers les âges Jusqu'à constater ses nombreuses applications sociales contemporaines, puis tracer son... avenir; précisement dans un monde qui doute et en quête de spirituel, à l'orée du nouveau millénaire.

  • Vais-je être à la hauteur ? ...Pourvu que je ne perde pas mes moyens ! ... Je crains d'être dépassé par les évènements !... Autant d'expressions populaires pour qualifier "le manque de confiance en soi", ce sentiment d'éventuelle autotrahison. Notre imagination, si nous la laissons faire, ...

  • Vive curiosité, suspicion, préjugés sont les réactions qu'inspire le plus souvent la franc-maçonnerie, régulièrement exposée aux feux de l'actualité. Comme toute organisation "fermée", elle donne envie de savoir ce qui se trame derrière ses murs et fournit aux imaginations fertiles l'opportunité de fantasmes les plus folkloriques.

empty