Vie pratique & Loisirs

  • Depuis 2013, une bactérie en provenance du continent américain décime les oliviers centenaires du sud-est de l'Italie. Son nom obscur - Xylella fastidiosa - semble entretenir le mystère qui pousse une espèce vivant en harmonie dans son milieu naturel d'origine à semer la désolation ailleurs, comme le fit le champignon invasif responsable du mildiou de la pomme de terre, à l'origine de la famine qui tua un million d'Irlandais au milieu du XIXe siècle, ou le phylloxéra, puceron ravageur des vignes françaises dans les années 1860-80.

    L'emblématique pathogène Xylella est l'un des représentants les plus redoutés des nombreuses espèces exotiques envahissantes - micro-organismes, animaux et plantes invasives - qui se propagent à la surface du globe en suivant les voies de circulation d'une mondialisation par trop négligente. Affectant non seulement l'agriculture mais aussi la santé publique - à l'image du moustique-tigre, vecteur des virus de la dengue et du chikungunya -, ces bio-agresseurs invasifs sont synonymes de graves nuisances écologiques pour les écosystèmes et la biodiversité, tel le charançon, nuisible aux palmiers de la Côte d'Azur, les grenouilles-taureaux fatales aux reinettes, ou la plante jussie, cauchemar des milieux aquatiques...

    Une enquête pour mieux cerner ces prédateurs, comprendre le phénomène de prolifération invasive et mettre en lumière les acteurs méconnus de l'épidémiosurveillance engagés dans la détection et la lutte contre ces nouveaux fléaux.

  • Le marché de l'eau en France demeure opaque. Pour la plupart des habitants des plus grandes villes, la facture est souvent invisible, car noyée dans les charges collectives. Sait-on pourtant que le véritable prix du mètre cube d'eau en France est de 1,50 euro, quand le prix moyen payé par les abonnés en France est de 3,98 euro par m3 ?

    Petits arrangements, conflits d'intérêts, corruption... Au terme d'entretiens menés, entre autres, avec Marc Laimé, consultant indépendant spécialisé dans l'eau et l'assainissement, et Jean-Luc Touly, syndicaliste de Veolia et principal opposant à la gestion privée de l'eau, Thierry Gadault lève le voile sur les scandales soigneusement dissimulés en Île-de-France, en Guadeloupe, en Avignon ou à Lourdes, où sociétés privées et élus locaux s'entendent au détriment des usagers.
    Une enquête édifiante sur une situation intolérable à l'heure où, avec le changement climatique et l'apparition de nouvelles pollutions chimiques, la gestion de l'eau devient cruciale.

  • En 2011, lorsque surgit une question relative à la pollution des nappes phréatiques dans le nord de la France par une substance chimique - le perchlorate - retrouvée dans l'eau du robinet au niveau des anciens champs de bataille de 14-18, le doute s'installe : y aurait-il un lien avec la Grande Guerre ? Là-bas, près de Verdun, en pleine forêt, rien ne pousse. Exception visible, ou n'a-t-elle fait qu'échapper au crible de l'oubli ? Que se cache-t-il sous terre, entre preuves et soupçons ?

    À la fin de la Première Guerre mondiale, on estime au total, plus d'1,5 million d'obus chimiques et 300 000 obus explosifs ont ainsi été éliminés dans la Meuse, près de Verdun. L'usage, la destruction et le recyclage de cet arsenal cyclopéen constituent aujourd'hui un héritage toxique centenaire. La Meuse n'est ni un cas ni un département isolé : ailleurs, d'autres lieux ont assimilé le traumatisme tellurique de la Grande Guerre.

    L'enquête historique et environnementale de Daniel Hubé, géologue de métier mais surtout par passion, ne figure dans aucun livre. Sa mission ? Faire émerger du passé des questions enfouies. Ses pérégrinations l'ont conduit vers des spécialistes des munitions, puis à se plonger dans les archives, en France et à l'étranger, avant de s'armer de drones pour restituer l'un des derniers secrets de la Grande Guerre et, ainsi, "évaluer la matière à panser".
    Un document unique qui pose, aujourd'hui plus que jamais, la question des pollutions de guerre et des désastres écologiques liés aux conflits du XXe siècle.


  • « Prêt(e) à embarquer pour un tour de France un peu particulier ? Les premières étapes seront dédiées à la pratique des jeunes filles et des femmes. Je vous propose ensuite de grimper jusqu'aux sommets du sport de haut niveau. Fatigués ? À mi-parcours, une pause virtuelle est prévue pour mieux comprendre le rôle clé d'Internet dans le développement et la promotion du sport féminin. Avant de repartir, à petites foulées, sur les sentiers fleurissants de la course à pied. Le sprint se final se jouera dans les arcanes du sponsoring, un milieu en pleine effervescence. Nous franchirons enfin la ligne d'arrivée en compagnie de femmes qui essaient de se frayer un chemin dans le monde encore très mâle du sport. Allez, c'est parti, en avant toutes ! »

    Connaissez-vous les « Mercredis du handball » ? À votre avis, combien de femmes pratiquent le running ? Avez-vous déjà entendu parler de l'aéroboxe ou du body karaté ? Saviez-vous que des cours d'escrime existent en place pour les patientes atteintes d'un cancer du sein ? Et, oui, le sport en entreprise prend de l'ampleur !
    Un essai pour penser le sport comme source de progrès de la place des femmes en France - étayé de témoignages de sportives, anonymes ou célèbres, d'encadrés ludiques et d'interviews d'experts - à travers lequel se dessine le reflet d'une nouvelle société en mouvement, qui plaide pour la mixité, la coopération et la solidarité.

  • « Ce livre est le livre de ma vie. Il me raconte, mais surtout il vous raconte. Vous, toutes les femmes que j'aime et qui illuminez ma route au quotidien. J'aime votre douceur, votre intelligence, votre clairvoyance, votre audace, votre sensibilité à fleur de peau, votre obstination, votre parcours parfois chaotique, d'où le charme de celui-ci. Votre pouvoir est infini et votre conscience éveillée. J'aime nos discussions éclairées, nos fous rires et plus encore, nos aveux, nos secrets de femmes, nos envies communes et surtout notre patience d'être mère, y compris avec notre homme qui est parfois un enfant de plus à rassurer. J'aime la Femme, car elle renferme au creux de ses entrailles le renouvellement de l'humanité. »

    /> Expérience singulière et mystérieuse, la parentalité est une aventure à la fois intime et universelle. Pour comprendre son désir de maternité, Claire, maman à l'énergie communicative et au mode de vie atypique, a interrogé tous les acteurs qui jalonnent la vie d'un enfant, de la grossesse à l'adolescence. À la lumière des paroles recueillies se dessine le portrait d'une femme qui revendique ouvertement la joie de porter la vie, de s'épanouir en tant que mère sans pour autant s'empêcher de vivre ses rêves les plus fous.

    Un voyage initiatique et poétique à la rencontre de ces femmes qui ont fait du don de soi un enjeu pour demain.

  • Laurence Pernoud avant l'heure ? Ce traité du XIXème siècle fourmille de recommandations qui suscitent le rire et le sourire, nombre de préceptes sont aussi plein de bon sens et utiles à rappeler !

  • Parce qu'entre la gestation pour autrui et la réforme des allocations familiales, la placentaphagie, le congé parental, et les places en crèche, l'univers de la maternité se révèle complexe, politique, rock'n'roll, et surtout pluriel, tout comme la définition du mot « mère » qui en appelle mille autres.

  • Vous le connaissez bien, ce sentiment. Il vous surprend au restaurant, quand le serveur est mieux habillé que vous. Il vous rattrape au travail, quand le chef oublie de vous dire bonjour, on vous le renvoie en famille, où de toute façon, quoi que vous fassiez, tout est déjà joué par avance. Ce n'est pas que le monde entier vous manque de respect ou vous méprise. Non, c'est quelque chose de plus subtil : l'impression étrange de ne pas être tout à fait à votre place.

  • "Il y a cinq ans de cela, jamais je n'aurais pensé changer ma vision du monde et de la vie comme maintenant. Il aura fallu une situation extrême pour me rendre plus forte que tout, avec en prime un bonheur spirituel qui me porte chaque jour et qui me donne la foi. Non pas en un dieu ou en une religion, mais foi en moi." S. C.


    Sandra Cardot n'est ni psychiatre, ni thérapeute, mais "une enfant du rock et des Beaux-Arts". Son parcours ressemble à celui de tant d'autres, jusqu'au jour où son père disparaît. Elle traverse alors une période de douleur qui aurait pu lui coûter beaucoup. Le salut viendra d'elle-même et de son apprentissage de la méditation de pleine conscience.

    La pleine conscience est l'état d'attention poussé à son paroxysme, qui permet de se détacher de son mental. En s'appuyant sur son vécu et son expérience, Sandra Cardot propose, étape par étape, un itinéraire simple et clair afin d'accompagner tout un chacun sur la voie de l'éveil de la conscience.
    Articulé autour de "codes de la route" à observer, un petit guide original et accessible, qui s'adresse à tous ceux qui souhaitent se réconcilier avec leur propre vie.

  • « Disons-le d'entrée de jeu : le sport moderne a été inventé dans le dernier quart du XIXe siècle par les hommes pour les hommes. » Le sport est un milieu machiste, et ce sexisme prend aujourd'hui des formes plus insidieuses. Fabienne Broucaret soulève autant de questions incitant les nouvelles générations qui esquissent les contours du féminisme d'aujourd'hui à se pencher sur le monde du sport.

empty