Michalon éditeur

  • « Coralie Delaume connaissait mieux que quiconque cette forfaiture intellectuelle qui consiste à assimiler le "souverainisme" (le suffixe en lui-même n'est là que pour faire de ce mot un stigmate) à un identitarisme. Alors que la souveraineté n'est que l'autre nom de la démocratie, faire de sa défense une forme de nationalisme et de "fermeture à l'autre" (selon le vocabulaire en vigueur) permet de maquiller en noble ouverture le contournement systématique de toutes les institutions démocratiques par des instances "indépendantes", c'est-à-dire non élues. Pendant des années, à travers ses articles, ses interviews, Coralie a dévoilé cette trahison opérée notamment au nom de l'idéal européen. (...)

    Toute chose qu'elle faisait avec une précision chirurgicale. (...) Reste aujourd'hui ce texte, qui embrasse sa pensée, qui pose des jalons et trace un chemin pour quiconque, parmi les gouvernants, aurait l'ambition de perpétuer la France et la République. Ce texte, et tous les autres, comme une obligation, pour ceux qui restent, de ne pas laisser se défaire encore un peu la démocratie. Pour que nous poursuivions, à notre tour obstinés, le combat contre l'hypocrisie, les forfaitures et les mensonges, ces fantômes devant lesquels Coralie Delaume a jusqu'au bout refusé de s'incliner. » (Natacha Polony)

  • Où est passé notre temps de cerveau disponible ? Telles des mantes religieuses, Facebook, Twitter, Instagram et autres ont lentement rongé nos capacités d'attention jusqu'à les monopoliser. Nous passons 608 heures par an sur les réseaux sociaux, soit un peu plus d'une heure et demie par jour ! Pour reprendre les propos de Sean Parker, l'ex-président deFacebook, les réseaux sociaux exploitent « une vulnérabilité de la psychologie humaine ». Non seulement nous leur sacrifions une bonne partie de nos journées, quitte à négliger certaines de nos autres activités, mais nous les laissons infléchir en profondeur les comportements que nous adoptons dans la vie réelle. Combien d'entre nous, par exemple, ne peuvent s'empêcher, lors d'un dîner au restaurant, d'immortaliser le moment sur Instagram ? Du deuil d'un proche à la venue au monde d'un bébé, aucun instant ne saurait désormais échapper au prisme des réseaux sociaux. Le cogito ergo sum n'est plus en phase avec l'époque : pour être, il ne s'agit plus de penser mais d'exister sur les réseaux sociaux, quel qu'en soit le prix. Une enquête féroce et caustique qui dépeint avec acuité les sept péchés capitaux des réseaux sociaux : hypernarcissisme, paresse, impudeur, haine, associabilité, infobésité et dépendance.

  • 1. Quels sont les enjeux des élections européennes ? Le Parlement européen a-t-il de vrais pouvoirs ?
    2. Qui, concrètement, décide de la politique européenne ?
    3. L'Europe est-elle dirigée par le couple franco-allemand ?
    4. Qu'est-ce qui ne va pas avec l'économie grecque ?
    5. L'exemple du Portugal ne démontre-t-il pas qu'il est possible de retrouver de la croissance économique tout en appartenant à la zone euro ?
    6. L'harmonisation fiscale et sociale est-elle possible au sein de l'Union européenne ?
    7. Pourquoi tant de pays européens sont-ils tentés par le populisme ?
    8. Peut-on sortir de l'euro ? Et si oui, à quoi cela servirait-il ?
    9. Pourrait-on démocratiser l'Union européenne en changeant les traités ?
    /> 10. La France doit-elle faire comme le Royaume-Uni et quitter l'Union européenne via l'article 50 du TFUE ?
    (+1) Quelle est la vision de l'Europe d'Emmanuel Macron ?

  • En France, on se prévaut d'appartenir à un « couple franco-allemand » qui serait la locomotive de l'Europe. On sous-entend ainsi que les deux pays sont à égalité au sein de l'Union européenne et qu'ils la conduisent main dans la main. Pourtant, cela n'a jamais été vrai !
    Si l'Europe a d'abord été française, pendant les périodes gaulliste et post-gaulliste, elle est désormais allemande. La réunification, l'erreur historique qu'a représenté l'introduction de l'euro, les élargissements à l'Est après la chute du mur de Berlin, ont signé l'avènement d'une sorte de nouvel « Empire central » piloté depuis Berlin.
    La République fédérale l'a-t-elle voulu ? Probablement pas, ou pas de manière si nette. L'Allemagne demeure un « hégémon réticent » et se fait même chaque jour plus « souverainiste ». Mais les structures de l'Union européenne telles qu'elles existent entraînent une consolidation paradoxale de son poids chaque fois qu'elle agit dans le sens de l'affirmation ou de la préservation de ses intérêts nationaux. Or c'est ce qu'elle fait de manière systématique désormais, à l'exact inverse de la France, qui s'inscrit davantage dans une perspective post-nationale.
    Loin de former un couple avec l'Allemagne, notre pays est aujourd'hui à sa remorque. Une situation qui n'est pas pour déplaire aux élites complaisantes qui le gouvernent, et utilisent l'argument allemand pour faire régner en France un certain ordre.

    Alors, quel avenir pour l'Europe, à l'heure où la France européiste d'Emmanuel Macron fait face au retour des nations, en Allemagne comme ailleurs ? Un essai corrosif - et salutaire - sur l'amitié tourmentée des deux principaux partenaires de l'Union européenne.

  • L'Inde, disait Galbraith, est « une anarchie qui fonctionne. » Elle juxtapose en effet une incroyable diversité de peuples, de langues et de religions quand la difficulté de leur coexistence est au coeur de la majorité des conflits actuels. Vers 2030, elle sera, devant la Chine, le pays le plus peuplé au monde. Elle comptera en 2050 plus de trois fois la population de l'Union européenne. L'Inde, où coexistent la misère et d'énormes richesses et potentialités, est à l'image du monde.Alors que personne n'y croyait, elle est devenue une réelle démocratie, avec une alternance au pouvoir de formations politiques opposées et un suffrage réellement universel qui fonctionne avec 850 millions d'électeurs, qui tranche avec nombre de pays asiatiques plutôt totalitaires. L'Inde est une métaphore du monde de ce siècle. Son avenir se joue maintenant sur le plan intérieur où, malgré une croissance impétueuse, d'immenses défis l'attendent : grande pauvreté, énormes contrastes sociaux, cohabitation des croyances et coexistence avec deux pays, la Chine et le Pakistan, dotés comme elle de l'arme nucléaire. De quoi s'inquiéter pour l'avenir de l'humanité car demain, tout est possible pour l'Inde, le pire comme le meilleur.

  • « En France, la révolte contre les violences sexuelles qui suivit l'affaire Weinstein prit sa force et sa forme de l'injonction controversée qui la fit naître : #balancetonporc

    Quelques jours plus tard, 200 000 messages avaient été postés sous le hashtag. [...] Il faut avouer qu'il est très difficile de rester muette ou de ne pas avoir d'opinion lorsqu'une autre femme vous invite à balancer votre porc. »



  • L'Union européenne est morte, mais elle ne le sait pas encore.
    Elle est morte du rejet de ses peuples qui manifestent en toute occasion une répulsion sans réserve et une défiance sans retour.
    Elle est morte de son inaptitude à régler les crises qui la secouent autrement que par de brutaux oukases ou par des simulacres de négociations, au terme desquels les pays les plus forts finissent par imposer leurs vues et où l'unique option qui s'offre aux plus fragiles est celle d'une humiliante reddition.
    Elle est morte de l'échec spectaculaire de son modèle économique, échec conjoint du Marché unique et de l'euro.
    Elle est morte, enfin, de son illégitimité démocratique, de ses fondations juridiques baroques, de ses traités qui ont remplacé la souveraineté populaire par une technostructure sans vision.

    En vérité, il n'est même plus tout à fait temps de se demander s'il faut ou non "sortir de l'Union européenne". Car c'est l'Union elle-même qui est en train de sortir. Elle sort de l'Histoire, par la toute petite porte. Tout le monde en est-il bien conscient ? Peut-être pas. Faut-il le démontrer ? Sans doute.

  • En 2014, plus de trois jeunes Français sur quatre n'ont pas voté aux élections européennes. Des choix décisifs pour l'avenir, de la transition écologique à la révolution numérique en passant par l'intégration des réfugiés, sont déterminés sans que la jeunesse n'ait dit sa part de volonté générale. Comment l'admettre ?

    Rayan Nezzar appartient à cette génération qui se sent européenne mais qui participe peu aux élections parce qu'elle vit l'Europe comme une évidence. Cette évidence est une illusion. Secouée par les crises, atteinte par le Brexit, l'Europe est redevenue mortelle. Populistes et europhobes regardent avec envie les élections de mai 2019, qu'ils envisagent comme une nouvelle étape dans la déconstruction européenne.

    Dans ce livre qui mêle témoignages et propositions, Rayan Nezzar explore cinq dimensions de notre appartenance commune. Notre culture et notre monnaie, notre conception du social et de la démocratie, les valeurs que nous portons dans le monde déroulent un invisible fil d'Ariane qui nous lie en tant qu'Européens. C'est en renouant ce fil que nous pourrons poursuivre cette aventure collective inédite qu'est la construction européenne.


  • D'ici à 2030, 7 technologies numériques devraient créer plus de 1200 milliards de dollars de valeur, répartis dans dix secteurs industriels. Une telle somme équivaut à 47 % du PIB de la France et permettrait de générer 20 millions d'emplois au salaire mensuel net moyen de 2200 euros.
    Quelle part la France prendra-t-elle sur les 1200 milliards en jeu ? 1 % ? 10 % ? 50 % ? Rien ? Combien ?
    En vérité, même si le contexte économique s'améliore, la performance française reste très décevante, relativement à celles de nos cousins de Californie et nos amis chinois. Or, souvenons-nous qu'à la Belle Époque, le leader mondial était français dans deux tiers des industries avant-gardistes. Dès lors, une seule question : comment innover ?
    Avec un enthousiasme chevillé au corps, Guillaume Villon de Benveniste, fort de son expérience, décrypte 7 étapes-clés afin de tripler la qualité de l'innovation : 3 fois plus de revenus, une solution 3 fois plus pertinente, pour un retour sur investissement 3 fois plus élevé, et ce, avec les mêmes ressources, le même talent et le même capital.
    Ce livre n'est pas un énième discours lénifiant sur les startups. Il s'agit d'un guide pratique, original et engagé, articulé autour de situations vécues et d'exemples concrets. Il montre comment mener à bien chaque projet novateur afin de déplacer, à terme, l'épicentre mondial de l'innovation en France. Parce que la France dispose du potentiel pour capter une belle part des 1200 milliards de dollars en jeu. Parce que la Silicon Valley de 2030, c'est la France !

  • Maintenant qu'on vous a diagnostiqué un cancer, il est nécessaire que vous en sachiez davantage à propos de votre état et des options thérapeutiques qui s'offrent à vous. De quel type est mon cancer ? A quel stade en est-il ? Quelle chirurgie peut-on me proposer ? Quels sont les résultats connus des nouveaux traitements ?
    Au-dekà des questions générales, cet ouvrage pratique s'articule autour de questions/ réponses ciblées concernant les cancers les plus fréquents (cancer du sein, cancer du poumon, cancer de la prostate) et répertorie les principaux termes médicaux et législatifs en vigueur.
    A l'heure où la santé est devenue une marchandise comme les autres, il est plus nécessaire que jamais de nourrir le colloque singulier médecin/patient en aidant les patients à devenir acteurs de leur propre santé.

  • Depuis les événements post-électoraux de 2009 en Iran jusqu'au printemps arabe de 2011, le monde a découvert l'incroyable pouvoir de mobilisation des réseaux sociaux. Facebook, Twitter ou YouTube sont devenus une des sources principales d'information et un moyen de rasemblement incontournable. Jusqu'où Internet a-t-il bouleversé les codes socioculturels de la région ?

  • "Oui, je suis un contrariant. Je prends le contre-pied des idées reçues. Par principe. Tel un coléoptère critique. Toujours a contrario." (M.C.)


    Qui c'est celui-là ? Pour qui se prend-il ? Pour qui roule-t-il ? Pourquoi s'obstine-t-il à ne pas rentrer dans le rang ?
    Jeune auteur remarqué, Marc Crapez a rencontré tout le monde sans jamais être le poulain de personne. N'ayant su faire acte d'allégeance, il n'est soutenu par aucune institution, défendu par aucun journal, protégé par aucun parti.
    Avec audace et non sans humour, il se jette à l'eau et livre un essai décapant où il tente d'utiliser sa subjectivité à bon escient. De ses premiers travaux - l'antisémitisme de gauche ou la controverse autour du bon sens - à ses nouvelles découvertes - la littérature anti-totalitaire ou la critique des intellectuels -, il dresse un authentique portrait du chercheur en Contrariant.
    Lui qui avait annoncé un terrorisme islamiste qui "ne disparaîtra pas" décrypte aujourd'hui ce qu'il nomme le Terrorism Next Door, ce nouveau "terrorisme de proximité". Surnagera-t-il dans le microcosme parisien avec un tel esprit de contradiction ?

  • En trente ans, la finance est devenue toute-puissante. Pas un jour sans connaître les mouvements du CAC ou du NASDAQ, pas une semaine sans analyse du change, pas un mois sans fermeture d'usine, pas un an sans inquiétude sur la dette publique, pas une décennie sans une crise financière. Le bilan macroéconomique de nos économies occidentales est peu glorieux : une croissance molle, des investissements atones, un chômage endémique, des inégalités croissantes.
    Le constat est sans appel : les politiques libérales ont déréglementé la finance, et la blanque, qui accompagnait autrefois l'industrie dans ses investissements à long terme, lui fait aujourd'hui obstacle. La créativité des financiers s'est substituée à celle des entrepreneurs.
    Pour la nouvelle génération des économistes français, il est urgent de remettre la finance à sa place : ce n'est pas à l'économie d'obéir à la finance, mais à la finance de servir l'économie.
    Un ouvrage qui décrypte trente ans de financiarisation de l'économie, propose un examen détaillé de l'articulation entreprise/ finance et avance des propositions - analysées et commentées par Michel Aglietta - pour mieux penser l'économie réelle.

empty