Les Éditions L'Interligne

  • Dans Neuvaines, premier recueil de poésie de David Ménard, se dévoile un personnage qui évolue au milieu de sa passion trouble pour un être désormais absent. Sous un ciel avare de réponses qui reçoit toutes les litanies, où la fin du monde cligne des yeux devant le Mal, le sujet qui s'énonce tend à matérialiser cette absence au moyen de prières et à rendre davantage palpable ce qui est disparu. Avec une foi inquiétante derrière laquelle se dissimulent tour à tour le vide, le désir et le deuil, il adresse des neuvaines à un Être auquel il voue un sombre culte.
    L'auteur témoigne de l'amour à notre époque, où sévissent l'hyperconsommation, l'hypersexualité et l'individualisme exacerbé. À l'heure où les grandes vérités s'effondrent et où l'amour et la sexualité n'ont plus rien de sacré, le couple, en tant que modèle unissant deux personnes dans l'exclusivité amoureuse, éclate. De nouvelles valeurs entraînent nos contemporains à exiger plus de liberté dans leurs rapports. Le choc, ou encore la vacuité, que produit cette nouvelle réalité affective, l'intéresse passionnément. Il tenait également à revisiter son héritage religieux, à se l'approprier et à revendiquer son droit à des croyances qui n'ont rien à voir avec les sophismes qu'on lui avait autrefois transmis.
    Dans cette société postmoderne, perçue comme une jungle hirsute peuplée de demi-vivants, David Ménard nous propose, dans sa ferveur nourrie par l'émotion charnelle restaurée, de transformer l'obscurité, inhérente à la condition humaine, en lumière.

  • Lanterna magica présente le thème fondamental de l'écriture poétique postmoderne : envisager la relation entre deux êtres, en l'occurrence entre un homme et une femme, dans une perspective véritablement unifiante.
    Cette problématique contemporaine ne cesse d'interpeller la poète, qui propose, dans cet ensemble de textes, une dynamique qui renouvelle, en l'embellissant mystérieusement, cette aspiration humaine universelle.
    Aux yeux de Margaret Michèle Cook, par le truchement d'une écriture dont l'élégance le dispute à la subtilité de son intention profonde - favoriser des échanges entre les êtres qui se cherchent, se côtoient, se perdent de vue, et se retrouvent dans une échappée pleine de promesse -, il existe des affinités révélatrices entre le monde de la pensée consciente et le langage qui illustre, dans une imagerie suggestive qui le singularise, ce parcours des humains perpétuellement en quête d'horizons à découvrir, à connaître, à explorer au fond de soi - voyage en conjonction avec l'Autre que l'on désire découvrir, voire faire renaître, dans la parole qui est unique, dans la parole comme une formule magique qui brille dans le coeur d'une lanterne.

  • Pour ceux qui ont soif, je n'ai que cette pauvre gourde aux nudités profondes
    Pour ceux qui ont faim, je n'ai que des miettes d'un festin consommé

    Il y a ici les paroles du soir
    Que glisse un aumônier à un condamné

  • S'inscrivant dans la mouvance de l'écriture poétique postmoderne, et encore imprégné de l'influence de Gaston Miron, en particulier de «La marche à l'amour» (dans L'Homme rapaillé), le recueil Amorragies, de Daniel Groleau Landry, s'enrichit de la thématique identitaire : comment vivre « l'essentiel », dans un univers socioculturel où l'économique prime toute considération? Cette oeuvre pose la question fondamentale: l'amour auquel on aspire, vers lequel on tend, pour lequel on vit, est-il humainement envisageable, ou fait-il partie des mythes surannés qu'une société résolument matérialiste s'évertue à déboulonner? Dans cette optique, Amorragies est une oeuvre poétique axée sur l'exploration de la déchirure amoureuse, qui offre au scripteur la possibilité d'une rédemption: on sent que le poète, grâce à l'expérience du langage, qui lui permet de se délivrer, puise en son tréfonds, dans des sources qu'il ne connaissait pas, et dont il ignorait jusqu'à l'existence, l'élan, la pulsion, pour entrevoir une véritable renaissance. Même si cette oeuvre de Daniel Groleau Landry ressemble à une «plaie béante», qu'il aurait décousue, par un jeu narratif délibéré, il n'en demeure pas moins que le poète s'est livré tout entier, au profit de tous ceux qui n'ont pas la parole.

  • Cinéma, c'est la rencontre foudroyante de Lara, qui cherche à se sentir vivante, et de Xavier, un acteur démoralisé qui prend un dernier risque avant d'abandonner ses ambitions. Entre les deux, la fiction côtoie la réalité... À la fin, que reste-t-il??

    Mishka Lavigne est dramaturge et traductrice de théâtre. Elle est membre du CEAD (Centre des auteurs dramatiques) et de Playwrights' Workshop Montréal ainsi qu'une des membres fondatrices des Poids Plumes, un collectif d'auteurs de la région d'Ottawa-Gatineau.

  • Aussi vrai qu'il y a un ordre dans lequel s'allument les étoiles

    Il y a un langage des draps froissés des placards aux araignées

    Des chambres-abattoirs dans lesquelles chutent les anges

  • Des averses soudaines d'épingles de sûreté
    Interrompent leurs coïts spontanés
    Et elle profite des accidents de terrain
    Pour étaler ses veines sur le gazon
    Révolutionnaire où il devient de plus en plus
    Difficile de respirer

    Elle suscite d'impitoyables espoirs
    En érigeant une usine d'emballage au bout du quai
    Le chef de gare la serre dans ses bras comme un lac immense qui se vide de ses poissons

    Et sur le coup de midi, quand elle arrache la page du calendrier
    Le petit Gitan qui porte sa guitare
    Comme un arc-en-ciel
    En a le coeur brisé

  • Reflet esthétique d'une aventure langagière, Mon univers est un lapsus, de Gilles Latour, repose sur la perception d'un univers - social et culturel, voire cosmique -, en mouvance constante, soumis à des forces essentiellement aléatoires qui déterminent des répercussions, tant chez les individus que dans les collectivités : conflagrations psychologiques, mutations des structures affectives, intimes et linguistiques, catastrophes dites naturelles.

empty