Les Presses de l'Université Laval (PUL)

  • On emploie tout pour anéantir l´Imprimeur & la Presse, pour priver par ce moyen, le Public de s´éclairer & de s´instruire, tant pis. Les persones de bon sens disent à cela, le bon droit de l´Imprimeur, l´utilité de la Presse & l´équité d´un Gouvernement éclairé, empêcheront l´effet, tant mieux.
    Gazette Littéraire, 2 juin 1779 Parue durant les années 1778 et 1779, la Gazette littéraire de Montréal se distingue pour de nombreuses raisons : premier périodique lancé à Montréal, premier hebdomadaire de langue française fondé au Québec et premier journal censuré par les autorités politiques. Outre son intérêt patrimonial et littéraire, le périodique édité par l´imprimeur Fleury Mesplet et par le rédacteur Valentin Jautard témoigne d´une époque intense en événements politiques et culturels; le Québec fait l´apprentissage de l´espace public, alors que gronde la révolution américaine, prélude à la Révolution française. Soupçonne-t-on que l´esprit les Lumières a déjà atteint nos rives ?

    En éditant pour la première fois la Gazette littéraire de Montréal dans une version intégrale et enrichie de nombreuses notes explicatives, nous rendons enfin accessible l´un des textes fondateurs des lettres québécoises.

  • A la pointe du jour les ennemis ont débarqué à l'Anse des Morts, le factionnaire ayant entendu nager a crié qui vive ; on a répondu en bon français "provisions" et on a pris cela pour argent comptant d'autant qu'il devait passer des bateaux chargés de vivres et l'ordre ayant été donné pour ne pas tirer dessus. Les Ennemis ont débarqué aussitôt au nombre de 1,500 à 1,800 hommes... Sur les 8 ou 9 heures M. de Montcalm ayant été averti y est accouru avec quelques troupes de terre et de la marine et s'est allé poster au-dessus de la Porte St. Louis ayant disposé son monde de façon à en imposer aux ennemis en attendant le reste des troupes et canadiens, les ennemis se sont aussi arrêtés ne doutant pas qu'il aloit leur livrer bataille...

    Revivez 250 ans plus tard l'un des moments les plus importants de notre histoire : le siège de Québec en 1759.

    Jour et nuit les incendies font rage, mais Québec tient bon. Pris dans le feu de l'action, nous courons avec les habitants pour éteindre les feux. Quelles sont les nouvelles?

    Alors que Montcalm piétine à Beauport et que Wolfe hésite encore et encore, les gens de Québec se distinguent par leur hardiesse. Même les séminaristes s'y mettent! Les initiatives n'aboutissent pas toujours, mais elles témoignent de l'audace des Canadiens, engagés avec les Amérindiens dans un ultime sursaut pour sauver leur pays.

    La réédition de ce journal anonyme nous replonge avec émotion dans le fracas des bombes qui s'abattent sur la capitale de la Nouvelle-France. Plus que le détail des manoeuvres militaires, nous suivons au jour le jour le comportement d'une vaillante population résolue à tenir tête à l'ennemi. C'est de l'intérieur que nous vivons cette bataille, comme nous suivrions un reportage télévisé. Plus de 400 notes permettent au lecteur de mieux connaître chacun des acteurs du siège.

empty