Les éditions de la courte échelle

  • «Lentement mais assurément, alors que je voulais écrire sur les autres, je n'ai pu faire autrement que de me retrouver sur le chemin du retour sur soi. Tous les chemins y mènent quand on a eu ou qu'on a un cancer. J'ai cette chance immense d'avoir reçu en cadeau à ma naissance la capacité de rêver ma propre vie, de la récupérer, de la transformer à ma guise, de lui donner la démesure de l'intensité, la justification de la contemplation de mon nombril, pour enfin l'écrire et la rendre. Bref, je suis une artiste. Mais elle, la femme à côté de moi, celle qui ne dit mot ne prend pas la plume, elle souffre, elle aussi.» Extrait du Jeu de l'oie.

  • Le policier passe à côté de moi, m'envoie un petit signe de la main. Sur ma banquette arrière, un noyé dégage tellement d'humidité que les vitres sont déjà couvertes de buée, un noyé qui renifle, éternue et claque des dents. Question : est-ce qu'un mort peut attraper une pneumonie ? Mais est-ce bien un mort ? Oh, oh, je sens la crise d'angoisse, les tremblements et les coups de sang qui vont me faire mourir d'une implosion.



    Léa est écrivaine. Alors qu'elle se rend au salon du livre de Lointainville, elle assiste à un accident. Une automobile s'engage sur un pont de glace, mais la glace cède et la voiture s'enfonce dans l'eau. Pourtant, lorsque Léa reprend la route, le noyé est installé sur sa banquette arrière, tout dégoulinant. Bien qu'il soit mort, il lui fait la conversation. Est-ce un ange gardien ou le fruit de l'imagination de Léa ? Peu importe, ce curieux voyage en compagnie d'un noyé permet à l'écrivaine démerger enfin de sa solitude et d'en rire. Une chose est sûre, Lointainville révélera à Léa que les arrivées, au bout du compte, ne sont

    toujours que de nouveaux départs vers le rêve et l'imagination, moteurs de l'espoir et du désir.



    Un roman qui pose un regard amusé sur la vie, où l'humour se teinte parfois d'amertume et où le lecteur aura l'impression d'être le confident de Léa.

  • Longtemps, j'ai pensé que la vie que j'avais choisie n'entretenait que peu de rapports avec celle de mon père. Je ne voyais pas ce que nous aurions pu échanger. J'avais la jeunesse et la prétention de n'avoir rien à apprendre.

    Je croyais le connaître, parce que je savais de larges pans de son existence. Il faut dire que je me trompe souvent.

    Aujourd'hui, je pars à sa découverte. Lui, un homme simple, un héros de l'ombre, un de ceux dont on ne lit pas le nom dans les journaux et qui ne bouleversent pas l'Histoire, mais qui la subissent et s'y adaptent au petit bonheur des événements.

    Mon père était un nomade. C'est la vie, en le forçant à s'enraciner, qui en a fait un nomade contrarié.





    Auteur prolifique et amoureux des mots, Raymond Plante a toujours voulu transmettre sa passion de la littérature. Il a écrit beaucoup, il a enseigné et donné des conférences et des ateliers d'écriture. Il a été directeur de collection dans différentes maisons d'édition et, tout au long de sa carrière, il a encouragé et aidé de jeunes auteurs. Écrivain de talent, Raymond Plante a marqué la littérature d'ici.

    Le nomade, c'est l'histoire d'une relation père-fils où le narrateur peut enfin dire, avec le recul, les complicités, les affrontements, l'affection ou les haines qui l'ont marqué. Les nomades sont des hommes de passage. Ce roman trace les rites de ce passage: la transformation emballante et terrifiante qu'ont vécue les individus de ce siècle, qu'ils soient du Québec ou d'ailleurs.

  • Clarence Paradis, dix-neuf ans, mène chaque jour le même combat. Celui de camoufler ses désordres alimentaires. Ironiquement, elle est sur le point d'hériter du « Goût du Paradis », la pâtisserie de sa grand-mère. Face au dilemme de vaincre ses démons ou de sacrifier le rêve de sa grand-mère, elle part à l'autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande, où elle croit pouvoir trouver le chemin de la réconciliation avec son corps.

  • Pendant qu'Isel gagne tranquillement sa vie en faisant le ménage dans une clinique de fertilité, Vincent, lui, loue son corps à la science en acceptant le rôle de cobaye humain pour tester des médicaments. Ils vivent parallèlement une existence très

    banale, jusqu'à ce qu'Isel échafaude un plan pour revendre les embryons congelés d'un chanteur célèbre et que Vincent accepte de participer à une inquiétante mais lucrative étude médicale. Le hasard les amènera à se rencontrer...



    Un roman surprenant, un rythme enlevant, des personnages bien incarnés dans un univers inhabituel, aseptisé.

  • De son balcon, un retraité croque sur papier l'âme des passants. Il dessine aussi des oeufs, à la recherche d'un obscur idéal. Un jour, un chat errant s'installe chez lui. Petit à petit, l'animal devient l'unique sujet de ses esquisses et s'avère une véritable obsession. Cette quête artistique lui permettra de revoir des personnages de son passé, dont une femme, un mafieux et un marionnettiste manipulateur. Qui est vraiment cet homme aux allures innocentes ? Quelle alliance démoniaque a-t-il conclue ? Toutes ces réponses arriveront par l'intermédiaire d'une fillette, pour laquelle il commettra l'irréparable...

  • Ce vendredi-là, Michel Laurier se réveilla en retard. Plus que d'habitude, il détesta la sonnerie de son réveil. Rien ne laissait présager une journée différente des autres. Pourtant, il se sentit moche, engourdi. Il déjeuna sans appétit, mit trop de sucre dans son café et lut distraitement le journal. Michel Laurier aurait voulu tout recommencer. Se réveiller un autre jour et, cette fois, partir du bon pied. Mais la journée ne s'est pas arrêtée. Au contraire, elle s'est précipitée. Ce jour-là, Michel Laurier devait perdre la femme qu'il aimait.

  • Quel mystérieux lien unit le trompettiste Gabriel D'ArqueAngel, étoile montante du jazz contemporain, et le sanguinaire Barthélémy Minville? Autrefois éminence grise du régime duvaliériste, Minville s'est installé à Montréal, au grand dam de la communauté haïtienne locale.

  • Madeline a promis à son amoureux un week-end idyllique en Nouvelle-Angleterre, dans le somptueux manoir de son oncle, le colonel Rodrigue Duché. Mais, depuis leur arrivée chez le militaire haïtien en exil, le jeune homme est en proie à un étouffant pressentiment de catastrophe. Comme de fait, les phénomènes surnaturels se multiplient au rythme où tombent les cadavres...

  • Tout commence par un simple échange de maisons. Deux couples, l'un de Montréal et l'autre dun petit village breton. De drôles de coïncidences les attendent, et les vacances dégénèrent vite en une succession de drames. La peur et lincompréhension s'installent. Qui tire les ficelles de ces mystérieux accidents de parcours? Un suspense surprenant et déroutant.

  • Dans un Japon ancien où hommes et êtres fantastiques se côtoient, les démons et les géants sont liés par un pacte : les démons nourrissent les géants et, en échange, ceux-ci continuent de porter le ciel. Ainsi, à chaque lune rouge, les démons semparent des enfants d'un village en semant terreur et désolation. Lorsqu'on enlève le frère de Mikazuki, une jeune fille téméraire et au grand sens de l'honneur, celle-ci ne recule devant rien pour le sauver, quitte à y perdre sa propre liberté. Il lui faut alors composer avec un seigneur mi-homme mi-démon, mais aussi avec l'inévitable complémentarité du bien et du mal.

  • En 1980, la petite Lovelie D'Haïti est arrachée à sa famille et à sa terre natale pour être placée dans une famille haïtienne, à Montréal. Lovelie comprend vite qu'elle est devenue l'esclave de cette famille, et que la réalité est tout autre que les rêves qu'on avait fait miroiter à ses parents. Maltraitée, elle devient la proie d'un gang de rue ayant mis sur pied un réseau de prostitution juvénile.
    Arrachée à ce milieu, Lovelie vit quelque temps dans une famille québécoise où elle mène enfin une vie heureuse. Mais de grands bouleversements surviennent encore. En Haïti, sa mère est morte, et son père arrive à Montréal avec ses frères et soeurs, ainsi que sa nouvelle femme. Lovelie doit quitter sa famille d'adoption québécoise pour aller vivre avec son père. C'est le choc des cultures!
    Lovelie survivra à ces nouvelles épreuves. «Elle survivrait toujours. Elle n'en voulait à personne, ni à Chomsky, ni au hasard, ni même à Dieu, si c'était lui qui décidait. Chacun s'arrangeait de son mieux avec son destin.»
    Dans le troisième tome, Lovelie est une jeune adulte qui, malgré de nouveaux obstacles, persévère et choisit de prendre sa vie en mains.

  • La trilogie Lovelie D'Haïti raconte le destin d'une jeune Haïtienne que ses parents ont exilée au Québec, espérant pour elle une vie meilleure. Dans ce troisième tome, Lovelie semble enfin pouvoir vivre heureuse, partagée entre sa famille d'adoption québé

  • « Comment peut-on avoir envie de se suicider, et puis après, être bien, quatre fois dans la même journée ? » Au carrefour de deux aventures, Jacinthe, 25 ans, fait l'autopsie de son monde. Les études, des voyages et les amis. François, André puis Gérald : rien ne fait le poids devant les remises en questions qui la déchirent. Pour apprivoiser son mal de vivre, elle vide/avale de temps à autre

    des tubes de comprimés en laissant une note d'urgence. Où et comment peut-on apprendre à être heureuse ? Étonnant de justesse et de fraîcheur, T'as rien compris Jacinthe raconte le drame d'être jeune, entre la quête de sens et le goût de changer la vie.

  • Tingwick, 2008. Alors qu'elle s'apprête à intenter des poursuites contre l'homme qui lui a volé sa jeunesse, Marie-Paule Provost perd la vie dans un accident de voiture. Ses deux filles, Nickie et Alexandra, prennent le relais de sa quête. S'ensuivent une mort, une disparition, un drame familial, autant d'incidents criminels qui laissent peu d'indices sur le mince fil qui les relie. Judith Allison, nouvelle recrue du Service de police régional d'Arthabaska, a la conviction que le mobile de chaque crime est contenu dans celui qui l'a précédé. Un échafaudage qu'elle s'évertuera à démanteler, pièce par pièce. Une enquête policière que l'on suit d'heure en heure, durant vingt jours, à la fin de l'été le plus pluvieux que le Québec ait connu. Un traquenard où se dépêtrent des personnages en quête de vengeance, dans le quotidien rural du Centre-du-Québec. Dans Le jeu de l'Ogre, les bons et les méchants se confondent, comme la grandeur et la détresse, et la vérité de chacun donne souvent raison au crime.

  • Imaginez un monde en tout point identique au nôtre, à une seule différence : la Fonction. Avec elle, chacun peut revenir une minute en arrière. Franck a utilisé sa Fonction pour effacer l'horreur qu'il a commise, mais il ne peut l'oublier. Rongé par le remords, il traîne au club des Fonctionnalistes. Entre besoin d'avouer et plaisir de mentir, entre les témoins troublants et les conteurs improvisés, Franck croise Rosa. Elle a toujours sa Fonction et rêve de l'utiliser pour créer de la beauté. C'est la rencontre du bien et du mal.

empty