Entreprise, économie & droit


  • Des hommes libres.

    Militant politique et journaliste engagé, Claude Estier salue ici ceux qui, tout au long du siècle dernier, mirent leur plume au service de leurs idées et se battirent pour leurs convictions souvent autant avec des mots qu'avec des armes. De la lutte contre la montée du fascisme et du nazisme à l'engagement contre les guerres d'Indochine et d'Algérie, en passant par la résistance contre l'occupation nazie et l'État français de Vichy, il nous propose une galerie de portraits d'hommes et de journaux sans concession. Il ne fait pas pour autant l'impasse sur les intellectuels qui, par conviction ou intérêt, s'engagèrent dans la collaboration.
    Alors qu'aujourd'hui le cynisme et l'opportunisme sont les idéologies dominantes et que la presse, et singulièrement celle d'opinion, est menacée, Claude Estier nous rappelle combien il est vital pour une démocratie qu'il y ait encore des éveilleurs de conscience.

  • " L'impôt est le prix à payer pour une société civilisée. " (Henry Morgenthau)
    Évasion, optimisation fiscale et fraude font perdre chaque année entre 60 et 100 milliards d'euros au budget de la France et plus de 1 000 milliards en Europe. Conséquences de la lutte molle de nos gouvernements, l'école, la culture, l'hôpital, la justice, les équipements publics, les collectivités perdent des moyens pour répondre aux besoins des citoyens. Cette austérité qui mine l'État gangrène la démocratie et ouvre la porte aux extrémismes.
    Et si l'on passait des paroles aux actes ? Deux frères, l'un député, l'autre sénateur, tous deux nordistes et maires de leurs communes, hommes politiques de terrain et militants engagés, font bouger les lignes dans le cadre de leur mission sur la piste des " sans domicile fisc ". Décryptage et démontage des paradis fiscaux par ces experts, tous deux rapporteurs de commissions d'enquête parlementaires sur le sujet, ce livre s'appuie, notamment, sur leur dialogue inédit avec des personnalités de toutes sensibilités, à travers une série d'interviews-témoignages. Au-dessus des positions partisanes, ils analysent ici des mécanismes de spéculation et préconisent des mesures directes concrètes pour la France, pour l'Europe, pour le monde.

  • Harceler et licencier en toute impunité.
    " L'entreprise a décidé de mettre un terme à votre contrat. " J'annonce à Marie-Antoinette que ses trente années de service prennent fin. Option 1 : un licenciement dont le motif, infamant, reste à inventer ; option 2 : en échange d'une somme d'argent, la victime renonce à nous poursuivre. Surtout, éviter le blocage ; laisser croire au futur chômeur qu'il a une marge de manoeuvre... Même si celle-ci revient à choisir entre la peste et le choléra. Objectifs inatteignables, injonctions paradoxales, harcèlement moral, évaluations truquées, propagande corporate... Pour la première fois, un DRH dénonce la collusion entre les ressources humaines et les directions d'entreprise visant à dissoudre le lien social, et à instaurer une culture de la peur.
    L'auteur révèle ici les techniques froides et cyniques de licenciement abusif, les pratiques scandaleuses et hypocrites de sa fonction qui n'a d'humain que l'adjectif. Les ressources humaines ne sont en réalité que des marionnettes dont les fils sont tirés par le pouvoir en place. Quant à l'individu, il est réduit à un coût que l'entreprise tolère et exploite en attendant de pouvoir s'en passer.
    Un récit glaçant et décapant sur l'enfer des RH, où tous les coups bas sont permis.

  • La retraite autrement.1930 : la IIIe République instaure un système obligatoire de retraites par capitalisation.
    1941 : une loi de Vichy officialise sa transformation en un régime " par répartition " calqué sur les " chaînes d'argent " de l'escroc Charles Ponzi. La IVe République entérine l'opération et laisse se multiplier les régimes catégoriels, inadaptés aux transformations économiques et sociales. Sous la Ve République, inégalités et rigidités bureaucratiques se durcissent. Aujourd'hui, notre système de retraite doit être non seulement réformé, mais restructuré, pour devenir viable, gouvernable et respectueux des choix individuels.
    Économiste, disciple d'Alfred Sauvy, spécialiste de la protection sociale, et particulièrement des retraites, le professeur Jacques Bichot collabore avec l'association indépendante Sauvegarde retraites, qui milite pour l'instauration d'un système de retraite financièrement équilibré, à la fois équitable - " à contribution égale, pension égale " - et affranchi de ses complexités inutiles. Elle s'appuie sur ses 133 000 membres pour convaincre les Français comme les responsables politiques de l'urgence d'engager cette réforme structurelle du système de retraites.

  • Le titre de cet essai est volontairement provocateur : en effet, en 2013, la France risque la récession et devrait atteindre les 11 % de chômage, selon l'OFCE. Néanmoins, le diagnostic de la crise est maintenant bien établi. Et, comme on dit en mathématiques, un problème bien posé est à moitié résolu. Nos usines ferment. Nous ne sommes plus compétitifs. Jusqu'à présent, nous avons pu maintenir notre niveau de vie par l'endettement. Mais c'est fini. Nous sommes au bout du système. Il nous faut changer de logiciel. Tout le monde en convient. Alors, quel monde pour demain ? Quels modes de travail ? Quelles nouvelles industries ? Et... quelle sera la place de l'État ? À nous d'imaginer le monde en 2020.

  • La France change... la banque aussi. 15 transformations créatrices de progrès.Alors que les Français délaissent leur agence et gèrent directement un nombre croissant d'opérations, les frais bancaires ne cessent d'augmenter malgré la pression des pouvoirs publics et des associations de consommateurs.
    Ce paradoxe est, en réalité, le symptôme d'un secteur bancaire qui peine à se transformer. Les banques confrontées à un triple choc - révolution digitale, érosion de leurs marges et explosion de la réglementation suite à la crise de 2008 - cherchent à faire évoluer un modèle économique du siècle dernier tout en défendant leurs intérêts. Pourtant, le monde et les clients ont bien changé et leurs attentes aussi.
    S'inspirant du succès croissant de la banque en ligne dont l'approche bouscule les conventions, ce livre analyse les bouleversements à l'oeuvre dans la société et décrit ce que pourrait être la banque de demain. En cette période passionnante qui nous donne enfin les moyens de changer la banque, il invite le lecteur à agir dès aujourd'hui pour gérer ses finances de manière libre et autonome.

  • Par le leader du conseil en gestion de patrimoine en France.La législation et les produits financiers sont devenus si complexes que gérer seul son argent de manière optimale est mission impossible ! S'ajoutent les changements de situation personnelle et professionnelle, fiscalité, retraite, dépendance, prévoyance, succession... Par manque de temps, on ne s'en occupe pas. Trop compliqué, voire anxiogène ! Pourtant la gestion de son argent ne doit être ni une corvée ni un problème. Avoir un coach patrimonial qui vous aide à planifier votre vie financière est indispensable. D'autant que la gestion de patrimoine n'est plus réservée aux grandes fortunes, elle s'adresse à toute personne en capacité d'épargner : cadre, profession libérale, dirigeant de PME... à chacun son coach !
    /> Dans ce livre, Paul Younès détaille comment un conseiller réalise un bilan à 360° de votre situation en prenant en compte l'ensemble des événements à venir de votre existence et vous aide à mettre en place une stratégie patrimoniale. À travers les témoignages de clients, des exemples concrets et des conseils pratiques d'experts, vous comprendrez pourquoi cette rencontre peut changer votre vie.
    L'UFF est la banque pionnière et leader en gestion de patrimoine en France. Elle est cotée en Bourse sur Euronext Paris et emploie 1500 collaborateurs dont 1200 dédiés au conseil, répartis sur l'ensemble du territoire national.

  • La Justice à la question.
    Le Manifeste pour la justice est un ouvrage collectif du club " Droits, Justice et Sécurités ". Il est né d'une colère, d'une conviction et d'une ambition : colère d'assister à la démolition méthodique de l'institution judiciaire par le pouvoir en place depuis 2002 ; conviction que la défense des libertés et des droits fondamentaux est facteur de sûreté et de sécurité ; ambition de construire un programme de gauche sans tabou. L'ouvrage est éminemment collectif, car il est le fruit des réflexions de l'ensemble des membres du club (magistrats, avocats, universitaires, hauts fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, membres du Conseil d'État, et d'autres encore), même si tous n'adhèrent pas forcément à tout. Le Manifeste pour la justice décline des propositions novatrices pour défendre une justice indépendante, accessible aux citoyens, protectrice des plus vulnérables (victimes, mineurs, salariés en difficultés, immigrés, malades mentaux...) et une justice dont l'organisation serait réinventée. Le livre s'attache, comme le nom même du club l'atteste, à démontrer les liens entre justice et sécurité. Une autre façon de penser la justice et la sécurité est possible, la déclaration des droits en guise de conclusion en est la preuve.

  • Tout ce qu'on ne nous a jamais dit sur la Grande distribution.
    Que ce soit au niveau mondial, national ou régional, nous sommes soumis à des enjeux d'adaptation multiples. L'écart grandissant entre ce que la Terre peut fournir et ce que lui demandent les hommes, de plus en plus nombreux, est l'un des défis les plus importants que notre société moderne doit relever. Ce livre est un manifeste pour qu'un nouveau pacte alimentaire voie le jour entre le producteur, le distributeur et le consommateur, tournés vers le même objectif : que la collectivité se porte mieux. Nouveaux modes de production et nouveaux liens entre producteurs et distributeurs, responsabilités adaptées et ancrées dans les territoires locaux, le nouveau distributeur ne peut plus se contenter de simplement distribuer. L'époque demande de la confiance, de l'engagement, du service, de la transparence. Commerçants plus responsables, consommateurs plus raisonnables, une autre voie est possible. Serge Papin y croit.


  • Plus de 3 000 astuces pour vivre mieux sans se sacrifier.

    Ce guide pratique est le reflet d'une nouvelle attitude face à la surconsommation et la baisse du pouvoir d'achat. Passerelle entre les bonnes vieilles traditions et les nouvelles technologies, il remet à l'honneur les recettes de nos grand-mères et s'adresse à tous les lecteurs soucieux d'environnement. De nos jours, dépenser moins est un signe de débrouillardise contre la vie chère, pour vivre mieux en achetant mieux. Citoyen consommateur, camarade contribuable, ménagère fauchée et étudiant dans le besoin, voici un nouveau modèle économique ! À portée de toutes les bourses.

  • Des parents forains, une scolarité écourtée par la guerre : Bernard Marionnaud ne partait pas avec les meilleurs atouts pour se faire un nom dans l'univers du luxe. Un homme au parfum retrace le parcours atypique d'un autodidacte vouant dès son plus jeune âge une énergie hors du commun à ses deux passions : la beauté, qu'il démocratisera en devenant le premier discounter français dans la parfumerie, et la politique, à laquelle il consacrera de nombreuses années en s'engageant activement auprès du général de Gaulle. Si cette biographie nous promène à travers des périodes charnières qui ont profondément modifié notre société, depuis le Front populaire jusqu'à nos jours, elle nous permet surtout de vivre les joies et les affres d'un homme décidé à réaliser ses rêves et prêt à tout mettre en oeuvre pour construire patiemment les bases de ce qui deviendra une enseigne d'envergure internationale.

  • La CCAS EDF-GDF en action.
    À la Libération, le gouvernement présidé par le général de Gaulle décidait, en même temps que la nationalisation des industries du secteur de l'énergie (EDF-GDF), de la création d'un comité de branche pour l'ensemble des industries électriques et gazières, l'originalité de ce comité d'entreprise étant d'être géré par les représentants syndicaux. Dès sa création, ce système allait susciter bien des critiques et des remises en cause. Celles-ci - liées notamment à la prédominance de la CGT au sein des entreprises gazières et électriques -, toujours présentes aujourd'hui, masquent l'originalité du projet pensé dans le cadre du Conseil national de la Résistance. Car, tout au long de ces décennies, la CCAS a innové dans bien des domaines : le tourisme social ; la place de la culture, avec notamment la promotion du spectacle vivant et de la lecture ; la santé, avec une attention particulière portée aux personnes âgées et aux handicapés ; la solidarité internationale ; la vulgarisation scientifique et technique ; le lien social autant qu'intergénérationnel ; la formation professionnelle... Aujourd'hui la CCAS est l'un des principaux opérateurs dans le domaine du tourisme social et des loisirs et le premier producteur de spectacles vivants. Au coeur des grandes ruptures de nos sociétés, elle doit affronter une situation difficile : la rigueur budgétaire, avec la mise aux normes d'un patrimoine immobilier important ; la montée de l'individualisme dans nos sociétés, qui ne facilite pas la tâche des acteurs du tourisme social ; les bouleversements économiques mondiaux, avec le changement de statut des entreprises énergétiques ; la concurrence prônée par les instances européennes et la remise en cause du service public.

  • Depuis 2002, plus de 13 000 vies ont été sauvées sur les routes. Pourtant, de plus en plus de Français se plaignent des sanctions qui punissent les petites infractions au code de la route. Ces automobilistes, ni chauffards ni criminels en puissance, utilisent leur voiture pour leurs loisirs ou leurs courses, et surtout pour leur travail (chauffeurs-livreurs, chefs d'entreprise, commerciaux, etc.).
    C'est le système même du permis de conduire à points " à la française " qui est en cause. Plus de 90 000 conducteurs ont perdu leur permis chaque année depuis quatre ans. Conséquence : quand ils n'ont pas d'autre solution pour se rendre à leur travail ou exercer leur activité professionnelle, certains n'hésitent plus à conduire sans permis !
    Ce livre donne la parole à tous les acteurs : conducteurs, législateurs, fonctionnaires de la sécurité routière, responsables d'association. Il éclaire les statistiques, repère les lobbys, débusque les faiblesses de la loi, ses dysfonctionnements et ses ambiguïtés, entre exigence de sécurité et " racket " de l'État.Les Scandales du permis à points est aussi un guide pratique. Comment éviter de se faire piéger, récupérer ses points et/ou son permis, etc.

  • Franchise Expo - Salon du 18 au 21 mars 2012.
    Même quand la réussite est au bout, le parcours des créateurs d'entreprises et de réseaux commerciaux n'est pas, pour autant, toujours semé de roses, et peut se révéler un véritable parcours d'obstacles. Pour mener à bien ce challenge, il faut de l'enthousiasme, de l'ambition, mais aussi de la volonté, de la persévérance et beaucoup de travail.La Saga des franchises présente l'histoire d'enseignes de franchise qui ont marqué ces vingt dernières années : Boulangeries Paul, Jeff de Bruges, Lollipops, Temporis, Restaurant La Boucherie, Rent A Car, Cavavin, Adhap Service, La Boîte à Pizzas, Basic System, Class'Croûte, Bazarland, Beauty Success, La Mie Câline, Glup's, Troc.com et La Vie Claire. Ce livre raconte leur création, leur évolution, avec les succès, les difficultés, les épreuves qu'elles ont surmontées, les opportunités qu'elles ont saisies et celles qui leur ont échappé, les changements stratégiques qu'elles ont menés. Il relate les parcours des dirigeants, fondateurs ou successeurs, leurs alliances parfois risquées avec des financiers, leurs sagas familiales souvent heureuses et parfois heurtées.


  • D'un CAP d'ajusteur à Canal+

    Une scolarité désinvolte m'a conduit à passer un CAP d'ajusteur et, dans la foulée, je fus convié dans les djebels de la guerre d'Algérie. Ces années-là, j'ai compris que chaque être humain est riche, dépositaire sans trop le savoir de dons à l'état embryonnaire. Percevoir l'autre est important, vital, et savoir cueillir les nourritures offertes nous apprend à grandir. Ainsi et contre toute prévision, je suis devenu un homme de médias.
    De Radio Monte-Carlo à Canal + ou ailleurs, des rencontres ont constitué mes chances. Elles m'ont permis de marcher en goûtant la joie de bien faire, d'évoluer. Georges Brassens, Coluche, Lino Ventura, Michel Rocard, André Rousselet, Pierre Lescure et tant d'autres... phares de moments rares, guides pour réaliser mes rêves, vous m'avez enseigné à regarder la vie avec de bonnes lunettes. Et elle est toujours en couleurs, cette vie !
    A. M.

  • Entrepreneuriat : la parole aux experts.Idinvest Partners. Ce nom ne vous dit rien ? Pourtant, sans leur aide et leur financement, les aventures de Meetic, Dailymotion, Criteo, Materne, Sarenza ou Deezer n'auraient peut-être pas été si flamboyantes. Depuis vingt ans, Christophe Bavière et Benoist Grossmann investissent avec succès dans de jeunes entreprises innovantes. En les suivant dans leurs tribulations financières, on découvre que la France est une formidable terre d'entrepreneurs. Encore faut-il leur donner les moyens humains et financiers pour développer leurs idées, créer des emplois, s'internationaliser et participer ainsi au redressement et au rayonnement de notre économie.
    Ce livre nous raconte les dessous du financement des entreprises et décrypte le rôle essentiel des fonds d'investissement comme Idinvest, à la fois partenaire financier, conseiller stratégique et sparring-partner des plus brillants entrepreneurs français. Les fonds d'investissement sont rien de moins que le fer de lance de nos PME.

  • Cet ouvrage de référence fournit aux responsables économiques, aux entreprises et au grand public un outil d'information de base sur l'artisanat et les métiers. Sa mission première le destine en priorité aux établissements de l'enseignement secondaire et aux différentes structures de l'enseignement professionnel. Il offre une aide pratique et permanente aux enseignants et responsables de l'orientation professionnelle, ainsi qu'aux parents et aux jeunes. Il présente par ordre alphabétique les substantifs spécifiques à l'artisanat.
    La recherche entreprise dans ces multiples directions n'aurait pu être menée à bien sans la collaboration étroite des organisations professionnelles de l'artisanat, de l'Union professionnelle Artisanale, de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat, et l'appui constant de la Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.
    Centre de ressources national pour l'artisanat et la petite entreprise, l'Institut Supérieur des Métiers (ISM), remplit aujourd'hui trois missions d'intérêt général :
    o une mission d'étude des problématiques propres aux métiers de l'artisanat et de conception des outils nécessaires à l'action publique, comme aux réseaux d'accompagnement des dirigeants ;
    o une mission d'information et de mise à disposition des ressources documentaires, technologiques et stratégiques dont l'artisanat et la petite entreprise a besoin pour se développer ;
    o une mission d'ingénierie pédagogique et de formation, pour mutualiser les " bonnes pratiques " et renforcer les compétences des acteurs économiques confrontés aux impératifs d'évolution et de compétitivité.

  • La France future N° 1 !La France est-elle condamnée à subir la domination de la Chine et des pays émergents ? Doit-elle se résoudre au déclin de son économie ?
    Ce n'est pas l'avis de Xavier Louy, qui dresse ici un inventaire passionnant du potentiel industriel de notre pays en passant en revue les nombreuses filières et les entreprises françaises qui font la course en tête. Mieux, il démontre comment la France, grâce à son territoire planétaire, à son immense domaine maritime - deuxième au monde et premier par sa diversité - et à ses savoir-faire performants, possède tous les atouts pour accéder à la première place mondiale à l'horizon 2050 !
    Message d'espoir basé sur une analyse fouillée et rigoureuse, ce livre propose aussi des pistes concrètes et parfois iconoclastes pour parvenir à relever ce défi qui se veut d'abord un projet pour les jeunes Français.

  • Et maintenant, on fait quoi ?
    Comment ? Comment, en répétant depuis hier les mêmes erreurs, peut-on prétendre trouver une nouvelle solution pour la réussite d'aujourd'hui et demain ? Cette phrase est sans guillemets parce qu'elle ne m'appartient pas. Et aussi parce qu'il n'est pas certain que, telle quelle, le pointilleux Albert Einstein l'ait prononcée. Lui dont l'horizon fracassait toutes les frontières. Lui dont le charisme fantasque et l'indépendance d'esprit ont inventé la relativité de notre espace de vie en même temps que l'empire de sa cohérence et de sa désolance. Cette interrogation du vieil et cher Albert reste cependant rien de moins que... relative. Sauf que, une fois encore, il aura sans doute envisagé le résultat quand, 59 ans après sa mort, nous n'en sommes encore qu'à déchiffrer le problème. Il ne s'agit pas d'un jeu de mots. Mais d'un très annonciateur feu de maux.
    Car, il faut le dire et donc l'écrire très vite : dans ce monde où le franco-français reste un drôle d'oiseau, le cocorico ne fait pas le printemps. Depuis quand ? Pourquoi ? Comment ? Sans qui ?
    Les plus grands bouleversements de pensée qu'a connu notre monde depuis un quart de siècle sont nés à l'Est et, plus récemment, au sud du continent européen : de l'Oural jusqu'à la mer de Chine, du Maghreb jusqu'à l'Egypte. Un mot, mal défini depuis bien des années, a capturé l'encre du savoir pour s'imprimer sur les pages de journaux distribués à des centaines de millions d'exemplaires avant de s'envoler comme un cerf-volant sur la toile d'Internet. Ce mot est : modernité. Cette modernité dont la magnifique poétesse russe Marina Tsvtaeva résume le sens et l'essence dans une curieuse formule : "Être moderne, c'est aller contre les 9/10èmes de son temps". Mais, dans le temps présent, que faire du 1/10e restant ? Le combattre ou "faire avec" ? Avancer ou anticiper ? Laisser faire ou avancer ?
    Ce livre n'a que la prétention d'une nécessité : celle d'une réflexion, d'un accord sur l'idée de débattre et d'un souhait - forcément, il ne s'agit "que" d'un livre - de faire émerger non pas des ilots mais un continent d'actions possibles. Toujours les réflexions sont nourries par l'expérience acquises dans l'action et dans la mesure de ses conséquences. Cette expérience est forcément humaine. Elle mêle la connaissance et la curiosité.

  • MCDO AU COEUR
    Mais que diable est-il allé faire dans cette galère ? Lorsque l'on est un brillant publicitaire, épicurien, amoureux de Marseille et du vélo, comment peut-on mettre son talent au service d'une entreprise qui symbolise la malbouffe et l'impérialisme américain ? Si McDo est aujourd'hui une réussite au pays de la gastronomie et de l'art de vivre, il aura fallu beaucoup de culot aux Frenchies pour oser proposer au géant américain de changer sa carte, ses restaurants et même son logo ! Pour la première fois, Jean-Pierre Petit raconte les coulisses de cette histoire, parfois conflictuelle, toujours passionnelle. Son parcours d'autodidacte dresse aussi le portrait d'une époque où, dit-il, l'audace et l'impertinence avaient autant de pouvoir que le capital et le diplôme. Ce livre est un témoignage passionnant sur un itinéraire personnel des années fastes, des Trente Glorieuses à la crise actuelle, et sur l'étonnante métamorphose d'un modèle d'entreprise qui est au coeur de nos modes de vie, de notre quotidien.


  • La biographie d'un journaliste majeur mêlant grande histoire et émotions intimes...

    Orphelin d'une femme libre et d'un père inconnu, Ivan Levaï commence sa vie en France, sous Pétain. Il a 7 ans quand le général de Gaulle s'écrie, du balcon de l'Hôtel de Ville : " Nous sommes ici chez nous dans Paris levé, debout pour se libérer, et qui a su le faire de ses mains. " C'est là, près de la Seine, que l'enfant caché venu du Danube décidera d'être français et plus tard journaliste, afin de raconter ce qu'il entend et voit.
    Pendant plus d'un demi-siècle, le chroniqueur, plus européen qu'austro-hongrois, interrogera tous les acteurs de la vie publique, politiques, artistes, créateurs, grands patrons, magistrats et personnalités étrangères...
    Mais c'est aujourd'hui qu'il dit tout des bons et des méchants qu'il a pris le temps d'observer durant sa carrière. En effet, pour Ivan Levaï, c'est à l'heure de conclure une longue et belle vie qu'il convient d'être gai et de chanter. Même si la musique diffusée garde son parfum de nostalgie, prix à payer d'une authentique sincérité.

  • Toute entreprise est un organisme vivant : analyse des mutations.Aucun changement, aucune transformation, ne saurait aboutir si l'on ne tient pas compte des déterminants culturels qui agissent sur les salariés d'une entreprise. Le mécanisme est comparable à celui de rejet d'un organisme vivant, car une mutation doit être pensée comme une greffe, laquelle ne réussit que si l'on prend toutes les précautions d'assimilation nécessaires !
    La compréhension du système social, à l'intérieur duquel les managers doivent agir, est tout aussi importante pour prévenir les risques liés aux évolutions que pour trouver les leviers de la motivation et de l'engagement, garants de la réussite et du succès des projets.
    C'est d'abord à cette réflexion essentielle qu'invite ce livre : la SNCF et ses cheminots forment une sorte de mille-feuille social fait de couches successives de logiques publiques et privées, parfois contradictoires et sources de conflits durables.
    Cette compréhension, fruit de nombreuses études, a conduit la SNCF à concevoir des démarches et des outils managériaux qui répondent à la complexité rencontrée et facilitent la mise en oeuvre de plans d'action simples et efficaces.
    En cela, l'expérience acquise par la SNCF sera utile à tous les managers d'entreprises publiques ou privées.

  • Une chance à saisir pour la France !Sur l'échiquier mondial du commerce, l'opportunité économique saisie par plusieurs pays dans la logistique et le transport ces vingt dernières années doit être celle de la France à l'horizon 2020. Les coûts logistiques avoisinent 12 % du chiffre d'affaires des entreprises, soit près de 10 % de notre PIB. Le secteur représente plus de 1,8 million d'emplois, et le savoir-faire des entreprises françaises se déploie dans le monde entier.
    Il est urgent d'avoir une stratégie logitique en accord avec tous les décideurs politiques pour l'appliquer au bénéfice de la compétitivité des entreprises, des territoires et au service des citoyens.
    Nous devons renforcer nos positions en Asie, en Europe, aux États-Unis et en Afrique, futur eldorado du commerce mondial où les statistiques démographiques annoncent 2,5 milliards d'habitants en 2050.
    La logistique est-elle une affaire d'État ?
    L'État doit donner l'impulsion, les auteurs apportent des propositions.
    Modification d'un argumentaire
    Revenir à la liste
    La logistique, une affaire d'Etat ? est lauréat du Prix EFMD - FNEGE du meilleur ouvrage en management dans la catégorie Essai.

  • Le Parisien libéré, L'Équipe, Carrefour, Marie-France, Ouest-France, Point de vue-Images du monde, Le Courrier de l'Ouest, Le Maine libre... En quelques années de l'après-guerre, Émilien Amaury acquiert, dirige ou participe à la création de ces journaux fondés sur les ruines de la presse collaborationniste. Sorti de l'école à 12 ans, il quitte sa famille. Séduit par son charme et son appétit de vie, Marc Sangnier, ami d'Aristide Briand et de Léon Blum, le prend sous son aile. Il est successivement adoubé par les administrateurs du journal Le Petit Démocrate, André Arthus-Bertrand, Emmanuel Desgrées du Lou, Raymond Laurent, et crée en 1931, à 22 ans, avec leur soutien, son agence de publicité, l'Office de publicité générale (OPG).
    Puis éclate la Seconde Guerre mondiale. Le spahi se bat courageusement des Ardennes au passage de la Loire. Il est fait prisonnier, s'évade et rentre à Paris. Puis il se rend à Vichy. Le budget de la propagande pour la famille lui est confié. Pourtant, à Paris, lui et son groupe de la rue de Lille éditeront " la moitié de la presse clandestine ".
    Pour Émilien Amaury et ses amis du MRP, la presse ne devait dépendre " ni de la puissance gouvernementale ni des puissances de l'argent " mais Le Parisien libéré, le journal d'Émilien (surnommé désormais Jupiter), se fait le champion du " sang à la une ". Puis Amaury, le progressiste d'avant guerre qui, avec son ami Pierre-Henri Teitgen et Francisque Gay, a accordé le monopole de l'embauche à la CGT du Livre et son exclusivité syndicale, devient alors son pire ennemi. En 1974, éclate au Parisien le conflit le plus dur que la presse ait jamais connu en France. Il va durer trois ans.
    Un matin gelé de janvier 1977, Émilien Amaury fait une chute de cheval fatale. Il a 67 ans.
    Trente années ont passé, le groupe Philippe Amaury, l'héritier exigeant et réservé, affiche aujourd'hui une bonne santé financière et défend une farouche indépendance.
    L'auteur, après une longue enquête, a reconstitué l'existence du fondateur, personnage hors du commun, un temps ami de son père, et qu'il a côtoyé dans son enfance.

empty