Le Cherche-Midi


  • S'orienter, se soigner, se nourrir et boire, se signaler, connaître l'environnement (climat, faune, flore), gérer son stress, savoir survivre...

    Quelle que soit votre destination, quel que soit le type de voyage que vous vous préparez à effectuer (une journée de randonnée, plusieurs jours de bivouac, une véritable expédition à l'autre bout du monde ou un simple séjour touristique de fin de semaine, voire un voyage d'affaires), il faut vous y préparer !
    Ce guide est là pour vous y aider. Prévenir, soigner, guérir en sont les maîtres mots. Du rhume à la maladie rare, de la bosse bénigne à la fracture ouverte, il vous donne les gestes qui sauvent ainsi que tous les conseils nécessaires à votre préparation et à votre bien-être.
    Le docteur Véronique Warnod signe un guide complet où ses expériences de médecin, d'enseignante et de globe-trotter lui permettent d'aborder toutes les situations, de la plus simple à la plus complexe.

  • La correspondance inédite de Norman Mailer et de Jean Malaquais.
    Le célèbre écrivain américain Norman Mailer (prix Pulitzer en 1969 pour Les Armées de la nuit et en 1980 pour Le Chant du bourreau) et le romancier français Jean Malaquais (prix Renaudot 1939 pour Les Javanais) se sont rencontrés en 1947. Malaquais traduisit en français Les Nus et les Morts. Ce premier roman allait projeter Mailer sur la scène littéraire internationale. Leur tempérament et leur culture n'appelaient peut-être pas le rapprochement de ces deux hommes qu'une amitié chaleureuse et exigeante a cependant unis pendant un demi-siècle, et Mailer n'a jamais manqué de rappeler sa dette à l'endroit de son aîné : " Il a exercé sur moi plus d'influence que quiconque. " Très nourrie à certaines époques, la correspondance des deux écrivains ouvre, avec la lucidité de ses analyses tant littéraires que sociales et politiques mais aussi avec sa franchise sans compromissions, une fascinante fenêtre sur la trajectoire, publique et privée, de deux créateurs et sur des moments clés de la seconde moitié du XXe siècle. Cette correspondance n'est pas encore publiée en langue anglaise.

  • Les fraudes sociales (ASSEDIC, URSSAF, RMI, aides au Logement) sont responsables du déficit des comptes sociaux de la Nation.
    La révélation des fraudes aux prestations sociales éclate en 2004. Le constat est alors édifiant : plus de 10 millions de cartes Vitale en surnombre, certificats médicaux de complaisance, RMI bénéficiant à de riches Anglais qui s'installent en Dordogne, kit Assédic vendus par des bandes organisées, etc.
    Les services de police et de gendarmerie diligentent de plus en plus d'enquêtes pour escroquerie aux prestations sociales.
    Le GIR des Yvelines (structure interministérielle composée de policiers, gendarmes, agents du fisc et des douanes) est sensibilisé à ce phénomène, dès juin 2004, par les organismes sociaux.
    Le commissaire Fougeray, fort de son expérience de chef de ce service de mai 2004 à septembre 2006, a développé une réflexion sur ce fléau à l'heure des déficits de la Sécurité sociale (plus de 12 milliards d'euros pour le régime général) et de l'assurance chômage (déficit cumulé dépassant les 10 milliards d'euros).
    De " monsieur Tout-le-monde " au caïd vivant de l'économie souterraine, les figures d'escrocs sont aussi variées que les récits proposés par l'auteur. Ce dernier, homme de terrain rompu aux pratiques des indélicats de toutes sortes, explique avec quelle facilité il est possible d'obtenir des allocations de toute nature. Il illustre sa démonstration par de nombreuses affaires judiciaires récentes révélées en France et démonte le mécanisme des fraudes nées de l'imagination fertile des aigrefins qui, en toute illégalité, pillent les caisses sociales.
    Geoffroy Fougeray propose des solutions efficaces pour lutter contre ce phénomène de grande ampleur dont les conséquences sur l'emploi, l'immigration clandestine et les déficits des comptes publics sont beaucoup plus importantes que l'on pourrait le croire.

  • Le point complet par un spécialiste sur cette nouvelle forme de production d'électricité.
    L'énergie éolienne en mer est appelée à jouer un rôle important dans le monde dans les années à venir. En Europe, elle pourrait représenter 10 % de la production électrique en 2020. Les éoliennes en mer intriguent : comment fonctionnent-elles ? Vont-elles bouleverser les fonds marins ? la vie des oiseaux de mer ? Comment les installe-t-on ? Comment nous alimentent-elles en électricité ? Les pêcheurs vont-ils pouvoir continuer à travailler dans les zones où seront installées des fermes éoliennes ? Comment trouver des solutions face à la raréfaction des ressources énergétiques fossiles ? Comment lutter contre le changement climatique ? Comment gagner en indépendance énergétique ? Comment saisir l'opportunité des énergies renouvelables, et notamment de l'énergie éolienne en mer, pour construire une nouvelle croissance économique ? Ce livre répond aux questions que chacun est en droit de se poser alors qu'arrivent au large de nos côtes ces grandes machines tournantes.


  • Le premier livre de Stéphane Audran, actrice au parcours exceptionnel, nous raconte comment son chemin personnel l'a amenée à s'intéresser aux médecines alternatives et à une alimentation plus raisonnée, et nous emmène à la découverte d'une autre façon de voir la vie, écologique et biologique, loin d'un mode de vie occidental trop souvent éloigné des vraies valeurs.

    " Voici comment et pourquoi, à un moment donné de ma vie, je me suis passionnée pour un domaine éloigné de mon métier d'actrice : les cultures traditionnelles. J'ignorais alors que je m'engageais sur un itinéraire qui aboutirait à ce livre. En ces temps de grands désordres, où s'effondrent toutes nos certitudes, j'ai ressenti le besoin de transmettre ce que j'avais appris. "
    Sa distinction, son talent et son charme unique ont bâti la légende de Stéphane Audran. Mais l'on sait peu de choses de cette artiste singulière. Cherchant à retrouver une vitalité qu'elle croyait perdue, elle s'est ouverte à des modes de vie différents de celui où elle baignait depuis l'enfance. Entre autres, elle a découvert comment, depuis des millénaires, la médecine chinoise mettait en oeuvre des méthodes simples, naturelles et d'une étonnante actualité pour nous maintenir en bonne santé, ainsi que des enseignements applicables au quotidien dans bien des domaines : psychologie, alimentation, sexualité, etc. Cet ouvrage nous donne aussi à réfléchir sur nos responsabilités écologiques, à l'heure où la Terre et ses enfants sont en péril.
    Stéphane Audran nous invite à un voyage à la fois intime et inattendu.

  • Le guide incontournable des catacombes de Paris.ARRETE ! C'EST ICI L'EMPIRE DE LA MORT C'est à une véritable " danse macabre " du mobilier historique des catacombes de Paris que nous convient les deux auteurs de cet ouvrage. Par exemple, qui aurait imaginé qu'une inscription inventoriée en 1815, visible jusqu'au début des années 1980, serait manquante aujourd'hui ? Ou que des plaques " immortalisées " en photo par Nadar en 1860 seraient portées disparues " corps et âmes " à peine quinze années plus tard ? Avec Xavier Ramette et Gilles Thomas, parcourez les 220 inscriptions littéraires et techniques de l'ossuaire, tout en fréquentant les poètes qui ont composé ces sentences. Et, comme Antoine-Marin Lemierre, méditez ces vers : " QUE DE MORTS ENTASSÉS ET PRESSÉS SOUS LA TERRE ! LE NOMBRE ICI N'EST RIEN, LA FOULE EST SOLITAIRE. "

  • Le quatrième volet du Pourquoi des choses est arrivé !
    Qui d'entre nous, à un moment ou à un autre, ne s'est jamais demandé, au sujet d'une expression courante : " Mais, au fait, d'où cela vient-il ? " C'est la réponse à un certain nombre de ces interrogations que nous propose cet ouvrage ludique.
    Ces questions, avec leurs réponses circonstanciées, sont un très divertissant et très instructif florilège de formules que nous employons tous, le plus souvent sans en connaître l'origine.
    Comme pour les tomes précédents, les " pourquoi " sont servis comme un hors d'oeuvre, laissant le lecteur passer de l'un à l'autre selon sa fantaisie... Pourquoi ? Parce que dans la curiosité ou la soif d'apprendre, il n'y a ni début ni fin !

  • Cet ouvrage de référence fournit aux responsables économiques, aux entreprises et au grand public un outil d'information de base sur l'artisanat et les métiers. Sa mission première le destine en priorité aux établissements de l'enseignement secondaire et aux différentes structures de l'enseignement professionnel. Il offre une aide pratique et permanente aux enseignants et responsables de l'orientation professionnelle, ainsi qu'aux parents et aux jeunes. Il présente par ordre alphabétique les substantifs spécifiques à l'artisanat.
    La recherche entreprise dans ces multiples directions n'aurait pu être menée à bien sans la collaboration étroite des organisations professionnelles de l'artisanat, de l'Union professionnelle Artisanale, de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat, et l'appui constant de la Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.
    Centre de ressources national pour l'artisanat et la petite entreprise, l'Institut Supérieur des Métiers (ISM), remplit aujourd'hui trois missions d'intérêt général :
    o une mission d'étude des problématiques propres aux métiers de l'artisanat et de conception des outils nécessaires à l'action publique, comme aux réseaux d'accompagnement des dirigeants ;
    o une mission d'information et de mise à disposition des ressources documentaires, technologiques et stratégiques dont l'artisanat et la petite entreprise a besoin pour se développer ;
    o une mission d'ingénierie pédagogique et de formation, pour mutualiser les " bonnes pratiques " et renforcer les compétences des acteurs économiques confrontés aux impératifs d'évolution et de compétitivité.

  • Gustave Courbet (1819-1877) est né à Ornans, dans le Doubs. Il est toujours resté fidèle à la Franche-Comté, quoique devenu parisien. Du moins jusqu'au moment où il dut s'exiler en Suisse. En effet, peintre célèbre dans toute l'Europe, il fut rendu responsable de la destruction de la colonne Vendôme sous la Commune. Courbet, peu de temps auparavant, avait appelé à son « déboulonnage ». Il est vrai que, par ailleurs, il s'impliqua nettement dans la Commune de Paris, en devenant une sorte de ministre des Beaux-arts, après avoir été élu président de la Fédération des artistes. C'est, en fait, à la protection des monuments historiques, et particulièrement des collections du Louvre qu'il se consacra. Parmi les communards, c'était un modéré, tendance Proudhon. Il n'en paya pas moins cet engagement de quelques mois de prison, dès la reprise de Paris par les Versaillais. Plus tard, il fut condamné à payer les frais de rétablissement de la colonne. On lui en voulait, surtout, d'avoir toujours été un artiste engagé dans la gauche républicaine, socialiste et anticléricale, un artiste pour qui l'art se devait d'être politique, un artiste révolutionnaire. Courbet fut très tôt le leader de l'opposition à l'académisme alors que celui-ci ânonnait les vieilles recettes allégoriques de la peinture classique et que le romantisme n'en bouleversait guère les règles conventionnelles. Élargissant une troisième voie, qui n'était encore que timidement empruntée (notamment par Millet et Corot) entre celles que balisaient Delacroix et Ingres, il fut le maître du réalisme. Peintre de la nature, des paysages de la vallée de la Loue, de la chasse et des animaux traqués par les chasseurs, il fut aussi un grand portraitiste. C'est surtout par des compositions monumentales (Un enterrement à Ornans, L'Atelier) qu'il se fit remarquer et qu'il heurta la bonne conscience artistique, surtout quand les préoccupations sociales (Les Casseurs de pierre) ou érotiques (Le Sommeil) y étaient flagrantes.

  • Qui n'a rêvé, un jour, de monter dans un train qui partirait à l'aventure ? Philippe Mélul a concrétisé ce rêve, en réalisant le premier tour du monde en train. Pendant un an, il a emprunté les trains les plus prestigieux (Transsibérien, Orient-Express, Indian Pacific), et les plus insolites (train du Négus de Djibouti à Addis-Abeba, Nariz del Diablo en Équateur, train du col du Condor en Bolivie), pour parcourir cinq continents, trente pays, totalisant plus de 52 000 km en quelque 1 200 heures sur les rails. « Couché mou », « assis dur », debout, perché sur le toit, accroché à la locomotive, coincé entre des ballots, voyageurs en surnombre et volailles, Philippe Mélul a vu des paysages grandioses, traversé des villes chargées d'Histoire, rencontré des hommes qui l'ont initié à leur culture. Sa vision du monde a changé, et sa vie également puisque, au cours de son périple, il a rencontré Elena, une Argentine devenue sa femme.

empty