Labor et Fides

  • Dans ce petit dictionnaire alerte et précis, l'auteur tente de cerner les contours du christianisme et de la théologie en prenant également en compte leur dimension éthique. Le pari se veut de définir avec concision et indépendance plus de 150 mots de base dont la combinaison permet de saisir quelque chose de l'essence du christianisme. Écrit par un seul auteur, un tel ouvrage porte inévitablement la marque d'une subjectivité singulière, mais il débouche aussi sur une forte recherche de cohérence et de consistance. Toutes les définitions proposées ne puisent pas à une même conception classique de la théologie  ; certaines se veulent même délibérément provocantes et dissidentes, afin de stimuler de nouvelles créativités, aussi éloignées de la répétition de la tradition que des modes en cours. Le lecteur est ainsi invité à reconstruire lui-même, à partir des thèmes esquissés, la possibilité d'une identité et d'une conviction fortes.
     

  • L'auteur cherche à comprendre l'importance énigmatique prise dans sa vie par le prénom Matthieu. Celui-ci a été présent tout au long de son histoire, sans jamais s'accrocher à une relation ou des événements de premier plan  : insistant mais insaisissable, ne cessant de resurgir après des éclipses, comme un cours d'eau souterrain ou un indice dans une intrigue dont on ignore la clé. L'enquête conduit le livre à s'attarder devant les grandes toiles consacrées à saint Matthieu par Caravage, à traverser l'immense Passion selon saint Matthieu de Bach, à méditer sur L'Évangile selon saint Matthieu de Pasolini, puis à laisser vibrer les résonances du récit biblique, avant de revenir, comme sur le dessin d'un fer à cheval, vers Pasolini, puis Bach, puis à nouveau Caravage. Le tracé de cette piste donne forme à un essai insolite, où la quête autobiographique se nourrit de pensées esthétiques et théologiques, qu'en retour elle éclaire d'un jour inattendu.
     

  • Le fanatique est souvent la mauvaise conscience des croyants  : lui, au moins, ne doute pas. On condamne peut-être son impatience ou son intolérance, mais plus rarement sa certitude. Bien sûr, le doute est parfois valorisé comme nécessaire à la fortification ou à la purification de la foi. Peut-on aller plus loin et dire que le doute structure la foi de l'intérieur  ? Dans ce cas, il n'y aurait pas seulement une croyance religieuse, mais également un doute religieux. Se pourrait-il alors que la personne la plus religieuse ne soit pas celle qui croit le plus  ?
    C'est cette hypothèse qu'explore ce livre  : l'évidence de Dieu, qui structure la vie de celles et ceux qu'on appelle des croyants, est caractérisée en premier lieu par le doute et non par la certitude. Que croire religieusement en Dieu, c'est d'abord douter.
    En prenant au sérieux cette hypothèse, Anthony Feneuil développe un modèle conceptuel de la foi à première vue surprenant, mais dont il montre qu'il traverse la tradition chrétienne, et tire quelques conséquences pour la compréhension contemporaine de la foi et le refus qu'elle implique de trop croire à ses propres croyances.
     

  • Ces écrits sur la liberté de Jacques Ellul, pour moitié inédits, fournissent un panorama de la vie et de la pensée d'un homme à la fois entier et aux multiples facettes. Le professeur de droit et l'historien, l'intellectuel et le chrétien délivrent un message commun : la liberté, en réclamant toutes les libertés, se coupe de son origine (Dieu le Libérateur), de son cadre (le commandement de Dieu) et de son but (manifester l'amour). Devenue mensonge, elle menace l'équilibre du monde naturel et celui du monde social. Plus que jamais, chacun doit choisir entre la puissance et la liberté - c'est-à-dire entre le bien-être et l'ascèse, l'illusion et la lucidité, l'émancipation illimitée et la sagesse... Ou encore : quel dieu veut-on servir ? Celui de la Technique, de l'Économie et de l'État, le Dieu Efficacité qui réduit l'homme au rang des objets qu'il consomme - ou celui d'Abraham, de Moïse et de Jésus-Christ, le Dieu Amour qui appelle l'homme à vivre la vraie liberté en relation avec Lui, le prochain et la Création ?
    Bénéficiant de récentes découvertes, les trente-deux textes s'enrichissent d'extraits de notes inédites de cours et de conférences. L'appareil critique veut être utile aussi bien aux connaisseurs d'une oeuvre foisonnante qu'aux lecteurs qui découvrent le penseur protestant.

  • Être soi, est-ce revenir à soi ? Re fluer vers une improbable source ? Père des pensées de l'existence, rétif à tout système, Kierkegaard (1813-1855) est le héros de l'individualité passionnément cherchée dans un monde dominé par le chiffre et l'opinion.
    Si cette quête reste la nôtre, le philosophe danois en a bouleversé les termes. Il l'a conduite à des hauteurs qu'ignorent les techniques du développement personnel. Il l'a pensée jusqu'au vertige de l'angoisse et du désespoir, mais surtout de l'amour. Un amour où le moi ne s'appartient plus et se risque sur des voies inconnues. Pas de retour possible, mais une tâche : « vivre en avant », vivre au-dehors.
    Telle est l'invitation provocante qu'éclaire cet essai, à la fois guide de lecture et interprétation originale d'une oeuvre qui dialogue ici avec d'autres grands textes philosophiques et littéraires (Jean-Paul Sartre, Henrik Ibsen, Lewis Carroll, etc.).
    En dépassant la question classique : « Qui suis-je ?», vers celle, plus exigeante, de : « Que suis-je appelé à être ? », Kierkegaard s'af firme comme le philosophe essentiel pour nos temps incertains.

  • Un parcours autour d'une dizaine de lieux de différentes traditions spirituelles qui - par leurs pratiques, leurs visions, leur mode de vie... - apportent une spécificité dans un domaine ou un autre (agriculture, énergie, vivre-ensemble, écohabitat, etc.). Chacun de ces lieux est relié par l'idée de l'émergence d'une nouvelle société possible, réconciliée avec la Terre. D'autres endroits et initiatives inspirants - évoqués plus succinctement - complètent ce paysage pour donner à découvrir un monde où écologie et spiritualité cohabitent en harmonie et préfigurent les temps à venir

  • Aldo Brina travaille depuis 2007 au coeur du réseau de défense des réfugiés. Son témoignage, il le puise dans l'expérience quotidienne des permanences juridiques et des mouvements associatifs. Il raconte la beauté miraculeuse d'une politique qui sauve des vies et décrit le labeur héroïque des acteurs de terrain. Mais le tableau serait incomplet sans ses zones d'ombre  : il y a aussi l'impuissance avec laquelle chacun doit tôt ou tard composer face aux expulsions et aux situations où des individus sombrent, les doutes qui surgissent et tempèrent la ferveur des discours militants, l'horreur des récits de réfugiés fuyant des pays pas si lointains. De là, l'auteur pose des questions urgentes  : qu'est-ce qui motive des êtres humains à en aider d'autres à pouvoir vivre dignement  ? Qu'est-ce qui, dans notre époque, fait obstacle à ce geste fondamental  ?
     

  • Dans l'ensemble des pays francophones, Jean-Paul Willaime est l'un des sociologues des religions les plus marquants de sa génération. Tout en assumant positivement un ancrage dans le protestantisme, ses analyses sociologiques du religieux contemporain mêlent l'empathie compréhensive et la distance critique de l'objectivation. Si l'on a pu penser que plus de modernité signifiait moins de religieux, il s'avère aujourd'hui que la radicalisation même de la modernité signifie non pas moins de religieux, mais du religieux autrement. Jean-Paul Willaime explique pourquoi, malgré la tragique actualité des fanatismes religieux, «  la guerre des dieux n'aura pas lieu  ».
    Ces entretiens, réalisés avec le sociologue E.-M. Meunier, proposent une réflexion originale d'ampleur sur la formation et le travail d'un sociologue des religions dans une société sécularisée. Plus qu'à un simple essai biographique, c'est à une véritable réflexion sur le rôle de la religion dans les sociétés contemporaines que sont conviés les lecteurs.

  • Dieu a-t-il laissé Jésus mourir sur la croix ?  L'incroyant Thomas est-il la figure biblique dans laquelle les lecteurs des évangiles se reconnaissent le plus aujourd'hui  ? Alors qu'il était journaliste pour le célèbre quotidien zurichois Neue Zürcher Zeitung (NZZ), Uwe Justus Wenzel a rédigé quinze éditoriaux à l'occasion des fêtes de Noël et de Pâques. Ses réflexions philosophiques à partir des textes bibliques abordent avec vérité, humilité et humour les expériences humaines fondamentales de la vie, de la mort, de la croyance, du doute, du sens de l'existence. C'est à la fois un parcours spirituel intime, et un essai passionnant sur les liens entre la philosophie et la foi.
     

  • Un journaliste dans sa ville. Le plein air lui sert de lieu de travail. Du matin au soir, il arpente les marges de l'actualité courante, déambule dans les rues à la rencontre des gens, sillonne les quartiers à bicyclette. Aux communicants qui rêvent de faire la pluie et le beau temps, il préfère les ciels gris et les aubes incertaines. Son journal a fait de lui un localier, après l'avoir employé pendant longtemps comme chroniqueur culturel. On le cherche, il est au Palais de Justice, à écouter la vraie vie en procès. On le cherche toujours, il est en conversation avec un sans-abri, son frère de bitume  ; puis au bord du fleuve, en train de confesser le plaisir des baigneurs en eau vive, adeptes comme lui de la nage à contre-courant. On le cherche encore, il est dans une maison de retraite, à fêter l'anniversaire d'une centenaire. Jusqu'à l'heure du bouclage, il couvre les embardées de la nature, les chutes d'arbres et les caves inondées, les gestes qui sauvent et les mauvaises nouvelles. Le malheur des gens est au bout de la rue. C'est le moment de sortir sa carte de presse  : «  Racontez-moi...  »
     

  • Sur près d'un siècle, cette autobiographie dresse l'itinéraire surprenant d'un protestant genevois devenu banquier renommé, mais aussi et surtout un homme assoiffé de spiritualité, intime des grands penseurs ou sages de notre temps, et qui a consacré sa vie à la rencontre et à la connaissance de l'Autre.
     
    «  Yves Oltramare a fait la synthèse de ses expériences de vie et partagé avec nous son cheminement personnel et spirituel dans un livre fort, émouvant, lucide et pénétrant qui touche le coeur autant que l'esprit. Il nous montre comment sa recherche intérieure a provoqué en lui une transformation personnelle profonde et a modifié la façon dont il perçoit le monde et agit sur lui. Il nous raconte comment il est devenu, comme il le dit, un "rencontreur d'Homme". Son livre nous touche au plus haut point car, par son ouverture à d'autres cultures et à d'autres traditions spirituelles, Yves Oltramare a su transcender le personnel pour accéder à l'universel.  »
    Trinh Xuan Thuan
     

empty