Horay (réédition numérique FeniXX)

  • La circulation automobile bouleversée ; la France partagée en deux camps rivaux. Pourquoi ces perturbations soudaines ? Simplement parce qu'Albert Plure, petit employé de province, a été engagé par le subtil M. Jo, chef d'une puissante organisation de vente de voitures d'occasion. Mais cette affaire n'est pas une affaire comme les autres ; aussi M. Plure, homme jusqu'alors paisible et même timoré, peut-il enfin donner libre cours à une imagination fertile, insoupçonnée de lui-même. En province, puis à Paris, il va d'étonnement en surprise, l'aventure le guette à chaque carrefour, et c'est de justesse qu'il évite les mille et une embûches que lui tendent les actifs et peu scrupuleux concurrents de M. Jo. C'est dans un véritable rallye de la gaîté que M. Plure entraîne le lecteur.

  • Pleurer de rire est la chose la plus rare du monde. Voici un livre rare car les esprits chagrins eux-mêmes ne pourront s'empêcher de pleurer en le lisant. Un livre qui entre tout naturellement dans cette collection : il fait pschitt à chaque page. Vous découvrirez en le lisant votre vie quotidienne, la vie que vous vivez, sans avoir toujours conscience de la part de comique qu'elle contient. Marcel Mithois a su voir et dégager ce comique. Il a l'oeil aigu et le style percutant. Les naïvetés et les gaffes de son personnage principal, Georgie, déclenchent une multitude de gags et autant d'éclats de rire. On ne pourra se souvenir sans pouffer des scènes, entre vingt autres, de la dinde et du vison. Elles auront leur place dans les anthologies de l'humour international. Marcel Mithois a ouvert une porte. Pénétrez derrière lui dans l'intimité de cette existence à deux, d'autant plus cocasse qu'elle est menée... à trois. Mais, chut ! C'est là que Paméla intervient. Laissons le mari vous la présenter.

  • Où l'on voit deux vacanciers, gais lurons, bien disants et buvant sec s'initier aux mystères et aux joies de la pêche à la ligne. Où le lecteur apprendra comment ce fait d'apparence banale sème la discorde et le désordre dans un paisible village de la Corrèze ; où, entre mille autres aventures et péripéties, il assistera au siège d'un moulin et admirera le comportement héroïque et touchant d'une jeune meunière. Où l'on verra que si la truite est finalement prise, les deux héros ne sont pas moins dramatiquement pris par la passion fatale et ravageuse de la pêche à la truite. Le Vieil Homme et la Mer a valu à Hemingway le prix Nobel de littérature. Il serait juste que ce grand livre épique et hilarant qui aurait pu s'intituler le Jeune Homme et la Truite valût à Christian Plume un prochain Prix Nobel de la Paix. Il réconcilie en effet dans le rire ces deux moitiés ennemies de l'humanité, séparées jusqu'ici par un rideau de bambou : les pêcheurs et ceux qu'ennuient les histoires de pêche à la ligne.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La difficulté de perdre ! C'est sur ce thème de la peine qu'on éprouve souvent à se débarrasser d'un objet qui vous encombre que fut écrit Un Sacré Piano. En effet, perdre une cheminée en marbre dans une banlieue de 80.000 habitants est aujourd'hui presque impossible. Mais la remplacer par un piano avec des moulures en fer forgé, même si ce piano est le seul héritage de la tante Elsa, est un tour de force dont sont capables peu de roseaux pensants. Le découvriront bientôt avec terreur les trois personnages de ce roman fantaisiste : la ravissante Mme Duparcel (Dodo pour les intimes), Jeannot, son ahuri de mari, et l'ami de la famille, Roger Gateau, goinfre et farfelu. Pourtant, celui qui aura réussi à remplacer la cheminée de marbre par un piano à héritage (même si les moulures souffrent un peu du transfert) aura la chance de devenir l'heureux possesseur d'une décapotable grand sport. Ce qu'il fallait sans doute démontrer, dans cette époque mathématicienne.

  • Dans la Chambre Secrète, hermétiquement close, où Ramsès III renferme ses trésors, un voleur a réussi à s'introduire, et Pharaon en fureur voit ses jarres remplies d'or se vider mystérieusement. Le chef de la Police Nob-Kêmi se livre à une enquête serrée, et l'on en apprend de belles sur les familiers du palais qui portent tous des noms étrangement évocateurs : le philosophe Saârt, la dame Thabouit, le poète Koctos, le meneur de jeux Yabounef, la chanteuse Ellenko, le peintre PiKasso, l'habilleuse Shaânel, la petite poétesse Miâ-Ou, et bien d'autres encore. Le chef de la police se heurte sans cesse au cours de ses recherches au scribe en chef, Lazarus, qu'on voit surgir des endroits les plus imprévus aux moments les plus inopinés et qui semble en savoir plus long que le sphinx. Qui est le voleur ? Et ce beau prince venu de contrées inconnues, lequel, visiblement, a volé le coeur de la fille du Pharaon : Rouddidit-Chêri ? Les voiles étaient de rigueur en Égypte. Ne dévoilons donc pas les ressorts de cette charmante et irrésistible comédie. Un frisson et un rire nouveaux gagneront le lecteur qui aura la hardiesse de s'aventurer à la suite de Ramsès III dans les dédales de ces fabuleuses intrigues de cour et de coeur.

  • En 1944, heureux passage à MINERVE, Max Favalelli y étant consul. Puis à RESISTANCE et à La DEPECHE de PARIS avec Yvan Audouard. Appartient depuis 10 ans à la rédaction du FIGARO et à celle du FIGARO-LITTERAIRE où, sous le pseudonyme de CHERUBIN, il tend désespérément l'oreille aux échos toutes les semaines. Fait de la Radio, de temps en temps, pour s'entretenir la voix. Les voyages formant la jeunesse, il fut envoyé en reportage aux quatre coins du monde. N'a pourtant pas remonté l'Amazone. Sport favori : la gastronomie qu'il pratique sur tous les terrains et sous toutes les latitudes. Membre de l'Association des Grands Reporters, a obtenu en 1955 le Prix de la Chronique Parisienne pour ses courageuses explorations aux sources de la vie mondaine, dans les savanes et les hautes herbes des beaux quartiers. Dans SMOKING DE RIGUEUR, Pierre Macaigne, avec un humour d'une grande finesse, met en scène un personnage qu'il connaît bien : le chroniqueur parisien. Ce soiriste et sa femme qui passent leur temps à se chercher, l'un travaillant le jour, l'autre la nuit, nous entraînent avec eux dans une suite d'aventures cocasses, absurdes, charmantes et sentimentales. Mais SMOKING DE RIGUEUR n'est pas seulement un livre drôle, le roman désopilant d'un ménage d'aujourd'hui. Ce n'est pas une satire ni même un pamphlet. C'est aussi l'étonnant tableau d'une manière de vie moderne, un roman gai où les personnages sont autant de petits portraits caricaturés d'un crayon pointu.

  • Odette Joyeux s'est mariée, il y a deux ans, à la Collection PSCHITT. Le fruit de cette union a été LA MARIÉE EST TROP BELLE : enfant joyeux (naturellement), baptisé sur-le-champ au champagne du Prix Courteline. L'on se souvient des aventures de « Chouchou », petite fille toute simple et toute fraîche, encore étudiante, et qui fait le mannequin pour le grand journal féminin L'AMOUR DE VIVRE. Comment, lancée dans un reportage ayant pour thème « un mariage à la campagne » et devant figurer elle-même la mariée elle prend subitement feu pour Michel, son partenaire improvisé, lequel le lui rend bien, à la fureur de Judith, sa maîtresse, qui a organisé, la pauvre, ce redoutable incendie... Odette Joyeux nous donne aujourd'hui, avec La MARIÉE INGÉNUE, la suite de cette piquante histoire. Chouchou est devenue célèbre grâce à son reportage. De gros producteurs s'intéressent à sa petite personne. Elle se marie réellement cette fois avec Michel, délivré de Judith... Elle va tourner un film. Ce film... mais, psschut ! ne dévoilons pas - c'est le cas de le dire - notre ingénue. Plus encore peut-être que dans son livre précédent, les qualités de l'auteur sont manifestes : duel mené tambour battant entre la drôlerie et l'émotion. On pourrait avancer d'Odette Joyeux qu'elle est le Pirandello du PSCHITT, tant elle mêle avec bonheur, fiction et réalité, tant cette réalité devient plus inimaginable que la fiction !

  • Odette Joyeux s'est mariée, il y a deux ans, à la Collection PSCHITT. Le fruit de cette union a été LA MARIÉE EST TROP BELLE : enfant joyeux (naturellement), baptisé sur-le-champ au champagne du Prix Courteline. L'on se souvient des aventures de « Chouchou », petite fille toute simple et toute fraîche, encore étudiante, et qui fait le mannequin pour le grand journal féminin L'AMOUR DE VIVRE. Comment, lancée dans un reportage ayant pour thème « un mariage à la campagne » et devant figurer elle-même la mariée elle prend subitement feu pour Michel, son partenaire improvisé, lequel le lui rend bien, à la fureur de Judith, sa maîtresse, qui a organisé, la pauvre, ce redoutable incendie... Odette Joyeux nous donne aujourd'hui, avec La MARIÉE INGÉNUE, la suite de cette piquante histoire. Chouchou est devenue célèbre grâce à son reportage. De gros producteurs s'intéressent à sa petite personne. Elle se marie réellement cette fois avec Michel, délivré de Judith... Elle va tourner un film. Ce film... mais, psschut ! ne dévoilons pas - c'est le cas de le dire - notre ingénue. Plus encore peut-être que dans son livre précédent, les qualités de l'auteur sont manifestes : duel mené tambour battant entre la drôlerie et l'émotion. On pourrait avancer d'Odette Joyeux qu'elle est le Pirandello du PSCHITT, tant elle mêle avec bonheur, fiction et réalité, tant cette réalité devient plus inimaginable que la fiction !

  • La circulation automobile bouleversée ; la France partagée en deux camps rivaux. Pourquoi ces perturbations soudaines ? Simplement parce qu'Albert Plure, petit employé de province, a été engagé par le subtil M. Jo, chef d'une puissante organisation de vente de voitures d'occasion. Mais cette affaire n'est pas une affaire comme les autres ; aussi M. Plure, homme jusqu'alors paisible et même timoré, peut-il enfin donner libre cours à une imagination fertile, insoupçonnée de lui-même. En province, puis à Paris, il va d'étonnement en surprise, l'aventure le guette à chaque carrefour, et c'est de justesse qu'il évite les mille et une embûches que lui tendent les actifs et peu scrupuleux concurrents de M. Jo. C'est dans un véritable rallye de la gaîté que M. Plure entraîne le lecteur.

  • Pleurer de rire est la chose la plus rare du monde. Voici un livre rare car les esprits chagrins eux-mêmes ne pourront s'empêcher de pleurer en le lisant. Un livre qui entre tout naturellement dans cette collection : il fait pschitt à chaque page. Vous découvrirez en le lisant votre vie quotidienne, la vie que vous vivez, sans avoir toujours conscience de la part de comique qu'elle contient. Marcel Mithois a su voir et dégager ce comique. Il a l'oeil aigu et le style percutant. Les naïvetés et les gaffes de son personnage principal, Georgie, déclenchent une multitude de gags et autant d'éclats de rire. On ne pourra se souvenir sans pouffer des scènes, entre vingt autres, de la dinde et du vison. Elles auront leur place dans les anthologies de l'humour international. Marcel Mithois a ouvert une porte. Pénétrez derrière lui dans l'intimité de cette existence à deux, d'autant plus cocasse qu'elle est menée... à trois. Mais, chut ! C'est là que Paméla intervient. Laissons le mari vous la présenter.

  • Dans la Chambre Secrète, hermétiquement close, où Ramsès III renferme ses trésors, un voleur a réussi à s'introduire, et Pharaon en fureur voit ses jarres remplies d'or se vider mystérieusement. Le chef de la Police Nob-Kêmi se livre à une enquête serrée, et l'on en apprend de belles sur les familiers du palais qui portent tous des noms étrangement évocateurs : le philosophe Saârt, la dame Thabouit, le poète Koctos, le meneur de jeux Yabounef, la chanteuse Ellenko, le peintre PiKasso, l'habilleuse Shaânel, la petite poétesse Miâ-Ou, et bien d'autres encore. Le chef de la police se heurte sans cesse au cours de ses recherches au scribe en chef, Lazarus, qu'on voit surgir des endroits les plus imprévus aux moments les plus inopinés et qui semble en savoir plus long que le sphinx. Qui est le voleur ? Et ce beau prince venu de contrées inconnues, lequel, visiblement, a volé le coeur de la fille du Pharaon : Rouddidit-Chêri ? Les voiles étaient de rigueur en Égypte. Ne dévoilons donc pas les ressorts de cette charmante et irrésistible comédie. Un frisson et un rire nouveaux gagneront le lecteur qui aura la hardiesse de s'aventurer à la suite de Ramsès III dans les dédales de ces fabuleuses intrigues de cour et de coeur.

  • En 1944, heureux passage à MINERVE, Max Favalelli y étant consul. Puis à RESISTANCE et à La DEPECHE de PARIS avec Yvan Audouard. Appartient depuis 10 ans à la rédaction du FIGARO et à celle du FIGARO-LITTERAIRE où, sous le pseudonyme de CHERUBIN, il tend désespérément l'oreille aux échos toutes les semaines. Fait de la Radio, de temps en temps, pour s'entretenir la voix. Les voyages formant la jeunesse, il fut envoyé en reportage aux quatre coins du monde. N'a pourtant pas remonté l'Amazone. Sport favori : la gastronomie qu'il pratique sur tous les terrains et sous toutes les latitudes. Membre de l'Association des Grands Reporters, a obtenu en 1955 le Prix de la Chronique Parisienne pour ses courageuses explorations aux sources de la vie mondaine, dans les savanes et les hautes herbes des beaux quartiers. Dans SMOKING DE RIGUEUR, Pierre Macaigne, avec un humour d'une grande finesse, met en scène un personnage qu'il connaît bien : le chroniqueur parisien. Ce soiriste et sa femme qui passent leur temps à se chercher, l'un travaillant le jour, l'autre la nuit, nous entraînent avec eux dans une suite d'aventures cocasses, absurdes, charmantes et sentimentales. Mais SMOKING DE RIGUEUR n'est pas seulement un livre drôle, le roman désopilant d'un ménage d'aujourd'hui. Ce n'est pas une satire ni même un pamphlet. C'est aussi l'étonnant tableau d'une manière de vie moderne, un roman gai où les personnages sont autant de petits portraits caricaturés d'un crayon pointu.

  • Où l'on voit deux vacanciers, gais lurons, bien disants et buvant sec s'initier aux mystères et aux joies de la pêche à la ligne. Où le lecteur apprendra comment ce fait d'apparence banale sème la discorde et le désordre dans un paisible village de la Corrèze ; où, entre mille autres aventures et péripéties, il assistera au siège d'un moulin et admirera le comportement héroïque et touchant d'une jeune meunière. Où l'on verra que si la truite est finalement prise, les deux héros ne sont pas moins dramatiquement pris par la passion fatale et ravageuse de la pêche à la truite. Le Vieil Homme et la Mer a valu à Hemingway le prix Nobel de littérature. Il serait juste que ce grand livre épique et hilarant qui aurait pu s'intituler le Jeune Homme et la Truite valût à Christian Plume un prochain Prix Nobel de la Paix. Il réconcilie en effet dans le rire ces deux moitiés ennemies de l'humanité, séparées jusqu'ici par un rideau de bambou : les pêcheurs et ceux qu'ennuient les histoires de pêche à la ligne.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La difficulté de perdre ! C'est sur ce thème de la peine qu'on éprouve souvent à se débarrasser d'un objet qui vous encombre que fut écrit Un Sacré Piano. En effet, perdre une cheminée en marbre dans une banlieue de 80.000 habitants est aujourd'hui presque impossible. Mais la remplacer par un piano avec des moulures en fer forgé, même si ce piano est le seul héritage de la tante Elsa, est un tour de force dont sont capables peu de roseaux pensants. Le découvriront bientôt avec terreur les trois personnages de ce roman fantaisiste : la ravissante Mme Duparcel (Dodo pour les intimes), Jeannot, son ahuri de mari, et l'ami de la famille, Roger Gateau, goinfre et farfelu. Pourtant, celui qui aura réussi à remplacer la cheminée de marbre par un piano à héritage (même si les moulures souffrent un peu du transfert) aura la chance de devenir l'heureux possesseur d'une décapotable grand sport. Ce qu'il fallait sans doute démontrer, dans cette époque mathématicienne.

  • « ...Je me suis tapé dix-huit mois et deux jours à entendre des gueulements partout, à faire bouffer trois cents grandes gueules, à élever un chien, des cochons, à nourrir des milliers de chats, à fomenter de noires intrigues, à vous bouziller vot' camion, à faire plaisir au général. Vous-pou-vez-pas-m'lais-ser-tran-quille ? » Voilà le résumé du service militaire de Criquet, son cri du coeur ! À l'arrivée à la caserne, il est terrorisé par l'adjudant-chef Torlaguiche et par le commandant Cromagnon. Ce qui ne l'empêche pas de devenir sergent et de conquérir l'amitié paternelle du capitaine Barberousse. Mais tous les incidents de cette brève carrière sont jalonnés par un éclat de rire « hénaurme ». À l'heure où la littérature nous gorge de plats souvent pénibles à digérer, Flavac nous offre du Champagne. Vraiment, on ne peut pas le refuser !

  • « ...Je me suis tapé dix-huit mois et deux jours à entendre des gueulements partout, à faire bouffer trois cents grandes gueules, à élever un chien, des cochons, à nourrir des milliers de chats, à fomenter de noires intrigues, à vous bouziller vot' camion, à faire plaisir au général. Vous-pou-vez-pas-m'lais-ser-tran-quille ? » Voilà le résumé du service militaire de Criquet, son cri du coeur ! À l'arrivée à la caserne, il est terrorisé par l'adjudant-chef Torlaguiche et par le commandant Cromagnon. Ce qui ne l'empêche pas de devenir sergent et de conquérir l'amitié paternelle du capitaine Barberousse. Mais tous les incidents de cette brève carrière sont jalonnés par un éclat de rire « hénaurme ». À l'heure où la littérature nous gorge de plats souvent pénibles à digérer, Flavac nous offre du Champagne. Vraiment, on ne peut pas le refuser !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty