Fleuve éditions (réédition numérique FeniXX)

  • Si votre maîtresse est exhibitionniste mais intéressée ; votre femme pudique mais jalouse ; si votre plus « vieil ami » vous déteste et vous envie, mais s'il est votre chef hiérarchique au K.G.B., méfiez-vous, votre situation est explosive ! Un député londonien, Dysart, propose de vous vendre le dossier du « Projet Cyclope », une menace mortelle pour les voies maritimes de l'U.R.S.S. L'argent est prêt ; le jour, l'heure et le lieu de transaction arrêtés. Au dernier moment, tout se gâte et l'affaire se termine dans le sang. Vous accusez Dysart de trahison et Dysart vous accuse... Que s'est-il passé ? Tout simplement, une femme s'en est mêlée. Le résultat de son action est imprévu et époustouflant !

  • À Hong Kong. Lecomte doit prendre contact avec un agent de la C.I.A. qui a des renseignements importants à lui communiquer. Mais, quand il arrive au rendez-vous, il trouve l'agent assassiné. Fort heureusement, une bobine de magnétophone enregistrée le met sur la piste. Mais, à ce moment-là, tout se détraque pour lui, car il est victime de phénomènes inexplicables, relevant de la schizophrénie. Il va devoir lutter de toutes ses forces, aidé de son ami Mac Norton, pour arriver à y voir clair dans cette histoire qui se déroule dans un monde mystérieux, trouble et souvent dangereux. Et l'on saura finalement pour quelle raison « on » avait provoqué les vertiges de Lecomte.

  • Un homme tombe, à Hong Kong, abattu par trois tueurs. Cet homme s'appelait Fred Jackson et, de Hong Kong à Macao en passant par Kowloon, personne n'aurait dû prendre le risque insensé de provoquer la colère de « Mammy Jackson », veuve pour la seconde fois... Parce que toucher un cheveu de Fred Jackson revenait tout simplement à vouloir mettre la colonie britannique à feu et à sang, ce qui n'intéresse personne ! Pourtant quelqu'un a osé donner l'ordre de tuer le frêle petit bonhomme... Et Frank Warden a décidé de savoir pourquoi.

  • Comment diable cet officier français en stage au Collège militaire de Fort Leavenworth pourrait-il se douter, alors qu'il danse en plein ciel dans la carlingue d'un Sabreliner, version civile, et qu'il tient dans ses bras l'une des plus belles et plus riches filles du Missouri que, peu de temps plus tard, il sera son prisonnier ? Peut-il imaginer qu'elle lui fera subir de très vilaines tortures, que sous l'Ange se cache un singulier démon aux fâcheuses et déréglées habitudes ? Démocrates contre Républicains, le raz de marée des élections d'automne balaie les derniers miasmes de Watergate et alors c'est la guerre déjà les Républicains préparent 76, et toutes les armes, même les plus ignobles, sont permises.

  • Depuis quatre ans le « Vicomte » était absent de la devanture des librairies. Le voici qui revient dans un roman où le cynisme et l'amoralité tranquille de certains personnages deviennent les éléments moteurs d'un piège extraordinaire que les uns tendent aux autres. Un piège minutieusement préparé et dont les rouages sont mis en mouvement par le Vicomte et Vigo Curruci un jour gris de la fin de l'automne alors que la première neige vient de tomber sur Moscou. Un piège qui, comme beaucoup de pièges, risque, en cas de pépin, de se refermer sur ceux qui l'ont fabriqué.

  • Avec des précautions de sage-femme soulevant la tête d'un nouveau-né, il prit l'engin, amena l'antenne à la verticale et marqua un temps d'arrêt, comme pour donner plus de solennité à un geste banal. « Si Sao pouvait me voir à cet instant, songea-t-il, ce n'est pas une de ses filles qu'elle m'enverrait, mais elle-même qui viendrait s'offrir ! ». Sur cette image, il fit pivoter l'antenne d'un quart de tour, entendit un déclic et... se désintégra dans l'explosion fracassante qui ébranla les murs de la chambre.

  • « Une authentique soucoupe volante de fabrication américaine s'écrase au Kenya ». Telle est l'information qui paraît un jour dans un grand quotidien londonien. Il n'en faut pas plus pour que les Russes tentent à tout prix de s'emparer de ce qui reste de ce prototype, et pour que les Américains fassent tout pour les en empêcher, et pour détruire l'épave. C'est ainsi qu'une nouvelle fois Gérard Lecomte, alias KB-09, et Serge Koslov, son meilleur ennemi, vont se trouver face à face. Mais il y aura d'autres concurrents désireux de s'approprier la précieuse marchandise et, dans ce pays plein de dangers et d'embûches, la lutte va être sévère. Et puis... et puis il y aura surtout le grand mystère final, l'explication à laquelle nul ne voudra croire... Et pourtant...

  • Dans le sud du Pérou. Un messie, ou soi-disant tel, est arraché à la prison où il est détenu. C'est le Vendredi saint, et on le crucifie. Et le miracle s'accomplit : il ressuscite le jour de Pâques ! Une telle chose est-elle possible de nos jours ? Vingt siècles après Jésus ! Mais le messie groupe autour de lui de plus en plus d'adeptes et ce qu'il prêche, c'est le départ des Américains, ni plus ni moins. Lecomte, alias KB-09, est envoyé sur place pour démêler les fils de cet écheveau tissé avec une habileté diabolique. Et il aura fort à faire pour rétablir la vérité et pour démasquer, non seulement le faux messie, mais encore ceux qui se tenaient derrière lui et le faisaient agir...

  • En pleine tempête, un homme s'enfuit de la base U.S. de Kadena. Quels documents emporte-t-il ? Qui osera se lancer à sa poursuite ? Il semble que l'espion présumé ait réussi à s'embarquer à bord d'un sous-marin soviétique. Et voici qu'un incendie éclate à bord du sous-marin qui se trouve réduit à l'état d'épave. La marine U.S. offre ses services pour sauver l'équipage. Le capitaine russe acceptera-t-il cette aide ? Et l'équipage acceptera-t-il un refus du capitaine ? En attendant, des choses étranges se passent à bord du sous-marin en perdition, où un homme au visage caché sous un masque de plongée sème la terreur... Qui est donc ce mystérieux espion de Kadena ?

  • Vous trouveriez ça normal, vous, qu'un avion, techniquement irréprochable, s'écrase au sol victime d'un accident incompréhensible devant les représentants d'un pays qui est censé en faire son futur avion de combat ? Non ? Eh bien ! le docteur Jefferson, grand patron du S.E.P.T., non plus ! Et c'est pourquoi il délègue à Naples, Jupiter accompagné de Péppino. Seulement voilà, dans une affaire comme celle-là, rien n'est simple ! Il y a les compromissions, les scandales, les « pots-de-vins » aux personnalités (vous en avez entendu parler peut-être) j'en passe et des meilleures ! Ah, j'oubliais, ajoutez de fort jolies filles, des tueurs à gage, un parti extrémiste, et vous comprendrez fort bien dans quel imbroglio sont tombés Jupiter et Péppino ! « By Jove Mr Jupiter ! » quelle drôle de mission.

  • Si votre père est un ancien bagnard, prêtre catholique de surcroît et que vous ne l'ayez jamais vu, forcément vous aurez des problèmes. Et si vous rencontrez ce révérend père à Rome sous l'égide de la C.I.A., vous voici embarqué sur une drôle de galère. Vous en apprendrez des choses sur les relations entre le Vatican et le Kremlin, sur le rôle joué par le pape, le K.G.B. et la C.I.A. dans l'élection d'un président des U.S.A. ! Chargé d'une étonnante mission, M. Suzuki navigue parmi les écueils et les pièges, du couvent au bordel, en passant par un palais Renaissance, entre les Monsignori et les Mafiosi, en compagnie d'une belle prostituée. Pris entre deux feux, il sauvera sa peau de la manière la plus imprévue...

  • Tout tourne autour de la conférence, à Addis-Abeba, de l'Organisation pour l'Unité Africaine. Si, au vote, une majorité est acquise en faveur de la reconnaissance du Mouvement Populaire de Libération de l'Angola, M.P.L.A. comme gouvernement légitime de l'Angola fraîchement libéré, c'est la main-mise de l'U.R.S.S. sur l'Afrique occidentale. Cette majorité tient à une voix, et cette voix est celle de Mamadou Diouf que le K.G.B. couvre de son aile et que la C.I.A. s'efforce de mettre hors course. D'Athènes à Addis-Abeba, en passant par Kitzbühel et Alger, Frankie Matthews lutte contre Anton Pavlovitch. Une lutte sans merci qui se termine de manière étonnante.

  • Le plus illustre des hommes d'État se trouve menacé d'un chantage et charge le plus illustre des agents secrets d'éclaircir cette affaire. Pour cette enquête, M. Suzuki inaugure une méthode entièrement nouvelle, totalement inédite et, bien entendu, époustouflante. De Bâle à Rome, il transporte son matériel de Sherlock Holmes de l'An 2000. Sans déplacer beaucoup d'air, il en transporte un peu car la clef de l'énigme est dans l'atmosphère. Quant aux principaux acteurs du drame, il ne tardera pas à recueillir leur dernier soupir.

  • Il retourna à la fenêtre respirer un peu d'air. Simple répit. Mais il était conscient maintenant que son état n'allait pas s'aggraver. Il n'en était pas moins à leur merci. Un contre trois, dans l'état où il se trouvait, c'était foutu d'avance. Et, en effet, il ne s'en tira pas, Vladimir Bachkine, officier du K.G.B. Il mourut misérablement à Munich, mais en préparant une vengeance posthume et en rendant un immense service à Frankie Matthews, Matt qui s'était étrangement trouvé associé avec lui pour s'être branché clandestinement sur la même source d'information. Et Matt terminera seul l'affaire en s'engueulant avec le sénateur Ames, après avoir erré entre Washington, Milan, Munich et Pretoria, à la recherche des secrets d'un laser à gaz qui risquait de rompre l'équilibre atomique maintenu à grand-peine entre les superpuissances.

  • Si on vous amène un savant russe évadé de Sibérie où il travaillait sur le super-ordinateur de l'avenir et que, justement, vous travaillez sur le même super-cerveau, c'est une chance inespérée ! Mais si un second savant russe, également évadé, ex-collègue du précédent, vous affirme que le premier arrivant est un espion du K.G.B., vous commencez à douter de votre chance. Et si le premier Russe vous démontre par A + B que le second est un vulgaire mouchard, vous vous prenez la tête entre les mains... Le détecteur de mensonges ne départage pas les deux évadés ? Alors vous êtes prêt à renoncer à ces précieux concours qui, peut-être, vous donneraient un avantage décisif sur l'U.R.S.S. A ce moment, vous faites appel à un cerveau humain : celui de M. Suzuki. Et l'agent spécial japonais vous tirera d'embarras grâce à son astuce et au prix de quelques péripéties mouvementées...

  • Margot B. est une fille pauvre, amoureuse d'un pauvre réfugié. L'assassinat de celui-ci par des moyens sophistiqués met en branle, non seulement la police locale, mais aussi la C.I.A. qui dépêche sur place, à Bruxelles, un enquêteur qui n'est pas le premier venu : M. Suzuki. Margot ne comprend pas en quoi son marcheur concerne le Pentagone et la C.I.A. ; elle va de surprise en surprise. Dans l'épreuve, elle a trouvé une amie, la remuante comtesse Baglivi. C'est celle-ci que l'enquêteur de la C.I.A. prend en filature. Qui est-elle ? Pour qui travaille-t-elle ? Fait-elle partie de l'Oustacha, la plus vieille organisation terroriste des Balkans ? Et qui a ressuscité l'Oustacha ? Pour quelle besogne sanglante ? De Bruxelles à Belgrade, en passant par Vienne, M. Suzuki cherche la réponse à ces questions, tandis que les morts s'accumulent sur sa route.

  • A la fenêtre des trains, quatre inscriptions disent, en quatre langues : Ne pas se pencher au-dehors. Nicht hinauslehnen. Do not lean out of the window. E pericoloso sporgersi. Le français, l'allemand et l'anglais interdisent sans expliquer. L'italien met en garde : « Il est dangereux de se pencher », mais n'interdit rien, Jonathan Kern donc se penche par la fenêtre du train Rome-Venise... et c'est le début d'une étonnante aventure. Est-ce une sorte de conte de fées, une histoire romantique et un peu folle, une série de hasards heureux et de coïncidences miraculeuses ? Ou encore une colossale machination, le énième épisode d'un interminable et sordide feuilleton qui s'intitule « K.G.B. contre C.I.A. » ? Ou bien de tout un peu et le tout à la fois ? En se penchant ainsi à la fenêtre, Kern n'a sans doute jamais été aussi près de... sa chute. Il découvrira pourtant, in extremis, qu'il n'est pas nécessairement dangereux de se pencher au-dehors... pourvu que l'on tombe bien !

  • Jupiter ne comprend pas. Il est entouré de bruits étranges qui ne sont pas ceux de la mer. Autour de lui, tout est flou, comme si cet environnement procédait d'une mise en scène. Mais Jupiter chancelle dans une sorte de déraison et de panique corporelle. Pour plafond, il a une sorte de toile un peu verdâtre. Il tente de se soulever. Son poids le maintient couché. Son poids artificiel, car il ne sait plus estimer les limites de son propre corps. Il le sait différent de ce qu'il était, c'est tout ! Et la position couchée lui impose une immobilité dont il ignore la vraie raison... Il tente de lever les bras et parvient au prix d'un effort incroyable à atteindre son visage... Non ! Ce n'est pas son visage...

  • Les pilotes Prêtre et Webber imaginaient que c'était une sorte de rayon laser qui avait brusquement fait hoqueter leurs réacteurs. Ils n'étaient pas loin de la vérité, sans le savoir. Le tube qui avait émis le rayon CKX se trouvait à bord du « Mourmansk ». Sa forme faisait penser à celle d'un aspirateur à poussière. Sa manipulation était extrêmement délicate et ne pouvait être confiée qu'à un spécialiste. Ce spécialiste avait été embarqué au Danemark. C'est au Danemark, en l'île de Bornholm, que se tient le noeud de cette affaire que doit éclaircir Frankie Matthews, Matt, pour le compte du colonel Carlson et de ses services spéciaux. Mais Matt a-t-il réellement retrouvé l'avion du lieutenant Weber, ou les choses se sont-elles passées autrement, comme veut le faire croire un film TV américain ?

  • Le Triangle d'or... Cette mystérieuse région qui s'étend au nord de la Thaïlande, à l'endroit où se joignent les frontières de Birmanie, de Chine et du Laos, on en a déjà beaucoup parlé, dans des articles, des reportages, des livres, des films. La terre d'élection pour la culture du pavot, donc pour la production d'opium, la fabrication de l'héroïne et tous les trafics. La terre de tribus étranges, indomptées, qui narguent les gouvernements locaux et n'aspirent qu'à l'indépendance. La terre où ont trouvé refuge les restes des armées de Tchang Kaï-chek, après leur défaite. Toutes les conditions sont réunies pour faire du Triangle d'or un des points les plus chauds, une des poudrières les plus menaçantes du globe. Et, à cette poudrière, il ne manquait qu'un détonateur : Jonathan Kern, de la C.I.A.

  • - Écoutez, Matt, c'est très scientifique, dit le colonel Carlson. Je ne sais pas les choses par coeur, mais je les ai notées... je dois avoir le papier quelque part... attendez... oui, voilà... il s'agit des champs de stabilité pression-température... des assemblages minéraux entrant dans la composition de la pyrolite... les pourcentages de l'orthopyrogène en équilibre avec le grenat... le clinopyrogène et l'olivine dans le champ des pyrolites à grenat... la position des deux gradients géothermaux... est-ce que cela vous dit quelque chose, Matt ? On était en plein dans la préparation du coup de l'île de Basaruto, au large du Mozambique, une île occupée par les Soviétiques qui y avaient installé des bases de ravitaillement pour leur flotte de l'océan Indien, un aérodrome, et où se trouvait aussi un volcan éteint, le Tasimboko.

  • Pour Franck Warden, l'affaire se résume à peu de chose. Une question... Une simple question : qui a tué Manuela ? Manuela... La seule femme qu'il ait peut-être vraiment aimée. La seule, en tout cas, qu'il aurait pu aimer, s'ils avaient fait, l'un et l'autre, un autre métier. Mais elle est morte, foudroyée par les balles d'un tueur sans visage. Alors, qui ? Un agent de la D.G.I. ? Le S.R. cubain ? Un tueur du K.G.B. ? Le S.R. soviétique ? Ou... un petit malin de la C.I.A., le S.R. auquel appartenait Manuela ? Pour le savoir, Franck Warden boira jusqu'à la dernière goutte son cocktail cubain !

  • Construire une voie de chemin de fer au coeur de la forêt gabonaise n'est pas une mince entreprise. Surtout quand les bulldozers se mettent à sauter, que les ouvriers pakistanais immigrés se mettent en grève et que quelques véhicules se font mitrailler. Et lorsque la voiture du résident de la C.I.A. saute à son tour sur le parking de l'aéroport de Libreville, il est difficile de croire à une simple succession de coïncidences malheureuses. Après avoir contribué à établir la dictature communiste en Angola, les Cubains se font une spécialité d'exporter leur subversion dans tous les autres pays d'Afrique. Au Gabon, même si la saison des pluies est terminée, ce ne sont pas les cadavres qui manquent.

  • A Sao Paulo, derrière les affrontements meurtriers entre la police et les révolutionnaires, se profile une guerre sans merci entre la C.I.A. et le K.G.B... Un chef mystérieux, dont l'indicatif est Argus, tire les ficelles des héros prêts au sacrifice suprême pour la réussite d'une opération d'une audace inouïe. En face d'Argus, un tortionnaire astucieux extrait le maximum de renseignements des garçons et des filles tombés entre ses mains. Argus conditionne les esprits, le tortionnaire manipule les corps. Qui va gagner à ce jeu cruel et vieux comme le monde ? Entre fanatiques des deux bords, l'horreur ne connaît pas de limite jusqu'à l'incroyable coup de théâtre final...

empty