FeniXX réédition numérique (Éditions Louis Soulanges)

  • Jean Adnet est l'auteur d'une autobiographie de grand invalide, « D'un autre monde », très remarquée, lors de sa publication, par les critiques littéraires et par tous ceux qu'intéressent la psychologie de l'infirmité et la psychologie de l'amour. Le Prix Albert-Schweitzer 1959 consacra l'ouvrage. « Hôtel tout confort » reprend et développe sous une forme romanesque les thèmes profonds de « D'un autre monde ». Un jeune homme, un étudiant, est prisonnier dans un souterrain doté de tout le confort moderne, la lumière exceptée. Comment sa conception des choses et des êtres évoluera-t-elle durant d'interminables heures d'inaction ? Puis devant les projections cinématographiques où il verra ses parents et sa fiancée vivre sans lui ? Enfin dans des lectures où l'esprit est sollicité hors de toute activité corporelle ? Et, de retour à la vie normale, ayant beaucoup - mais négativement - appris, comment réagira-t-il ? Comment réagiront les autres ? Comment réagira-t-il de nouveau, face à leurs réactions ? Du Kafka ? Non. Du « policier » ? À peine. Mais la psychologie d'une personne qui s'est trouvée seule avec elle-même et se retrouve seule dans un monde peuplé de solitudes. Rendue plausible par un fait réel de la guerre 1939-1945, peut-être plus actualisée encore par la récente expérience du jeune spéléologue Michel Siffre, cette aventure n'est, matériellement, qu'un prétexte. Elle est, d'abord, l'aventure de chacun de nous, car chacun est « d'un autre monde ».

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'honnête charbon que transporte le schooner « Le Javari » dissimule une cargaison clandestine, des caisses bourrées d'armes et de piastres destinées aux révolutionnaires péruviens Vautel, le maître-coq du « Javari », en a connaissance et échafaude un plan d'une simplicité et d'une audace diaboliques pour mettre la main sur le trésor. Les circonstances le favorisent : l'équipage est sans méfiance et le capitaine, un Italien âgé, a vu sa méfiance s'endormir au cours de longues années de traversées sans anicroches. L'un après l'autre, les hommes du « Javari » tombent sous les coups du bandit, Vautel n'épargne que le mousse et un matelot qu'il terrorise par ses brutalités. L'unique passagère, Valérie Féraudy, une jeune Française d'outre-mer, qui rentre en métropole pour y retrouver la santé, réussit à échapper au bandit. Par son intelligence, son courage, son dévouement, sa présence d'esprit, elle fera échouer ses projets et l'obligera à expier ses crimes, au cours de péripéties violentes et mouvementées qui se dérouleront sur un voilier à la dérive sur la houle verte du Pacifique, puis dans les splendeurs paisibles d'un atoll.

  • Profondément bouleversé par les multiples drames que vit actuellement l'humanité, et sollicité par une sympathie intime pour l'homme, l'auteur tente de mettre sur pied, avec ingéniosité et parfois avec ingénuité, après un examen passionné des questions, telles solutions qui répondent à sa double exigence de Français soucieux de politique sociale et de chrétien fervent. Une injonction mystique rejoint dans les constructions ici projetées un souci du pratique et du réalisable. Les sujets abordés sont ceux qui se dressent devant chacun de nous : Paix et justice intérieure, paix et justice dans le monde, avec des points d'application qui sont la France, Berlin, le Congo et surtout la douloureuse Algérie. Lisez ces émouvants témoignagnes d'un grand sincère et pesez les solutions offertes.

  • Profondément bouleversé par les multiples drames que vit actuellement l'humanité, et sollicité par une sympathie intime pour l'homme, l'auteur tente de mettre sur pied, avec ingéniosité et parfois avec ingénuité, après un examen passionné des questions, telles solutions qui répondent à sa double exigence de Français soucieux de politique sociale et de chrétien fervent. Une injonction mystique rejoint dans les constructions ici projetées un souci du pratique et du réalisable. Les sujets abordés sont ceux qui se dressent devant chacun de nous : Paix et justice intérieure, paix et justice dans le monde, avec des points d'application qui sont la France, Berlin, le Congo et surtout la douloureuse Algérie. Lisez ces émouvants témoignagnes d'un grand sincère et pesez les solutions offertes.

  • De ces trois Contes, si les deux premiers sont vraiment des Contes où l'on voit une « bergère » épouser un « Prince » pour reprendre la terminologie d'usage, ou encore une passion simple et pure vaincre tous les obstacles, le troisième mériterait le nom de «nouvelle» par le déroulement des événements et l'étude des caractères commandant ce déroulement. Deux traits cependant créent l'unité du récit, sans longueurs ni fioritures, de ces trois belles aventures amoureuses : d'abord un parti pris d'optimisme qui situe ces Contes à l'opposé du roman noir et ensuite une limpidité de narration et une clarté élégante du style très dépouillé, qui ne laissent place à nul ralentissement, nulle somnolence. C'est en ces particularités heureuses que réside le véritable agrément que l'on prend à lire les « Trois Contes » de Marie-Louise Autexier, à qui l'on pourrait faire le reproche-compliment que voici « ça se lit si bien que ça se lit vite... et trop vite même, car on reste un peu sur sa faim ».

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Madame Gabrielle Romains a fait paraître un livre «  Un grand amour  » qui est peut-être le sien (1) . Ce premier roman n'est que le commencement d'une histoire plus ou moins vécue. Dans le second volume : «  Geneviève retrouvée  » l'auteur montre la vie d'un jeune couple que les années ont séparés, mais qui est encore vivant. Dans ce nouveau roman, pur et propre, on retrouvera le souci de la précision, cher à Gabrielle Romains, et à chaque page les qualités de coeur et d'esprit de l'écrivain. Ses amoureux sont suivis presque journellement dans leurs occupations, leurs goûts, leurs promenades, leur jeune passion, jusqu'au mariage. Gabrielle Romains encadre ses héros de personnages qu'elle a connus et dont quelques-uns sont devenus célèbres. On pourra lire ensuite : « Philippe Turner » et aussi une plaquette de « Voyages faits à travers l'Europe »

  • Voici un récit ou la trame psychologique l'emporte sur les péripéties, mais assez riche pour démontrer ce que peut sur certains esprits l'attrait des honneurs. Le ressort de la passion, fut-elle comme ici, la simple vanité, est susceptible de fournir à l'écrivain l'occasion d'une analyse détaillée des démarches de l'homme. Ce livre est rempli d'humour, et le lecteur ne manquera pas de sourire, en se distrayant au récit des aventures de Monsieur Duran, dont l'unique ambition fut de parvenir à une noblesse dont il rêva au point de faire constituer son arbre généalogique.

  • Les Antilles... des pays de rêve que l'on a toujours qualifiés de féeriques et d'édéniques ! Mais, les connaissez-vous vraiment ? Quelle position occupent-elles dans le monde moderne ? À l'heure où l'histoire est écrite dans l'inquiétude, Guadeloupe et Martinique continuent à savourer la douceur et la chaleur du sein maternel, elles s'épanouissent... Elles se transforment... Et ouvrent leurs yeux avides de connaître, sur un monde tout neuf. Si vous avez envie de vous rendre là-bas, et de vous perdre au fond de leurs yeux noirs, lisez d'abord ce livre. Henry Métro vous prend par la main : laissez-vous conduire. Arrivé en France à l'âge de vingt ans, pour y entreprendre des études de psychologie, il est tour à tour étudiant, trieur de lettres aux P.T.T., soldat en Allemagne, journaliste à Paris, puis, à Saint-Louis du Sénégal, à Brazzaville, au Congo, à Paris de nouveau. Il rejoint les Antilles en 1961 et les retrouve en plein épanouissement... De la chrysalide, le papillon apparaît, combien fascinant...

empty